Le design sonore urbain comme arme de réflexion sociale ?

A lire dans le Monde Diplomatique du mois de août 2o13

Deux beaux articles de Juliette Volcler qui à la fois résument et élargissent des questions qui sont à la base du laboratoire Cresson : en quoi et comment ce qu’on entend sans forcément écouter influe-t-il sur ce qu’on pense, ce qu’on fait et ce qu’on est ?

Basés sur des études du CIDB, de la Muzak Corporation, de l’IRCAM,  sur des expérimentations de la SNCF, de la RATP, de l’Agence d’Urbanisme de Rennes, de firmes comme Audi, Harley Davidson ou Wolkswagen, mais aussi sur un entretien collectif avec des membres du Cresson (voir un précédent billet), ces deux articles ont le mérite rafraichissant de re-situer la question du son.

Autres mérites notables:

– articuler des questions aussi diverses que celles du bien public, des effets psycho-acoustiques, de la potentialité technique et de la délibération citoyenne (le son comme sens commun ?),

– interroger chacun sur le nombre de haut-parleurs dont il dispose aujourd’hui; sur le pourcentage de silence (en dBA) qu’il souhaiterait dans sa ville; sur l’achat de sa prochaine automobile ou de son prochain objet (VMC ou Smartphone); sur le bruit de ses propres pas, la nuit, ou de ses propres fêtes entre amis; sur son comportement de personne pressée; sur ses habitudes guidées ou ses réflexes de personne menacée; sur les lois qui, en Allemagne, autorisent les enfants à faire du bruit; sur les technologies musicophobiques qui pourraient permettre de se débarrasser à la fois des jeunes, des étrangers et des non-consommateurs; ou sur le copyrightage des chants d’oiseaux comme on a copyrighté le génome humain…

Peu de traces de la dimension proprement architecturale, dans ces deux articles, hormis l’évocation du non-mur du son et donc de la non-appropriation possible de ce qu’on entend, mais la question reste ouverte.

juL


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anthony dit :

    Merci juL pour rappeler ces publications estivales de J Volcler, et surtout pour nous livrer tes réflexions sur le sujet
    Il semblerait qu’on soit entré dans une ère de « politique du son », au sens où toute activité fait du « bruit » (même frapper mon clavier de mes doigts) et où désormais donc toute activité est susceptible de devoir répondre d’un questionnement des co-présents: « ce bruit qu’il fait en agissant, dois-je le tolérer? »
    Bien sûr, toutes les « activités sonnantes » ne sont pas égales par ailleurs, il est difficile de comparer le bruit de mon clavier avec celui que je fais la nuit en ville, en fumant avec des amis à l’extérieur d’un bar pendant que d’honnêtes citoyens dorment…
    A nous par conséquent d’être plus que jamais attentifs aux contextes, aux situations dans lesquels nous bruissons, et dans lesquels nous tolérons ou non le bruit des autres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *