Hal – Academia.edu, jouer des complémentarités !

Lors de l’AG de rentrée en septembre, je vous ai incité, une nouvelle fois, à déposer vos publications dans la collection Cresson sur le portail HAL-SHS, en essayant de lever vos craintes juridiques et de vous en montrer les bénéfices. Le power-point ci-dessous en reprend les éléments clés. La perspective du bilan quinquennal de l’UMR ainsi que la mise en place du portail HAL Université Grenoble Alpes, m’avaient redonné de l’élan !

La très riche journée Identité numérique et visibilité du chercheur sur le web qui s’est tenue vendredi 7 décembre à la MOM, Lyon, ainsi que les débats qui ont animé la liste [accesouvert] permettent d’actualiser le débat.

Les avantages du dépôt dans l’archive ouverte ont été rappelés par Agnès Magron et Bénédicte Kuntziger, qui représentaient le CCSD, l’unité propre de service CNRS développant HAL. Les métadonnées pour décrire une publication sont riches et contrôlées (notamment le lien vers l’URL et/ou le DOI de la version publiée qui fait foi). Vous pouvez proposer un résumé en anglais car l’archive est très bien référencée au niveau international. Les URL des notices sont simples et pérennes et les fichiers des publications sont archivés pour 30 ans au CINES. A partir de cet archivage soigneux, des listes des publications peuvent être exportées par chercheur et par équipe de recherche. Les sites web de laboratoire peuvent afficher les listes de publications à partir de requêtes qui se mettent automatiquement à jour (exemple de Pacte). En fonction de l’affiliation du chercheur, l’article est lié aux collections et portails existants dans HAL (Collection Cresson, UMR Ambiances Architecturales et Urbaines, UGA, HAL-SHS…). Le chercheur est ainsi présenté dans son contexte institutionnel. L’institution et le chercheur co-construisent leur identité numérique.

Malgré ces atouts, les services de HAL (HAL-SHS a tout de même 49.552 dépôts en texte intégral en décembre 2013) semblent moins séduisants auprès des chercheurs que ceux offerts par les réseaux sociaux. Depuis quelques mois, Academia.edu est l’un des réseaux sociaux les plus actifs pour la communauté des chercheurs SHS qui y déposent massivement leurs publications. Quels sont ses atouts, ses faiblesses ? Pourquoi faudrait-il les opposer ? Comment se positionner ?

Les présentations de Christophe Benech (Archéorient – MSH MOM) et de Nicolas de Lavergne, (Fondation Maison des sciences de l’homme) ont permis de dégager des éléments de réponse. Un des atouts d’Academia.edu, pour C. Benech, est le décloisonnement disciplinaire. Depuis son inscription sur ce réseau social, il y a deux ans, ce chercheur a rencontré de nouveaux partenaires de travail en dehors de son cercle habituel. La très large audience du réseau lui offre une véritable ouverture au delà des frontières et de sa discipline. Academia.edu incite fortement le chercheur à mettre en ligne ses articles sur ses serveurs : l’option « Upload Papers » valorise davantage le téléchargement du fichier plutôt que le partage de lien. En fonction des domaines de recherche renseignés ou créés, le chercheur est informé des articles mis en ligne dans ses domaines. Il est aussi possible de poster des annonces qui ouvre un espace de dialogue entre les personnes qui s’y inscrivent.

C. Benech a soulevé un certain nombre de limites. Les métadonnées pour décrire un article sont généralement assez pauvres bien qu’il soit possible de les enrichir. Les référentiels institutionnels sont aléatoires. Il semble difficile de créer une institution de rattachement. Les domaines auxquels s’identifie le chercheur sont très diversement orthographiés. Il est donc difficile d’avoir une vision claire de l’engagement d’une institution sur le réseau social. Le chercheur renforce la visibilité de ses publications « en marge de l’institution ». Par ailleurs, nous ne savons rien de la la politique d’archivage d’Academia.edu, ni de la pérennité de ce réseau.

Loin de s’opposer ces deux modes de mise en visibilité de vos publications se complètent. Hal est du côté de la pérennité et de l’institution, Academia.edu vous permet de mesurer la réception de votre travail au sein d’une communauté élargie. Plusieurs chercheurs se positionnent à l’égard du réseau social, développant une attitude constructive et critique. Vous pourrez lire le billet d’Eric Verdeil sur le Carnet Rumor « Les réseaux sociaux scientifiques, la visibilité et l’open access« . L’idée est donc de favoriser le libre accès à vos publications en les déposant dans l’archive Hal et de lister vos publications dans Academia.edu en mentionnant le lien vers l’archive. Ainsi vous ferez découvrir l’archive à vos collègues, vous effectuez un seul dépôt, vos publications sont contextualisées dans la collection de l’équipe.

Thierry Buquet (Ifpo) qui intervenait sur le thème « Apport des réseaux sociaux pour la communication d’un laboratoire » a parfaitement décrit que « publier ne se limite plus à soumettre un article dans une revue mais aussi à déposer sa publication dans Hal, à créer un lien sur Academia.edu, à signaler sa parution sur Facebook et que ce temps de mise en visibilité numérique du chercheur et de l’institution, faisait partie du travail du chercheur ! ». Il faut compter 2 heures !!!

Merci à la MOM pour l’organisation de cette journée, j’espère ne pas avoir trahi les propos des intervenants ainsi que les débats. Un prochain billet abordera un autre thème de cette journée : « Animer un carnet d’équipe ». Merci à Anthony pour sa relecture constructive et le partage de son expérience d’Academia.


Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble. Veille également sur Scoop-it : http://www.scoop.it/t/le-cresson-veille-et-recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Merci Françoise!
    Juste un petit témoignage: je dépose tout dans HAL depuis plus de dix ans; je me mets petit à petit à Academia (depuis 2 ans)
    Nous autres chercheur/e/s, même bardés des meilleures intentions du monde, ne réfléchissons pas toujours à toutes les implications de nos traces numériques.
    Un exemple: en me mettant sur Academia, je me suis contenté de faire au plus simple, en singeant ce que faisaient mes collègues sans doute, surtout en me laissant guider par un outil sur lequel je n’avais pas envie de perdre trop de temps. Bref, « on » me disait de « télécharger un papier », je m’exécutais; « on » me disait même lesquels je n’avais pas encore téléchargé, etc. J’ai ainsi créé un doublon de ma page sur HAL-SHS…
    Depuis, et surtout grâce aux échanges avec Françoise, je me suis rendu compte que ce que j’avais créé ne correspondait guère à ce que je voulais ni à ce en quoi je croyais… Faute avouée à moitié pardonnée, surtout quand on peut faire marche arrière: j’ai alors décidé de supprimer tous mes fichiers de publications d’Academia, pour ne plus y laisser que des liens vers HAL-SHS
    Cela signifie que ces fichiers de publications ne se trouvent plus qu’à un seul endroit, sur une interface certes un peu « vieillote » mais sûre, pérenne; cela signifie aussi que je préfère qu’il y ait du « trafic » sur des sites (émanant) de la recherche publique et non sur des sites émanant d’entreprises privées; etc.
    Cela signifie enfin que tout est question de choix, que rien n’est irréversible; et pour finir vraiment: merci Françoise de m’avoir éclairé sur le non-choix que je faisais avant…, & de l’avoir reformulé ici avec délicatesse, comme toujours
    Anthony

  2. Pour compléter cette approche, vous pouvez lire la synthèse des ressources en ligne réalisée par Odile Contat sur le site des Corist : Correspondants IST-SHS
    Réseaux sociaux pour les chercheurs – A lire ou à relire
    http://corist-shs.cnrs.fr/reseaux_sociaux_chercheurs

    Mais aussi un résumé de la présentation d’Agnès Magron sur le blog du CCSD : http://blog.ccsd.cnrs.fr/2013/12/identites-numeriques-et-archives-ouvertes/

  3. Et donc une nouvelle synthèse, sur le carnet de la MOM, de cette journée si riche et si d’actualité : http://prefixesmom.hypotheses.org/1271

  1. 16 décembre 2013

    […] et sur le carnet de recherche Le Cresson veille et Recherche… par Françoise Acquier : « Hal-Academia.edu, jouer des complémentarités » ! Chacun sa version, chacun son point de vue, tous se […]

  2. 18 décembre 2013

    […] Depuis 10 jours déjà, plusieurs articles sur la rencontre « Identité numérique et visibilité du chercheur sur le web » ont été publiés : quelques exemples ici, là,par ici, et encore par là. […]

  3. 3 mars 2015

    […] http://lcv.hypotheses.org/8409 « Hal-Academia.edu, jouer des complémentarités », Françoise Acquier […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *