Temporalités urbaines. Outils et méthodes pour observer, comprendre et rendre compte de l’évolution des villes

Figure 1 : Transect sur l’avenue Jean Perrot - Côté impaire - Elodie Lamothe – sources : Archives de Grenoble, cadastre.gouv.fr et Google Map

Figure 1 : Transect sur l’avenue Jean Perrot – Côté impair – Elodie Lamothe – sources : Archives de Grenoble, cadastre.gouv.fr et Google Map

Sommaire de l’article :

  1. Introduction
  2. Méthodologie
  3. Typologies et résultats de la recherche
  4. Conclusion

1. Introduction

Lors de mon stage de quatre mois (mars-juillet 2016) au Cresson, j’ai pu à la fois travailler sur une recherche en cours sur les phénomènes de vacances et de friches commerciales à Grenoble1 et sur mon mémoire de fin d’études en Design urbain à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble. Ce billet présente l’aboutissement de ces deux travaux étroitement liés.

Dans un premier temps, il s’agissait de questionner la vacance et la friche commerciale, à la fois par des écrits théoriques et par des observations in situ. Pascal Madry définit la vacance comme « la situation d’un local commercial inoccupé »2. Il distingue deux types de vacance : « la vacance conjoncturelle : local inexploité pendant une courte période (en raison par exemple de travaux ou d’un changement de propriétaire) » et la « vacance structurelle : local inexploité pendant une longue période (en raison par exemple d’une perte durable de commercialité) ». Dans cette recherche, nous nous intéresserons donc à la « vacance structurelle », observable sur le temps long. La vacance nous permet d’étudier les temporalités urbaines, et de comprendre la ville dans le temps long, tant dans la perspective du passé, que dans celles du présent et du futur.

Comment l’étude de ces temporalités permet-elle d’analyser et d’anticiper le devenir des espaces urbains étudiés ? Quels sont les outils méthodologiques qui permettent de comprendre et de représenter la mutation des villes et plus particulièrement celle des commerces ?

Le mémoire de recherche3, rédigé pour mon projet de fin d’études, a donc un double objectif : d’une part d’observer la vacance des locaux commerciaux et d’autre part, de mettre en place une méthode permettant de comprendre et de représenter l’évolution des villes par l’approche des commerces. Les temporalités urbaines et en particulier celle des commerces ainsi que les outils et les méthodes de représentations ont fait l’objet de lectures qui ont nourri la réflexion comme Temps et usages de la ville4 de Jean Soumagne, Le quotidien urbain : essai sur les temps des villes5 de Thierry Paquot ou Les carnets du Paysage n° 206 sur les cartographies.

1.1 Les temporalités urbaines

« Le temps se trouble », « Tuer le temps », « La couleur du temps », « En un rien de temps », « Parler de la pluie et du beau temps », « Rattraper le temps perdu » sont autant d’expressions montrant l’omniprésence de la notion de temps dans notre vie quotidienne. Nos perceptions et notre comportement face aux temps diffèrent des siècles précédents et évoluent au fil du temps. En effet, au fil des siècles, « les temps du travail se sont transformés, réorganisant l’ensemble des temps de la vie quotidienne. »7). Les journées de travail plus courtes pour certains et plus longues pour d’autres, les horaires décalés, le travail de nuit et le nombre de femmes travaillant augmentent. Les commerces cadencent les villes. De par ces évolutions dans les perceptions et les comportements face aux temps des commerces, les rythmes des commerces et de la ville changent et se déstructurent.

« Le temps est une catégorie bien plus mystérieuse, bien plus implacable que l’espace. S’il est bien banal, encore que justifié, de penser la ville en termes d’espaces, la penser dans la durée du temps représente un effort autrement exigeant, et non moins fécond. Ainsi, le détour théorique par la temporalité vient confirmer les réticences que, dans leur expérience pratique, les urbanistes ont exprimés tant envers la ville-musée qu’envers la ville artefact. Si l’une et l’autre sont des échecs humains, c’est qu’elles sont toutes deux régies, certes en sens opposé, par rapport au temps qu’on pourrait qualifier d’hémiplégique. »8)

Articuler les chronologies et travailler à diverses échelles permet d’être plus précis dans les études urbaines, mais demande d’aborder le projet avec une vision, des outils et des objectifs différents.

Figure 2 : Carte chronotopique de l’ouverture des commerces sur une journée de 24 h - Grand Lyon la métropole – Source : http://temps.millenaire3.com/temps-de-la-ville/chronotopies

Figure 2 : Carte chronotopique de l’ouverture des commerces sur une journée de 24 h – Grand Lyon la métropole – Source : http://temps.millenaire3.com/temps-de-la-ville/chronotopies

En ce qui concerne la représentation des temporalités commerciales, ces cartes chronotopiques pour le quartier de Gerland ont été réalisées par le bureau des temps : « Temps et modes de vie » de la métropole de Lyon. Elles montrent l’intérêt croissant des collectivités pour cette question. De plus, sur ce quartier, les cartes montrent en jaune, l’ouverture des commerces sur 24 heures. On observe donc un quartier animé en continu et la représentation permet de saisir rapidement l’évolution au fil des heures.

1.2 Les outils et les méthodes de représentation

La cartographie (comme celles d’Esther Polak9, Mathias Poisson10 ou Ingrid Saumur11 les coupes comme celles d’Edward Rusha12 ou Noha Gamal Said13) et les transects (comme ceux de Patrick Geddes14) ou de l’équipe de recherche D-Transect15) ont chacun des caractéristiques qui leur sont propres. Chacun a en effet la capacité de révéler et/ou montrer les dimensions temporelles d’un site. Il semble qu’un seul outil ne puisse être exhaustif par lui-même, et que le choix de ou des outil(s) doive dépendre de l’objectif de la démarche.

Figure 3 : Les trois sites d’étude - Elodie Lamothe – Sources : Photo aérienne Google Map

Figure 3 : Les trois sites d’étude – Elodie Lamothe – Sources : Photo aérienne Google Map

Nous avons donc choisi de travailler sur des morphologies architecturales, configurations commerciales et histoires urbaines très différentes pour tester la pertinence des différents outils en fonction de ces particularités. Le centre-ville de Grenoble, l’avenue Gabriel Péri et l’avenue Jean Perrot ont ainsi été choisis pour leurs complémentarités. Cependant, dans le cadre du mémoire, nous avons choisi de tester l’outil du transect sur l’avenue Jean Perrot, celle-ci présentant des séquences fragmentées avec des morphologies architecturales et urbaines complexes et disparates. L’outil du transect permettrait ainsi de révéler et de décrire les phénomènes de la vacance in situ.

2. Méthodologie

Ainsi, nous avons tenté de définir clairement un protocole méthodologique, pour nous saisir des temporalités longues et comprendre les évolutions et mutations commerciales. Le protocole se découpe en plusieurs étapes qui n’ont pas pu être toutes réalisées dans le cadre du mémoire.

  1. Parcourir la ville à la recherche d’une définition située ;
  2. Réaliser un relevé cartographique ;
  3. Réaliser les coupes photographiques ;
  4. Réaliser les transects ;
  5. Échanger autour des données recueillies sur les coupes avec des experts et des acteurs du territoire ;
  6. Préciser les transects ;
  7. Confronter des transect(s) avec les habitants et commerçants, usagers du site.

2.1 Parcourir la ville à la recherche d’une définition située.

Figure 4 : Itinéraire sur Grenoble - Elodie Lamothe- Mars 2016

Figure 4 : Itinéraire sur Grenoble – Elodie Lamothe- Mars 2016

La première étape, en amont, a rendu possible la définition de la vacance commerciale et de la friche par rapport à la ville de Grenoble. Cela a permis non seulement de situer le sujet selon des observations concrètes, mais aussi de comprendre les difficultés d’observation de la vacance. En effet, la photographie ne permet d’identifier que certains signes de la vacance. Des observations régulières à différents moments de la semaine et de la journée doivent être mises en place.

2.2 Relevé cartographique

Figure 5 : Relevé de 1994 et de 2016 - Elodie Lamothe - Claire Thévenard (1994) et Elodie Lamothe (2016)

Figure 5 : Relevé de 1994 et de 2016 – Elodie Lamothe – Claire Thévenard (1994) et Elodie Lamothe (2016)

De plus, un relevé a été réalisé par Claire Thévenard16 lors de son mémoire en 1994. Un travail de relevé et de comparaison des plans de 1994 à ceux d’aujourd’hui a été réalisé, ainsi que des recherches complémentaires sur l’histoire et la démographie afin de nourrir la compréhension du site. Ce travail a permis de révéler l’évolution et la transformation des locaux vacants et en activité depuis 1994. Sans cette carte, nous n’aurions certainement pas pu comprendre l’évolution sur le temps long. Cependant cette recherche ne permet pas de comprendre la nature de ces mutations spatiales.

2.3 Réaliser les coupes photographiques : support de travail au fil de l’évolution de la recherche ou de l’analyse.

Par la suite, nous avons réalisé les coupes photographiques, comme support de travail au fil de l’évolution de la recherche. Dans un premier temps, il a s’agit de photographier les commerces le long de l’avenue. Cela permet de s’attarder sur les détails de la façade, de l’espace public, des morphologies architecturales et de se poser la question des proximités.

Pour comprendre l’évolution des façades et des espaces publics, la coupe ne suffit pas. C’est pourquoi le travail a consisté à récolter le plus possible de données sur les commerces présents sur la coupe au sein des archives de Grenoble. Les photographies, dessins des façades, plans, trouvés dans les permis de construire entre 1950 et aujourd’hui, ont été posés régulièrement sur les coupes pour les confronter à la coupe actuelle.

2.4 Réalisation des transects

Pour pouvoir partager les données et révéler des typologies de la vacance, une étape de dessin du transect a dû être réalisée afin de confronter les données. Le transect ainsi réalisé a tenté d’être communicable pour tous, en sélectionnant en priorité les photographies et dessins de façades, en étant rigoureux et travaillant sur des logos compréhensibles plus facilement par n’importe quel lecteur en ce qui concerne les types de commerces.

2.5 Discussions autour des données recueillies sur les coupes photographiques avec des experts et des acteurs du territoire.

(Voir billet sur le blog intitulé Déjeuner Cresson 14 juin 2016 : Phénomènes de vacances commerciales, rédigé par Sylvie Laroche)

Figure 6 : Échange sur les coupes - Elodie Lamothe - 14 juin 2016

Figure 6 : Échange sur les coupes – Elodie Lamothe – 14 juin 2016

Le 14 juin 2016 a été l’occasion de présenter les transects et les typologies de la vacance que l’outil a permis de révéler. L’échange, avec des chercheurs en sociologie, architecture et urbanisme et la présence de deux techniciens de l’Agence d’Urbanisme de la Région Grenobloise, a été très riche. Dans un premier temps, un échange a permis de questionner la représentation même des transects. Les débats nous ont conduits à nous interroger sur les causes et les effets de la vacance, sur les rapports sociaux et les comportements sur l’espace public et sur la manière même de faire projet pour éviter les effets de la vacance. Pour finir, les échanges ont permis aussi d’affirmer des phénomènes qui, par les connaissances des uns et des autres, ont pu confirmer et compléter les observations relevées par l’outil du transect et les cartographies.

La méthodologie ainsi développée a permis de rester ancré au territoire pour comprendre les phénomènes de la vacance in situ. De plus, le travail d’aller-retour entre la coupe et les recherches ont été menées en parallèle, la coupe étant le carnet de bord de récolte et de confrontation des données dans cette étude.

3. Typologies et résultats de la recherche

Ainsi, le transect a permis de montrer l’évolution des commerces et les processus de la vacance parmi lesquels nous avons distingué trois typologies de la vacance sur l’avenue Jean Perrot.

3.1 Les bâtiments et façades « témoignent de leur temps »

Figure 7 : Les bâtiments et façades « témoignent de leur temps » - Elodie Lamothe – Sources : cadastre.gouv.fr, Archives de Grenoble et Google Map

Figure 7 : Les bâtiments et façades « témoignent de leur temps » – Elodie Lamothe – Sources : cadastre.gouv.fr, Archives de Grenoble et Google Map

Cette typologie se situe au nord de l’avenue Jean Perrot, près du parc Paul Mistral. De part et d’autre de l’avenue, les coupes sur ces secteurs permettent de révéler une vacance qui apparaît ces dernières années. Il semblerait qu’une des raisons de cette vacance s’explique par un manque de prise en compte des besoins actuels, du présent : commerces non visibles, manque d’entretien accentué sur les bâtiments datant de 1956. Cela éloignerait les clients potentiels ou engendrerait un laisser-aller dans l’entretien de la façade. Malgré la situation stratégique, proche du parc Paul Mistral et de plusieurs lignes de tramway, on observe également ici à la fois une vacance progressive, une dégradation des façades et une rotation importante des commerces au fur et à mesure des années.

3.2 Des commerces qui « durent un temps »

Figure 8 : Des commerces qui « durent un temps » - Elodie Lamothe – sources : cadastre.gouv.fr, Archives de Grenoble et Google Map

Figure 8 : Des commerces qui « durent un temps » – Elodie Lamothe – sources : cadastre.gouv.fr, Archives de Grenoble et Google Map

Au cœur du quartier de la Bajatière, cette typologie de la vacance se situe au milieu de l’avenue Jean Perrot, entre le boulevard Clemenceau et l’avenue des Jeux Olympiques (une ancienne voie ferrée). À partir des permis de construire trouvés aux Archives de Grenoble et de la carte réalisée par Claire Thévenard en 94, nous avons constaté des transformations importantes des locaux commerciaux en logements, école, locaux associatifs, lieu de culte…

Ce quartier ancien se compose essentiellement de bâtiments de type maison mitoyenne sur deux à trois étages et des bâtiments d’habitation de quatre à cinq étages. Ces morphologies architecturales s’offrent donc à ce type de mutation, qui furent pour certaines, d’abord des maisons d’habitation transformées en commerces au début des années 1950. « Les commerces durent un temps », et sont réhabilités en logements. Cette reconversion a pour conséquence d’éparpiller les commerces et la vacance commerciale le long de cette avenue, phénomène qui va caractériser cette séquence.

3.3 Des commerces « figés dans le temps »

Figure 9 : Des commerces « figés dans le temps » - Elodie Lamothe – sources : cadastre.gouv.fr, Archives de Grenoble et Google Map

Figure 9 : Des commerces « figés dans le temps » – Elodie Lamothe – sources : cadastre.gouv.fr, Archives de Grenoble et Google Map

Cette dernière typologie de la vacance se situe au croisement de l’avenue Jean Perrot et de l’avenue Malherbe, mais aussi de deux quartiers très différents en termes de démographies et de morphologies urbaines. En effet, le quartier Teisseire, quartier de grands-ensembles, construit entre 1950 et 1960, composé de tour de 10 étages et de petits immeubles de quatre étages accueille une population à « tendance sociale avec de nombreuses familles de classe modeste »17), tandis que le quartier Malherbe composé essentiellement de maisons individuelles et de bâtiments mixtes, présente une population « mixte à dominante de retraités propriétaires ».18.

La séquence présente une mixité de commerces : cinq commerces alimentaires allant de la boucherie chevaline au supermarché alimentaire, trois boutiques d’équipement de la personne, un commerce d’équipement de la maison, un café et un bar, quatre services marchands et quatre services non marchands et un commerce vacant. Nous observons des phénomènes très différents des deux côtés de l’avenue Jean Perrot, mais qui tous deux n’évoluent pas, mais au contraire s’ancrent dans le territoire indépendamment des transformations spatiales. En effet, le commerce et les usages sont déjà bien ancrés dans le secteur. Sur la place Paul Cocat, on observe une vacance longue, ancrée dans le temps, malgré les aménagements des espaces publics et de la rue Paul Cocat par l’agence de Philippe Panerai en 2003.19). Certains locaux construits n’ont même jamais été commercialisés.

La coupe permet d’observer la pérennisation des types de commerces sur un temps long de 20 ans. Les commerces mixtes correspondent aux besoins des habitants et sont donc bien ancrés dans les usages des quartiers.

Figure 10 : Détail Typologie de la vacance - Des locaux commerciaux « figés dans le temps » - Elodie Lamothe -sources : cadastre.gouv.fr, Archives de Grenoble et Google Map.

Figure 10 : Détail Typologie de la vacance – Des locaux commerciaux « figés dans le temps » – Elodie Lamothe -sources : cadastre.gouv.fr, Archives de Grenoble et Google Map.

 

Par conséquent, nous observons une vacance figée d’un côté de l’avenue sur la place Paul Cocat, qui malgré les aménagements, n’a pas pu faire face aux commerces ancrés dans les usages où les commerces sont très vite renouvelés.

Face à l’élaboration de ces coupes, que peut-on déduire des mutations non seulement sur la vacance, mais aussi sur les commerces ?

4. Conclusion

4.1 Les commerces

D’abord, ce travail nous a permis de montrer l’importance de réfléchir aux pôles commerciaux et aux évolutions en train de se faire plutôt que de construire des linéaires commerciaux qui ne s’inscrivent pas dans une dynamique à la fois territoriale (géographie du commerce) et temporelle (avec la prise en compte des mutations en cours). De plus, il faut penser aux commerces pendant la conception du bâtiment plutôt que de proposer des locaux commerciaux en rez-de-chaussée de manière systématique.

L’implantation des commerces doit être l’occasion de repenser l’espace public et les formes urbaines. En effet, l’environnement commercial, le rapport à la rue, la visibilité du commerce sont des facteurs importants de commercialité autant que l’entretien et la propreté des façades. Des formes de conflictualités émergent vis-à-vis de la friche commerciale. Des actions à court et à long terme sont à considérer et doivent s’inscrire in situ en fonction des caractéristiques temporelles, sociales et spatiales du territoire. Sur des temporalités courtes, des façades fictives peuvent simuler un commerce en activité, minimiser l’impact de cette vacance sur l’environnement commercial et les comportements sociaux. Sur des temporalités longues, il faut réfléchir à des typologies de logements permettant d’accompagner ces processus de mutation et qui peuvent accueillir une mixité de fonctions : des commerces (qui vont de commerce de restauration à des commerces de services…), des bureaux ou des logements.

Enfin, nous observons des pratiques mixtes : à la fois des usages de proximité avec des commerces répondant aux besoins du quartier (épicerie, pharmacie, boulangerie, etc.) et des services s’inscrivant à une échelle plus large, de passage avec des rythmes différents. Les politiques et pratiques urbaines qui tendent à systématiser les modes doux ne correspondent pas aux besoins de gain de temps des achats actuels.

4.2 Apports et limites du transect

Le transect a été dans un premier temps un outil de collecte (coupe photographique, données d’archive, etc.), qui a permis d’avoir une vision d’ensemble des éléments temporels récoltés. Cependant, pour comprendre le processus de la vacance, la cartographie semble une approche indispensable, à la fois pour comprendre les dimensions des locaux et pouvoir exploiter des données anciennes. Le transect permet ainsi de croiser toutes les données disponibles et a donc cette capacité à multiplier les outils : photographies, textes, croquis, plans, coupes et même vidéos.

En outre, ce transect doit encore évoluer et nous avons identifié 3 évolutions possibles ; il faut en effet pouvoir mieux lire et comprendre les rapports entre les deux côtés de l’avenue, comprendre les interactions sociales des commerçants et des usagers de l’espace et représenter la géographie naturelle. Mais un des avantages majeurs de la coupe est d’être sorti des statistiques, approche courante dans l’analyse de la vacance, pour essayer de mesurer et de localiser les linéaires vacants.

L’AURG explique l’intérêt de cette coupe dans leur travail :

« L’étude sur le commerce se fait généralement selon trois axes majeurs : le recensement quantitatif, des entretiens auprès des commerçants pour comprendre le fonctionnement de leurs commerces, les chiffres d’affaires et leur niveau de rayonnement et enfin, une étude plus qualitative des façades, de la vitrine et de l’espace public. L’avantage du mode de représentation de la coupe est qu’elle permet de croiser ces trois dimensions-là ; nous avons à la fois la localisation précise avec la photographie qui permet d’illustrer la qualité ou non du bâti et des vitrines et c’est quand même plutôt intéressant. »20

4.3 Temporalités

Le transect représente quasi exclusivement les temps passé et présent. Le devenir des espaces étudiés, et donc les projets proposés doivent encore être dessinés. Sandra Mallet21 distingue trois temps du commerce : les temps longs, les événements et les temps courts (ouverture des commerces, etc.). Nous nous sommes intéressées aux temps longs parmi lesquels nous distinguons les cycles temporels et les temporalités linéaires.
Sur les cycles temporels : ils correspondent à des temps courts, de rotation importante des commerces. Et sur des temporalités linéaires : elles coïncident à des temps longs, au fur et à mesure desquels des muta­tions se mettent en place.

Pour conclure, les rythmes évoluent très vite et les temps prégnants dans la ville, les commerces et notre quotidien doivent être mobilisés dans l’aménagement des espaces urbains. Cependant, aménager l’espace en prenant en compte les temps n’est pas chose aisée pour les politiques publics et les concepteurs, malgré un urbanisme des temps qui se développe ces vingt dernières années dans les grandes métropoles. Ainsi, un urbanisme du temps se définirait comme « l’ensemble des plans, organisations des horaires, et actions cohérentes sur l’espace et le temps qui permettent l’organisation optimale des fonctions techniques, sociales et esthétiques de la ville pour une métropole plus humaine, accessible et hospitalière »22

La question des aménagements temporels reste encore ouverte et j’espère pouvoir continuer à l’interroger dans le cadre d’une thèse et au sein d’une équipe. Un grand remerciement à l’ensemble de l’équipe du Cresson sans qui ce travail n’aurait pu aboutir.

Citer ce billet : “Temporalités urbaines. Outils et méthodes pour observer, comprendre et rendre compte de l’évolution des villes”, par Elodie Lamothe. Publié sur Le Cresson veille et recherche… le 29 novembre 2016. Lien : https://lcv.hypotheses.org/11480.
  1. Ce projet de recherche est financé par la Structure Fédérative de Recherche « Territoires en Réseaux » et est composé d’une équipe pluridisciplinaire dirigée par Sylvie Laroche []
  2. MADRY, P. (2009) Dictionnaire pratique du commerce. De Boeck supérieur : Bruxelles. 286 p. []
  3. LAMOTHE, E. (2016) Temporalités urbaines. Outils et méthodes pour observer, comprendre et rendre-compte de l’évolution des villes. Mémoire de fin d’études. Institut d’urbanisme de Grenoble. []
  4. SOUMAGNE, J. (Dir.) (2015) Temps et usages de la ville. Presses universitaires Rennes. 248 p. []
  5. PAQUOT, T., (Dir.). (2001) Le quotidien urbain : essai sur les temps des villes. La découverte, Paris, pp. 167-179. []
  6. (2010) Cartographies. Les Carnets du paysage, n° 20, automne/hiver 2010-20111, p. 194-198. Actes Sud, Arles, 2006, 413 p. []
  7. MALLET, S. ; BONDUE, J.-P., (2014) Commerce et temps. Approche chronotopique du commerce. Le commerce dans tous ses états. PUR, pp.33-41. (Page 2 []
  8. CHESNAUX, J. (2001) « Mémoire urbaine et projet urbain » In : PAQUOT, T., (Dir.). Le quotidien urbain : essai sur les temps des villes. La découverte, Paris, pp.. 167-179. (Page 109 []
  9. URLBERGER, A. (2010) « Où suis-je ? Comment cartographier un monde mobile ? » In : Cartographies. Les Carnets du paysage, n° 20, automne/hiver 2010-20111, p. 194-198. Actes Sud, Arles. []
  10. POISSON, M. (2010) « Graphie du déplacement » In : Cartographies. Les Carnets du paysage, n° 20, automne/hiver 2010-20111, p. 194-198. Actes Sud, Arles. []
  11. Ingrid Saumur, présente le travail réalisé pour son diplôme « De Paris au Havre, voyage en Seine » soutenu en 2009. []
  12. RUSCHA, E. (1966) Every Building on the Sunset Strip. Self-published book, offset. []
  13. SAID, N. G. (2014) Vers une écologie sensible des rues du Caire : le palimpseste des ambiances d’une ville en transition. Thèse de doctorat, Université de Grenoble. (Page 119 []
  14. GEDDES, P. (1994). L’évolution des villes. Éditions Téménos, Paris, 379 p.POUSIN, F. (Dir.) (2013-2014) Transect : Les délaissés des traversées de la vallée de l’Huveaune. Dispersion des espèces, pratiques vernaculaires, médiations paysagères. Rapport de recherche D- transect. (Page 8 []
  15. POUSIN, Frédéric (Dir.) (2013-2014) Transect : Les délaissés des traversées de la vallée de l’Huveaune. Dispersion des espèces, pratiques vernaculaires, médiations paysagères. Op. Cit. (Page 9 []
  16. THEVENART, C., (1994) Commerce et espace public : Mémoire de fin d’études 2e année. Institut d’urbanisme de Grenoble, Rhône-Alpes, France, 1994. []
  17. AURG. Typologies des quartiers de Grenoble. Volet Démographie et habitat. http://www.aurg.org/publication/obsy/typologie-des-quartiers-de-grenoble-volet-demographie-et-habitat (consulté le 15 juin 2016 []
  18. Ibid. []
  19. PANERAI ET ASSOCIES. Grenoble Teisseire. Avenue et place Paul Cocat. http://www.panerai-et-associes.com/project5_8 (consultés le 15 juin 2016 []
  20. Propos retranscrits d’un représentant de l’AURG, lors de la journée-débat, le 14 juin 2016 à Grenoble. []
  21. MALLET, S ; BONDUE, J-P. (2014) Commerces et temps. Approche chronotopique du commerce. Le commerce dans tous ses états. PUR, pp. 33-41. (page 2 et 3 []
  22. GWIAZDZINSKI, L. (2013) « Quel temps est-il ? Éloge du chrono-urbanisme », Revues Vues sur la ville, 30. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *