Retour sur la journée « 10 ans de la plateforme HAL-SHS » du 18 décembre 2015

La journée, organisée par l’INSHS, était consacrée au bilan après 10 ans d’existence du portail HAL-SHS mais aussi à défricher des possibles évolutions pour rendre la plateforme toujours plus en phase avec les usages des chercheurs. Cette journée a rassemblé les principaux acteurs des archives ouvertes en France : CCSD, chercheurs (autour de leur identité numérique), laboratoires de recherche (leur politique en faveur des Archives Ouvertes) et Bibliothèques universitaires dont le rôle est grandissant dans la dynamique de dépôt.

Bilan

Le CCSD était représenté par Christine Berthaud et Agnès Magron. Un billet sur le blog du CCSD revient sur leurs différentes interventions. Le contrôle qualité des données dans HAL est effectué par les modérateurs de l’archive. Agnès Magron a expliqué que seuls les dépôts avec texte intégral étaient vérifiés. La modération est un bon poste d’observation des pratiques : les chercheurs déposent 7/7 ! Le CCSD modère 40 à 50 dépôts /jour pour HAL-SHS.

En février 2016, l’archive compte plus de 91.000 dépôts et les téléchargements sont considérables : 1M de documents/mois sur HAL-SHS en provenance des Etats-Unis, de la Chine, de l’Allemagne et de tous les pays francophones. C’est bien plus que sur le réseau social Academia. Le récent billet d’Eric Verdeil sur son carnet Rumor le montre tout comme celui de Frédéric Clavert qui dénonce le modèle économique sous-jacent aux réseaux sociaux.

La nouvelle version de Hal permet à travers l’IdHAL de créer des CV chercheurs particulièrement attrayants et de pré-remplir leur bilan d’activités RIBAC. Via l’API HAL, les pages chercheurs de site web de laboratoire peuvent être connectés à l’archive et s’actualiser en temps réel. Elle permet également d’associer au texte intégral une licence d’utilisation. Cet usage est naissant et il est important de l’encourager. Les licences Creative Commons permettent la réutilisation, traduction, impression-rematérialisation, republication à l’extérieur de Hal. Dans sa conférence L Maurel a proposé un état des lieux de l’usage des licences au niveau mondial. En 2015, un milliard d’oeuvres étaient associées à une licence CC (estimation basse). Le choix des créateurs se porte sur des licences de plus en plus ouvertes : 54% d’entre elles ne contiennent ni NC (Pas d’usage commercial) ni ND (Pas de modification). Cette tendance peut aider les chercheurs déposants à se positionner sur leur choix : CC-BY-SA parait être une solution à étudier.

Prospective

Toutes ces avancées ne font pas oublier qu’il est encore nécessaire de renforcer la place de Hal dans les pratiques d’archivage des publications des chercheurs. Plusieurs pistes ont été lancées par les intervenants et les auditeurs :

  • Inclure le dépôt dans les archives ouvertes dans les critères d’évaluation des unités de recherche
  • Envoyer un bilan annuel des statistiques de consultation des dépôts aux chercheurs
  • Eric Verdeil a lancé comme une provocation « Libérons HAL du droit d’auteur ! ». Les chercheurs étant attachés à la version finale de leurs articles, ils préfèreraient déposer la version éditeur mais se trouvent alors confrontés au droit de l’éditeur. Il a été rappelé que « jamais un chercheur n’a été poursuivi en justice par un éditeur pour un dépôt en Archive Ouverte ». Toutefois « des éditeurs ont demandé le retrait de thèse à des jeunes docteurs avant publication par leur soin ».
  • Etendre la liste des publications déposables : elles sont aujourd’hui en décalage avec les pratiques de publications : la direction de numéro de revue manque par exemple.

Le temps des laboratoires

L’UMR Triangle

Jean-Claude Zancarini a rappelé l’importance du contexte institutionnel favorable à l’Open Access à la création du laboratoire  (2005, ENS Lettres et sciences humaines de Lyon). Dans ce contexte, l’UMR Triangle avait choisi de dédier un poste de documentaliste au suivi des productions. Cécile Laube (« gestionnaire » et « référente structure » pour la collection « HAL SHS –  TRIANGLE« ) a présenté la façon dont  le laboratoire s’est saisi de l’outil HAL, notamment via la mise en place d’une collection. La gestion quotidienne de la collection s’accompagne d’un travail de sensibilisation plus générale à l’open access, et aux problématiques juridiques qui peuvent se poser (avec accompagnement personnalisé pour les dépôts, si nécessaire).

C. Laube & J.-C. Zancarini, « Triangle et HALSHS : politique, utilisation(s) & implications », 2015 (CC BY-SA).

Les chercheurs sont également accompagnés pour la mise en place de leur CV HAL où sont abordés les questions d’identité numérique, et d’identifiant chercheur comme idRef etc. Le CV HAL est particulièrement utile si les données qui s’affichent sont complètes, homogénéisées, dédoublonnées, et comportent un maximum d’informations documentaires (lien vers site de l’éditeur, résumé, et si possible texte intégral). La mise à jour régulière des données est également importante.

L’accompagnement personnalisé se fait aussi au travers d’une boite à outils abordant les demandes des chercheurs quant à leurs usages de l’archive. Une communication régulière est effectuée via les listes de diffusion. Le positionnement du laboratoire à l’égard d’Academia est clairement affiché sur le site du laboratoire ainsi que ses recommandations en matière de libre accès.

La collection offre une vision exhaustive des productions sous forme de notices. La collection est à la fois alimentée par les chercheurs (saisie) et par la documentaliste (imports et modifications des métadonnées). Les chercheurs sont les seuls à saisir directement dans HAL ex-nihilo, la documentaliste intervenant dans un deuxième temps pour un « toilettage documentaire/bibliographique » (homogénéisation de la saisie, suivi des doublons, affiliations de l’auteur, complétude des métadonnées, ajouts de liens…). Sont parallèlement régulièrement importées (via Bib2HAL) des notices depuis une base sous Zotero où sont référencées de façon continue les publications. Le recours au partage de propriété après import peut inciter les chercheurs à enrichir les notices en mots-clés et à ajouter le texte intégral (le partage de propriété ne peut se faire qu’avec des chercheurs ayant ouvert un compte Hal, ce qui est une demande explicite dans la politique du laboratoire).

L’intégration de ce travail continu au site web du laboratoire en valorise le contenu : liste des publications (fil RSS des notices déposées), pages chercheur (liens requêtes), page d’accueil (fil RSS des textes déposés sous « Dépôts HAL Triangle »…)

Le pourcentage de texte intégral est d’environ 18 %. Un des principaux freins au dépôt est l’attachement à la version « PDF éditeur » des publications (voir ci-dessus la position d’Eric Verdeil sur la question).

Cécile Laube a rappelé l’intérêt majeur de disposer d’une collection dans Hal assurant une présence générale sur Internet (via google, google scholar, Isidore, …), et la mise à disposition d’un moteur de recherche et d’extraction des données pour les interlocuteurs du laboratoire (comme les tutelles). Côté Archives Ouvertes, donner accès au texte intégral est particulièrement intéressant quand les chercheurs travaillent avec le milieu associatif ou avec des collègues étrangers n’ayant pas accès à certains portails couramment accessibles dans les universités françaises (CAIRN, etc.).

Cresson – UMR Ambiances Architectures Urbanités

Au Cresson le positionnement du laboratoire en faveur du dépôt en texte intégral date de 2014 et est régulièrement réaffirmé en Assemblée Générale d’équipe par son directeur, Anthony Pecqueux. 50% des dépôts sont associés au texte intégral (184 fichiers déposés à ce jour).

Les chercheurs peuvent bénéficier d’un temps de formation dédié s’il le souhaite. Il s’appuie sur des guides pratiques mis en ligne sur le Carnet Le Cresson Veille et Recherche : recensement de la politique des éditeurs, préconisation de saisie dans l’archive. Ce travail de sensibilisation, de suivi, de relance (une forme de « corps à corps ») contribue à la dynamique de la collection. Sur les pas de l’UMR Triangle, un de nos objectifs pour l’année à venir est de sensibiliser les nouveaux arrivants, nombreux en 2015 au Cresson. La mise en place d’un site internet pour l’UMR devrait valoriser ce travail. L’enjeu étant de donner du sens à l’archivage pour en créer le réflexe.

Le temps des universités

Il était surprenant d’apprendre que toutes les universités ne choisissent pas l’outil HAL pour archiver leur publications. Si elles ont obligation de verser leurs publications dans l’archive, en vertu du « protocole inter-établissement », elles n’ont pas obligation d’utiliser l’application HAL. L’université de Grenoble a fait le choix d’utiliser HAL. Lucie Albaret a parlé du portail Hal-UGA qu’elle anime avec conviction, et grâce auquel la collection du Cresson peut offrir de belles fonctionnalités.

Les Archives Ouvertes au cœur de la transmission scientifique et non pas seulement de sa diffusion

Pour conclure, nous voudrions revenir sur l’intervention de Louise Merzeau qui a abordé la notion de transmission scientifique, comme élément de prise de conscience par les chercheurs pour donner du sens à leur acte de dépôt, au-delà de l’acte technique. Comment alimenter la boucle de transmission héritée de l’histoire ? A l’ère du numérique la transmission se passe dans un univers de sur-communication et cela brouille les pistes. Les étudiants lisent des textes isolés hors contexte : l’Archive Ouverte institutionnelle peut permettre de repérer le savoir validé, dans le respect des sources et des normes bibliographiques. Les Archives Ouvertes devraient être compatibles avec 3 pôles de l’identité numérique du chercheur :  répondre aux exigences de l’évaluation, participer à l’ethos à la présence de soi dans l’environnement numérique tout en contribuant au « commun » de la connaissance.1

 

Citer ce billet : “Retour sur la journée « 10 ans de la plateforme HAL-SHS » du 18 décembre 2015”, par Françoise Acquier. Publié sur le Cresson veille et recherche… le 19 février 2016. Lien : https://lcv.hypotheses.org/10848.
« avec l’aimable coopération de Cécile Laube pour la partie consacrée à l’UMR Triangle »

 

  1. A lire un résumé de son propos http://merzeau.net/presence-numerique-du-chercheur-de-lidentite-a-lenvironnement/ []

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble. Veille également sur Scoop-it : http://www.scoop.it/t/le-cresson-veille-et-recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez peut être aussi...

1 Réponse

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Merci beaucoup Françoise et Cécile pour ce compte-rendu très riche; on se rend compte (mais on s’en doutait…) que rien n’est gagné d’avance sur ces questions et que les pratiques des « autres » ne peuvent qu’enrichir les nôtres: côté CRESSON, on va tâcher d’éplucher la politique de TRIANGLE & y prendre toutes les bonnes idées!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *