Le parcours des gens de la rue au sein de la ville de Grenoble

En stage au laboratoire CRESSON dans le cadre de mon Master en Paysage à l’école d’ingénieur Agrocampus Ouest Angers, j’ai intégré la recherche HAPARÊTRE durant deux mois (ANR-14-CE29-0011; mai-juillet 2016). J’écris ce billet pour partager mes différentes observations à propos de la pratique de la ville de Grenoble par les SDF. Celles-ci sont en particulier nourries par la cartographie participative que j’ai pu mettre en place.

Le terrain de réflexion de ce stage est essentiellement lié à la fête des « 100 lieux des sans lieu » qui se déroula au Jardin de ville de Grenoble le 11 juin 2016. Cette manifestation des gens de la rue dans l’espace public visait à leur donner une plus grande visibilité, autant envers la municipalité qu’envers le «grand public». La base de cet évènement repose sur le concept de la maison éclatée, à savoir le fait que chacune des pièces d’une maison classique peut se retrouver, pour un SDF, aux quatre coins de la ville, à travers différentes structures d’accueil de jour. L’idée principale était ici de recentrer symboliquement cette maison éclatée dans un même lieu. Un lieu d’autant plus important qu’il était ici public afin d’affirmer l’appropriation de l’espace public par les gens de la rue.

Pour les SDF, la recherche constante de moyens de subsistances et les parcours entre les différents accueils de jour impliquent une manière particulière de vivre la ville, en lien avec des points de repères forts liés à leurs besoins. Le but de ma recherche était ici de mettre en exergue ces trajets quotidiens afin de mieux comprendre le lien existant entre l’aménagement physique du territoire et les pratiques qui en découlent. La méthode de travail choisie, sous l’impulsion du groupe de travail du Parlons-en associé à la fête des « 100 lieux des sans lieu » était la cartographie participative.

Création du support de la carte participative

Afin de construire un support de carte adapté à ces objectifs, plusieurs postulats devaient être définis :

  1. Le parcours des gens de la rue passe par les accueils de jours.
    En effet, les accueils de jours peuvent être apparentés aux différentes pièces de la maison, ils fournissent aux gens de la rue des ressources importantes (alimentaires, sanitaires, etc.) et sont donc des points de repère forts.
  2. Certains éléments de la ville de Grenoble sont structurants et indispensables pour se repérer sur une carte.
    Grenoble est bordée par deux rivières qui constituent une base de repérage importante. Les voies de circulation sont elles aussi structurantes à la fois pour les gens de la rue et pour l’ensemble des habitants de la ville.
  3. Les éléments représentés ne peuvent être neutres, ils influenceront nécessairement la compréhension et l’utilisation de la carte.

Mon travail s’est construit selon les principes de la cartographie participative à savoir selon un processus collectif excluant les personnes issues du milieu de la cartographie professionnelle ou académique.

  • Premiers points de repère : les rivières (Isère et Drac) qui délimitent la ville, puis les lignes de communication (les routes principales et lignes de tramway). Viennent ensuite les points forts (gare, hôpital, parc Paul Mistral), repérables par tous.

Cette base représente un socle objectif. Sur ce socle, différents éléments se mettent en place (seconde base de travail). Ceux-ci sont issus d’une première participation que l’on peut qualifier d’indirecte dans le sens où elle s’effectue par apport d’informations retranscrites, et non par dessin direct sur le plan.

  • Seconde base de travail : Regard du groupe du «Parlons-en» qui avait d’ores et déjà produit une carte représentant quelques étapes du parcours de la rue ; ainsi que celui d’une personne de la rue qui m’avait conduite dans différents lieux de son parcours personnel lors d’une campagne d’affichage. De nouveaux lieux propres au parcours des SDF apparaissent.

En superposant ces différents éléments et en croisant les regards, nous obtenons un plan relativement parlant pour l’ensemble des personnes à qui il s’adresse. Il sera utilisé lors de la « fête des 100 lieux des sans lieu ».

Fond de plan utilisé lors de la fête des 100 lieux des sans lieux en temps que cartographie participative - Estelle Carlier, 2016

Fond de plan utilisé lors de la fête des 100 lieux des sans lieux en tant que cartographie participative – Estelle Carlier, 2016

Utilisation du support et conditions de participation 

L’atelier cartographique de la fête des « 100 lieux des sans lieu » se présentait sous forme d’une incitation à une interaction directe (écriture sur le support), ciblée (trajet des gens de la rue donc exclusion implicite des autres passants) et indélébile (feutres marqueurs). En effet, il était demandé aux SDF présents de tracer leur parcours quotidien, ou du moins habituel, dans la ville de Grenoble. Plusieurs niveaux de participation se mirent en place à partir de cette carte.

  • Interaction directe :

Elle ne constituait qu’une minorité des interventions. Seuls les gens de la rue présents depuis la naissance de l’idée participèrent directement. Les participants furent exclusivement ceux qui avaient suivi l’idée, l’élaboration de la carte et participé à son évolution jusqu’à ce jour. Nous comprenons ici l’importance du temps d’appropriation du concept et des outils en amont de sa mise en pratique. Cette interaction se matérialisait par une intervention directe sur la carte avec des tracés au feutre et des commentaires associés.

Photographie d'une partie des résultats de la carte participative - Estelle Carlier - 2016

Photographie d’une partie des résultats de la carte participative – Estelle Carlier – 2016

  • Intervention indirecte :

Elle constitua la majorité des interventions durant cette journée et émana essentiellement des passants qui s’approchaient de la carte, demandaient des explications et la commentaient sans pour autant accepter de prendre le feutre pour noter leurs critiques (positives ou négatives) et les rendre ainsi indélébiles et visibles pour tous. Dans ce cas, nous pouvons observer que les participants ne souhaitaient pas se conformer au cadre proposé par ce mode de participation, bien que celui-ci permette de pérenniser et faire reconnaitre leur intervention. Ils étaient cependant disposés, et même demandeurs d’exposer leurs idées et remarques «hors cadre» afin de mettre en avant les connaissances qu’ils possèdent. Cet exemple nous montre que la participation est exigeante envers les participants dans le sens où elle impose une certaine rigueur à laquelle il faut se conformer pour obtenir «le droit» de s’exprimer. La participation requiert donc un travail de mise en confiance et d’explication en amont, afin d’apprivoiser ce cadre. Il n’avait pas pu être effectué avec les potentiels participants dans ce cadre, mis à part avec certaines personnes du groupe de travail du Parlons-en qui avaient effectivement participé de manière directe à l’atelier.

Résultats et interprétation

Bien que les sites d’accueil connus soient fixes et référencés (en particulier dans le SOS galère de Grenoble), ils ne sont pas tous utilisés par l’ensemble des gens de la rue. En effet, chacun selon ses besoins personnalise son parcours au sein de la ville. Les répétitions nous aident à repérer des points névralgiques dans le réseau associatif. Ceux-ci se définissent généralement par le fait qu’ils permettent de répondre à des besoins essentiels tels que manger ou se laver et qu’ils deviennent de ce fait des endroits de passage nécessaires, dans lesquels on revient à intervalles réguliers. Ils se transforment ainsi en sites où se concentre la population des gens de la rue. Nous pouvons avoir un premier aperçu de la disposition de ces lieux et de leur éloignement, en couplant les deux parcours dont nous disposons.

Différents trajets recueillis lors de l'atelier participatif de la fête des 100 lieux des sans lieu - Estelle Carlier - 2016

Différents trajets recueillis lors de l’atelier participatif de la fête des 100 lieux des sans lieu – Estelle Carlier – 2016

Il est important d’associer la spatialité de ces lieux avec la notion de temporalité qui existe elle aussi dans le trajet quotidien des gens de la rue. Dans ce sens, nous pouvons dire que les horaires d’ouverture d’un lieu et donc son temps d’accueil conditionnent son importance. Bien sûr, de nombreux autres facteurs entrent en jeu pour définir celle-ci (services proposés, autres personnes fréquentant le lieu, etc.) et en particulier sa localisation. Ainsi, nous pouvons effectuer un début de classification de ces points de repère que constituent les accueils de jour selon des dimensions spatiales et temporelles (repères spatiaux, repères temporels, repères spatio-temporels). Il est essentiel de préciser que ces deux notions ne sont en aucun cas à mettre en opposition, au contraire, elles se complètent et se chevauchent dans la majorité des cas, l’une renforçant l’autre.

A cette classification, nous pouvons ajouter des repères complémentaires (repères informels) qui peuvent être soit des lieux transitoires, soit des points d’accroche uniques et personnels. Notre carte s’appuie essentiellement sur les lieux connus qui correspondent au milieu social et associatif. Cependant, ceux-ci ne correspondent qu’à la partie émergée de la pratique de la ville par les gens de la rue. D’autres lieux, invisibles, témoignent aussi, si ce n’est davantage, de cette pratique.

Photographie illustrant les lieux de débrouille dans la ville de Grenoble - Estelle Carlier - 2016

Photographie illustrant les lieux de débrouille dans la ville de Grenoble – Estelle Carlier – 2016

Cette question de la temporalité nous amène à celle du rythme, et ce à différents niveaux.

  • Au niveau des SDF vis-à-vis d’eux-mêmes : au sein du trajet, leur but est de se déplacer afin d’assouvir leurs besoins biologiques dans les temps qui leurs sont dédiés, car chaque accueil de jour possède ses propres ressources mais surtout ses propres heures d’ouvertures auxquelles il faut se conformer. Cette réflexion s’associe avec la distance spatiale existant entre les différentes étapes du parcours. Nous pouvons élargir cette réflexion en nous plaçant sur des échelles plus étendues. Sur la semaine par exemple, le week-end représente un changement de rythme brutal dans le sens où les accueils de jours sont généralement fermés. Cette forte contrainte implique une modification à la fois temporelle (affranchissement des horaires fixes des lieux d’accueils) mais aussi spatiale car il faut trouver d’autres lieux où construire sa journée.
  • Au niveau des SDF vis-à-vis des autres résidents : si nous revenons à une échelle plus restreinte, celle de la journée par exemple, le rythme de la ville, bien qu’il soit multiple, est généralement associé à celui du travail. En partant du principe que les SDF sont généralement sans emploi, nous comprenons que leur rythme diffère de celui des résidents. Ils sont exclus de l’emploi du temps général et définissent leur propre programme en fonction d’autres paramètres. Il n’est pas rare que cette marginalité temporelle entraine des conflits d’usage dans l’espace public. Ceux-ci sont essentiellement visibles lorsque différentes personnes aux rythmes antagonistes sont amenées à se croiser. Nous pouvons dans notre cas prendre l’exemple du mobilier urbain, et en particulier les bancs qui sont source de conflit entre les résidents qui souhaitent s’y asseoir pour attendre les transports en commun ou encore se reposer ponctuellement, et les SDF qui, dans un même temps, s’y allongent pour dormir durant une période relativement longue. Nous comprenons ainsi que cette superposition conflictuelle des rythmes entretient la marginalisation et le rejet.

La temporalité se trouve donc être une question essentielle dans l’aménagement du territoire urbain.

Conclusion

Pour conclure, nous pouvons dire que le support de carte, en particulier lorsque celui-ci possède un caractère participatif, permet de mettre en évidence certains aspects du parcours des gens de la rue. Cependant, cette ressource est très incomplète car elle suppose une volonté de rendre publics les déplacements effectués au sein de la «maison éclatée» que représente pour les gens de la rue, la ville de Grenoble. Or, la maison est par excellence une sphère privée et certains éléments ne sont donc pas aptes à entrer dans le domaine public. Ce mode de communication implique de plus une certaine appropriation par son utilisateur et donc du temps.

Plusieurs pistes d’études sont ressorties des résultats obtenus à partir de ces supports. La première concerne l’éloignement et la répartition des différents lieux d’accueil ainsi que leurs horaires d’ouvertures, ce qui nous amène dans un second temps à réfléchir aux différentes temporalités et rythmes qui entrent en jeu dans les parcours des gens de la rue et la manière dont ils s’articulent avec ceux des résidents.

Une démarche similaire a été mise en place à l’échelle de l’ensemble de l’agglomération grenobloise afin de mettre en évidence l’absence de répartition équilibrée des lieux d’hébergement à cette échelle.

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Mael Trémaudan dit :

    Sujet tres interessant,
    J’ai moi aussi fait un stage cours au CRESSON et je viens de l’Agrocampus Ouest parcours « Ingénerie des Territoires ». Ce n’est pas commun ce genre de sujets, as tu pensé au master Design Urbain proposé a l’Institut d’Urbanisme de Grenoble (bien en phase avec ce type d’approche et de questionnements) ? Je l’ai fait, j’en ai été ravi !
    Maël Trémaudan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *