Les sons de l’hôpital

Kevin_Morris_hopital

A l’occasion de ses recherches pour le laboratoire, la sociologue Martine Leroux s’est intéressée à plusieurs reprises au monde de l’hôpital et à ses ambiances. Citons par exemple les recherches : Incidence des facteurs physiques d’environnement sur le bien-être des personnes âgées (1992), Les ambiances des espaces d’accueil du service de radiodiagnostic de l’Institut Gustave Roussy (1999) ou encore A l’écoute de l’hôpital (2003).

Ce sont les deux dernières de ces recherches qui nous intéressent ici. En ce qui concerne les captations sonores, la recherche « Les ambiances des espaces d’accueil du service de radiodiagnostic de l’Institut Gustave Roussy » est accompagnée de six enregistrements sonores. La recherche « A l’écoute de l’hôpital » (2003) est quant à elle constituée de onze fragments. Chacune de ces séquences sonores ont été retenues pour la recherche car elles sont considérées comme particulièrement représentatives des lieux envisagés. Elles ont été réalisées conjointement par Martine Leroux et Jean-Luc Bardyn.

Ces deux recherches étudient toutes deux le monde de l’hôpital d’une manière renouvelée puisqu’il est question ici de perceptions sensibles. Habituellement associé dans le sens commun à un univers anxiogène et brutal, l’hôpital est aussi le lieu de la rencontre entre le personnel hospitalier, les patients et leur famille. L’institution possède donc une dimension sociale qui est prépondérante au moment de s’interroger sur la question des ambiances. Lieu de passage sur des temps courts pour beaucoup, le temps circonscrit de la consultation ou de l’opération, il arrive aussi que l’hôpital accueille des patients pour des séjours de longue durée. Dans la recherche « A l’écoute de l’hôpital », Martine Leroux a ainsi rencontré des patients logeant dans l’unité SLD (Soins Longue Durée) de l’hôpital Bichat de Paris.

Selon le commanditaire de cette recherche, l’Assistance publique – hôpitaux de Paris (AP-HP), l’étude « A l’écoute de l’hôpital » (2003) vise à rénover l’approche des études sur les espaces sonores dans les hôpitaux. Ceux-ci se focalisaient jusqu’à présent uniquement sur la question de l’isolation acoustique. Deux hôpitaux parisiens ont servi de terrains d’étude : l’hôpital Bichat et l’hôpital Bretonneau et en particulier les services consacrés à la gériatrie et à l’accueil des personnes âgées. Sa finalité est d’améliorer la qualité de vie et les conditions d’hébergement des patients. Il s’agissait de rendre compte des ambiances sonores, de leurs conditions d’émergence tant physiques que sociales et de concevoir ce qui peut être modifié en vue d’une amélioration des conditions de vie dans ces hôpitaux.

L’institution que représente l’hôpital est aussi aux prises avec les évolutions de la société. Le patient n’est plus objet de soins mais une personne impliquée dans son traitement et ainsi acteur de son environnement. La relation entre soignants et soignés n’est donc plus la même. Cette évolution a un impact en termes d’ambiances et se ressent entre autres au moment de l’accueil des patients au sein de l’hôpital. La recherche « Les ambiances des espaces d’accueil du service de radiodiagnostic de l’Institut Gustave Roussy » (1999) s’intéresse à cette question de l’accueil. Pour cette étude, ce sont les espaces d’accueil du service de radiodiagnostic à l’Institut Gustave Roussy qui ont été étudiés. La Fondation de France qui en est le commanditaire voulait à travers cette étude initier une réflexion sur les conditions d’accueil des patients et des familles à l’époque où le service de radiodiagnostic connaissait un important réaménagement de ses activités ainsi que la réimplantation de l’unité d’échographie dans de nouveaux locaux.

Dans la recherche A l’écoute de l’hôpital, nous avons sélectionné trois enregistrements sonores.

Le fragment « Parvis principal jusqu’à une unité de SSR (soins de suite et de réadaptation) » propose le rendu d’un parcours effectué en extérieur. D’une durée relativement longue (2min 50s), il donne à entendre dans un premier temps différents sons de la rue entendus depuis le parvis jouxtant l’hôpital Bichat puis, une fois à l’intérieur de l’hôpital Bichat, l’activité dans le hall et enfin l’unité gériatrique Vivaldi situé au premier niveau.

Illustration 1: Parvis principal jusqu’à une unité de SSR (soins de suite et de réadaptation) 

Le fragment « Avant le déjeuner » retranscrit l’atmosphère précédant la prise du déjeuner dans la maisonnée Corot de l’hôpital Bretonneau, spécialisée dans les soins de longue durée pour personnes âgées. Les usagers attendent en silence le commencement du repas pendant que le personnel s’affaire aux derniers préparatifs (claquements de portes de placard, télévision, bruit des assiettes, dialogues entre membres du personnel).

Illustration 2: Avant le déjeuner

Le fragment « Accueil du service de Gériatrie aiguë » a été capté à l’hôpital Bichat pendant un changement d’équipe. On peut y entendre la voix d’une hôtesse au téléphone ainsi que, au second plan, une conversation entre plusieurs personnes. Pendant toute la durée de la séquence, on discerne la sonnerie régulière du pneumatique de même que le bourdonnement de la climatisation.

Illustration 3: Accueil du service de Gériatrie aiguë 

Les deux fragments sonores suivants sont extraits de la recherche « Les ambiances des espaces d’accueil du service de radiodiagnostic de l’Institut Gustave Roussy ».

Le fragment « Hall d’attente IRM – Scanner sans musique » donne à entendre l’environnement sonore d’un lieu récent pendant une période creuse. Le hall d’attente IRM – Scanner fait partie des espaces généralement appréciés des patients de l’Institut en raison de l’attention portée au confort des personnes en attente (éclairages de type « lumière du jour », environnement spacieux, bruits de pas absorbés par le sol, etc.).
Illustration 4: Hall d’attente IRM – Scanner sans musique 

Le fragment « Le bocal » révèle l’ambiance sonore de l’espace d’accueil du même nom. Il s’agit du premier espace d’accueil pour les visiteurs pénétrant dans le service de radiodiagnostic de l’Institut Gustave Roussy. Cet espace confiné laisse entendre un imposant bruit de VMC, le son de la frappe des touches d’un clavier d’ordinateur ainsi qu’une voix humaine.
Illustration 5: Le  » bocal « 

Avec ces deux recherches, Martine Leroux et Jean-Luc Bardyn nous font entendre l’hôpital sous un nouvel angle. Ce n’est plus seulement le lieu où l’on prodigue les soins ou où l’on accueille des personnes fortement dépendantes (personnes âgées) mais c’est un lieu de vie avec sa quotidienneté, ses rythmes et ses modes propres de communications interpersonnelle. Autrement dit, c’est un espace avec une tonalité distincte de la ville qui l’accueille.

Crédits photo : even then. par kevinpaulmorris | Flickr Licence CC-BY-NC


Quentin Darcq

Stagiaire au centre de documentation du laboratoire Cresson

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Merci beaucoup Quentin pour ce retour vivifiant et personnel sur une recherche importante du labo
    Anthony

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *