Interroger le Cresson

Elève en Master 2 d’architecture à l’ENSA Nancy et dans le cadre de mes études, j’ai effectué pendant le mois de septembre et octobre 2016 un stage dans l’équipe de recherche du CRESSON.

J’ai connu les travaux de l’UMR Ambiances à partir d’un travail de Mémoire de Fin d’Etude (Mfe) où j’ai pris le parti, outre un apport théorique faite de lectures thématiques, d’interroger en marchant des personnes déficientes visuelles (douze «balades urbaines») pour comprendre ce qu’elles perçoivent (thème des perceptions sensorielles), ressentent (thème des ambiances) et comment elles pratiquent la ville quotidiennement (thème de l’ergonomie spatiale/acces- sibilité).1

Coaché par Rachel Thomas, dont les travaux m’ont inspirés pour ce Mfe, j’ai pu bénéficier d’une très bonne immersion au sein de l’équipe et d’une grande bienveillance à mon égard. Au regard de tout ce que j’y ai appris, je peux constater que ce fut un très bon choix de stage! Médité depuis le printemps dernier, demandé et organisé depuis le mois de mai, je suis pourtant arrivé ici sans savoir véritablement ce qu’allais donner cette nouvelle expérience. Maintenant que quelques mois m’en séparent, qu’est-ce que je peux en dire? Qu’est-ce que j’ai fait, qu’est-ce que j’ai appris, et quel bilan en faire ?

Plan du laboratoire (octobre 2016). Le Cresson y a déménagé dans les années 2000. Echelle: 100e. Source: Théophile Bertin

Plan du laboratoire (octobre 2016). Le Cresson y a déménagé dans les années 2000. Echelle: 100e. Source: Théophile Bertin

1. Pluralité d’investigation

1.1 Enrichir, approfondir, découvrir. Un projet: les interviews

Le premier mois du stage m’a permis d’enrichir et de finaliser mon mémoire de fin d’étude, soutenu le mardi 27 septembre 2016. J’ai pu notamment approfondir le thème de l’accessibilité (définitions, exemples Grenoblois d’aménagement urbain, …) et ce qu’on entend par la notion «d’ambiance» (sémantique du mot, historique, importance de sa prise en compte, …), deux pièces maîtresses du propos de ce mémoire.

J’ai également préparé et participé aux séminaires des recherches en cours («Enquête» et «Haparêtre») ainsi qu’à plusieurs cours donnés par des chercheurs. Différentes lectures ponctuent toutes les semaines du stage, et constituent désormais une sorte de bibliothèque d’idées pour la suite de ma pratique architecturale.

Lors du second mois, j’ai élaboré une courte investigation imaginé et proposé à Rachel Thomas, dans le but de découvrir au mieux le «monde» de la recherche, en prenant le parti d’interroger pendant une heure douze personnes représentant les différents corps de métiers du Cresson. Pour comprendre le mieux un endroit, je crois qu’il est pertinent de toujours croiser plusieurs sources: ce que je lis, vois, écoute de la production du laboratoire; ce que j’observe des lieux (environnement de travail, décoration, lieux de vie); et ce que me disent ceux qui le font vivre.

Voici le nom des personnes que j’ai interviewé: Rachel Thomas, Théa Manola et Grégoire Chelkoff (Chercheurs); Steven Saulnier, Maïlys Toussaint (Doctorants); Pascaline Thiollière (en fin de doctorat); JuL McOisans, Audrey Carbonnelle, Françoise Révillon, Françoise Acquier, Françoise Cholat, David Argoud (personnel d’appui et de soutien à la recherche, dit Ingénieur Technicien Administratif (ITA)).

Liste des thèmes de recherche, imaginée avant de commencer les interviews:

  • les relations chercheur/doctorant/soutien à la recherche. La vie du laboratoire
  • ce qui fait qu’on devient chercheur
  • comment on recherche: formes de recherche, formes d’écriture
  • les prérequis du fonctionnement de la recherche: l’écriture comme passage obligé, les statuts professionnels officiels, les étapes de «carrière», le cadre institutionnel/hiérarchique
  • profil psychologique/moral/social. Viens du même milieu?
  • relation personnelle au laboratoire: «toute ma vie»? «fonctionnaire» ? «Un des points d’atterrissage/de destination plus récurrents?»
  • relations humaines au laboratoire, entre chercheur/doctorant/personnel de
  • statistiques des domaines d’études représentés au laboratoire?
  • relation travail/vie privée. Implication du chercheur
  • place de l’idéal/désir d’engagement social du métier
  • profil politique du chercheur (contestataire/institutionnel conservateur/désintéressé)
  • relation à l’informatique, les outils de travail, etc.
  • relation à l’écriture/la lecture: le chercheur est-il forcément «littéraire»?

Questionnaire «guide» des interviews, élaboré en amont et affiné au fur et à mesure:

Préalable: j’explique pourquoi je fais cette interview: but personnel de compréhension, utilisé dans le rapport de stage, pas de publication. «En 3min, si tu peux exprimer «qui tu es», «d’où tu viens», «en quoi consiste ton métier selon toi».

  • Selon toi, qu’est-ce qui te pousse à faire ce métier? Par passion? Par curiosité/intérêt? Forme d’engagement au monde? Par besoin économique? Par conviction?
  • Qu’elle était le sujet de ta thèse? (Titre, thème, directeur de recherche, question de départ, …). Penses/Pensais-tu être chercheur ensuite?
  • Comment écris-tu? Par «accrétion», «linéaire» ? Où? A quel moment? Pc ou aide manuscrite? Aimes-tu lire ?
  • Mode de recherche: quel est ta manière d’enquêter? Reformulé: est-ce que tu trouves que ta manière d’enquêter, au fur et à mesure, s’améliore? Se transforme? N’a rien à voir avec les débuts? Questions plus fines? Trouvailles plus rapides?
  • En dernière question: quel est, pour toi, ce qui est le plus difficile à «gérer» dans ton métier ?

1.2 Comprendre l’histoire du Cresson: inédit à sa création, inédit encore aujourd’hui

Ce stage fut l’occasion de découvrir l’histoire du lieu, des chercheurs et des travaux du Cresson. Qu’à son origine en 1979, le laboratoire porte ses premières recherches d’abord sur l’aspect sonore de l’habitat (partie acoustique, ethnographique et sociologique), puis à d’autres champs d’étude (lumière artificielle, thermique, végétal, eau, olfactif, tactile, kinesthésique). Qu’auparavant seul, le CRESSON s’associe au CERMA devenu CRENAU en un laboratoire de recherche sur deux sites d’activités (Grenoble et Nantes), rendu possible grâce à la vidéoconférence: l’UMR 1563 “Ambiances architecturales et urbaine” (AAU). Qu’il fait désormais parti du Réseau International Ambiances, partenariats imaginés et fondés par Jean-Paul Thibaud et où l’équipe du Cresson s’est beaucoup investi dans sa mise en place (montage du premier congrès international à Grenoble en 2008 notamment).

Pour approfondir ce que représente ce réseau international, j’ai entrepris de collecter quelques données statistiques (Données comptabilisées à partir de: http://www.ambiances.net/):

  • Répartitions des membres (universités, collectifs, écoles, …) du réseau par pays: les membres français représentent 36% des parts, suivis des Canadiens (18%) et Brésiliens (14%).
  • On peut également remarquer l’importance française dans le comité de pilotage: au 1er novembre 2015, sur 20 membres du comité de pilotage, 12 font parties de l’UMR 1563 (8 sont de Grenoble, 4 de Nantes).
  • Répartitions des membres inscrits individuellement, par pays (50 pays sont représentés, pour 857 membres inscrits): les membres français représentent 33% des participants.
  • Répartitions des membres inscrits individuellement, par continent: Europe (569 membres, 66,4%), Afrique (118, 13,8%), Amérique du Nord (72, 8,4%), Amérique du Sud et centrale (61, 7,1%), Asie (23, 2,7%), Océanie (14, 1,6%).

On peut remarquer que s’il possède encore une grande part d’interaction et de fonctionnement français, on peut observer son très large élargissement (50 pays), ce qui est remarquable au vu de sa jeunesse (moins de 10ans).

2. Trois tendances, trois cœurs, trois temps

2.1 La notion d’ambiance entremêle trois tendances scientifiques

On peut lire dans le texte de présentation du Cresson2 que les recherches portent actuellement sur trois axes, qui correspondent aux trois tendances scientifiques composantes de la notion «d’ambiance» et de l’histoire du laboratoire: «Ambiance(s) et Environnement» (sciences pour l’ingénieur), «Ambiance(s) et Projet» (sciences de la conception/création), «Ambiance(s) et Société» (sciences humaines). A l’instar du prisme d’action de l’écologie (Environnement, Économie, Social) qui propose un devenir vertueux du monde, le prisme d’action de la notion d’«ambiance» (Environnement, Projet, Société) veut proposer une vision vertueuse du devenir urbain.

Pour bien comprendre l’équilibre de ces tendances scientifiques, j’ai répertorié au centre de documentation le nombre de rangées d’étagères (mètre linéaire) en fonction des thèmes du plan de classement.

Sciences pour l’ingénieur: 19 mètres linéaires
Acoustiques (10), Thermique (1), Eclairage (7), Outils mathématique/informatique (1)

Sciences humaines: 19 mètres linéaires
Sociologie (8), Epistémologie (2), Philosophie (4), Ethnologie/Ethologie/Anthropologie et Psychologie (5)

Sciences de la conception/création: 20 mètres linéaires
Architecture (4), Urbanisme (10), Arts (6)

Hybrides: 20 mètres linéaires
Ambiances: environnement, paysage sonore (10), revues architecture et sciences humaines (10)

Productions: 15 mètres linéaires
Thèses (5), Mémoires DEA/Master (5), Rapports/Articles recherche (5)

On peut remarquer ici que chaque thématique est équitablement répartie. Cet équilibre est depuis la création du Cresson un véritable enjeu qualitatif : lors de leurs deux interviews, Rachel et Grégoire le souligne particulièrement. Cet équilibre à conserver est à l’instar du thème central des recherches, la notion «d’ambiance», terme scientifique («milieu ambiant») et terme chargé de sensibilité (agréabilité d’une atmosphère), «au carrefour» des champs disciplinaires et des possibilités d’approche.

2.2 La machine «recherche» du Cresson est un processeur à trois cœurs. Mais demain?

Le Cresson, au fil des années, s’est doté d’une mécanique de recherche articulant trois corps de métiers: Les Ingénieurs Techniciens Administratifs (gestionnaires, documentalistes, «médiaticien» et informaticien), les doctorants, les chercheurs (CNRS ou professeur à l’ENSAG, permanents ou associés). D’abord en petit nombre pour deux d’entre eux (quelques doctorants dans les débuts, deux ITA en 1990, …), ceux-ci n’ont cessé de croître pour arriver à cette répartition en avril 2017: 17 chercheurs permanents (31,48%), 15 chercheurs associés (27,78%), 6 ITA de soutien à la recherche (11,11%), 16 doctorants (29,63%)

L’image du processeur multi-cœur me semble correspondre ici: la recherche au Cresson pourrait-elle avoir la même efficacité si on lui retirait un de ces corps de métiers? Que ferait les chercheurs sans l’appui des ITA et les jeunes idées des doctorants? Ceux-ci ferait-il le même travail sans la présence directe des chercheurs? Cet équilibre est pourtant actuellement au cœur de nombreux défis.

Le travail d’un chercheur est nécessairement mobile. Les nouvelles composantes d’internationalisation de la recherche et de contrats de recherche regroupés l’expliquent. La révolution informatique a aussi probablement transformé les modes de travail: le passage de l’ordinateur fixe à l’ordinateur portable rend désormais mobile le chercheur jusque dans son matériel. Autrefois difficilement accessible, la visibilité de la recherche s’intensifie d’année en année: vulgarisation, communication tous publics, etc. La ressource documentaire va vers un libre accès du savoir, et un accès de plus en plus dématérialisé. La lourdeur du processus administratif actuel est quant à lui en train d’être simplifiée et centralisée, et les prochaines années vont probablement voir la disparition des ITA.

Puisque l’accès à l’information s’ouvre, qu’internet devient la base de consultations et d’archivages, faut-il encore un espace de documentation dédié? Si les ITA disparaissent, que restera-t-il de la nécessité d’un laboratoire situé? Y’a-t-il besoin d’être physiquement au sein d’un «bureau collectif» pour produire de la recherche et interagir avec ces semblables? Les conférences, congrès dans des espaces convenus ne suffirait-il pas? Et si la réponse est non, à quoi va-t-on assister? Va-t-il y avoir une explosion des laboratoires, les laboratoires SHS vont-ils se faire par e-travail?

Cependant, nombreux au Cresson soulignent le caractère irremplaçable des temps physiques communs pour la dynamique collective. Pour ma part, je pense que le cadre de la recherche, situé, fonctionnel, humain, est en étroite relation avec ce qu’elle produit: je crois que tout processus a son impact sur la qualité scientifique finale.

2.3 La recherche est un moteur à trois temps

Qu’est-ce que le travail de chercheur? Leur mission consiste à «perdre du temps» pour creuser des sujets, en découvrant des auteurs (lectures, recherches bibliographiques), en construisant et menant des enquêtes de terrain (interviews, relevés techniques, prises de sons/vidéos, …), en débattant à plusieurs (séminaires, conférences, temps informels) ou en s’isolant pour écrire.

Le travail du chercheur se répartie en trois temps:

  • Le temps administratif, consacré à la gestion administrative de son métier et à la recherche de contrats. Un tiers du métier de chercheur en est désormais dédié: préparation des séminaires (fonctionnement, mails entre chercheurs, budget, prise de contact avec d’éventuels intervenants, réservation des salles au besoin, remboursement des déplacements effectués), l’organisation des conférences (lettres d’invitations, réservation du matériel de vidéoprojection/son,…), l’organisation des cours, la recherche et la préparation des réponses à des appels d’offres de projet.

C’est un temps variable en fonction du parcours du chercheur, de la période de sa carrière. C’est un temps conséquent qui ne cesse de s’accroître. Cela peut s’expliquer par une récupération à sa charge de certaines étapes du fonctionnement administratif harmonisé au niveau national, mais aussi par le regroupement et la raréfaction des contrats de recherche, autrefois d’un plus faible montant, plus diversifié et beaucoup plus nombreux, et désormais dépendant de plus grosses structures: les appels d’offres lancés par l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR) essentiellement.

  • Le temps de «d’enquête», consacré aux recherches documentaires (retrouver tout ce qui a été réalisé sur un sujet donné: «l’état de l’art», et se constituer une bibliographie de références sur lesquels fonder sa pensée) et de terrains (prendre des informations sur place par le biais d’interviews, de relevés sonores/vidéos, autres). Il se compose de différents temps de recherche qui se nourrissent l’un et l’autre, vers lequel le chercheur revient en aller-retour. Au sujet de la lecture, j’ai posé à chacune des interviews la question «aimes-tu lire?». Nous pouvons remarquer qu’à peu près tout le monde répond oui. Les chercheurs interrogés lisent tout type de lecture, du roman à l’écrit scientifique: certains lisent ou aimeraient lire plus de romans «pour s’évader». Il ressort qu’un chercheur, pour la nécessité de son travail, doit consacrer une large partie de son temps à lire.

A chaque sujet et terrain sa méthode, en piochant dans une boîte à outils personnelle que chaque chercheur s’est constitué au fil de ses expériences. Il y a une sorte de nécessité à la créativité dans la manière de faire, comme une sorte de règle déontologique de ne jamais appliquer de recettes préétablies. Sans que ce soit un pré-requis obligatoire à toute recherche, les chercheurs interrogés semble également accorder beaucoup d’importance au processus d’enquête faite in-situ. Ils m’ont aussi exprimés que si chaque enquête est différente et qu’on ne peut les comparer entre elles et observer des améliorations, les manières de poser les problèmes et de mettre en place les outils s’affinent avec le temps.

  • Le temps de transmission, consacré à la transmission de son savoir (écriture d’ouvrages, préparation de conférences dans et au-delà du cercle académique -milieux professionnels et les écoles notamment-, enseignement). C’est à la fois une demande informelle de l’institution et une volonté des chercheurs eux-mêmes de transmettre le produit de leur recherche. C’est un temps en co-alimentation avec le temps de l’enquête, qui la nourrit -particulièrement pour les missions d’enseignements, comme l’exprime Théa et Grégoire- et lui donne un terme: le temps d’écriture est important pour synthétiser tout ce qui a été cherché.

Au sujet de l’écriture (thèses, rapports de recherche, articles, …), j’ai posé à chacune des interviews les questions «Comment écris-tu? Par «accrétion», «linéaire»? Où? A quel moment? Pc ou partie manuscrite? L’échéance te booste- t-elle?» Il ressort que l’écriture est un véritable exercice et un style propre à chacun. Pour plusieurs personnes interrogées, elle demande comme un rituel d’entrée, une mise en condition pour commencer à écrire. Tous ont également exprimés le besoin d’un cadre calme, parfois un autre lieu pour commencer à travailler. Il ressort aussi deux manières d’écrire, souvent pratiquées complémentairement: «l’idée créatrice» et «l’aller-retour, la recherche en faisant».

3. Quel bilan?

Ces huit semaines de stage ont été un temps riche d’apprentissage tout au long des jours. J’ai été parti prenant de plusieurs cours et séminaires, j’ai pu prendre le temps d’approfondir des thèmes de réflexions qui m’intéressent particulièrement. Il fut l’occasion de mieux saisir ce que veut dire la notion «d’ambiance», et de faire un point de mes connaissances et compréhensions des problématiques liées à l’accessibilité. J’ai également pu mener douze interviews, pour comprendre directement par leurs acteurs ce qui fait la recherche du Cresson.

J’ai pu découvrir l’histoire de l’équipe de ce laboratoire, chronologiquement mais aussi «spirituellement», dans le sens de ce qui l’anime et vers où elle tend. J’ai compris les diverses tendances scientifiques qui traversent ses travaux de recherche (sciences de la conception, sciences et techniques, sciences humaines), l’importance et la nécessité de les tenir toutes les trois ensemble. J’ai pu appréhender l’ensemble des métiers présent au laboratoire (ITA, doctorant, chercheur), qu’elles étaient leurs missions, leurs actions et passions, et leurs difficultés. J’ai pu voir des défis majeurs auxquels le laboratoire est confrontés. Que sera son devenir?

Enfin, j’ai essayé de comprendre ce qui forme les trois parties du métier de chercheur: temps «administratif», temps «d’enquête», temps de «transmission». Si les particularités de chacun différencient chaque manières d’appréhender ce métier, des traits de convergences demeurent. A la question «Selon toi, qu’est-ce qui te pousse à faire ce métier? Par passion/curiosité/intérêt? Par conviction? Forme d’engagement au monde? Par besoin économique?», les chercheurs du Cresson répondent: c’est la curiosité, la passion et le désir d’un monde meilleur tout à la fois.

 

Citer ce billet : “Interroger le Cresson”, par Théophile Bertin. Publié sur Le Cresson veille et recherche… le 2 juin 2017. Lien : http://lcv.hypotheses.org/11875.
  1. En référence : «La cécité dans la ville». Bertin Théophile, Mfe 2016. On peut le consulter à la médiathèque de l’ENSA Nancy []
  2. voir http://www.grenoble.archi.fr/ []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Merci Théophile, ça nous fait un chouette retour sur notre vie d’équipe & nos métiers!
    J’y entends un petit appel pour plus de « présence physique », je ne peux qu’y souscrire!!!
    & j’y entends aussi un bel (et trop rare) hommage au caractère indispensable des ITA: au CRESSON comme ailleurs, ils sont ce qui fait collectif
    Maintenant, j’attends ton prochain billet sur l’influence de ce stage et des ambiances sur ta future activité architecturale
    Anthony

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *