Pour une anthropologie [filmée] du travail des relations sociales

Ce billet est issu des notes prises par Françoise Acquier lors du Déjeuner du Cresson du mardi 8 mars 2016; elles ont ensuite été complétées par Christian Lallier et Jean-Paul Thibaud.

Jean-Paul Thibaud a présenté l’invité du déjeuner Cresson, Christian Lallier – Chercheur associé IIAC-LAUM – UMR 8177. CNRS / EHESS – dont l’intervention était intitulée « Pour une anthropologie [filmée] du travail des relations sociales ». Christian Lallier interroge les situations de la vie quotidienne et analyse ce qu’il nomme le travail des relations sociales.  L’ensemble de ses travaux – publications, interventions, documentaires filmés – ainsi que son actualité scientifique, sont présentés sur le site internet : http://www.c-lallier-anthropologie-filmee.com/

Christian Lallier a débuté son intervention en montrant un extrait de caméra de surveillance diffusé les jours précédents sur France 2. Cet extrait se tient presque comme un film : au premier plan un groupe de personnes attaquent un magasin, on voit en contre-champ la scène, puis un plan plus resserré sur le hold-up, les deux plans de fin à l’intérieur et à l’extérieur clôturent la séquence. La caméra a saisi l’évènement. On a l’essence même du cinéma : on vise à rendre compte des choses mêmes (clin d’œil à la phénoménologie).

Dans la vie ordinaire, les choses se donnent à voir comme un environnement « naturel ». Des situations instituées : ordonnées, réglées, assemblées. La norme est incorporée. En d’autres termes, l’environnement se donne à voir dans l’état naturel des choses : il n’y a rien à voir de particulier. Nous ne cessons de reconduire des règles, nécessaires pour exister. Cette nappe parfois se déchire : un éclat de rire, un incident, un accident, une rupture dans l’entre soi. On quitte alors les convenances ordinaires. Ce déchirement fait apparaitre l’irréversibilité de l’action, une situation singulière historiquement située. Un évènement ne va pas de soi. Les chaines de télévision proposent souvent des sujets produisant de l’évènementiel comme le Samu, la police, les pompiers. Les caméras de surveillance produisent des images ennuyeuses 90% du temps : actes d’achat, la nuit. Elles ne sont pas là pour filmer autre chose que des routines mais parfois il y a la rupture. Christian Lallier se souvient d’avoir visionner les rushs du travail d’une étudiante traitant de la vie dans les cuisines d’un grand restaurant. Les images étaient routinières, puis tout à coup, c’était « le coup de feu ». Un lieu de transition met en visibilité l’action : la négociation entre acteurs (serveurs, cuisiniers, chef cuisinier), deux logiques d’organisation s’affrontent.

Christian Lallier a développé une démarche en anthropologie filmée qui vise à rendre compte de l’engagement des acteurs par l’observation filmée des relations sociales : selon cette approche, il s’agit de porter son attention sur ce qui se joue entre les acteurs. Le chercheur entre dans l’épaisseur du quotidien où s’engagent les acteurs. Il s’agit bien de dépasser la seule description de la situation pour entrer dans les rapports entre les acteurs, le travail des relations sociales, la reliaison des éléments constitutifs d’une situation. L’apport du cinéma du documentariste Wiseman est bien sûr important, de même que les travaux de Goffman, notamment Les cadres de l’expérience. Christian Lallier s’appuie sur eux pour explorer ce thème de recherche.

A photo of flying pelican taken by Étienne-Jules Marey. circa 1882. Source : https://johnedwardcochran.wordpress.com/2010/12/20/change-of-seasons-in-compressed-time/ via http://muhka.be/. CC-PD-Mark Author died more than 100 years ago public domain images

A photo of flying pelican taken by Étienne-Jules Marey. circa 1882. Source : https://johnedwardcochran.wordpress.com/2010/12/20/change-of-seasons-in-compressed-time/ via http://muhka.be/. CC-PD-Mark Author died more than 100 years ago public domain images

En quoi le cinéma nous permet-il de rendre compte du travail des relations sociales ? L’intervenant a rappelé que le cinéma a été inventé par des chercheurs qui étudiaient le mouvement des corps. Il s’agit de la chronophotographie. En plein essor industriel à la fin du 19ème siècle, Jules Marey tente de rendre visible ce que l’œil humain ne peut saisir de manière naturelle. Il travaille sur la prise de photos successives synchronisées du mouvement. Marey a  « synchronisé le dispositif avec le rythme de la situation ». L’objectif initial de la chronophotographie est de filmer un homme qui marche, c’est à dire les formes d’interaction qui vont produire l’action. Christian Lallier trouve ici un des principes fondateurs de l’anthropologie filmée.

L’anthropologie filmée combine une approche scientifique et artistique à l’usage de l’image et du son. Elle propose de s’accorder avec la situation, d’être en phase avec les acteurs pour rendre compte de leur engagement. Filmer une situation sociale implique ainsi de s’accorder avec le mouvement des interactions afin d’être en mesure de rendre compte de ce qui s’y joue. Il définit sa posture d’anthropologue :
– le chercheur doit être attentif à son état de perception, de compréhension de la situation, à l’économie symbolique des échanges entre acteurs, leur relation de face-à-face.
– il s’agit de faire ressentir la situation observée comme circonstance d’engagement, de rendre familier ce qui nous est singulier et rendre singulier ce qui nous est devenu familier (déconstruire), d’être au plus près de ce que disent et se disent les acteurs.

Après ce détour par les fondements de l’anthropologie filmée, l’intervenant nous a invité à visionner plusieurs de ses travaux dont on peut visionner des extraits sur son site internet.

gare Un de ses travaux fondateurs est Changement à Gare du Nord 1995, 45 mn.

sahel

Avec l’extrait d’un film Chambre d’hôte dans le Sahel, on observe la fabrication d’un territoire touristique.

archi

La 4ème dimension de l’architecte a été financé par le CNRS Images, la Service architecture du MCC et l’INRS suite à 3 années de terrain. L’auteur a suivi la construction d’un lieu de travail : espace politique éphémère vulnérable d’un dispositif technique.

Interrogé par Jean-Paul Thibaud, Rachel Thomas, Laure Brayer et Rainer Kazig sur sa posture d’observateur, l’intervenant a précisé sa posture complexe faite de discrétion, de silence et d’engagement. Il élabore sur la question de l’empathie et de la rupture de cadre. Le cinéaste occupe une position de « petit » dans la situation, en construisant moins une relation avec les participants qu’avec ce qui se déroule. On ne joue pas un rôle d’auteur. Il faudrait ainsi accepter que ce n’est pas une position gratifiante socialement pour le chercheur. C’est le cadre institutionnel produit par les acteurs qui est restitué. Le cinéaste prend le point de vue du phénomène de la situation. Quelle empathie avec les acteurs ? La distance à soi même, une disposition à l’égard de la situation. La caméra aide, contribue à se mettre en rythme et au rythme de la situation. Le film, outil de l’approche phénoménologique du réel. Le chercheur filmant tient alors la place du tiers symbolisant dans la situation1. La relation filmée « faire semblant » permet de construire une relation sociale symbolique.

Vous pouvez retrouver et emprunter à la bibliothèque du Cresson deux DVD : L’élève de l’Opéra : Anthropologie [filmée] d’une expérience artistique et La quatrième dimension de l’architecte.

 

Pour citer ce billet : Acquier, Françoise; Lallier, Christian ; Thibaud, Jean-Paul. « Pour une anthropologie [filmée] du travail des relations sociales», Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 21 mars 2016. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/10975
  1. Louis Quéré, Les miroirs équivoques, Aux origines de la communication moderne, Paris, Aubier Montaigne, collec. Babel, 1982, 214 p. []

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble. Veille également sur Scoop-it : http://www.scoop.it/t/le-cresson-veille-et-recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *