Déjeuner du Cresson du 29 mai 2017 : Ambiances d’un quartier en rénovation. Restituer l’expérience sensible d’un lieu en transformation par le récit et la photographie par Maïlys Toussaint

Pour son déjeuner du lundi 29 mai entre 12h15 et 14h dans les locaux du laboratoire, le CRESSON a eu le plaisir d’écouter une intervention de Maïlys Toussaint (doctorante CRESSON).

Titre : «  Ambiances d’un quartier en rénovation. Restituer l’expérience sensible d’un lieu en transformation par le récit et la photographie »

Résumé : Au cours d’un travail d’enquête dans un quartier en rénovation urbaine, nous nous sommes attachée à saisir les ambiances d’un quartier (La Villeneuve de Grenoble), ceci tout au long de sa transformation. Mais comment saisir les ambiances d’un site en transformation ?

Les spécificités de notre terrain d’enquête ne nous permettent pas de déployer les méthodologies in-situ et qualitatives déjà éprouvées (comme celles décrites in Thibaud et Grosjean, 2001)1. Confrontées au besoin de retrait des habitants, et à la rapide transformation des lieux, nous décidons d’utiliser notre propre expérience : accompagnée d’un appareil photo, nous réalisons des visites récurrentes pour ressentir et observer les ambiances, puis de mémoire, nous en retraçons l’expérience par écrit.

Pour garder une trace et représenter les ambiances captées durant nos visites, nous choisissons donc d’associer deux outils : le récit d’expériences et la reconduction photographique. Les mises en récit, utilisées pour raconter la vie d’un immeuble en rénovation (Perec, 1978)2, deviennent un moyen de restituer l’expérience du lieu. Dans une description à plusieurs personnes, entre le « je » de notre propre expérience et le « ils » de personnages en scène ou imaginés, entre un travail d’ethnologue et de romancier, nous tentons de réciter et de partager la transformation des ambiances. Simultanément, la reconduction photographique est utilisée pour relever les traces du changement et témoigner des évolutions (Vergara, 1995).3

Ces deux outils nous permettent de stabiliser des expériences sensibles à un moment donné. Et comparer ces expériences nous offre la possibilité de comprendre ce que l’évolution des lieux « nous fait », à nous, ainsi qu’aux habitants.

Villeneuve de Grenoble. Entrée du 40 Arlequin - Photo prise le 13 novembre 2015 par Mailys Toussaint

Villeneuve de Grenoble. Entrée du 40 Arlequin – Photo prise le 13 novembre 2015 par Mailys Toussaint

Villeneuve de Grenoble. Entrée du 40 Arlequin - Photo prise le 14 juin 2016 par Mailys Toussaint

Villeneuve de Grenoble. Entrée du 40 Arlequin – Photo prise le 14 juin 2016 par Mailys Toussaint

Villeneuve de Grenoble. Entrée du 40 Arlequin - Photo prise le 22 octobre 2016 par Mailys Toussaint

Villeneuve de Grenoble. Entrée du 40 Arlequin – Photo prise le 22 octobre 2016 par Mailys Toussaint

  1. J.-P. Thibaud, M. Grosjean, L’espace urbain en méthodes, Marseille, Parenthèses, 2001 []
  2. G. Perec, La vie mode d’emploi, Paris, Hachette, 1978 []
  3. C. J. Vergara, The New American Ghetto, New Brunswick, Rutgers University Press, 1995 []

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble. Veille également sur Scoop-it : http://www.scoop.it/t/le-cresson-veille-et-recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *