L’ambiance est dans l’air

C’est le titre d’un travail qui vient d’être rendu dans le cadre du programme interdisciplinaire de recherche ville et environnement (PIR VE). Cette recherche a mis en collaboration des chercheurs français et des chercheurs brésiliens, ainsi que des gestionnaires de l’environnement des villes de Grenoble et de São Paulo.

Résumé

La coupe urbaine peut-elle être un lieu de rencontre entre les enjeux environnementaux globaux et les enjeux locaux d’ambiances situées prenant en compte les dimensions sensibles de l’espace et les pratiques habitantes ? Sur cette hypothèse de départ de la coupe urbaine comme mode de représentation permettant d’articuler ce qui habituellement est séparé, à savoir les objets construits, le monde sensible et les pratiques sociales, nous avons mené un travail exploratoire appliqué aux préoccupations environnementales, ceci à travers deux thématiques pour lesquelles nous pouvions aisément mobiliser corpus et acteurs, celles des chaleurs urbaines (Ville de Grenoble) et celle des déchets solides (Ville de São Paulo).

Deux catégories de questions sont traitées à partir de corpus existants et d’une série d’expérimentations que nous avons menées :

  • Celles qui concernent les différents registres de connaissance impliqués lorsqu’on parle d’ambiance et d’environnement, ceci entre techniciens, élus, scientifiques et usagers.  Quand et comment les acteurs arrivent-ils (ou pourraient-ils mieux arriver) à articuler leurs connaissances du territoire, qu’elles soient principalement implicites (comme dans le cas des usagers) ou plutôt explicite (notamment chez les scientifiques) ?
  • Celles qui concernent les outils de représentation / communication / négociation.  Comment, et grâce à quels moyens de représentation, arrive-t-on à « croiser des données » et à faire le passage du domaine de la réflexion à celui du projet ?

Pour ces deux questions et pour ces deux terrains, il s’agissait donc d’éprouver l’opérationnalité de la coupe urbaine tant pour la gestion des enjeux environnementaux dans le développement local que pour sa capacité de prise en compte du récit et des pratiques habitantes dans le processus de projet urbain. A cette double fin, ces expérimentations proposent d’élargir les champs d’applications ordinaires de la coupe urbaine à un outil qui se veut à la fois pratique de terrain, technique de représentation et peut-être même posture de projet, à savoir le transect urbain.

Le transect se présente alors comme un dispositif se situant entre la coupe « clinique » et le parcours sensible empruntant à ces deux techniques pour les hybrider ; le transect se construit par le dessin, la photo, le texte, la vidéo autant qu’il se pratique in situ. Réhabilitant de fait la dimension atmosphérique dans les représentations architecturales et urbaines, rendant possible l’inscription des récits, le transect peut devenir alors un mode d’interrogation et d’expression de l’espace sensible et des pratiques vécues à l’articulation entre analyse et conception.

Un principe de « table longue » a été mis en place pour débattre de ces enjeux et permettre une mise en situation et un partage des représentations. Ce dispositif s’avère être générateur de paroles, collecteur de notations et révélateur de réalités vécues, trois propriétés utiles à l’établissement d’un diagnostique prospectif partagé.

Téléchargement

Rapport de recherche (PDF)
L’ambiance est dans l’air résumé (FR)

L’ambiance est dans l’air résumé (ENG)

Coupes Grenoble Chaleurs urbaines

Coupes São Paulo Déchets solides
Transect vidéo São Paulo Déchets solides

Equipe

Direction scientifique

Nicolas Tixier, Laboratoire Cresson – UMR CNRS n°1563 – ENSA de Grenoble

Pilotage des travaux de terrain et assistance à la coordination scientifique

Damien Masson, Laboratoire Cresson – UMR CNRS n°1563 – ENSA de Grenoble

Responsable séminaire São-Paulo

Cintia Okamura (CETESB Agence de protection environnementale de São Paulo)

Chercheurs impliqués et équipes partenaires

Pascal Amphoux, Laure Brayer, Sandra Fiori, Guillaume Meigneux, Steven Melemis (Laboratoire Cresson)

Gilles Debizet, Jean-Michel Roux (UMR CNRS PACTE)

Frédéric Pousin (UMR CNRS Géographie-cités)

Carlos Celso do Amaral e Silva (Université de São Paulo)

Patricia Mendes, Carolina Rodriguez (Univ. Campinas)

Vincent Puig (IRI), Elena Cogato Lanza (EPFL)

Partenaires mobilisés

Patrice Coindet, Benoît Adeline, Max Montmayeur (Ville de Grenoble)

Ana Claudia (CETESB Agence de protection environnementale de São Paulo)

Murielle Pezet-Kuhn, Cédric Lomakine (AURG : Agence d’Urbanisme de l’Agglomération grenobloise)

Hélène Poimbœuf (La Métro : Communauté d’agglomération de Grenoble)

Naïm Aït Sidhoum, Pierre Bouchon Cesaro, Thibaut Candela (Zoom Architecture)

Pour commander le rapport en version papier et relié, c’est ici.

 


Nicolas Tixier

Nicolas Tixier est chercheur au laboratoire Cresson. Il enseigne à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble et à l’École Supérieure d’Art de l’Agglomération d’Annecy. Au sein du collectif BazarUrbain, il expérimente, dans le cadre de projets urbains, différentes formes de récits du lieu et de traversées du territoire. Depuis 2009, il est président de la Cinémathèque de Grenoble.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *