Journée détudes : Figures de l’écoute : circonstances, usages, métaphores

25 mai 2012
Par

Source Actualités de l’EHESS

Université Paris Diderot  -  5, rue Thomas Mann – Les Grands-Moulins – Aile C – 6° étage – salle Pierre-Albouy  -  75013 Paris
Du jeudi 31 mai 2012 au  vendredi 1er juin 2012

L’écoute est constitutive de l’être au monde de chaque individu, elle gouverne sa capacité de parole et son lien avec autrui, elle est donc au coeur de la vie sociale, sans parler des arts qui, de la musique aux arts de la scène et au cinéma, sont impensables sans elle. Même l’évidence qu’on ne saurait écouter sans oreilles mérite d’être encore interrogée, au vu des usages métaphoriques de la notion.

Pourtant, malgré les recherches développées dans ce domaine en France et ailleurs depuis une vingtaine d’années, le sujet est loin d’être épuisé. Dans le domaine de la musique savante, de nombreux travaux historiques et sociologiques se sont penchés sur la constitution des contextes de l’écoute. Ils ont éclairé les discours normatifs sur ce qui est compris, selon les époques, comme une « bonne » écoute, ou accentué au contraire les appropriations de la part de l’auditeur de telle ou telle musique, e”et ou fragment musical, théorisant un écoute elle-même configurante. À cela s’est ajouté l’interaction fructueuse avec les théories sur l’ouïe, soit l’écoute au sens physiologique ou cognitiviste ; avec les élaborations philosophiques, celle de Deleuze par exemple, qui écrivait qu’« il n’y a d’histoire que de la perception » ; avec la théorie des médias ; ou encore avec les interrogations sur le bruit et le son en soi.

Ces deux journées voudraient montrer la diversité et la richesse de ce champ de recherches, à travers des communications provenant d’horizons très divers. Les réflexions sur l’écoute musicale ouvrent en e”et à un plus vaste usage de la notion : écoute psychanalytique, écoute quotidienne, conscience d’environnements sonores qui forment un bain sensible mais aussi des encadrements idéologiques… Les enjeux de l’écoute sont riches d’enseignement pour une compréhension des pratiques esthétiques et des conduites contemporaines.

Programme à télécharger

1. Perspectives historiques
9h30 – 12h30 u Présidence : Esteban Buch
Anne-Gabrièle Wersinger (CNRS) : Tonos et mélos : Psycho-physiologie antique de l’audition émotionnelle.
Vasco Zara (Université de Bourgogne) : « Comme papins dessalés ». Sur l’écoute au Moyen-Âge.
Isabelle His (Université de Poitiers) : Que sait-on de l’écoute musicale à la Renaissance ?
Laurence Tibi (Université Paris Diderot) : L’Écoute musicale chez quelques écrivains français de l’époque romantique.
Martin Kaltenecker (Université Paris Diderot) : L’Écoute comme attitude « existentielle ».

2. Mondes musicaux
14h30 – 17h u Présidence : Martin Kaltenecker
Maria Manca (Université Paris Diderot) : L’Écoute du mvët, un piège à pensée (Cameroun et Gabon).
Philippe Le Guern (Université de Nantes) : La musique, ça compte encore ? Une enquête sur la musicalisation du quotidien chez les publics étudiants.
Lambert Dousson (ÉNSA Versailles/ Université Paris Est–Marne-la-Vallée) : Écoutez l’Apocalypse, maintenant (Stockhausen en guerre).
Marielle Macé (CNRS) : Michaux et le rythme des autres

2e Journée – 1er juin (EHESS ) – Salle Lombard
3. Voix
9h30 – 12h30 u Présidence : Marielle Macé
Florence Dupont (Université Paris Diderot) : Écoute musicale d’un déclamateur stoïcien (Rome, 1er siècle a. JC).
Esteban Buch (EHESS) : Le Critique musical et le psychanalyste: pour une typologie des professionnels de l’écoute.
Cristina De Simone (Université Paris-Ouest Nanterre) : L’Écoute et le texte, entre radio et théâtre – Luciano Berio et Carmelo Bene.
Jean-Patrice Courtois (Université Paris Diderot) : La Voix à la radio: l’exemple de Claude Régy.

4. Bruits/Rumeurs
14h30 – 18h u Présidence : Martin Kaltenecker
Michael Bull (Université de Sussex) : From Sounding Out the City to Sound Moves – Developing a Theory of Mobile Listening.
Stéphane Roth (Labex GREAM, Strasbourg) : L’Isolation phonique comme contrôle sensible et dispositif de subjectivation.
André Timponi (EHESS) : L’Oreille électrique. Une histoire des bruits parasites aux débuts de la radio.
Juliette Volcler (Auteure et productrice radio indépendante) : Quand le pouvoir fait bruit de toutes notes : la musique comme torture, le son comme répulsif.
Table ronde, avec la participation de Filippo Fimiani (Université de Salerne).


Françoise Acquier

Documentaliste au Cresson - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble

More Posts - Website

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Veille, Colloque, Conférence, Journée d'étude, Thème, Musique_Son

Laisser un commentaire


Carnets de recherche