La rue à partir de l’art vidéo

Petite note sur l’intervention « trop courte » d’Alain Mons aux Rencontres scientifiques internationales « Territoire, Territorialisation, Territorialité » (Grenoble, le 28 et 29 mars). Alain Mons est Professeur à l’Université Bordeaux III M. de Montaigne. (Sciences de l’Information et de la Communication)

L’intervention d’Alain Mons dans l’atelier « Hybridation, temps et espaces publics » m’a rappelé différentes interrogations soulevées lors du colloque «Vidéo et Ambiances» organisé par Aurore Bonnet et Laure Brayer (Grenoble, 25-26 octobre 2011).

A travers sa présentation intitulée « Braconnages visuels et territoires existentiels hybrides. Regards croisés : la rue à partir de l’art vidéo», Alain Mons propose d’utiliser l’outil vidéo pour capter l’hétérogénéité de la rue, pour filmer les éléments qui échappent aux analyses trop interprétatives.  Cette approche vise à «attraper» les mouvements d’apparitions et de disparitions des corps dans la rue et questionne sur la relation de l’intime dans le public. Pour Alain Mons, l’intime se situe sur la peau. Il se dessine une enveloppe autour des personnes, qui se confronte pour jouer un corps à corps entre eux.

Avant de partir trop rapidement, Alain Mons a rappelé ce colloque auquel il a participé : « Marges et territoires chorégraphiques de Pina Bausch » qui a eu lieu du 19 au 27 mars 2012 à Bordeaux.

Référence bibliographique Alain Mons , « L’intervalle des lieux », Le Portique [En ligne], 12 | 2003, mis en ligne le 15 juin 2006, Consulté le 06 avril 2012. URL : http://leportique.revues.org/index578.html

Pour citer ce billet : Sylvie Laroche, « La rue à partir de l’art vidéo », Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 6 avril 2012. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/5725

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. AP dit :

    Ce propos, tel que tu le retranscris Sylvie (mais on voit toute la complexité de retranscrire une intervention de l’auteur en question quand on lit l’article dans Le Portique), est intéressant, séduisant oserais-je dire
    Mais, car il y a un mais, la question pour moi se situe là: au-delà de l’aspect séduisant, qu’en faire?
    Ce n’est pas pour jeter un pavé dans la mare, mais plutôt pour susciter le débat sur cette question qui en vaut la peine
    On voit bien la teneur du propos: la métaphore chorégraphique. D’une part, cette métaphore peut vouloir aider à la description urbaine, en l’occurrence des flux de piétons si je comprends bien (et si l’on suit les autres tenants de ce type de propos). Elle fonctionne alors tel un regard surplombant sur les piétons, à (mi)distance, pour rapprocher les gestes, postures (etc) des danseurs de ceux des « urbains ordinaires ». A la manière de Goffman: un spectacle ordinaire urbain, sans metteur en scène (ou chorégraphe en chef), mais qui « fonctionne »; ou alors, quand il ne fonctionne pas, qui appelle des rituels de réparation, d’excuses (JL Austin), etc.
    D’autre part (ou plutôt: souvent, il me semble), la métaphore chorégraphique peut vouloir quitter le strict champ métaphorique et acquérir ainsi un pouvoir explicatif. Là, la pente me paraît plus savonneuse, même si cela reste séduisant. Le problème devient: que peut expliquer la chorégraphie? et surtout – de mon point de vue – comment l’étayer empiriquement?
    Je ne demande qu’à être convaincu, mais pour le moment je n’ai pas encore rencontré l’étude qui, données à l’appui (et la vidéo a notamment cette immense vertu), me convaincra.

  2. Anthony Pecqueux dit :

    Petit commentaire juste motivé par l’envie de partager avec vous cet article: http://www.metropolitiques.eu/Terres-promises-Images-de-migrants.html
    Ou plutôt partager le portfolio situé en bas de la page: pour le coup, ce n’est pas la métaphore chorégraphique, mais bien la chorégraphie littérale (et un peu plus)
    J’ai trouvé ça très beau
    Anthony

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *