L’ambiance de Grenoble à travers les sens d’une brésilienne

Je suis doctorante brésilienne de l’Université Fédérale do Rio de Janeiro. Je suis venue à Grenoble pour développer quelques outils qui permettront d’explorer l’engagement collectif dans une ambiance urbaine1. Dans ma thèse, au Brésil, je vérifie des hypothèses qui avancent l’idée d’une empathie spatiale. Cette dernière, encore en développement, est basée sur la notion de Einfühlung2) et décrit le sentiment d’attraction des ressemblances ou des dissonances et l’impression d’étrangeté qui se pose à travers la résonance affective d’une ambiance collective.

Un journal sur Grenoble: de quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’un exercice proposé dès mes premières heures dans la ville par le superviseur3 de mon stage de doctorat4. Dans le journal, je raconte mes expériences et mes impressions sur Grenoble à travers des récits. Le journal contient aussi quelques dessins qui résument les principales expériences traitées dans chaque chapitre. Au moment où cet exercice m’a été proposé, je savais très peu de choses sur Grenoble. L’idée était donc de ne pas chercher d’informations sur la ville. Tout ce qui a été découvert l’était à travers l’expérience du lieu, les gens rencontrés et les situations vécues dans la ville.

Le journal devait être mis au point au cours du premier mois de mon arrivée dans la ville. L’idée de l’exercice était de m’orienter dans mon choix d’un lieu en ville pour l’application de l’outil méthodologique à développer. J’avais l’intention de faire une promenade à pied dans la ville et de faire des récits du point de vue d’une personne qui vient seule à Grenoble pour la première fois, et qui a l’envie quotidienne d’établir des relations sociales et spatiales. Ainsi, le texte devait être libre et il fallait que je parle des sentiments et des impressions que j’ai ressentis au cours des parcours.

Pour cette expérience, je me suis mise à marcher à pied à travers la ville et dans les environs, sans carte ni chemin prédéterminé ou établi. Je m’interdisais de regarder ma carte et chaque fois que j’étais perdue je devais demander des informations à des gens et profiter de l’opportunité pour parler alors avec eux de la vie urbaine. Donc, en plus d’être une base pour le développement de la méthodologie, le journal comporte une diversité de détails.

Le récit a été écrit à la première personne, et en général parle de la ville, des parcours et des chemins que j’ai empruntés. Il s’agit du regard d’une personne étrangère qui vient habiter dans un lieu inconnu. Je parle aussi de l’expérience de se perdre et de se retrouver, du ressenti de chacun, des interactions entre les personnes et l’espace qu’elles occupent, de faire partie de la communauté ou d’en être exclue et de partager des expériences et des lieux. Le journal parle aussi des gens qui faisaient partie du contexte de manière passive ou active, de ceux qui m’ont donné des informations, qui m’ont invitée à partager des espaces avec eux. Ainsi, le récit porte non seulement sur l’observation passive de la ville, mais aussi sur l’interaction avec l’espace, et par conséquent sur les acteurs et sur la sensation d’habiter à Grenoble.

Comment le journal a été fait?

D’abord, le journal a été considéré comme une partie du travail du terrain d’où il avait rassemblé les expériences des différents lieux et des parcours dans la ville de Grenoble. L’idée initiale était de faire des récits en même temps que se déroule la situation. Cette posture favorise la prise de position d’observateur. Au début de l’exercice, il n’y avait aucune indication sur la méthode d’exploration des lieux ni par où débuter des expériences. Tout a été laissé très libre et peut-être, est-ce la raison pour laquelle les deux premières expériences racontées dans le journal semblaient courtes. L’absence d’une méthode préétablie pour orienter l’expérience racontée dans le récit faisait partie intégrante de l’exercice. Ainsi toute la ville de Grenoble devait être découverte.

La proposition de découvrir la ville à travers les sens a ouvert la possibilité d’adopter la dérive urbaine comme premières expériences. La dérive désigne une manière de découvrir les lieux par l’errance, qui devrait être consciente. Ainsi, au cours de l’expérience de la marche à travers la ville, il faut se laisser guider et aussi impacter par les effets émotionnels que l’ambiance de la ville peut produire. En général, avec cette approche, il s’agit de quitter la passivité avec laquelle des itinéraires habituels que nous empruntons sont abordés.

Cependant, à partir de la troisième expérience, une approche différente a été adoptée. En effet, nous avons remarqué que ce n’était pas l’écriture qui a fait ressortir les rapports et l’expérience urbaine, mais plutôt l’expérience de rester sur place qui a fait surgir des rapports et des dessins. Il y a eu des situations où les promenades ont favorisé des interactions sociales dans l’espace public, et par conséquent ont favorisé des invitations et des suggestions pour aller à différents endroits. Dans ce cas, les récits sont liés à la flânerie, une notion qui permet d’identifier les modes de déplacement et d’exploration des lieux par les individus et les rapports sociaux qui en découlent. L’adoption de ces deux approches (flânerie et/ou derive) dépend de chaque situation, de l’ambiance du lieu, ainsi que des événements qui s’y déroulent.

Dans les récits du journal il n’y a pas seulement les paroles de l’auteur mais aussi celles des gens rencontrés au cours des parcours et dans les espaces publics. Pendant le récit il y a des situations où l’auteur interagit avec les gens rencontrés en se promenant ou au contraire les gens interrompent et/ou influencent avec leurs comportements les actions de l’auteur. Pour cette raison, les impressions personnelles de l’auteur sont écrites dans sa langue maternelle (en portugais), tandis que les gens rencontrés et les conversations sont en français5.

En général, le journal a pris les contours d’un journal personnel dont les récits ont été écrits sur la base des situations vécues. Différentes sortes de matériaux, quelques enregistrements audio, des photos et des croquis ont servi de base au texte qui a été écrit après le temps sur le terrain. La décision de passer d’un journal qui a été fait pendant l’expérience à un journal fait tout de suite après les situations vécues était une stratégie pour ne pas perturber le rythme des événements, des rencontres… De cette façon, le journal apporte non seulement l’observation de l’auteur, mais aussi sa participation en tant que partie active de chaque situation. L’idée était de laisser les conversations et les événements se dérouler naturellement pour interagir avec les personnes, l’espace et l’ambiance urbaine plus spontanément.

Exemple des croquis et le resumé que a eté fait pendant le parcours.

Exemple des croquis et le resumé que a eté fait pendant le parcours. Aquarelle de Barbara Thomaz, Grenoble, 2017

 

Qu’est-ce qui a été découvert (par les sens)?

Ces deux personnages, l’auteur et les gens, sont visibles dans le texte, mais il a un tiers qui a été identifié dans l’analyse quotidienne des relectures: l’espace. Etant donné que l’idée de l’exercice était d’oublier la posture du chercheur et d’agir comme un visiteur qui découvre les lieux, un flâneur qui marche à travers la ville, l’intention était que les récits n’apportent pas des analyses objectives. Ainsi, dans les récits se trouvent trois personnages: l’auteur dans la position du visiteur, les gens qui habitent la ville et qui sont dans les espaces publics et l’espace qui correspond à un autre auteur dans la posture du chercheur.

Les trois personnages qui apparaissent dans le journal constituent les grandes lignes de l’outil méthodologique. C’est à partir du moment où nous avons identifié ces trois personnages que nous sommes arrivés à tester notre méthode en l’appliquant à un terrain choisi. En effet, il est possible de faire une analyse différente à partir du point de vue de chaque personnage. Par exemple, l’auteure dans sa posture de visiteur, a pu relever comment certaines sensations peuvent favoriser un lien solide avec l’espace.

Quant à la perspective du second personnage, les gens, elle a permis de comprendre les usages quotidiens des lieux et les pratiques sociales qui s’y déroulent. Le troisième personnage, qui est en réalité l’auteure dans la posture de chercheur, c’est celui qui aborde l’espace avec le point de vue plus analytique permettant non seulement d’avancer des hypothèses sur le terrain de recherche mais aussi de proposer différentes approches méthodologiques.

En raison de l’adoption d’approches différentes, chacune adaptée au type d’événement et et d’interaction, il est possible d’identifier certaines caractéristiques particulières liées à certains endroits. En ce sens, on peut dire que tous les jours le processus documenté favorise l’acclimatation et permet de se familiariser avec l’ambiance et la dynamique spatiale, qui est parfois modelée par la dynamique sociale ou la modèle en retour. La comparaison des différents espaces publics de la ville permet de comprendre non seulement ce type de dynamique mais aussi les changements d’ambiances et leur perméabilité progressive ou leur dilution.

Conclusion

Au delà d’être un moyen d’explorer et de découvrir la ville de Grenoble, le journal est une proposition d’un nouvel outil méthodologique. Cet exercice a permis de témoigner de l’expérience du lieu et du quotidien à travers nos sens et à travers une attention portée sur les objets articulant l’espace et les pratiques. Grâce à trois mises en situation expérimentées au cours des séances (chercheure, visiteur et usagers), il a été possible d’explorer non seulement la perception sensible, en des termes scientifiques, mais aussi de comprendre son influence comme une résonance affective qui invite à faire partie, ou pas, de la collectivité.

Citer ce billet : “L’ambiance de Grenoble à travers les sens d’une brésilienne”, par Barbara Thomaz. Publié sur Le Cresson veille et recherche… le 19 septembre 2017. Lien : http://lcv.hypotheses.org/12019.
  1. Concept en développement par le laboratoire auquel suis attachée au Brésil :  LASC-laboratoire Architecture, Subjectivité et Culture sous la directione de Duarte Cristiane et Ethel Pinheiro  ma directrice de thèse au Brésil []
  2. Einfühlung designe notre tendance à projeter notre vie subjective et émotionnelle dans les objets, notre propension à nous identifier à eux et même à nous « sentir » (fühlen) en eux (le préfixe « ein » exprimant un mouvement « vers », mais aussi une unification (CAZAL, 2014 []
  3. Le responsable de mon stage au Cresson était Jean-Paul Thibaud []
  4. Le séjour du stage de doctorat a été financée par Capes-Brasil. Bolsista da Capes Programa de doutorado sanduiche no exterior Edital nº 19/2016/ Processo nº 88881.135712/2016-01 []
  5. Je remecie Lauren Ohayon et Inès Ouni de m’avoir aidée à écrire en français, surtout dans cet article. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Merci beaucoup Barbara, la planche est magnifique!!!
    N’oublie pas de nous tenir au courant des suites de ton travail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *