Umwelt et Milieu: archéologie des notions

Dans un texte paru en 2012 dans la revue Communications, Jean-Paul Thibaud propose une « Petite archéologie de la notion d’ambiance ». Il a mené ce travail indispensable et inédit dans trois directions: 1/ une sémantique historique de la notion; et ses développements par 2/ la psychopathologie existentielle (Binswanger, Minkowski et Straus) et par 3/ l’esthétique phénoménologique (Augoyard et Böhme). Bien entendu, une telle archéologie est vouée à être complétée au fur et à mesure par les chercheurs s’intéressant à ce champ. J’espère notamment dans un prochain billet pouvoir présenter quelques éléments à propos de la deuxième direction, du côté de la psychothérapie institutionnelle promue par François Tosquelles et ses successeurs, qui développent des perspectives à la fois proches mais aussi un peu différentes par rapport à la psychopathologie de la vie quotidienne – avec sans doute une figure telle qu’Henri Maldiney en médiateur).

Ici, je voudrais revenir sur la première dimension, celle d’une sémantique historique d’ambiance et des notions voisines, depuis le point de vue du philosophe et historien des sciences Wolf Feuerhahn qui a signé en 2009 dans la Revue philosophique de France et de l’étranger (n° 134) un très éclairant article sur les notions de « Milieu » et d’ »Umwelt » : « Du milieu à l’Umwelt: enjeux d’un changement terminologique« . Jean-Paul Thibaud s’est principalement appuyé sur une étude de Leo Spitzer publiée en 1942 en deux parties dans la revue Philosophy and Phenomenological Research (1942, vol. 3 n° 1 & vol. 3 n° 2), et récemment traduite en français dans la revue Conférence (2007, n° 24 & n° 25). Spitzer y réalise un imposant travail de rapprochement entre « ambiance » et « milieu ». L’article de Feuerhahn ne s’intéresse pas directement à la notion d’ambiance; par contre, il s’attache à distinguer de façon chirurgicale les notions souvent présentées comme jumelles d’Umwelt et de milieu, pour finir par donner une définition du milieu bien différente de celle proposée par une autre source de Jean-Paul Thibaud, Hans Nilsson-Ehle, quand il définit milieu comme « un terme sobre, neutre » (Thibaud, op.cit., p. 158). Et il livre une histoire de l’apparition du mot Umwelt dans la langue allemande plus détaillée que celle esquissée par Spitzer:

Aujourd’hui, chacun associe dans son esprit le mot milieu* aux théories déterministes de Taine qui, se répandant dans toute l’Europe, conduisirent à la fois à l’adoption du mot français dans différentes langues et à la formation de termes indigènes qui doivent servir à représenter le même concept (l’Umwelt allemand; le medio espagnol; l’ambiente italien; l’environment anglais) (Spitzer, « Milieu et ambiance (I.) », Conférence n° 24, 2007, p. 120).

Uexküll en étude

Uexküll en étude

Feuerhahn commence par constater que Umwelt a tendance à être conçu comme le simple équivalent du terme français milieu, à l’instar de ce qu’en dit Canguilhem dans « Le vivant et son milieu » (in La connaissance de la vie, Paris, Vrin, 1952). Il remonte alors patiemment le fil complexe de l’apparition des deux concepts en Allemagne, à travers la figure centrale du biologiste et éthologue Jakob von Uexküll (1864-1944) – et plus tôt celles de Ernst Haeckel (1834-1919, l’ »inventeur » du terme d’écologie) et du géographe Friedrich Ratzel (1844-1904, auteur d’une très remarquée Anthropogéographie)1.

Pour le dire schématiquement: Milieu (avec la majuscule du nom commun) s’est imposé dans la langue allemande dans la seconde moitié du XIXème siècle sous l’impulsion de la diffusion du positivisme français, celui d’Auguste Comte et plus particulièrement celui d’un de ses successeurs, Hippolyte Taine; tandis que Umwelt est une création progressive de Uexküll au début du XXème siècle pour précisément contrer le déterminisme de Taine et imposer en force, dans la pensée allemande, une autre perspective sur les relations entre organisme et environnement. Feuerhahn montre bien comment le terme Umwelt est devenu au fur et à mesure chez Uexküll tout à la fois un étendard contre le darwinisme et le monisme ambiants (Haeckel) et contre le déterminisme des « sociologues français » (Taine), et un étendard politique – au sens où ses arguments scientifiques sont indissociables de ses prises de position, notamment sa critique de la modernité urbaine qui serait la cause d’un appauvrissement de nos capacités de discrimination sensorielle (p. 427).

Le principal argument scientifique est le suivant:

Il y a une différence entre le sujet et le monde extérieur (…) Les organes sensoriels ne sont pas de simples récepteurs, ils sélectionnent les excitations du monde extérieur d’une façon qui leur est propre (Feuerhahn, op.cit., p. 426)

Cette élaboration d’un monde propre par chaque animal à partir des sélections sensorielles qu’il opère dans le monde extérieur est précisément ce qu’Uexküll va nommer Umwelt et opposer à Milieu.

Schéma original d'une boucle de réactions, Theoretische Biologie, 1920

Schéma original d’une boucle de réactions, Theoretische Biologie, 1920

Sur le plan politique, les positions de Uexküll vont bien au-delà d’une critique de la modernité: il se fait un adversaire farouche de la démocratie, et manifeste même à la fin de sa vie un certain opportunisme pro-nazi (p. 425). Feuerhahn cite notamment un rapport de 1936 qui stipule qu’en rejetant Milieu pour Umwelt, Uexküll s’oppose à la « manière bolchéviste de voir le monde » (l’ennemi en 1936 n’est plus le positivisme de Taine…) pour promouvoir la « manière nationale-socialiste de voir le monde » (p. 436 note 2).

Quand Uexküll opère ce changement terminologique, sa principale cible est claire : l’origine française de la notion de milieu, diffusée principalement à travers les écrits de Taine, traduit très tôt en Allemagne. Par exemple, sa Philosophie de l’art, parue en 1865 en France et 1866 en Allemagne, explicite son déterminisme: « Les productions de l’esprit humain, comme celles de la nature vivante, ne s’expliquent que par leur milieu ». Là où Haeckel et Ratzel après lui se distinguent de cette théorie en vogue en proposant Umwelt mais sans la rejeter franchement, Uexküll mène lui clairement ce combat:

Si Uexküll a très vite renoncé à employer le terme de Milieu, c’est bien pour dénoncer la pensée de Taine et l’idée que chaque être vivant est dépourvu de toute finalité et peut intégralement être expliqué par l’influence du milieu. La notion d’Umwelt, loin d’être son équivalent allemand, est son opposé. Pour le montrer, Uexküll donne l’exemple de l’espace de vie de l’enfant des villes. Pour lui, ce n’est pas la rue de la grande ville qui forme l’âme de l’enfant, mais l’âme de l’enfant des villes qui forme la rue, laquelle devient ainsi un territoire délimité. Ce qui importe aux enfants qui jouent, ce sont les Umwelten qu’ils se construisent eux-mêmes. Le renversement ne saurait être plus radical avec la théorie du milieu (Ibid., p. 435)

En conclusion, Feuerhahn peut revenir à Canguilhem, qui défend précisément son vitalisme avec Uexküll et contre Taine: « Désormais, le vivant ne serait plus mécaniquement déterminé par le milieu, mais ordonnerait bien au contraire ce dernier, devenu alors: son milieu spécifique » (p. 437). Le tout avec des visions politiques diamétralement opposées: là où Uexküll craignait son potentiel démocratique, Canguilhem voit en Taine « une pensée de l’héritage incompatible avec les idéaux démocratiques qu’il défendit en prenant le maquis » (p. 438).

Ces diverses interprétations possibles des notions de milieu et Umwelt, situées aussi bien historiquement que politiquement, enrichissent de manière décisive il me semble la compréhension que nous pouvons avoir de la notion d’ambiance et de son archéologie plurielle. Elles doivent également alerter les chercheurs qui travaillent sur les ambiances – alerter au sens de rendre conscients et donc actifs sur ce plan2 – sur les usages politiques qui peuvent en être faits.

 

Pour citer ce billet : Anthony Pecqueux, « Umwelt et Milieu : archéologie des notions », Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 4 janvier 2014. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/8503

Crédits images: Non connus; pas de restriction de copyright connue.

  1. Alors qu’il retravaille la sémantique de milieu dans la deuxième partie de son étude, Spitzer y cite rapidement von Uexkühl, fait une seule allusion à Ratzel et ne dit pas un mot sur Haeckel. []
  2. Il ne s’agit pas tout à fait d’une Terra Incognita. Citons bien entendu les travaux de Rachel Thomas, mais aussi deux papiers récents: l’un de Céline Bonicco-Donato et l’autre de moi-même. []

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au CRESSON (UMR 1563 / Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble) Mail: anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr Page personnelle: http://www.cresson.archi.fr/EQ/EQanthony.htm Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

More Posts

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Daniel Siret dit :

    Merci Anthony pour ce résumé d’un article passionnant bien que très « technique » pour moi (je viens de le lire).
    Il manque encore à cette archéologie de la notion d’ambiance toute une série de fouilles dans la pensée architecturale et urbaine qui met en oeuvre, consciemment ou non, ces acceptions si opposées du « milieu ».
    La référence à l’enfant dans la ville, dans le texte de Uexküll, nous renvoie incidemment à des analyses plus contemporaines, à lire bientôt sur ambiances.revues.org …

  2. Anthony dit :

    Merci Daniel, et surtout pour être allé lire l’article de Wolf Feuerhahn!
    Oui, tu as parfaitement raison, cette dimension manque… Un beau mais gros chantier en perspective… Avis aux vocations!

  1. 7 mars 2017

    […] y a un an, Anthony Pecqueux publiait un billet intitulé « Umwelt et Milieu : archéologie des notions » par lequel il contribuait à l’enrichissement des réflexions sur la thématique des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *