Le parc Gezi : dépolitisation et remoralisation d’un espace public urbain

Dans un article passionnant de la revue en ligne Métropolitiques, le géographe Jean-François Pérouse s’attache à mettre en perspective les soulèvements récents en Turquie avec la politique urbaine qui se met en place depuis quelques années. Il finit par une analyse fine du cas particulier du parc Gezi, dont voici les grandes lignes. Toute ressemblance avec d’autres contextes d’« aseptisation » des espaces publics urbains étant bien entendu fortuite…

 

Le projet de Gezi relève aussi d’une volonté d’imposer ou de suggérer d’autres usages des lieux publics, en remoralisant ces derniers et en les replaçant dans un ordre de normes plus « nationales », conservatrices et consommatrices. La piétonnisation de la place Taksim – projet connexe à celui de la reconstruction de la caserne – s’inscrit dans cette perspective puisqu’il s’agit plus de la soustraire aux usages politiques que de la libérer de la tyrannie automobile. Faire une « vraie place » – selon les objectifs annoncés –, c’est aseptiser et surtout interdire les appropriations jugées déviantes et dérangeantes pour l’économie urbaine et morale dominante.

(…)

Plus qu’une « dépolitisation » des territoires, même si le ré-ordonnancement en cours sert, bien sûr, des objectifs partisans, l’entreprise se veut aussi une remoralisation des comportements. (…) Qu’il s’agisse de consommation d’alcool ou de rapports entre les sexes, le projet à Gezi est clair : remettre les lieux et leurs usages dans un ordre conservateur, qui assigne à chacun un rôle précis et immuable, et magnifie la famille comme socle sacré de toute vie sociale.

(…)

Enfin, cette volonté de moralisation va de pair avec une standardisation de la ville. Elle s’accompagne d’une segmentation pragmatique des territoires de consommation, entre des territoires politiquement corrects offerts au nouveau tourisme international et aux nouvelles classes moyennes conservatrices et consommatrices, et des territoires contrôlés de la déviance ou de la gratuité, immédiatement adjacents.


Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au CRESSON (UMR 1563 / Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble) Mail: anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr Page personnelle: http://www.cresson.archi.fr/EQ/EQanthony.htm Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Acquier dit :

    Merci Anthony pour ce billet et cet extrait qui font effectivement écho à la recherche dirigée par Rachel Thomas « L’aseptisation des ambiances piétonnes au XXIème siècle » présentée dans un précédent billet : https://lcv.hypotheses.org/3119.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *