La ville sonore

Intégrée au laboratoire par le biais d’un stage de master Arts et architecture à l’ENSA Montpellier, j’écris ce billet pour partager les recherches effectuées depuis deux mois, comme un éventail de méthodes induites par les travaux du CRESSON.

Tout au long de ce stage, ma formation m’a menée vers un questionnement fondamental dans l’appréhension de notre métier d’architectes. Les ambiances, ici plus particulièrement sonores, sont génératrices de comportements, d’usages, voire d’émotions liées à la perception d’un lieu. Elles influencent nos manières d’appréhender l’espace dans notre vie quotidienne ou en situation exceptionnelle, empêchant par là une expérience de la ville trop lisse. Elles sont représentatives de cultures, de rapports sociaux, témoignent parfois de l’histoire d’un lieu, ce rapport in situ qui me semble essentiel. Ainsi, l’intention était de mieux comprendre quelle est l’influence des espaces sonores générés par l’architecture, à toute échelle de projet, dans notre expérience de la ville?

Mais avant tout, pourquoi le sonore dans la conception architecturale ? D’abord car c’est une dimension à laquelle on ne peut échapper, «l’oreille n’a pas de paupière» est d’ailleurs une expression que j’ai souvent entendue durant ce stage. Cette perception est immersive, physiquement mais aussi mentalement, de par sa capacité évocatrice. Le son révèle un matériau, un volume. Et ce par une interaction, car un bâtiment ne prend sens que parce qu’il est investi. Par des voix, des pas, des usages, mais aussi par la circulation de l’air ou du vent, qui pourrait faire chanter l’architecture comme un grand instrument.

Construire avec les sons, et non en se protégeant d’eux. Changer de perspective en utilisant le son comme un matériau à part entière de conception architecturale et urbaine, orchestrer véritablement les sons de la ville en les générant, les modifiant ou les assemblant avec harmonie. Le son renvoie au dynamisme, à des actions, et un parti pris cher au Cresson est de rappeler que notre présence dans un espace implique certes une dimension perceptive, mais également une dimension productrice. Nous sommes en partie les propres créateurs d’un espace sonore, particulièrement dans les espaces collectifs.

On constate souvent des incohérences entre les usages qu’induit l’aménagement des espaces et leur réalité sonore, dues soit à la simple ignorance des sons, soit à leur qualification comme nuisance. Les cafétérias à forte résonance, où le repos espéré à la pause devient difficile, l’isolation acoustique des appartements vers l’extérieur qui génère la perception des activités des logements voisins, les plages étroites de stations balnéaires longeant des voies automobiles, autant d’exemples de situations désaxées de leurs pratiques par le vécu sonore. Ainsi, il nous faudrait maîtriser la présence du bruit plutôt que de l’endurer.

 

Étude sonore

L’objectif de cette recherche a été d’analyser deux sites urbains en rendant compte de leurs caractéristiques sonores. Ce travail mêle recherches de terrain (prises de son, entretiens, relevés, photos…) et recherches théoriques au laboratoire (analyses des données, écrits, représentations graphiques…). Le rapport de recherche s’organisant entre ces deux analyses de sites grenoblois,  j’ai choisi de n’en présenter ici qu’un seul, celui que j’ai le plus développé: le passage liant le Quai Perrière et la rue Maurice Gignou qui mène à la Bastille.

DSCF1135

État des lieux:

Situé dans le quartier italien de la ville, un passage fait la liaison entre le Quai Perrière et la rue Maurice Gignou, à laquelle il doit son adresse. Il lie deux environnements sonores qualitativement et quantitativement distincts.

audddd Panorama

Sur la rive droite de l’Isère, le Quai Perrière – surnommé à juste titre «quai des pizzerias» – fut investi il y a trois générations par des migrants italiens suite à une demande de main d’oeuvre. Les transalpins, formant une grande communauté de 10 000 habitants, s’approprièrent le quartier notamment en y installant plus de 40 pizzerias.

Depuis la réhabilitation des quais et l’augmentation des loyers qui a suivi, un processus de transformation s’engage, leur nombre décroit même si elles restent encore largement majoritaires. L’identité forte de ce quartier subsiste.

Grâce au projet «Coeur de ville, coeur d’agglo» lancé en 2012, le Quai Perrière, autrefois une triple voie automobile, draine aujourd’hui par une voie à sens unique le flux arrivant de Chartreuse et de la Tronche. L’espace récupéré a permis de mettre en place de larges trottoirs ainsi que des pistes cyclables, libérant la promenade entre la Bastille et le centre ville mais aussi les terrasses des restaurants, autrefois réduites au minimum.

Cela étant, même si l’espace visuel et praticable a été aéré, le passage permanent des voitures et leur niveau sonore élevé, hypothétiquement dû à la réverbération engendrée par l’eau plate de l’Isère, reste acoustiquement envahissant.

De l’autre côté du passage: la rue Maurice Gignou, l’une des routes conduisant à la Bastille, peu fréquentée des voitures et laissant la place aux promeneurs, visiteurs de ce monument historique ou habitant du quartier. Quelques vieilles maisons aux jardins centenaires laissent s’échapper les sonorités du quotidien, mais l’ambiance sonore dominante est celle d’un paysage naturel: chants d’oiseaux permanents la journée, crissements des grillons le soir, frémissements des feuillages par temps venté.

Un calme remarquable compte tenu de sa proximité quasi-immédiate avec l’activité du quai. Un léger drone urbain est cependant perceptible, l’hypothèse étant que l’intense circulation rive gauche serait renvoyée en cloche au-dessus de l’Isère, et réfléchie vers la rue Gignou par la matérialité de la paroi rocheuse.

Entre les deux, le passage. Dans un sens comme dans l’autre, un tunnel obscur qui contraste avec la vue découpée par l’arche, saturée de lumière. Sous le plafond métallique, les sons des deux environnements s’y mêlent par un effet de réverbération.

 

Fiche synoptique

Élaborée par Pascal Amphoux, chercheur au CRESSON, la fiche synoptique s’adresse aux preneurs de son. Elle se décompose en quatre catégories: la localisation du site, la composition de son environnement sonore, les intentions quant aux prises de son effectuées, et les informations utiles à connaître pour des enregistrements pertinents.

  • LOCALISATION

TERRAIN

Nord de Grenoble, près du site de la Bastille. Rive droite de l’Isère. Passage perçant le bâti, reliant le Quai Perrière à la rue Maurice Gignou.

  • COMPOSITION

FOND SONORE
Naturel (oiseaux ou grillons selon l’heure, feuillages) + rumeur urbaine (circulation automobile principalement).

AMBIANCE SONORE
Mixage des deux environnements sonores au sein du passage.

SIGNAUX SONORES

Terrasses des restaurants, circulation quasi-permanente, sifflement du vent dans les feux signalétiques, chants d’oiseaux.

  • INTENTION

CRITÈRES HYPOTHÉTIQUES
Hypothèse 1 : le passage, lieu mêlant deux ambiances sonores.

CITATIONS – EXPRESSIONS

«Il y a un peu d’écho, c’est bruyant. Il y a sans arrêt des voitures qui passent donc il y a un bruit constant.» «ça fait vraiment une coupure dès qu’on passe l’arche, c’est radicalement différent.»

  • INFORMATION

HORAIRES

Midi restaurants ouverts, mais soirées plus animées.
Samedi soir bords d’Isère investis par les étudiants. Dimanche lieu de promenade.

DIVERS
Météo influente : peu animé par temps mauvais, pour capter les activités préférer les journées ensoleillées, et les soirées peu ventées.Grenoble VUE AÉRIENNE

Carte des points d'enregistrements

L’articulation: prototype sonore architectural

Il s’agit là d’une analyse architecturale selon la méthode de Grégoire Chelkoff, le passage étant ainsi classé comme une «articulation», l’un des trois prototypes sonores architecturaux avec la limite et l’inclusion. Elle permet l’analyse du lieu par ses formes construites, ses phénomènes sensibles et ses pratiques publiques.

  • FORMES CONSTRUITES

    Passage couvert en dénivelé, d’une hauteur moyenne de 4,50 m, assez large (5m) pour le passage d’un seul véhicule. Ainsi présence d’un feu rouge avant chaque entrée du passage.

    Murs en pierre, plafond à lames métalliques, revêtement de sol en asphalte gris.

    Changement de niveau sonore notable à la traversée.
    Réverbération de chaque environnement sonore, avec prédominance de la circulation pour le quai, et du chant des oiseaux pour la rue M. Gignou. Effet de réverbération de tout évènement sonore lorsqu’il est produit à l’intérieur du passage : voix, véhicules, talons.

    Feux de circulation avec faille centrale générant un sifflement particulier du vent à intensité variable.

    Intensité sonore:
    IMIN: 50 dBA ; IMAX: 66 dBA.

  • PHÉNOMÈNES SENSIBLES

    Présence sous le passage de deux environnements sonores très différents. En se dirigeant vers la rue Gignou, depuis l’environnement sonore du quai au niveau élevé, on perçoit un fondu de l’ambiance circulatoire dans le passage. Puis enchainement par un fondu inversé de l’ambiance de la rue Gignou, et enfin en parcourant quelques mètres, le calme malgré une légère rumeur urbaine. L’ambiance sonore est naturelle, oiseaux et insectes s’exprimant.

    En effectuant le trajet inverse, on perçoit l’ambiance du quai, plus particulièrement les moteurs des véhicules, légèrement en amont du passage.

    Dans la rue Gignou, on perçoit distinctement chaque son se détachant du fond sonore.
    À l’inverse sur le quai, l’espace sonore est saturé par la circulation, les autres sons sont masqués et selon la météo s’envolent avec le vent.

    Difficultés à la communication, nécessité d’élever la voix.

    La lumière est également différente, vive et blanche sur le quai, et filtrée par les arbres dans la rue, semblant plus chaude et dorée.

    Si météo ventée, le vent est ressenti avec moins de force dans la rue Gignou que sur le quai : protégée au nord et au sud par les bâtiments, ainsi qu’à l’ouest par un haut mur supportant un espace vert en hauteur. En termes de confort thermique, la rue Gignou est donc également plus tempérée que le quai, plus exposé.

  • PRATIQUES PUBLIQUES

    Liaison entre deux modes d’espace public:

    Quai Perrière:

    – différents modes de circulation clairement définis par l’aménagement des voies : véhicules motorisés, circulations douces: cycles et piétons; interactions sociales, travail ou détente en terrasses de restaurants;

    – promenade au bord de l’eau;

    – activités commerçantes (restaurants, bars).

    Rue Maurice Gignou:

    – desserte de quelques habitations; attente et passage du bus 40, principalement utilisé par les étudiants habitant à la résidence universitaire du Rabot;

    – montée/descente de cyclistes intéressés par le sentier de la Bastille; idem pour les promeneurs.

L’importance des enregistrements in situ

Des prises de son ont été effectuées avec des intentions pré-établies : les enregistrements d’environnements sonores qui ont été analysés par la suite, et les entretiens avec les usagers, retranscrits plus tard. Tous ont été pris à différents moments du jour et de la semaine.

Les échanges avec les habitants sont riches d’enseignements. L’observation quotidienne du vécu sonore, bien qu’inconsciente, permet de confirmer les hypothèses émises : «ça fait vraiment une coupure dès qu’on passe l’arche, c’est radicalement différent.», mais elle est également indéniablement plus familière qu’une observation en situation de recherche. Les entretiens permettent ainsi de mettre en lumière des détails liant pratiques sociales et sonores, que j’aurais été susceptible de manquer :

«Il y a un peu d’écho, c’est bruyant. Il y a sans arrêt des voitures qui passent donc il y a un bruit constant. Et… à part ça c’est tout. Si ! Il y a le bruit de la vieille qui jette des sauts d’eau juste là des fois quand on passe !» – Pierre, étudiant. (150629-002) Lundi 29 juin 2015, 18h00.

«Il y a toujours des gens qui se garent là, donc les navettes ne peuvent jamais passer, donc on a des klaxons souvent !» – Charlotte, habitante proche. (150622-006) Lundi 22 juin 2015, 17h43.

Les personnes interrogées l’ont été soit à la suite d’une interpellation spontanée de leur part, soit en les abordant directement. Il s’agira d’usagers quotidiens comme les habitants ou les personnes y travaillant à des horaires fixes, mais également d’usagers aux passages plus aléatoires.

Concernant les enregistrements d’environnements sonores, ils ont eu au cours de cette recherche plusieurs utilités:

    • D’une part ils ont permis l’élaboration d’une banque de données sonores spécifiques à ces lieux, qui pour les plus représentatifs pourront être mis en ligne sur le site cartophonies.fr. Les enregistrements ont dû être nommés, localisés et temporalisés.
    • D’autre part, ils ont participé comme matière première à la création de deux cartes postales sonores : «Parcours séquencé, ambiances entremêlées» et «Traversée poétique». Une carte postale sonore est un portait sonore d’un lieu, accompagnée d’un titre et d’un texte. La première est un extrait d’enregistrement représentatif du parcours entre le quai Perrière et la rue Maurice Gignou par le passage, un soir de semaine. La deuxième est une composition, plus interprétative et évocatrice.Cartes postales sonores

  • Enfin, les enregistrements ont permis de représenter un grand nombre de sonographies.

La sonographie

Cette représentation visuelle de l’espace sonore permet de lire les marques sonores de l’environnement selon leur source, leur nature (mécanique, humaine ou naturelle), leur durée et leur continuité, en présentant une idée de l’intensité des sons perçus par la représentation visuelle de l’onde sonore la surmontant. Elle présente ainsi une vue d’ensemble d’une portion localisée et temporalisée de l’environnement sonore du site. L’axe vertical exprime les différents plans audibles selon le classement suivant : la tonalité correspond au contexte sonore du lieu, tandis que les figures sont plus de l’ordre de l’évènement. L’axe horizontal lui, contient la description et la représentation des sources sonores selon leur ordre d’apparition, leur durée et leur continuité. Un code couleur est respecté, traduisant par une teinte plus ou moins chaude la sensation engendrée, du naturel au mécanique. Chaque sonographie ou ensemble de sonographies est accompagnée d’un commentaire analytique.

sonographie

Les sonographies révèlent des phénomènes globaux comme d’autres plus précis:

sono

Représentations visuelles du sonore

  • Le principe de la carte des sons et délimitations phoniques a pour but de représenter à la fois l’espace physique et l’espace sonore tel qu’il agit dans celui-ci. Le code couleur est identique à celui des sonographies, il représente les flux, les points de sons et les micro-territoires sonores. Ce qu’il est intéressant de constater avec ces cartes, c’est que les limites visuelles et sonores sont distinctes, le sonore échappe aux limites visuelles établies par le bâti. Il ne respecte pas le même champ de perception que la vision, cette carte sert à le mettre en évidence par superposition de l’espace physique et de l’espace sonore. Le cas du passage est significatif puisqu’il génère un espace visuel restreint, mais un espace sonore amplifié, les sonorités extérieures au passage l’investissant librement. De même, on représente l’espace sonore naturel qui règne dans la rue Maurice Gignou, malgré les hauts murs délimitant les jardins.carte sons et délit phoniques
  • La carte mentale sonore est une représentation graphique subjective d’un lieu par les phénomènes sonores perçus. Ainsi, j’ai représenté le passage et son environnement proche : l’Isère, ses canards et les bruissements du feuillage, le vrombissement des moteurs, les sons échappés des pizzerias et des habitations, le chant des oiseaux et le martèlement régulier d’un bricoleur, jusqu’aux sons les plus infimes, comme les ailes des essaims de fourmis reines et le passage presque silencieux du téléphérique.Carte mentale sonore
  • Le dessin ci-dessous est une expérience personnelle, une tentative de représentation des sons en situation par la couleur: le violet pour les sons mécaniques, le vert pour les sons naturels, et les tons jaunes pour ceux liés à l’humain. Sur les deux représentations, le passage est le lieu où les bruits de l’environnement se mêlent.Représentation visuelle des sons

 

À travers ce stage au Cresson, j’ai souhaité me nourrir de réflexions et de méthodes entamées depuis près de 40 ans par de nombreux chercheurs, et accompagner cette recherche d’un espace sonore qui dépasserait la question du confort acoustique, aujourd’hui très bien maîtrisé par les acousticiens. Je crois que l’on peut enrichir notre pratique de la ville et de l’architecture, ces qualités sensibles étant parfois intégrées à des projets comme les musées ou des interventions plus ponctuelles, mais en l’élargissant aux espaces quotidiens. Car toute architecture s’intègre dans un contexte sonore pré-existant, il s’agit maintenant de composer avec.

Imprimer cet article en PDF

Pour citer ce billet : Chloé Gérard, « La ville sonore», Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 17 septembre 2015. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/10305

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Merci beaucoup Chloé pour ce billet très fin, plus que richement illustré, et qui rend bien compte de l’investissement que tu as mis dans ce séjour parmi nous. En espérant que tu reviens bientôt nous voir et pour longtemps!
    Anthony

  1. 27 juin 2016

    […] aller plus loin… > L’article sur la « ville sonore » du carnet du CRESSON > « La figuration cartographique de l’espace […]

  2. 14 mars 2017

    […] l’activité de recherche et celle du centre de documentation. Ainsi se côtoient les billets issus des stages de recherche effectués par des étudiants (M2, doctorants en accueil, chercheur de passage), les compte-rendus […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *