Halte là, la France n’est pas toujours moche!

23 novembre 2012
Par

Jusqu’au 2 mars 2013, l’espace central du nouveau bâtiment de la Région Rhône – Alpes accueille l’exposition “La France de Raymond Depardon”.

La trentaine de photos présentées sont extraites de son fameux parcours mené pendant six ans dans les sous-préfectures du territoire français. Son idée folle : “photographier la France, seul, sur une période relativement courte.” A cette démarche personnelle soutenue par différents mécénats est venu s’ajouter le désir de photographier à la chambre 20×25 (lourd dispositif composé d’un boitier et d’un trépied, véritable extension de R. Depardon, qui au moment de faire la mise au point, est caché sous un épais voile opaque).

Grâce à ce travail à la chambre, en observant ces photos grand format, nous sommes frappés par la netteté des tirages. Le détail d’un chat en porcelaine à une fenêtre, la présence incontournable d’un pot de géranium, le bitume dégradé de la chaussée… Le spectateur reprend la place de R. Depardon, voire d’avantage, il se réinscrit dans le milieu photographié. Pour son reportage au Liban et en Afghanistan, R. Depardon décrit dans le livre Notes1 les “temps faibles”, c’est-à-dire la manière dont la vie quotidienne est menée malgré la guerre civile. Par la suite, la série d’images Errance2 laisse apparaitre la notion de “milieux faibles”. Des espaces sans usager mais avec un décor fragile.

Pour cette nouvelle série de photographies qui nous intéresse, R. Depardon prolonge ces deux notions. Ces clichés soulignent la confrontation entre les constructions passées, parfois disloquées, et des confettis d’activités contemporaines, des morceaux de villes balnéaires vidées de leurs vacanciers ou des devantures de boucheries à l’avenir inquiétant. Ce paradoxe est révélé d’une manière frontale ou dans un jeu de perspectives.

R. Depardon a choisi la couleur, car Claudine Nougaret (sa femme et sa collaboratrice pour de nombreux reportages) considérait les photos en noir et blanc trop nostalgiques.

R. Depardon a choisi de ne pas photographier les usagers de ces lieux, car il estimait qu’il voulait retrouver le silence de la photographie, mais aussi pour des raisons techniques (une seconde de temps de pause).

R. Depardon a choisi de ne pas titrer et localiser ces photos pour laisser la place à l’imaginaire ou nous inviter à parcourir ces lieux.

Pour moi, R. Depardon nous livre un travail éblouissant sur des milieux que nous avons traversés ou peut-être habités. Ces espaces n’ont rien d’extraordinaire, ni de moche (comme le décrivait un peu rapidement le dossier de Télérama ”Halte à la France moche“, n°3135, 13 février 2010), mais il s’agit de lieux ordinaires, un collage d’espaces instables qui ne cessent de muter.

Une référence pour comprendre l’ensemble du combat photographique de R. Depardon:

- le film Journal de France de R. Depardon et C. Nougaret, 2012, 96 minutes.

Pour citer ce billet : Sylvie Laroche, « Halte là, la France n’est pas toujours moche! », Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 23 novembre 2012. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/6222
Crédits photo: Raymond Depardon, “Meuse, Commercy”, in La France de Raymond Depardon, Seuil / BnF, 2010
  1. Raymond Depardon, La solitude heureuse du voyageur précédé de Notes, 2006, Ed. Points, 105 p. []
  2. Raymond Depardon, Errance, 2004, Ed. Points, 192 p. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Thème, Architecture, Thème, Espace public, Thème, Paysage, Recherche, Thème, Thème, Urbanisme

2 commentaires pour “ Halte là, la France n’est pas toujours moche! ”

  1. Anthony Pecqueux le 23 novembre 2012 à 16:27

    Merci beaucoup Sylvie!
    La conjonction entre ces notions de temps & milieux faibles est très intéressante
    Elle est sans doute également indissociable de la technique employée, dont tu dis un mot – et que tu nous détailleras sans doute dans un prochain billet…?!
    En effet, pour ce que j’en comprends, au moins à travers ce temps de pause allongé, la technique contribue à rendre encore plus fixes ces plans fixes que sont les photographies (cf à ce sujet l’analyse de Pascal Reysset sur Profils paysans de Depardon dans Politix, p.190-1: http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polix_0295-2319_2003_num_16_61_1262). Bref cette technique servirait à “construite la neutralité et la naturalité de l’observation” (à la manière de la perspective selon Panofsky qui “objective le subjectif”)

  2. Gilles Malatray -desartsonnants le 9 janvier 2013 à 15:08

    Comme en témoigne ce beau travail, oui, la France peut être belle !
    Et pour m’y promener, surtout en l’écoutant, les beauté s’offrent à qui prend le temps de gratter la surface du paysage, en prenant le temps de…
    Je pense également ici au livre de Jean-Christophe Bailly ‘Le dépaysement, voyages en France”

    Gilles Malatray

Laisser un commentaire


Carnets de recherche