Qu’est-ce qu’une rue complète ?

Pour faire écho au billet de Françoise  » Reconquérir les rues », les État-Unis et plus particulièrement New-York ont développé le concept de « rue complète« . En effet à la suite  d’une enquête menée par la municipalité de New-York en 2008 et le constat que la circulation pédestre était le plus souvent gênée par des entassements sur les trottoirs, celle-ci a conçu un guide de conception des rues devant prendre en compte toutes les mobilités : voitures, vélos, moto, piétons, transports en commun… Depuis en 2011 cette idée de rue complète fait son chemin. Des projets de loi au niveau fédéral sont en discussion et le Canada commence à s’y intéresser. On pourra lire à ce sujet la très bonne synthèse faite par Nicolas Fontaine sur le site du Ministère des Affaires Municipales, Régions et Occupation du Territoire de Québec.

Je cite ici  les principes d’une politique de rue complète, qui sont présentés dans cette synthèse.

  1. Inclut une vision indiquant pourquoi et comment la collectivité désire avoir des rues complètes.
  2. Spécifie que la rue complète répond aux besoins de tous les usagers, ce qui inclut les piétons, les cyclistes et les passagers du transport en commun de tout âge et de toute capacité, ainsi que les camions, les autobus et les automobiles.
  3. Encourage la connectivité des voies afin de créer un réseau complet, intégré et connecté.
  4. S’applique à toutes les voies et est donc adoptée par tous les acteurs (municipalités, gouvernements).
  5. S’applique autant aux nouveaux projets qu’à la réfection et inclut la planification, la conception, l’entretien et l’exploitation, pour l’ensemble de l’emprise.
  6. Précise les exceptions pouvant être autorisées, cette autorisation étant faite à haut niveau.
  7. Recommande l’utilisation des meilleures pratiques de conception et des normes les plus récentes, tout en étant flexible pour satisfaire les besoins des usagers.
  8. Recommande que les solutions s’arriment harmonieusement au contexte local.
  9. Inclut l’ensemble des étapes visant l’implantation de la politique.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Merci Martine pour ce billet! (ainsi que le précédent, assez inattendu, à propos de nos collègues sociologues lillois)
    Reste – irrémédiablement – la difficulté pour un chercheur en SHS d’entendre un concepteur définir ce que serait une rue « complète » sans nous dire comment il entend « impliquer la communauté » (comme le dit joliment Nicolas Fontaine dans le document que tu cites) pour parvenir à cette définition… Bref sans nous donner les clés essentielles pour élaborer une « co-conception » de la « complétude » de la rue – sans quoi il ne serait précisément question de « complétude »!
    Tout un programme encore à faire!

  2. Nicolas Tixier dit :

    Cela renvoie aussi à un livre assez passionnant que m’a indiqué Damien Masson il y a peu et que Françoise a pu faire venir en prêt inter-bibliothèque : « Livable streets » de Donald Appleyard qui en 1981 dans la mouvance de William Whyte et de Kevin Lynch cherche ce qui compose une rue vivante. L’ouvrage est épuisé malheureusement, on en trouve des exemplaires d’occasion à des prix déjà élevé. Sa bio sur le site PPS : http://www.pps.org/reference/dappleyard.

    Un exemple de son travail mis pédagogiquement en vidéo : http://www.streetfilms.org/revisiting-donald-appleyards-livable-streets/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *