Paysages sonores en 2014: mais encore?

A propos de: Joël Candau, Marie-Barbara Le Gonidec (dir.), Paysages sensoriels. Essai d’anthropologie de la construction et de la perception de l’environnement sonore, Paris, Editions du CTHS, 2013.

Un grand merci à l’éditeur (les Editions du CTHS) pour avoir envoyé au CressonVeilleetRecherche un exemplaire du livre pour recension; il s’agit d’une première dans l’histoire du Carnet, que nous espérons voir se répéter!

Commençons par ce qui peut un peu agacer: contrairement à ce que laisserait entendre l’introduction de l’ouvrage par ses deux directeurs, Joël Candau et Marie-Barbara Le Gonidec, le sonore n’est pas (plus) le parent pauvre des études sur les sens par les sciences sociales, comparativement au domaine visuel. A répéter ce lancinant refrain, on n’avance guère. Ce ne doit pas non plus être une justification scientifique: si l’on s’intéresse au sonore (ou à l’olfactif, etc.), ce n’est pas (ou pas seulement) pour combler un éventuel manque mais pour des raisons « positives » et précises. Par exemple : parce que le sonore serait porteur ou révélateur de caractéristiques particulières de (/ sur / pour / etc.) la vie sociale.

De la même manière, il est assez étonnant de lire dans cette introduction que la notion de paysage sonore ouvrirait de « nouvelles perspectives » (p. 12); on pourrait aussi penser qu’il s’agit de perspectives assez bien établies et pour tout dire assez datées. Cette remarque signale une certaine gêne vis-à-vis de certaines références bibliographiques mobilisées par les auteurs (dont certains se reconnaissent comme non-spécialistes du domaine). Certes, on connaît les longs méandres de l’édition en sciences humaines et sociales, et on ne leur fera donc pas reproche de ne pas citer des études publiées postérieurement à ce qui semble être la période d’écriture de ces textes (2011). Je pense par exemple à l’absence des travaux de Danièle Alexandre-Bidon dans la contribution de Brice Gruet sur les crieurs de rue à Rome.

Par contre, d’autres manques sont problématiques. Surtout celui de Tim Ingold, l’un des plus importants anthropologues contemporains, qui a signé il y a quelques années un texte tant décisif qu’incisif sur la notion qui rassemble l’ouvrage. Or, seul Olivier Féraud cite ce texte (p. 107); j’y reviendrai. On peut encore évoquer le rattachement de l’effet dit « cocktail-party » (le fait de pouvoir entendre son nom cité dans une conversation à laquelle on ne participe pas et tandis que le brouhaha règne alentour) à des travaux des années 2010 (p. 14), alors qu’il s’agit d’un effet mis au jour par le cognitiviste britannique Colin Cherry dans une étude publiée en 1953, et très largement commentée depuis.

Toujours dans l’introduction, au-delà de ces questions bibliographiques, on peut aussi regretter que la définition de paysage sonore, annoncée « a minima » par les auteurs, soit au contraire lestée de présupposés manifestes: « Appelons paysage sonore tout ensemble de stimuli auditifs perçu comme tel, c’est-à-dire perçu comme une totalité dotée d’une essence (…) et dont la représentation mentale est traduite en langue par des expressions telles que ‘ambiance sonore’, ‘milieu sonore’ ou ‘environnement acoustique’ » (p. 9). Des termes comme « stimuli », « essence », « représentation » et « mentale » renvoient à une perspective particulière dans les sciences sociales: celle issue des sciences cognitives. Si ce parti pris n’est bien sûr pas condamnable en soi, il aurait été bienvenu de le signaler comme tel : il ne s’agit pas d’une « définition a minima » mais du parti pris des auteur/e/s1.

« Contre le paysage sonore » (T. Ingold)

Plutôt que de rendre compte de toutes les contributions2 ou de certaines séparément, je prends le parti de revenir sur l’ouvrage dans sa globalité, à partir de deux entrées (l’une théorique et l’autre méthodologique) pour discuter de quelles manières certains chapitres y répondent.

D’un point de vue théorique, c’est la question – déjà esquissée – de l’entrée sur le sonore choisie dans ce livre, à savoir par la notion de paysage. Certains auteurs du livre explicitent d’ailleurs les mêmes doutes que moi: Luc Charles-Dominique en fait une critique en règle (p. 46-49); Olivier Féraud marque pudiquement ses réticences (p. 97 et 100), avant de la rejeter globalement: « Ce ne sont pas les sons en eux-mêmes qui intéressent l’anthropologie, mais les actions, les représentations et les relations dont ils sont l’expression » (p. 108), pour déclarer in fine préférer l’expression d’environnement sonore dans la mesure où elle donne accès à la dimension écologique:

l’objet d’étude n’est pas de décrire un état de sons et encore moins une image sonore, ce qui reviendrait à décrire un paysage, mais de mettre en lumière un système dynamique de relations entre les hommes et leur environnement par les sons, à travers toutes les dimensions que ce contexte donne à vivre (p. 109)

Ces deux contributions, ainsi que celle de Vincent Battesti, sont celles qui m’ont le plus convaincu – sans doute également pour des raisons méthodologiques, j’y reviens. Notamment quand Olivier Féraud plaide avec justesse pour une « anthropologie sonore », c’est-à-dire

une anthropologie du sonore et une anthropologie qui se fait avec les sons, autrement dit l’étude des relations que les hommes entretiennent avec le sonore et qu’ils entretiennent entre eux par le sonore (p. 100)

Pour aller plus loin sur la notion de paysage sonore, Tim Ingold situe la troisième de ses quatre objections théoriques décisives à l’encontre du soundscape sur le plan expérientiel (« Four Objections to the Concept of Soundscape » in Being Alive. Essays on Movement, Knowledge and Description, London, Routledge, 2011, p. 136-139 – réédition d’un texte initialement paru sous le titre « Against Soundscape » en 2007):

Le son, d’après moi, n’est ni mental ni matériel, mais un phénomène de l’expérience – c’est-à-dire de notre immersion dans, et de notre mélange avec le monde dans lequel nous nous trouvons (p. 137; je traduis, il souligne)

Par cette dimension d’immersion, le sonore se trouve rapatrié du côté du monde et de ses activités. Concernant plus généralement la notion de paysage et son entrelacement avec le sonore, un autre texte crucial de Tim Ingold aurait pu être mobilisé par les auteurs de l’ouvrage, son texte de 1993 sur la temporalité du paysage (« The Temporality of the Landscape », World Archaeology, Vol. 25, No. 2, 1993, pp. 152-174), dans lequel il propose la notion de taskscape ou paysage des activités, ne limitant plus la notion à une appréhension passive et fixiste, mais en en faisant une opération plus dynamique par son lien indissoluble avec les activités qui composent le paysage. Il n’est pas anodin qu’il rattache le paysage à la vue, et le taskscape à l’audition; bref, qu’il décline l’insuffisance de la notion de paysage par le recours à des ressources sonores. Son argument est clairement présenté dans ce passage:

Le paysage semble être ce que nous voyons autour de nous, tandis que le taskscape est ce que nous entendons. Pour être vu, un objet n’a rien à faire de lui-même (…). Pour être entendu, d’un autre côté, un objet doit émettre des sons de manière active ou, à travers son mouvement, occasionner un son qui sera émis par d’autres objets avec lesquels il entre en contact. Par conséquent, par ma fenêtre je vois à l’extérieur un paysage de maisons, d’arbres, de jardins, une rue et son trottoir. Je n’entends aucune de ces choses, mais je peux entendre des gens parler sur le trottoir, une voiture passer, des oiseaux chanter dans les arbres (…). En bref: ce que j’entends ce sont les activités, même quand leurs sources ne peuvent être vues (p. 162; je traduis, il souligne)

Ingold appuie sa proposition de taskscape sur l’analyse de ce tableau de Bruegel l’Ancien (Les moissonneurs, 1565)

Ingold appuie sa proposition de taskscape sur l’analyse de ce tableau de Bruegel l’Ancien (Les moissonneurs, 1565)

Des méthodologies nécessairement innovantes pour saisir le sonore

D’un point de vue méthodologique cette fois, Vincent Battesti remarque dans son chapitre « L’ambiance est bonne » que la verbalisation sur le sensible est difficile pour les agents sociaux (p. 88-89). C’est en ce sens que son chapitre, qui introduit avec acuité la diversité des audibles cairotes, se conclut à raison par: « Une ethnographie minutieuse est encore nécessaire » (p. 93). Il n’a pas (pour le moment) mené ce travail et le reconnaît avec lucidité; peu d’auteurs du livre l’ont réalisé – Olivier Féraud constitue encore à mon sens une exception. Le défi posé par la recherche sur les sens et le sonore ici est le suivant: il s’agit de parvenir à ethnographier le sonore, ce qui nécessite d’aller au-delà de l’écoute « naturaliste » des sons, comme au-delà des seuls entretiens avec des informateurs. C’est dire qu’une telle recherche doit s’accompagner d’innovations ethnographiques, sinon elle risque de passer à côté de son objet qui ne cesse de se dérober face aux méthodes traditionnelles.

A cet égard, l’article de Guillaume Lebaudy sur les sons du pastoralisme ovin du Sud de la France est exemplaire – des sons principalement issus des sonnailles accrochées au cou des bêtes (un collier en bois avec une cloche en tôle), et de leurs bêlements. S’il peut évoquer « l’écoute vigilante » (p. 155) développée par les bergers à partir d’entretiens avec ces derniers, il ne peut en aucun cas nous la décrire à partir de ce seul matériau d’enquête. Une anecdote est révélatrice: « Il est d’ailleurs mal vu de ne pas pratiquer cette écoute [avec sonnailles] et de garder avec un walkman : ‘Je ne fais pas comme certains bergers qui gardent avec le machin là, sur les oreilles’ ». Pour comprendre et ce reproche et l’écoute vigilante présumée, il faudrait sans doute suivre un berger et son troupeau (avec et sans sonnaille, avec et sans walkman). On comprendrait alors mieux comment se concrétise cette écoute vigilante, comment les bergers mélomanes la déploient ou non, les conséquences d’éventuelles absences d’auditions, etc. On accéderait alors seulement à toute la richesse ethnographique de ce type de terrains.

De la même manière, dans le chapitre de Candau et Wathelet, le choix de travailler à partir d’un corpus de « paroles » saisies sur des forums internet (p. 226) ne permet en rien d’accéder aux pratiques par lesquelles certaines odeurs (ici de cuisine) émergent au point de guider les activités, les redéployer, etc. Est-il alors étonnant que les auteurs mettent l’accent sur les opérations cognitives? Dans quelle mesure ce mode de recueil des données ne conditionne-t-il pas frontalement (car c’est toujours plus ou moins le cas) les analyses proposées?

Background épistémologique et pratique ethnographique sont bien entendu liés; il ne peut être gratuitement reproché l’un ou l’autre car il s’agit de choix et convictions. On l’aura compris, je suis plus partisan d’une ethnographie de l’action, sans refuser pour autant à certains auteurs leur parti pris cognitiviste. Je regrette par contre qu’ils n’aillent pas cette fois au bout de leur pratique ethnographique, et surtout de ce que les sens (ici l’audition) imposent à leur pratique ethnographique. Gageons que cela sera pour de prochaines recherches.

Pour aller plus loin: une question qui me passionne mais difficile à formuler, et pour laquelle je n’ai pas de réponse définitive. Si je peux suivre (en partie) Roberto Casati et Jérôme Dokic dans leur théorie événementielle du son, cela m’est plus difficile pour leurs autres écrits sur la perception (sur d’autres modalités sensorielles) qui relèvent de la théorie représentationnelle. La question serait alors la suivante: si les sons réfèrent bien aux événements, donc aux activités, n’est-il pas nécessaire d’en passer par une épistémologie praxéologique, non représentationnelle, pour les aborder?

 

Pour citer ce billet : Anthony Pecqueux, « Paysages sonores en 2014: mais encore? », Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 09 février 2014. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/8596

Crédits image: Bruegel l’Ancien; pas de restrictions de copyright connues.

  1. On retrouve la même tendance (présenter des partis pris cognitivistes pour des définitions générales) dans l’article final de Joël Candau et Olivier Wathelet: « Considérations méthodologiques en anthropologie sensorielle », notamment dans deux pages (p. 220-221) où « événement mental » et « représentations mentales » reviennent à plusieurs reprises. Il aurait été d’ailleurs intéressant de préciser la part spécifiquement cognitive de ce qu’ils désignent dans les pages suivantes comme des opérations ou compétences cognitives, car à chaque fois on pourrait également parler de compétences pratiques (dans / par la pratique), sans qu’à mon sens la réalité désignée par l’expression ne s’en trouve fondamentalement altérée (cf. p. 225). []
  2. Je me contente simplement de signaler celle de Grégoire Chelkoff, qui revient sur l’entrelacement entre son propre parcours sur le sonore et celui du CRESSON []

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au CRESSON (UMR 1563 / Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble) Mail: anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr Page personnelle: http://www.cresson.archi.fr/EQ/EQanthony.htm Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

More Posts

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. guillaume dit :

    Merci Anthony pour ces commentaires. Il semblerait d’ailleurs que ta conclusion ait préméditée l’intervention de Ola Soderstrom de mardi qui a commencé en précisant qu’il s’inscrivait dans une praxéologie de l’image et non une interprétation représentationnelle…

    Tout cela pour esquisser comme piste de réponse à ta dernière question que l’image et le son ne sont pas si dissocier, et que j’ai toujours eu du mal quand Ingold dit (avec d’autres) : « Pour être vu, un objet n’a rien à faire de lui-même (…). Pour être entendu, d’un autre côté, un objet doit émettre des sons de manière active… » Or j’ai l’impression qu’un objet se voit autant qu’il s’entend, et que pour le voir il faut s’inscrire dans une démarche précise, et dans une durée tout aussi définie. Qu’un objet ne peut etre vu qu’à partir du moment où il reflète de la lumière, qu’à partir du moment où lui même émet quelque chose… Il y a un fort réflexe à penser que l’image est un objet figé, arreté, contrairement au son. Ce qui suppose : 1/ d’abolir le fait qu’une image est dépendante de la lumière, et donc du temps 2/ de ne pas prendre en compte les propositions Bergsoniennes d’un monde composé d’images en perpétuel mouvement.
    Bref je pense que l’on a tout à gagner de supprimer cette dichotomie son/image et qu’il y a alors des pistes des reflexions qui peuvent faire converger la praxéologie du son avec celle des images.

  2. Anthony dit :

    Merci beaucoup pour ton commentaire Guillaume!
    Tu poses d’excellentes questions, qui appellent plusieurs remarques
    1/ même si Ingold rappelle le fort lien entre « son » et « activités », c’est bien à partir d’un tableau qu’il met en évidence son taskscape. Ce qui signifie que l’opposition qui structure la citation est surtout rhétorique; au milieu des années 90, alors que le sonore était moins reconnu, il fallait sans doute en passer par de tels effets rhétoriques
    2/ c’est pourquoi il me semble (c’est en tout cas ma position) que le sonore ne doit être pas être envisagé pour lui-même, de manière autonome. L’intersensorialité reste la règle en situation. Par contre, le sonore peut être un point d’accès pour interroger cette intersensorialité; et il me semble que son lien avec les activités (événements, etc.) fournit un bon prétexte (à la fois épistémologique et empirique) pour cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *