« Animer » le projet architectural

A propos de : Sophie Houdart, « Peupler l’architecture. Les catalogues d’êtres humains à l’usage des concepteurs d’espace », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 7 n° 4, 2013, p. 761-784.

 

Dans la dernière livraison de la Revue d’anthropologie des connaissances, consacrée aux « Textures matérielles de l’accumulation », l’anthropologue Sophie Houdart, spécialiste du Japon – d’abord de ses biologistes, puis de ses architectes –, aborde de manière très intéressante les cultures numériques de ces derniers. En effet, elle y prend pour objet les diverses manières de peupler les images dans le projet architectural afin d’analyser le statut de ce peuplement. Sous sa plume, la problématique devient – à l’exact inverse des tendances les plus fréquentes actuellement sur le numérique –: « qu’est-ce que l’humain fait au numérique ? » (p. 764; elle souligne – comme dans toutes les citations à venir).

Elle commence par caractériser l’hyperréalisme qui est actuellement de mise dans la plupart des dessins de projet, auquel elle attribue une visée que je qualifierais de concernement. C’est-à-dire de faire dire à celui qui regarde le dessin: « Ce n’est pas moi sur l’image – mais cela pourrait l’être » (p. 762). L’auteure focalise par conséquent son enquête anthropologique sur les dessins en perspective, ces points de vue (donc subjectifs, orientés) sur le bâtiment à venir, qui:

sont chargés de rendre l’espace, de rendre le bâtiment en projetant des usages potentiels, des lumières, des choses aussi insaisissables qu’une atmosphère (p. 765)

Ne se limitant pas au catalogue numérique actuel, Sophie Houdart retrace à grands traits l’histoire de l’introduction et de la figuration des humains dans de tels dessins: depuis les collages issus de magazines de mode des années 20, en passant par le Modulor de Le Corbusier ou Joe et Joséphine d’Henry Dreyfuss, et les personnages des planches de décalcomanie Letraset des années 70. En peuplant ses dessins par ces « êtres paradigmatiques »,

l’architecture s’achemine vers l’idée que ce qu’elle produit ne peut valoir qu’en tant qu’elle est capable de porter des relations diversifiées des humains à leur environnement (p. 771)

Joe et Josephine, d'Henry Dreyfuss

Joe et Josephine, d’Henry Dreyfuss

Le Modulor, par Le Corbusier

Le Modulor, par Le Corbusier

L’analyse par Sophie Houdart du catalogue numérique actuel tend à montrer qu’on assisterait aujourd’hui à une « dilution des individualités » (p. 773), c’est-à-dire à une figuration de types, spécifiés dans des catalogues (par exemple : Real World Imagery) par le genre, la race, la posture, l’angle de prise de vue ou la résolution (en pixels). Ces types deviennent de la sorte des « produits fictionnels » (p. 775) issus dans un premier temps du consentement donné par les êtres de chair ayant servi de modèle photographique ; issus dans un deuxième temps de l’opération de décontextualisation réalisée en agence (déplacer le sujet de son contexte d’action initial, que ce soit pour le replacer dans un fond neutre ou simplement l’extraire); et enfin, issus dans un troisième temps de l’opération d’insertion dans la nouvelle image, le dessin de projet. C’est cet ensemble d’opérations qui rend les modèles initiaux, pourtant êtres de chair, des « produits fictionnels » à propos desquels on peut mentionner: « Les images des personnes sont fictionnelles. Toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées est purement fortuite » (p. 775).

Pour l’anthropologue, ces derniers ne passent que difficilement « l’épreuve de la mise en page »; notamment,

L’effet est manqué lorsque les gens ‘flottent’ sur le bitume, s’ajustent mal à leur environnement, n’adhèrent pas au monde qui est figuré (p. 776)
Les échecs de la composition rendent patente la résistance manifeste des humains à être numérisés et à entrer dans un espace de figuration convaincant (p. 778)

En contrepoint de ces infélicités, Sophie Houdart cite certaines tentatives récentes par lesquelles architectes et designers s’évertuent à tester de nouvelles possibilités pour peupler le dessin de projet. Notamment, les silhouettes fantomatiques utilisées par Kengo Kuma dans ses projets architecturaux accomplissent pour elle un peuplement hybride:

Après deux décennies de règne absolu de l’hyperréalisme en architecture, on assiste aujourd’hui, dans de telles compositions, à un retour subtil des qualités propres aux modes de figuration picturale et à l’imaginaire, qui introduisent une distance entre réalité projetée et réalité figurée et en jouent pour subordonner le projet à son atmosphère (p. 779)

Projet FRAC PACA, Agence Kengo Kuma and Associates

Projet FRAC PACA, Agence Kengo Kuma and Associates

Cet article passionnant dessine des pistes originales pour comprendre comment les ambiances urbaines s’immiscent à l’intérieur du projet architectural, plus ou moins consciemment, à travers l’insertion des « habitants » dans le dessin de projet. Il va au-delà de la description d’une culture professionnelle, au profit d’une analyse de l’animation des scènes urbaines projetées: de la façon dont les architectes s’y prennent pour donner vie à leurs projets, pour rendre plus facilement appropriables par le public les ambiances qu’ils visent à créer.

 

Pour citer ce billet : Anthony Pecqueux, « « Animer » le projet architectural? », Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 23 janvier 2014. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/8532

Crédits images: Henry Dreyfuss, Le Corbusier, Agence Kengo Kuma and Associates; pas de restrictions de copyright connues.

 


Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au CRESSON (UMR 1563 / Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble) Mail: anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr Page personnelle: http://www.cresson.archi.fr/EQ/EQanthony.htm Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

More Posts

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Magali Paris dit :

    4 ans plus tôt ( année scolaire 2009-2010), nous avions travaillé (Grégoire Chelkoff, Julien Delas et moi-même) dans le cadre du séminaire Master S8 et du mémoire qui le suit sur « Les représentations des ambiances ». Un groupe de 3 étudiantes s’était attaché à investiguer la représentation de l’humain en architecture. Elle avait produit une excellente analyse à la fois large et fine et si je ne me trompe pas Aline Déon avait produit un excellent mémoire sur le sujet. Ce mémoire doit être à la doc.

  2. Anthony Pecqueux dit :

    Merci beaucoup Magali!
    Oui j’imagine qu’il doit y avoir beaucoup de travaux d’étudiants insuffisamment valorisés… mais comment faire?
    Dans l’immédiat, j’irai au moins voir celui-ci

  3. Daniel Siret dit :

    Merci Anthony pour cette référence.

    Dans la suite du commentaire de Magali, je signale le mémoire de master soutenu à Nantes en 2011 par Paola Moreno. Ce mémoire a donné lieu à un article publié en 2013 sous le titre : « Ambiances à vendre : la représentation des personnages dans les supports de promotion des projets immobiliers » (Paola Moreno, Nathalie Simonnot, Daniel Siret).

    Voici un lien vers ce papier pour celles et ceux qui souhaiteraient prolonger la réflexion : https://www.researchgate.net/publication/235799715_Ambiances__vendre__la_reprsentation_des_personnages_dans_les_supports_de_promotion_des_projets_immobiliers?ev=prf_pub

  4. Anthony Pecqueux dit :

    Merci Daniel; pour le coup ce n’est pas insuffisamment valorisé!

  5. Magali Paris dit :

    Les mémoires qui ont obtenu une note supérieure à 14/20 sont archivés à la doc du Cresson. Françoise A. m’avait parlé d’une plateforme numérique de mémoire universitaire, on pourrait aussi les y déposer. A discuter…

  6. Acquier dit :

    Il s’agit de l’archive des mémoires « Dumas » (une initiative grenobloise d’ailleurs !), Martine y déposait certains mémoires de master soutenus au sein du Cerma. http://dumas.ccsd.cnrs.fr/labid/136620/.
    Ceci dit j’ai pris du retard dans la saisie des mémoires que Magali me donne. Vous m’avez motivée, je les saisie dans la semaine !

  7. Nicolas dit :

    Content de lire cet article de Paola, Daniel et Nathalie que je ne connaissais pas.
    Il y a 3 ans, j’avais été en binôme dans les experts d’Europan durant 15 jours avec une sympa architecte Enora Postec, et après avoir analysé plus de 60 projets on avait commencé un article qui n’a jamais été terminé et qui se résumait ainsi :

    « Les habitants d’Europan »

    On les copie-colle sur les planches de rendu, on les invoque dans les textes, on les mobilise pour qu’ils se mobilisent, on les place ici ou là, on les fait marcher dans les rues, sauter en l’air, pédaler, jardiner, auto-construire, et parfois même parler… mais qui sont ces habitants d’Europan ?

    Quand l’habitant ne sert pas uniquement à donner l’échelle sur un dessin, comment est-il convoqué par les projets ?

    En s’appuyant sur les rendus et les postures des projets lauréats de la session 11 nous proposons de décliner cette question selon les quatre propositions suivantes :

    – Habiter c’est décider
    – Du récit du lieu au lieu des récits
    – Le projet, c’est cent et un projets
    – Le projet et l’espace de la coupe

  8. Anthony dit :

    Merci Nicolas. J’ai également enfin eu le temps de lire l’article transmis par Daniel: c’est une étude intéressante, qui vient bien étayer empiriquement ce que je désignais dans le billet comme « visée de concernement »
    Il serait sans doute utile de prolonger ces hypothèses du côté de projets « non-immobiliers » (puisque les projets immobiliers fondent le corpus choisi dans l’article), donc moins directement commerciaux. Il n’est pas sûr que les résultats soient significativement différents…
    D’où l’acuité des questions anthropologiques de Sophie Houdart je trouve!

  9. Nathalie Simonnot dit :

    Ravie de voir que vous avez mordu à l’hameçon. Le sujet est passionnant, personnellement j’ai très envie de continuer là-dessus. Je pense qu’il y a là une véritable mine, plus large encore que plusieurs thèses sur le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *