Déjeuner du Cresson 12 octobre 2017 : Projet « Administrophones » par Marianne Villière et Anthony Pecqueux

Nous avons eu le plaisir d’écouter Marianne et Anthony, relatant ce projet financé par la Maison de la Création, associant une artiste et un chercheur. Le texte ci-dessous est issu du site web de l’artiste : Site web de Marianne Villière « Série des Administrophones – 2017 ». URL : http://mariannevilliere.net/serie-des-administrophones-2017/. Consulté le 27.10.2017.

La série des Administrophones est fondée sur la provocation d’un échange insolite avec le service administratif en charge des espaces publics municipaux sur différents territoires francophones (Canada, France, Luxembourg, Maroc, Suisse,…).

Concrètement, lors d’appels téléphoniques, j’engage une discussion qui vise à permuter les rapports et perturber le cadre de travail. L’imagination, la force de proposition émane non pas de l’artiste mais du fonctionnaire. Ce moment de dialogue permet de révéler des moments de complicité. Une proposition d’intervention artistique en espace public est composée. Par la suite, je me charge de concrétiser cette idée, ce texte, par une intervention in situ, en espace urbain. La créativité apparaît ainsi là où souvent n’a pas lieu de s’exprimer.

La fonctionnaire imagine une femme en tenue traditionnelle (jupe et chapeau) au couleur du drapeau marocain. Elle évoque la place de la Sûreté Nationale comme étant le lieu approprié. J’ai été chez une couturière avec ses instructions, afin de faire dessiner cette autre femme, ce à quoi pouvait ressembler cette tenue. Puis, dans le centre-ville moderne de Fès j’ai demandé ma route aux passants, de manière à rejoindre la Sûreté Nationale. Devant le bâtiment, j’ai fait la femme statue, tout en restant cette Femme-Drapeau.

La fonctionnaire imagine une femme en tenue traditionnelle (jupe et chapeau) au couleur du drapeau marocain.

 

La fonctionnaire imagine le personnage d’Arlequine (issu de la Commedia dell’arte) sur l’esplanade de la Caserne de Bonne.

La fonctionnaire imagine le personnage d’Arlequine (issu de la Commedia dell’arte) sur l’esplanade de la Caserne de Bonne.

 

 

 

Au Luxembourg, la fonctionnaire a imaginé une série d’images animalières (chevreuil, sanglier, cygne) sur la place d’Armes et place Guillaume II.

Au Luxembourg, la fonctionnaire a imaginé une série d’images animalières (chevreuil, sanglier, cygne) sur la place d’Armes et place Guillaume II.

Le fonctionnaire montréalais a imaginé une personne jouant avec le vent, avec des tissus colorés. Il a choisi une plaine venteuse située au parc Frédéric-Back.

Le fonctionnaire montréalais a imaginé une personne jouant avec le vent, avec des tissus colorés. Il a choisi une plaine venteuse située au parc Frédéric-Back.

 

Cette série de conversations oriente la conception du projet in situ et engage leurs réalisations en contexte. Cette série se présente dans l’articulation de son processus, les traces du parcours et des rencontres. La discussion est retranscrite et rejouée sous la forme du commentaire, comme peut l’être une étude de terrain en sociologie – j’ai d’ailleurs travaillé en collaboration avec Anthony Pécqueux (Directeur du laboratoire du CRESSON à Grenoble – en soutien avec la Maison de la création et la Cinémathèque de Grenoble). Les administrophones sont avant tout des objets d’écoute partagés. S’ajoute au dispositif d’écoute des éléments de documentation de l’action. Source : Site web de Marianne Villière « Série des Administrophones – 2017 ». URL : http://mariannevilliere.net/serie-des-administrophones-2017/. Consulté le 27.10.2017.


Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson – UMR Ambiances Architectures Urbanités – Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble.
Veille également sur Scoop-it : http://www.scoop.it/t/le-cresson-veille-et-recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *