Thésaurus Ambiance : quand chercheurs et documentalistes partagent des mots/un vocabulaire

Dans un contexte de rapprochement des centres de documentation du laboratoire de recherche de l’UMR « Ambiances Architectures Urbanités »1 avec les bibliothèques des Écoles Nationales Supérieures d’Architecture, rassemblées au sein du Réseau ArchiRès, nous avons lancé en 2013 un axe de travail autour du vocabulaire des ambiances2. Ce projet a d’emblée été financé par le Réseau International Ambiances, intéressé lui aussi par les questions de vocabulaire, puis par l’ex-CERMA (aujourd’hui CRENAU) et l’ENSA Nantes et réalisé avec le soutien des chercheurs des équipes CRENAU et CRESSON.

Comment ce travail d’indexation documentaire s’est-il transformé en exercice réflexif sur le vocabulaire en usage au sein de l’UMR ?

Sommaire

Objectifs
Processus
Résultats marquants
Ouvertures

Objectifs

Les objectifs initiaux du point de vue de la documentation étaient les suivants :

    • améliorer la qualité des notices bibliographiques par une indexation plus précise, reflétant les thématiques d’un laboratoire et ainsi inscrire leur affiliation au champ des ambiances architecturales et urbaines ;
    • intégrer le thésaurus ArchiRès des écoles nationales supérieures d’architecture (ENSA). Enrichir ce dernier des concepts du domaine des ambiances et ainsi élargir le rayonnement des travaux des deux équipes sur les ambiances architecturales et urbaines au sein des écoles d’architecture (pour l’enseignement et la recherche) ;
    • proposer au Réseau ArchiRès, grâce à leur thésaurus thématique existant, d’intégrer la plateforme de recherche ISIDORE du CNRS (SHS), pour entretenir et développer la visibilité de la communauté en architecture.

Haut de la page

Processus

L’élaboration du Thésaurus Ambiance a débuté en septembre 2013 et pendant 10 mois, plusieurs phases de travail ont été menées, faisant interagir documentalistes et chercheurs.

La première phase, jusqu’à la mi-novembre 2013, a donné lieu aux recensement et recueil de textes (de référence ou fondamentaux émanant des deux équipes) et à la constitution d’une base de données bibliographiques idéelle. Ce substantiel corpus de textes fut soumis à l’épreuve d’une analyse textométrique grâce à l’outil TXM développé au sein de l’ENS Lyon, cela afin d’éditer un index lexical manifeste des occurrences et cooccurrences d’un vocabulaire qui pourrait être propre au domaine de recherche sur les ambiances architecturales et urbaines et de ses spécificités et liens thématiques et disciplinaires. Cela a permis la constitution d’une liste de 53 descripteurs du domaine « ambiance » dont l’intégration était plébiscitée par les chercheurs et documentalistes. Cette liste, ni définitive, ni exclusive, a pu servir ainsi de repère a minima d’un vocabulaire spécifique à ce domaine de connaissance et de base de discussion à l’échelle de l’UMR.

La seconde phase, qui s’est déroulée jusqu’à la fin décembre 2013, fut consacrée à des explorations et propositions de hiérarchisation de ces descripteurs entre eux (quid des termes génériques et spécifiques) ainsi qu’à la recherche des différentes possibilités d’intégration de ces descripteurs hiérarchisés dans l’outil d’indexation ArchiRès (champs sémantiques) des écoles d’architecture déjà existant. Plusieurs scenarii furent exposés et discutés le 20 décembre 2013 avec une dizaine de chercheurs des deux équipes.

A partir d’une représentation partielle de l’agencement, du contenu et du fonctionnement du thésaurus ArchiRès (arborescence), la troisième phase d’élaboration du Thésaurus Ambiance a conduit la communauté scientifique de l’UMR à des réflexions, confrontations et discussions de représentations, négociations et prises de positions, à l’interface d’un domaine de connaissance et d’un outil documentaire.

photo_arbre

CERMA (Nantes), janvier 2014, contributions à l’arborescence à discuter en amont de la réunion bi-sites via skype.

phto_noha_dej

CRESSON (Grenoble), janvier 2014, contributions à l’arborescence à discuter en amont de la réunion bi-sites via skype.

Enfin, s’en est suivi le travail de définition dans un temps assez long. Face à l’appréhension que peut susciter cet exercice pour les chercheurs dès lors que le format imposé n’est pas celui des canons de la recherche scientifique mais ceux de l’analyse documentaire, c’est par un patient et minutieux retour aux textes initiaux que chaque descripteur a été augmenté d’une courte définition et d’une série de références bibliographiques. A partir du printemps 2014, la liste des descripteurs ainsi définis a été diffusée auprès des chercheurs sensibles à la réalisation de ce projet de thésaurus, avec la demande de les amender ou, le cas échéant, de les valider.

Au mois de novembre 2014, nous avons proposé 44 descripteurs à la commission thésaurus du Réseau ArchiRès. Chaque descripteur disposait d’une fiche précisant le champ sémantique dans lequel il pourrait s’inscrire, s’il disposait de terme(s) associé(s) et une définition associée à des références bibliographiques de documents des fonds propres aux deux centres de documentation de l’UMR.

Au cours de l’examen par la commission ArchiRès de ce Thésaurus Ambiance en novembre 2014, nous avons débattu des termes, de leur pertinence, de leur association, de leur place dans la structure sémantique existante. Ces débats ont été extrêmement riches d’enseignement sur le travail d’indexation des documents mais aussi sur les effets de la rencontre de chercheurs et documentalistes dans cet exercice.

Haut de la page

Résultats marquants

Le travail conjoint chercheurs-documentalistes a porté ses fruits pour :

  • identifier un vocabulaire spécialisé ;
  • valoriser les travaux de recherche sur les ambiances ;
  • mettre en place une méthode de travail à poursuivre en particulier sur les archives sonores (de l’analyse des textes des auteurs à la hiérarchisation des descripteurs).

Du point de vue de la documentation scientifique, nous pouvons souligner :

  • le grand intérêt d’indexer avec des termes précis au regard de la place du thésaurus au sein de ce réseau, très fortement attaché à ce vocabulaire contrôlé, patiemment forgé ;
  • l’enjeu des termes non-employés : le thésaurus est un vocabulaire contrôlé présentant des termes employés et des non-employés. Ces derniers sont cependant interrogés dans la base de données des catalogues lors d’une recherche. Ainsi une recherche sur ces deux termes « Sensation » et « Affect » aboutira. Ce système de renvoi permet d’élargir la palette de vocabulaire du thésaurus et de nuancer les termes contrôlés et retenus par la communauté des documentalistes.
  • le sens des termes associés qui donnent une tonalité sémantique différente au descripteur. Par exemple, « Environnement sonore » peut être associé à « Effet sonore » et « Prise de son » ou bien à « Bruit » et « Acoustique », produisant ainsi un sens différent et nous renseignant plus précisément sur le contenu du document.

sensationaffect

 

affect2

 

 

 

 

 

 

 

Du point de vue de la recherche scientifique, ce que nous notons :

S’il ne fut pas choisi de créer de champ distinct « Ambiance » comme cela fut envisagé et discuté au cours de l’élaboration du Thésaurus Ambiance, l’immixtion des descripteurs dans le thésaurus existant des écoles d’architecture rend remarquables les spécificités de ce domaine de connaissance et de recherche.

Ambiances_dans_ArchiRes

Immixtion des descripteurs « Ambiance » dans le thésaurus ArchiRès existant.

En premier lieu nous pouvons souligner sa réalité interdisciplinaire, manifeste dans le travail des deux équipes. Ainsi, des descripteurs sont venus enrichir significativement les différents champs existants tels que « Technique de représentation », « Sciences humaines », « STIC », ou encore « Sciences exactes et appliquées ». Cette interdisciplinarité qui transparaît dans la représentation du thésaurus ArchiRès marque par là même les apports spécifiques des ambiances dans le paysage de la recherche en architecture. Par exemple, les descripteurs « Réalité augmentée », « Réalité virtuelle » et « Microclimatologie urbaine » sont effectifs dans la reconnaissance des travaux antérieurs et actuels de l’UMR. Autre exemple, le champ « Techniques de représentation » intègre désormais « Carte sonore », dont Cartophonie est un exemple, ainsi que « Transect urbain », dont le rapport D-Transect illustre la démarche. Notons aussi à travers cela que les préoccupations cartographiques et sonores apparaissent potentiellement comme des objets de recherche transversaux aux deux équipes de l’UMR. Concernant les sciences humaines, la recherche sur les ambiances participant des expertises phénoménologiques et pragmatiques, permet d’introduire des descripteurs pouvant préciser le sous-champ « Perception » selon différents aspects : celui de l’Ambiance, des sens et du temps. Toutes les modalités perceptives/sensorielles (goût, kinesthésie, odorat, ouïe, toucher, vue) ont, à titre d’exemple, fait leur entrée.

En second lieu, un certain nombre des descripteurs retenus mettent en exergue un vrai savoir-faire de l’UMR sur les méthodologies. Le champ « Méthodologie » du thésaurus ArchiRès a ainsi été amendé par le sous-champ « Méthodologie in situ ». Les méthodes décrites dans l’ouvrage L’espace urbain en méthodes  sont maintenant intégrées dans le thésaurus ArchiRès (méthode des itinéraires, entretien sur écoute réactivée, observation récurrente, parcours commenté). Ce sous-champ a ouvert la voie de l’intégration de nouvelles méthodes in situ comme « Approche vidéo ». Ce savoir-faire notable sur les méthodologies nourrit aussi le sous-champ préexistant « Méthodologie du projet ».

Par un vrai travail de combinaison des descripteurs maintenant disponibles, les documentalistes et les chercheurs peuvent à ce jour disposer d’une indexation fine de leurs travaux. Par exemple, le descripteur « Marche à pied », associé à « Cheminement » et « Perception de l’espace », nous permet désormais d’indexer toutes les productions de l’équipe Cresson à ce sujet, depuis Pas à pas de Jean-François Augoyard jusqu’à aujourd’hui.

Haut de la page

Ouvertures

Le très bel accueil que nous a réservé, à l’automne 2014, la commission du thésaurus ArchiRès a été très engageant pour la poursuite de ce travail. C’est pour cela qu’en juin 2015 le Cresson a proposé de nouveaux descripteurs. La mise en concordance entre les descripteurs utilisés par le Cresson pour l’indexation et ceux du thésaurus ArchiRès 2015 a fait ressortir une dizaine de termes que nous ne voulions pas abandonner. La prochaine migration de notre fonds dans le catalogue commun des ENSA nous a incité à proposer ces termes par ailleurs présents dans le référentiel Rameau utilisé par la BNF. En savoir plus)) : « Intimité », « Empathie », « Activité motrice ». Ce dernier est celui que nous utilisons pour décrire les documents abordant les mouvements du corps. Les termes « Prise de son » et « Histoire de vie » ont intégré les méthodologies in situ. Depuis le mois de juin 2015, tous les descripteurs 2014 et 2015 (en couleur sur la carte élaborée avec Freemind) sont présents dans le catalogue de la bibliothèque Cresson. Les notices ont été réindexées avec ces termes.

A partir de septembre 2015, nous allons travailler à l’intégration du fonds de la bibliothèque CRESSON au portail documentaire ArchiRès, il pourra ainsi répondre aux requêtes sur les thématiques des Ambiances. Le fonds du CRENAU, déjà présent au sein de la bibliothèque de l’ENSA Nantes rejoindra prochainement le portail selon des modalités encore à définir. Grâce au travail de la commission thésaurus du réseau Archirès, avec le soutien du MCC, le thésaurus des ENSA fait son entrée dans le web sémantique. Grâce à l’application Ginco (Gestion Informatisée de Nomenclatures Collaboratives et Ouvertes) développée par le Ministère de la Culture et de la Communication , le thésaurus sera exportable au format Skos (Système Simple d’Organisation des Connaissances), celui-là même plébiscité par la plateforme de ressources en SHS Isidore. Nous faisons le vœu qu’à l’horizon 2016, les ressources en architecture y feront leur entrée ! Ses nombreuses fonctionnalités comme la suggestion de lecture sont fort encourageantes, non ? !

Si aujourd’hui les objectifs fixés par les documentalistes sont atteints ou presque (horizon 2016 pour l’intégration de la base Isidore) et qu’une dynamique de mise à jour annuelle est amorcée, quelles perspectives pouvons-nous souhaiter voir être mises au travail par la communauté des chercheurs ? Ce thésaurus, sa réalisation se détournant sciemment de sa stricte contingence documentaire, engage et formalise une réflexion sur le vocabulaire d’un domaine de recherche et de connaissance avec ses chercheurs. Peut-il être l’occasion de poursuivre des échanges scientifiques ? Peut-être pouvons-nous proposer trois pistes comme motifs à entretenir la mobilisation des chercheurs à ce propos.

La première présenterait ce travail sur le vocabulaire scientifique comme l’une des possibilités d’inter-connaissance approfondie entre les membres de l’UMR nouvellement redéfinie, puisque du côté nantais le CRENAU réunit maintenant les chercheurs de l’ex-CERMA et de l’ex-LAUA. L’intérêt pourrait alors être ici, non pas de trouver/convenir d’un vocabulaire commun, mais bien de travailler avec la spécificité des vocabulaires de chacun pour s’exercer toujours plus à la transdisciplinarité et non pas seulement à l’interdisciplinarité.

La seconde piste pourrait quant à elle interpeler la communauté scientifique du Réseau International Ambiances. Au regard des thèmes des séminaires du GDRI-CNRS Ambiances en traduction/Translating Ambiances, à quelles traductions pourrait donner lieu le Thésaurus Ambiance (champs disciplinaires, termes associés, en fonction des pays, des langues et des pratiques de recherche) ?

Enfin, et cela ne va pas sans les pistes précédentes, ne pourrait-on pas penser des formes de représentation ou d’expression du Thésaurus Ambiance, autres que celles de la documentation, comme un espace d’interaction de la communauté des chercheurs sur les ambiances ?

Haut de la page

Imprimer cet article en PDF :

Citer ce billet : “Thésaurus Ambiance : quand chercheurs et documentalistes partagent des mots/un vocabulaire”, par Aurore Bonnet et Françoise Acquier. Publié sur Le Cresson veille et recherche… le 12 octobre 2015. Lien : http://lcv.hypotheses.org/10239.
  1. CRESSON et CRENAU []
  2. Nous avons travaillé de concert, Françoise Acquier (documentaliste du CRESSON), Aurore Bonnet (chercheuse associée au laboratoire) et Martine Chazelas (ex-documentaliste de l’ex-CERMA []

Aurore Bonnet et Françoise Acquier

Aurore Bonnet est chercheuse associée au Crenau - UMR CNRS 1563 "Ambiances Architectures et Urbanités", à l'école nationale supérieure d'architecture de Nantes. Françoise Acquier est documentaliste au Cresson - UMR CNRS 1563 "Ambiances Architectures et Urbanités", à l'école nationale supérieure d'architecture de Grenoble.

More Posts

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Vous nous retracez à merveille ce processus; mais vous faites plus toutes les deux, vous venez – précisément par votre récit – « titiller », ou pour le moins interroger la façon dont les chercheur-e-s s’emparent (ou non…) de ces questions de documentation qui, vous le montrez parfaitement, ne sont pas que des questions de documentation mais aussi de recherche (à moins que précisément ces catégories figées, pré-établies et normées ne disparaissent du fait de votre travail, ce qui ne serait pas la moindre de ses qualités!)
    Bref, j’espère que ce billet (et ses éventuelles continuations) sera l’occasion du débat sur ces questions qui n’a pas forcément eu lieu jusqu’à présent
    Une manière d’y contribuer, avec un pavé dans la mare: l’UMR produit-elle des savoirs identifiables / reconnaissables par Archirès uniquement dans le champ des ambiances, ou plus largement?

  1. 28 février 2017

    […] Billet co-écrit avec Françoise Acquier en Octobre 2015 sur LCVR. Une tentative auprès de la communauté de l’UMR 1563 AAU. À retrouver ici : http://lcv.hypotheses.org/10239 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *