Sur les traces du risque à Barão de Mauá (Brésil). Participation à une recherche sur la notion d’ambiance du risque.

Accueilli au laboratoire CRESSON dans le cadre de mon stage de fin d’études du Master « Espace Public. Design, architectures et pratiques », j’ai participé au projet de recherche PEPS « Ambiances du risque. Enquête sur l’expérience diffuse des risques de contamination à Barão de Mauá (Brésil) » dirigé par Jean-Paul Thibaud. Cette recherche répond à un appel à projets PEPS FaiDoRa (Faibles Doses, Risques, Alertes) et repose sur une collaboration pluridisciplinaire entre l’équipe CRESSON (UMR 1563 Ambiances), l’équipe Territoire (UMR 5194 PACTE) et la CETESB (agence environnementale de l’Etat de São Paulo). Son objectif est de tester la pertinence de la notion d’ambiance du risque et d’expérimenter un dispositif méthodologique d’attention au diffus croisant méthodologies liées aux ambiances et analyse de controverse dans l’ensemble résidentiel Barão de Mauá situé dans la périphérie sud-est de São Paulo.

Durant la semaine de terrain du 1er au 5 juin 2015, ont pris part à la recherche : Jean-Paul Thibaud (sociologue, CRESSON), Nicolas Tixier (architecte, CRESSON), Patrick Romieu (anthropologue, CRESSON), Jacques Lolive (politologue, PACTE), Cintia Okamura (psycho-sociologue, CETESB), Maria de Lourdes Pinheiros Simoes (sociologue-urbaniste, CETESB), Thiago Rigui (sociologue, CETESB), Carolina Polletti (anthropologue, CETESB), Norma (journaliste, CETESB), Alvaro Florentino Da Silva Junior (Ingénieur, CETESB), Silvia (sociologue, CETESB), Anali (sociologue , CETESB).

Durant mes trois mois de stage (14 mai au 14 juillet , et du 1er au 31 septembre 2015), j’ai travaillé à la restitution de notre expérience de terrain auprès des habitants. J’ai donc choisi de suivre cette même démarche pour ce billet et de restituer mon expérience de terrain sous la forme d’un journal de bord illustré par des photographies et des sons collectés sur place. Je vous invite à accompagner votre lecture avec ces sons d’ambiances.

 

Lundi 1er juin – début d’après-midi

Nous attendons dans la voiture pendant que Cintia Okamura parle à des « síndicos » (élus parmi les copropriétaires au cours d’une assemblée générale) de la résidence. Il pleut légèrement, le temps est un peu brumeux. Ici, ne rentre pas qui veut. Avant de descendre de la voiture, il faut montrer patte blanche. Le condomínio (ensemble résidentiel) est complètement fermé. On ne peut y entrer que par des « portarias » (portails d’entrée) tenues par des gardiens et surveillées par des caméras. En attendant, j’observe le condominio par la fenêtre. Deux personnes passent devant la voiture : une dame avec son chien et un jeune homme avec du matériel électrique. Les espaces verts ont leurs plantes bien ordonnées et bien taillées. Les bâtiments sont partiellement peints en vert. Le vert domine. A l’entrée du bâtiment, sont disposés des nains de jardin, des coccinelles, des poissons, des lapins. Tout semble bien entretenu.

Photo n°1 : Les indices d’un habitat protégé. Condominio Barao de Maua, lundi 1er Juin 2015.

 

 

 

 

 

 

 

 

16h

Une fois prises nos marques dans l’appartement qui va être notre lieu de travail durant la semaine nous partons tous « en dérive » (marche libre dans l’espace avec une attitude d’attention flottante) dans le condominio.

Je sors de l’appartement. J’entends des oiseaux. J’entends également le bruit de la route au loin. Quelques oiseaux me survolent. Certains sont perchés sur les toits des immeubles. Je suis dans un parking couvert. Une voiture passe doucement. Comme je suis en plein milieu de la route, elle me contourne tranquillement. Dans un coin du parking, un petit chantier est installé. J’entends des sons de pioche réguliers qui sont renvoyés par les bâtiments, avec un écho puissant.

[…]

Je suis sorti depuis trente minutes et je n’ai toujours pas entendu de voix humaines. Par contre, je remarque qu’à intervalles réguliers des avions volent à faible altitude au dessus du condomínio.

De là où je suis, deux paysages se font face : d’un côté, un bel horizon dégagé avec la ville au loin et de la végétation ; de l’autre, des immeubles organisés par couleurs : verts, gris, oranges, blancs, verts, blancs, blancs, verts, blancs, gris/noirs, gris/ noirs, gris puis rouges. Tous ces immeubles sont les mêmes, seul leur état diffère : certains semblent neufs, d’autres plus anciens ou même complètement abandonnés.

Ces bâtiments ont une forte présence, ils apparaissent comme le symétrique mort des autres. Patrick Romieu appelle ces bâtiments « les tours Hiroshima ».

Photo n°2 : Situation arrêtée. Condominio Barao de Maua, lundi 1er Juin 2015.

Je sors du condomínio et décide de le longer par l’extérieur. Je note immédiatement une grande différence entre l’intérieur et l’extérieur. Dehors, le trottoir n’est pas très entretenu. Les herbes poussent, le béton est craquelé par la végétation. Les murs sont tous recouverts de publicités peintes. Les poteaux sont truffés de petites annonces.

C’est la ville qui s’adresse au condomínio. Dans le condomínio, l’herbe est tondue, tout est statique, bien rangé : c’est le « Home Sweet Home ». Ce contraste entre l’extérieur et l’intérieur renforce le sentiment d’enfermement que j’ai ressenti à l’intérieur.

En tournant la tête, je remarque des usines. On dirait une scène de science-fiction. Dans le brouillard, on distingue au loin des rangées de cheminées qui fument.

[…]

Photo n°3 : L’horizon industriel. Condominio Barao de Maua, lundi 1er Juin 2015.

Mardi 2 juin

10h

Ce matin, Jacques Lolive et Cintia Okamura nous présentent la controverse en détail. Le terrain a été utilisé comme dépôt clandestin et illégal de déchets industriels pendant une vingtaine d’années, de 1973 à 1993, au vu et au su de tous. Lorsque le terrain est vendu pour le projet de construction du condominium, la municipalité de Mauá l’approuve sans mentionner l’existence de ces déchets. En 2000, deux ouvriers meurent dans une explosion lors d’un entretien d’une pompe à eau dans le sous-sol. Les habitants sont alors informés par les médias de la forte concentration de gaz détectée dans le condomínio, ce qui va instaurer une forte défiance des habitants vis-à-vis des institutions locales. La situation est entre les mains de la justice depuis maintenant quinze ans ; le caractère irréconciliable des positions de chacun des acteurs impliqués entraîne une succession de décisions de justice contradictoires. Aujourd’hui, l’entreprise responsable de la construction du condomínio emploie l’entreprise Geoklock pour effectuer des mesures et des travaux de décontamination du sol. Les habitants à qui on a fait miroiter pendant un temps une indemnisation et un relogement sont maintenant organisés et extrêmement révoltés par leur situation.

[…]

Photo n°4 : Parcours commenté avec Alaïde (à gauche sur la photo), une habitante du condominio. Condominio Barao de Maua, mardi 2 juin 2015.

14h

Aujourd’hui c’est ma première rencontre avec les habitants. Malgré un accueil généralement sympathique, leurs propos traduisent souvent des expériences douloureuses. Certains sont arrivés après l’explosion, attirés par les loyers exceptionnellement bas dus au contexte environnemental ; ceux-ci vivent dans le déni du risque et tirent profit de la situation. Les autres, en revanche, parlent d’un rêve qui a viré au cauchemar : arrivés ici avec de nombreux projets, ils vivent aujourd’hui une situation bloquée depuis l’explosion en 2000. La construction des bâtiments est arrêtée, les travaux de rénovation des bâtiments est impossible, les projets d’aménagements (construction d’une salle des fêtes, couverture des parkings, peinture des bâtiments, etc.) sont bloqués.

Les habitants souffrent de cette indétermination. Les bâtiments abandonnés qui abritent des trafics de drogue créent chez les habitants un sentiment d’insécurité palpable.

Mercredi 3 juin

Avant d’effectuer le premier parcours commenté prévu de la journée, je profite d’un temps plus libre pour continuer à explorer le condominium. Je profite d’une des nombreuses ouvertures d’un grillage pour entrer dans le terrain vague de la tour abandonnée qui fait face au parking. Au milieu des herbes hautes, je découvre des traces de passage. Je remarque deux potelets avec des écritures et un logo triangulaire. J’ai l’impression de marcher sur une bombe, d’avoir un danger sous mes pieds. Cela va-t-il exploser ? J’hésite à continuer et fais demi-tour : je ne veux pas aller seul jusqu’au bâtiment abandonné. Dans les herbes, je vois des canettes, des déchets de boissons. Je remarque de nombreuses ouvertures dans le grillage pour accéder à cet espace. Le condomínio prend une tournure inquiétante.

[…]

Photo n°5 : Tania nous pointe du doigt les potelets de « monitoramento » situés en bas de son immeuble. Condominio Barao de Maua, mercredi 3 juin 2015.

Je commence le parcours avec Tania, membre du « síndico » très mobilisée et impliquée dans la défense des habitants du condomínio. Nous sommes devant son immeuble. Elle commence par me présenter le condomínio comme un lieu de vie agréable auquel elle est très attachée. Très vite, son discours bascule et le parcours se transforme en un parcours du risque. Elle me mène de trace de risque en trace de risque. Dès l’entrée de l’immeuble, elle pointe les potelets de « monitoramento » qui mesurent en permanence les taux de gaz dont j’avais remarqué l’omniprésence quelques dizaines de minutes plus tôt. Nous nous rendons ensuite dans un bâtiment délaissé. On y observe des traces de passages : des déchets alimentaires, une ouverture bricolée à l’arrière du bâtiment, des passages ouverts à certains endroits du grillage. Ces tours sont fréquentées par les jeunes qui viennent pour traîner, fumer. Tania me précise que certains viennent de l’extérieur du condomínio, en dépit de son système de surveillance (caméras, rondes régulières, gardiennage, etc.). Elle est très au courant de la situation en la matière car c’est elle qui gère la sécurité du condomínio : ici c’est elle qui fait la police. Nous nous rendons sur un mini-chantier de l’entreprise Geoklock. Des trous sont creusés en permanence dans le sol pour en extraire de la terre contaminée. Tania me fait remarquer les tâches de béton qui témoignent des perforations antérieures et me fait sentir l’odeur de méthane de la terre prélevée. Lorsque je regarde le sol du parking, j’ai l’impression de voir une peau gardant les traces de ces anciennes piqûres. Quand je lui demande si elle a peur, elle me dit que parfois elle a peur d’une explosion quand elle entend un bruit fort et soudain. Nous passons ensuite par la zone la plus contaminée. Un arbre tente de pousser depuis des années : sans feuilles, il atteint péniblement une vingtaine de centimètres. Des ouvriers commencent un mini-chantier de perforation entre deux tours.

[…]

En compagnie d’Alvaro Florentino Da Silva Junior j’effectue un parcours commenté avec deux habitantes « sindicadas » de l’ensemble de bâtiments, le plus contaminé du condomínio.

Elles racontent que lorsqu’il pleut en période de chaleur on peut voir de la condensation dans certaines zones, du côté du parking du fond. L’odeur varie en fonction des conditions atmosphériques. Elles savent où sont ces « monitoramentos » qui truffent le condomínio. Elles racontent que les enfants ne s’en approchent pas trop par peur d’une explosion. Les jours qui ont suivi l’explosion, les enfants n’arrivaient pas à dormir par peur d’une autre explosion. Je leur demande si elles ont peur, elles me répondent que la présence d’étrangers (au condomínio) tend à développer chez elles une sensation de danger, de peur ; selon elles, les uniformes que portent les techniciens de Geoklock renforcent ce sentiment. Je prends immédiatement conscience que nous participons à cette présence étrangère dans le condomínio ; Alvaro aussi, il s’excuse pour la gêne que nous occasionnons. Elles nous rassurent immédiatement : ce qui les gêne, ce sont les personnes qui viennent profiter ou qui ne communiquent pas avec les habitants. Elles nous assurent que notre présence est bien perçue et évoquent la présence de politiques venus faire avant les élections des promesses, non-tenues par la suite.

Malgré le blocage de la situation, les habitants ont des projets. Dans leur ensemble de bâtiments, elles sont en train de négocier pour que les bâtiments soient repeints.

En nous saluant, elles nous remercient. Les salutations sont très cordiales. Je ressens beaucoup d’attente à notre égard. J’espère que nous ne serons pas pour elles une déception supplémentaire.

Jeudi 4 Juin

Aujourd’hui est organisée une journée de réactivation avec les habitants. Les habitants sont invités à venir nous rencontrer dans trois ateliers construits à partir de matériaux visuels et sonores que nous avons récoltés sur place. Dans la première salle, notre perception du condomínio est exposée aux habitants à travers une sélection de 23 photos affichées aux murs et d’un plan du condomínio installé sur une table au centre de la pièce. Cette première salle est animée par les membres de la CETESB, Jacques Lolive et Cintia Okamura. Dans la deuxième salle, Jean-Paul Thibaud et Alvaro Florentino Da Silva Junior accueillent les habitants pour effectuer avec les habitants des « écoutes réactivées » de leur environnement sonore quotidien. Le troisième et dernier atelier consiste en une écoute in situ de l’environnement sonore du condomínio animé par Patrick Romieu et Flavia Teraoka.

Photo n°6: Atelier de réactivation animé par J. Lolive et C.Okamura lors de la journée de réactivation. Condominio Barao de Maua,  jeudi 4 juin 2015.

N’étant affecté à aucun atelier en particulier, j’en profite pour suivre chaque groupe dans son parcours. J’observe une dynamique intéressante. A leur arrivée dans le premier atelier, les habitants expriment une révolte vis-à-vis de leur situation et une souffrance très grande. A plusieurs reprises, j’entends les habitants s’identifier à leur lieu de vie : « on nous traite comme des déchets. […] On est des déchets ». Je remarque certaines voix qui se nouent. Après une bonne quarantaine de minutes, Cintia Okamura clôt la discussion et propose au groupe de passer dans le deuxième atelier.

Une fois installés dans la salle, je surprends à chaque fois des regards amusés : « On va écouter du son ? Pour quoi faire ? ».

Le premier extrait sonore lancé, le silence se fait. Une fois l’extrait terminé, les habitants réagissent directement. Je sens le groupe plus détendu. La vie reprend le dessus et c’est le quotidien qui est maintenant au cœur de la discussion. « Les enfants ne sont pas vraiment libres » dit une habitante. Les problèmes de nuisances sonores de voisinage sont abordés. La musique du camion de gaz n’est pas appréciée du tout : elle les renvoie à la contamination du quartier. Lorsqu’il leur est demandé quels sont les sons typiques du quartier, les habitants répondent que c’est la forte présence des sons extérieurs au quartier.

Photo n°7: Ecoute in situ avec les habitants du condominio lors de la journée de réactivation. Condominio Barao de Maua, jeudi 4 juin 2015.

Une fois les extraits écoutés, Patrick Romieu propose aux habitants de sortir du bâtiment pour faire une écoute in situ. Première étape, Patrick les installe à un point d’écoute pour leur faire entendre l’écho particulièrement fort d’un claquement de mains vigoureux. A ce moment précis, la dynamique du groupe bascule dans un registre plus hédoniste. Le groupe est vraiment détendu. Pour se rendre au dernier point d’écoute, le groupe marche tranquillement en discutant. Une fois arrivés au bout du parking, les habitants sont invités à fermer les yeux et écouter leur environnement.

Cette scène est assez incroyable, j’assiste à un ré-enchantement de la vie quotidienne : les habitants ré-ouvrent les yeux le sourire aux lèvres.

Un des habitants a une expression très forte en ré-ouvrant les yeux et dit « ce que je viens d’entendre à travers le son, c’est mon rêve d’habiter ici ». Les langues se délient. Les silencieux prennent la parole et mettent en avant les qualités paysagères du site. La sensation d’écrasement créé par les avions est confirmée par une habitante qui affirme avoir peur que les avions passent un jour trop bas (des accidents de ce type ont eu lieu à São Paulo il y a quelques années).

L’ordre des ateliers joue un rôle très important. Un groupe a commencé par l’écoute réactivée et a refusé catégoriquement de sortir pour faire l’écoute in situ : « Regardez dans quoi on vit, on est dans la détresse complète. On se bat, ça ne donne rien du tout, on est abandonné, et vous voulez nous faire écouter du son ? Attendez, vous vous foutez de nous, vous ne comprenez pas ce qu’on dit. »

Vendredi 5 juin

Photo n°8: Banderole brandie par une habitante du condominio venue  à notre hôtel le jour de notre départ. Maua, Vendredi 5 juin 2015.

9h – Réunion de bilan

Ce matin, nous faisons le point sur cette semaine de travail très riche. Lors du tour de table la complémentarité des deux approches est évoquée d’emblée : il y a un réel intérêt à croiser les méthodologies liées aux ambiances avec l’analyse de controverse. L’analyse de controverse apporte une dimension historique qui est jusqu’à maintenant peu présente dans les recherches du CRESSON. Dans ce cas précis, il n’aurait pas été possible de pouvoir discuter avec les habitants sans cette connaissance du contexte malgré la « virginité d’expérience » qui est souhaitée dans une approche sensible. L’absence de la municipalité dans la controverse est également évoquée.

Comment les choses constitutives de la vie et de l’implication du parcours de vie des gens -ce qui est de l’ordre de l’infra du quotidien et de la dimension existentielle de l’existence- peuvent-elles se poser sur un plan un peu différent dans le registre du politique ? Comment ces deux registres communiquent-ils ?

La réunion est interrompue : une habitante du condomínio vient dérouler des banderoles « Barão de Mauá pede socorro » (« Le Barão de Mauá appelle au secours ») et « os Juizes possuem auxilio moradia e os moradores do Barão sequer direito de moradia possuem ». (« Les juges perçoivent l’aide au logement alors que les habitants du Barão de Mauá n’ont même pas le droit au logement. »)

Notre présence a été la bienvenue mais elle suscite aussi une réelle attente. Comment ne pas représenter une déception supplémentaire pour les habitants ? Comment et jusqu’où la recherche doit-elle s’impliquer dans l’action ?

La recherche peut aller de l’engagement esthétique à la recherche-action en passant par la logique de projet, et ce à toutes les échelles, à la fois spatiales et temporelles. La question de la restitution aux habitants est évoquée. Malgré quelques divergences, l’objectif est partagé par tous : il faut restituer notre expérience, montrer l’évolution de notre perception au cours de la semaine. Il faut également montrer que nous nous sommes rendus sensibles à la parole des habitants et à leur milieu de vie. Nous décidons de créer un document public et que chacun ait la liberté de s’en saisir ou non.

Retour en France

A mon retour du Brésil, je me représente le condomínio comme un piège qui s’est refermé sur les habitants. J’y vois un piège car il représentait pour beaucoup un rêve qui les a amenés à s’y installer de leur plein gré, mais pour une partie d’entre eux ils ne peuvent plus en sortir, que ce soit par attachement au lieu ou par manque de moyens. Je garde en mémoire une situation d’une violence extrême envers les habitants. Il m’est difficile de ne pas être révolté par le fait qu’une telle situation puisse être générée en toute conscience pour des raisons politiques et/ou économiques.

Cette situation extrême m’interroge sur notre place et la place de cette recherche dans un tel contexte. Si un tel terrain constitue pour nous une matière à réflexion et à exploration, est-ce que notre travail peut apporter suffisamment à ces habitants pour ne pas représenter une déception supplémentaire à leurs yeux ? Notre travail représente-t-il une matière à projet pour les habitants ? Un outil de revendication ? Une mémoire collective écrite ?

Ces questions sont sans doute des questions qui se posent dans toute les recherches, mais ce terrain les pose d’une manière particulièrement violente.

Je ne remercierai jamais assez Jean-Paul Thibaud de m’avoir permis d’effectuer un stage d’une si grande richesse humaine et intellectuelle.

Merci à toute l’équipe du CRESSON pour son accueil chaleureux. 

Imprimer cet article en PDF :

Citer ce billet : “Sur les traces du risque à Barão de Mauá (Brésil). Participation à une recherche sur la notion d’ambiance du risque.”, par Sylvain Dubert. Publié sur Le Cresson veille et recherche… le 11 novembre 2015. Lien : http://lcv.hypotheses.org/10657.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Passionnant billet, merci Sylvain!
    Du coup, il suscite beaucoup de questions, tant on aimerait en savoir plus (sans doute dans un rapport de recherche à venir…)
    1/ Quels sont ces « habitants »? Qui sont-ils, comment ont-ils été choisis, etc.? Car en l’état, on a l’impression qu’ils sont un peu « essentialisés » comme « habitants » (comme s’il s’agissait d’une catégorie). Ils sont sans doute plombiers ou instituteurs, et pères de famille ou célibataires endurcis ou en couple homosexuel, et présidents d’une association de philatélie ou supporters du club de foot de Sao Paulo, etc.
    2/ Pourquoi le sonore s’est-il avéré déterminant pour vous dans cette recherche ? Avez-vous aussi imaginé d’autres protocoles?
    3/ Enfin, j’aurais vraiment aimé que tu nous dises quelques mots sur les articulations entre approches par les controverses et par les ambiances, au-delà de la contextualisation historique qu’apporte les premières ? Et aussi dans l’autre sens: votre recherche sensible a-t-elle nourri l’analyse des controverses?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *