Représenter l’espace urbain dans la bande dessinée

L’alerte « perception-ville » sur les carnets de la plateforme Hypothèses donne des résultats intéressants. Cette semaine, je tombe sur ce carnet Sciences Dessinées du laboratoire junior pluridisciplinaire hébergé l’ENS de Lyon. Ses catégories sont d’ailleurs intéressantes mêlant « Actualités », « Billets », « Événements du labo », « Publications », « Veille » (qui est certes peu alimentée).

bdEn septembre cette équipe a organisé une journée d’étude consacrée au thème « Ville et bande dessinée » : les communications interrogeaient « les représentations de la ville dans la bande dessinée, autour d’oeuvres décryptées au prisme de la cartographie, de la géographie, de l’architecture, de l’urbanisme, de la littérature ». Vous pouvez écouter en ligne ou podcaster les communications, celle consacrée au thème « Marches et cartes : un prolongement à propos de la bande dessinée”, Henri GARRIC (ENS de Lyon)’ semble prometteuse.

Tout récemment, à l’occasion d’un café géographique Représenter l’espace urbain dans la bande dessinée, l’équipe a proposé une liste de ressources bibliographiques, dont voici quelques perles :

Donaldville et la ville-palimpseste : une allégorie (pour Noha !)

Nombreux sont artistes et conteurs à s’être inspirés de la ville souterraine dans leurs œuvres, souvent de manière relativement péjorative. La pop-culture regorge ainsi d’exemples de cités caverneuses toutes plus flippées les unes que les autres, comme nous le montrions la semaine dernière (Le souterrain : un imaginaire urbain en cours de revalorisation ?). Il en est toutefois certaines qui sortent du lot, en présentant la ville souterraine sous un angle plus nostalgique que de coutume. Donaldville, la célèbre capitale des canards, en est un témoin emblématique.

Habiter la ville (3) : Tokyo vu par « le promeneur » de Tanigushi

japonCette bande-dessinée est formidable pour comprendre « l’habiter » dans une ville japonaise. On y suit Uenohara, cadre commercial  dans une entreprise de papeterie à Tokyo. C’est « un promeneur » : il se déplace à pied dans les quartiers de sa ville, observe les formes du bâti, s’intéresse aux habitants, nous fait ressentir l’activité et les sentiments des occupants et des visiteurs. C’est une approche très sensible de la ville japonaise.

 


Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson – UMR Ambiances Architectures Urbanités – Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble.
Veille également sur Scoop-it : http://www.scoop.it/t/le-cresson-veille-et-recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Anthony dit :

    Merci Françoise, chouette trouvaille encore une fois!
    Surtout que certaines des images que Catherine Maumi nous as montrées hier en séminaire (notamment celles – rares – de Frank Lloyd Wright sur Broadacre City) faisaient immanquablement penser à des BD

  2. guillaume dit :

    Bien vu. Il nous reste encore beaucoup à apprendre de ce corpus ‘BDiste’ peu analysé. Et si B. Peeters est certes une référence (romantique) en la matière, Marc-Antoine Matthieu ne peut pas etre passer sous silence, tant ses propositions de représentation de l’urbain cherchent à prendre en compte (et en étau) la dimension temporelle… affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *