Le prix littéraire « Écrire la ville » ou comment dynamiser la lecture au sein de ENSA de Toulouse et de l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès

Bandeau du blog Prix "Ecrire la ville". https://prixecrirelaville.wordpress.com/

Bandeau du blog Prix « Écrire la ville ». https://prixecrirelaville.wordpress.com/

Depuis 2 ans un prix littéraire « Écrire la ville » est organisé à l’Université de Toulouse 2 Jean-Jaurès (UTJJ). Il est porté par le séminaire doctoral In Situ soutenu par le Laboratoire de Recherche en Architecture (LRA de l’ENSA de Toulouse) et le Centre Interdisciplinaire d’Études urbaines du LISST (UMR 5193). La Librairie Études située sur le campus de l’UTJJ, l’Institut de la Ville, Le Comité Régional du Livre, Le Comité National du Livre, l’Université Fédérale de Toulouse soutiennent également cette action qui prend de l’ampleur.

Comment cette idée a-t-elle émergée ? Comment s’organise un prix littéraire en milieu universitaire ? Et quels en sont les objectifs pédagogiques ? Pour répondre à ces questions, Catherine Aventin (enseignante à l’ENSA de Toulouse, chercheuse au LRA (ex-docteur Cresson !)) a accordé un interview au Cresson Veille et Recherche. Et nous en sommes très heureux ! Elle a contribué à la naissance de ce prix en s’investissant dans le comité de lecture puis dans le jury.

Le constat de départ

Quelque soit le département universitaire, le constat est unanime, le manque d’appétit de lecture des étudiants est criant. L’architecture ne fait pas exception. L’équipe du séminaire s’est mobilisée pour proposer une bibliographie idéale à la fois composée de livres scientifiques mais aussi de romans et de poésie. En ouvrant la porte à des écrits autres que scientifiques, l’idée était de renouveler collectivement le plaisir de découvrir des livres. La littérature scientifique n’est pas la seule à apporter des témoignages intéressants sur la ville. Être curieux de ce corpus sur la ville, qui nous apprend beaucoup sur notre environnement, fait partie intégrante de la formation d’architecte, d’urbaniste, de géographe… Peu à peu a germé l’idée d’organiser un prix littéraire et l’équipe s’est organisée.

Quelle organisation ?

Des livres en compétition sont choisis par un comité de lecture : romans policiers, d’anticipation, graphique, historique, le prix est ouvert à tous les genres pourvu que la ville en soit le thème central ou le cadre principal de l’intrigue. Le comité est ouvert à tous les métiers et regroupe enseignants, personnels IATOS, doctorants, étudiants niveaux Licence et master, autour de leur envie de lire et de partager. Le comité se réunit plusieurs fois dans l’année, repère des livres récents et compose une 1e sélection de titres. Par la suite, les membres du comité les lisent et établissement alors la liste définitive des livres en compétition, appelé « Bibliothèque idéale« . Ce travail s’écoule sur une année universitaire. C’est avant l’été que la liste des livres en compétition est établie. À l’automne, le jury se forme, composé d’une vingtaine de personnes : quelques membres du comité de lecture, des enseignants-chercheurs issus d’universités toulousaines et en dehors de celle de Toulouse, des professionnels liés à la ville. Le jury est présidé par un écrivain.

Les palmarès

Flyer du prix Ecire la ville 2016

Flyer du prix Ecire la ville 2016

En 2016, 10 livres ont été en compétition, et c’est le livre « MACAU » d’Antoine Volodine, Ed. Seuil, 2009 qui a été primé.

Livres en compétition :

Mouloud Akkouch ; Si à 50 ans t’as pas ta rolex… ; IN8 ; 2012

Teju Cole ; Open City ; Denoël ; 2012

Laurent Gaudé ; Danser les ombres ; Actes Sud ; 2015

Colum McCann ; Les saisons de la nuit ; Belfond ; 2007

Gilda Piersanti ; Vert Palatino ; Pocket ; 2009

Thomas Reverdy ; Il était une ville ; Flammarion ; 2015

Joy Sorman ; Paris, gare du Nord ; Gallimard ; 2011

Jean-Philippe Toussaint ; Fuir ; Minuit ; 2005

Philippe Vasset ; La Conjuration ; Fayard ; 2013

Antoine Volodine ; Macau ; Seuil ; 2009

Pour l’édition 2017, 7 livres ont été sélectionnés, tous écrits ou traduits en langue française et publiés entre 2010 et 2017. Il s’agit de la 2ème édition du prix de la ville qui sera officiellement ouverte le 3 octobre 2017 à Toulouse. La sélection sera dévoilée ce jour.

Prix Ecrire la ville Edition 2017

Prix Ecrire la ville Edition 2017

Les dates à retenir

Le 3 octobre 2017, à la Fabrique Culturelle de l’Université Jean Jaurès, 19h00 :
Lancement du Prix 2017 : soirée musicale autour de Magyd Cherfi. Dévoilement de la composition du Jury et de l’identité de son président

Le 24 octobre, à la Fabrique Culturelle de l’Université Jean Jaurès, 18h :
Remise officielle du Prix 2016 à Antoine Volodine pour son ouvrage, Macau, paru aux éditions du Seuil en 2009.

Le 18 novembre, au Théâtre Garonne, 18h :
Soirée littéraire avec l’annonce du Prix 2017 comme événement-clé de la soirée.

Pédagogie

Les livres sélectionnés sont tous acquis par la bibliothèque de l’ENSA de Toulouse et ils sont empruntés ! Ils ne sont pas acquis en plusieurs exemplaires, mais leur présence dans plusieurs bibliothèques de la ville assure aux étudiants de pouvoir se les procurer aisément et de les lire. La bibliothèque est très investie dans cette animation. Un fond de BD existe déjà et un fonds de littérature est en train d’être constitué. L’ambiance des lieux se transforme, elle est plus décontractée, plus pluridisciplinaire. Ce prix lance une nouvelle dynamique dans ce lieu mais aussi au sein du travail pédagogique.

Un atelier de lecture est proposé au sein de l’ENSA de Toulouse pour deux séminaires de 4e année, l’enseignement de 4e et 5e année « Lectures croisées », mais aussi au sein du master 2 VIlle HAbitat et Transition Ecologique (VIHATE) de l’Université Toulouse Jean Jaurès. Les étudiants doivent proposer un ouvrage de leur choix ou bien en sélectionner un parmi la liste des livres en compétition ou ayant été présenté les années précédentes au sein de l’enseignement « Lectures croisées ». La restitution de la lecture se fait au cours d’un « Goûter-lecture » de deux heures réunissant la centaine d’étudiants dans la bibliothèque de l’ENSA, répartis en une dizaine de tables. À chaque table quatre étudiants présentent chacun un ouvrage au cours de la première heure, puis on peut changer de table et assister à quatre autres présentations la seconde heure. Pour clore cet après-midi de rencontre et d’échange, tout le monde se retrouver autour d’un goûter concocté par la cafétéria de l’ENSAT. Cette restitution n’est pas notée afin d’inciter à un moment d’échange, de partage pour le plaisir des mots ou des images. La participation est néanmoins obligatoire.

Aujourd’hui le prix intitulé « Écrire la ville » a pris une véritable dimension nationale. Une association est née pour porter cet événement et le faire rayonner. https://prixecrirelaville.wordpress.com/comite-dorganisation/. Un des objectifs est d’impliquer d’avantage d’étudiants afin de diffuser plus largement de goût de la lecture.

Pour adhérer à l’association du Prix « Écrire la ville », la cotisation de base a été fixée à 5 Euros afin de permettre à tous de participer. Mais on peut néanmoins, si on le souhaite, devenir membres bienfaiteurs à partir de 50 Euros… et même faire un don ponctuel pour soutenir l’activité de l’association !

Contact : association.ecrirelaville@gmail.com

Pour citer ce billet : Catherine Aventin, Françoise Acquier (interviewer), «Le prix littéraire « Écrire la ville » ou comment dynamiser la lecture au sein de ENSA de Toulouse et de l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès», Le Cresson Veille et Recherche (Hypothèses.org), Le 2 octobre 2017. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/12075

Aventin Catherine

architecte dplg, docteur en sciences pour l’ingénieur
maître-assistante à l’ENSA de Toulouse,
chercheuse au Laboratoire de recherche en architecture (ENSA de Toulouse)

More Posts

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Martine Chazelas dit :

    Qu’est-ce que c’est chouette comme idée. En plus on peut la transposer dans plein de domaines et cela ouvre véritablement les bibliothèque à de nombreux publics qui ne sont pas familiers de ces lieux.

    • Anthony Pecqueux dit :

      Ah oui, superbe idée, surtout si elle donne l’occasion d’avoir de tes nouvelles Martine…
      Donc merci Françoise et Catherine, et Martine!!
      Juste une petite question pour Catherine: si j’ai bien compris, au départ, la biblio du séminaire comprenait de la « littérature scientifique », mais pour le passage au format « prix » la science a disparu; c’est bien cela? Dommage, non? Serait-il possible de la réintroduire?
      Pour moi, les romans sont essentiels, la poésie & le théâtre aussi, etc., mais les écrits scientifiques sur la ville aussi, non?

      • Catherine Aventin dit :

        Merci Martine et Anthony !
        Pour répondre à Anthony :
        – Le séminaire doctoral (intitulé « In situ ») propose bien entendu des bibliographies selon le thème de chaque séance, constituées de références scientifiques. Mais nous nous étions aussi aperçus que ces thèmes pouvaient être abordés de façons très intéressantes dans de la littérature « non-scientifiques » et que cela faisait partie des références également. C’est là qu’est née l’idée du Prix Écrire la ville, pour valoriser cet apport auquel on ne pense pas forcément spontanément, ou qu’on ne s’autorise pas forcément à citer et utiliser. Cela permet aussi de davantage révéler et insister sur le caractère pluridisciplinaire des études sur la ville. Par exemple, l’an passé l’écrivain Philippe Vasset avait été invité pour la première séance, une autre fois des documentalistes des bibliothèques municipales de Toulouse étaient venues nous parler d’une expo montée il y a quelques années autour de la ville dans la littérature enfantine et sur le fond particulier qui se constitue sur ce thème (attention, « In situ » n’est pas un séminaire sur la littérature, mais sur la ville).
        – Par ailleurs, chaque séminaire de master impliqué dans le « goûter lecture » continue bien sûr à avoir sa « bibliographie scientifique ». En ce qui concerne plus spécialement celui que je coordonne (« Environnement, paysage, architecture »), nous avons aussi un « atelier lecture » où chaque étudiant présente un article scientifique ou un chapitre d’ouvrage. Cet exercice est évalué et participe de la note finale.
        Le Prix ne porte donc pas, a priori, sur la littérature scientifique, même si les essais peuvent tout à fait faire partie de la sélection. Cela dépend ce que les comités de lecture lisent, proposent à la critique et à la sélection finale.
        C’est la même chose pour le goûter lecture : Il n’exclut pas la littérature scientifique mais, comme cela constitue largement le « quotidien universitaire » des étudiants, on a envie que ces derniers fassent des passerelles avec d’autres choses, avec ce qui se passe hors de l’école.
        J’espère avoir été plus claire !

        • Anthony Pecqueux dit :

          Ah oui, parfaitement clair! (mais ça l’était déjà dans l’article!!)
          N’oublie pas de nous donner les résultats en novembre!

  2. mailys dit :

    Génial !!!
    Cette liste de livre c’est pile ce qu’il me fallait pour profiter des temps de pauses sans arrêter d’apprendre ! Et puis la tournure que prend l’ambiance de la bibliothèque avec cette ouverture fait rêver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *