Thèse en ligne : Ambiances olfactives dans l’espace construit

Le thèse de Suzel Balez vient d’être déposée dans l’archive Tel des thèses en ligne. Elle n’était disponible qu’en version papier dans les centres de documentation du Cresson, Cerma, ENSAG. Ce dépôt est une contribution majeure au thème des ambiances olfactives.

Ambiances olfactives dans l’espace construit : perception des usagers et dispositifs techniques et architecturaux pour la maîtrise des ambiances olfactives dans des espaces de type tertiaire. Balez Suzel. Thèses. Université de Nantes (21/03/2001), Jean-François Augoyard (Dir.). http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00834875

Cette recherche se propose d’explorer les ambiances olfactives dans l’espace construit, de façon à se donner des moyens pour en tenir compte dans la conception architecturale. Il s’agit de mieux comprendre les modes d’apparition, de transition ou de disparition de l’odeur dans l’espace, si possible dans leurs rapports à des dispositifs techniques et/ ou spatiaux. La démarche de conception du bâti implique une anticipation des ambiances des futurs espaces. Après une première exploration des propriétés essentielles de l’espace olfactif humain, une enquête (de type sociologique) a permis de dégager certaines propriétés de l’interprétation olfactive située, qui apparaît le plus souvent comme la résultante d’une combinaison de facteurs physico-chimiques, physiologiques et socioculturels. Le paradigme d’effet odorant, proposé à la suite de cette enquête, est un outil de description, voire de conception de cette combinaison dans de nombreuses situations. Une enquête de terrain a ensuite permis d’approfondir ces premières inférences, en les confrontant à la réalité olfactive et matérielle d’un site précis. Pour analyser l’environnement odorant il a été nécessaire d’adapter une méthode pluridisciplinaire jusque là utilisée pour aborder d’autres modalités sensorielles. Cette méthode dite  » des parcours commentés  » est basée sur la confrontation des descriptions d’ambiances de passants, enregistrés in situ, lors de trajets dans le lieu étudié, couplés avec des relevés métrologiques et ethnographiques. Pour l’adapter à l’approche des ambiances olfactives, il a entre autres fallu faire appel à un jury d’évaluateurs formés dans le cadre de ce travail pour décrire l’odeur de façon  » normalisée  » (à travers un référentiel de 45 molécules odorantes). Une synthèse de l’ensemble des analyses et données recueillies permet de pointer certaines interactions entre le bâti (ses particularités spatiales et techniques), les odeurs et les interprétations des usagers. Ces configurations olfactives peuvent être considérées comme des modèles pour une prise en compte de l’odeur dans la conception architecturale et urbaine.

 


Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson – UMR Ambiances Architectures Urbanités – Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble.
Veille également sur Scoop-it : http://www.scoop.it/t/le-cresson-veille-et-recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *