Libre accès et cultures disciplinaires

open_accessA l’occasion de semaine mondiale de l’Open Access, l’ensemble des universités de Lyon ont proposé une table ronde le 17 Octobre 2014 « Publier en libre accès, quelles opportunités pour les chercheurs et la diffusion des savoirs ? ».  Cette matinée a été animée par Eric Verdeil1. qui a rappelé que le libre accès recouvrait plusieurs réalités : la voie verte (publication dans les archives ouvertes), la voie dorée (publication dans des revues en libre accès) et de nombreuses voies hybrides.

LA VOIE VERTE

halLa voie verte a occupé le devant de la scène avec les présentations de HAL et du portail HAL UGALes nouvelles fonctionnalités de l’Archive Ouverte HAL,2 découvertes dans leur version définitive depuis mardi 14 octobre, ont été présentées par Bénédicte Kuntziger- CCSD et ont suscité de nombreuses questions.

  • De nouveaux types de documents sont proposés. Il et désormais possible de déposer les présentations, les posters, mais aussi les enregistrements sonores, les vidéographies en lien avec un article ou de façon autonome. Les données de la recherche font donc leur entrée dans HAL proposant ainsi un archivage pérenne à ces données souvent conservées sur les serveurs fragiles des laboratoires ! Il est aussi possible de lier des notices entre elles pour organiser ses dépôts et mieux guider l’internaute.
  • La saisie d’un nouveau dépôt est facilitée : récupération des métadonnées si on dispose du DOI de l’article ou d’un PDF bien structuré. La détection des doublons a été améliorée. Il est possible de paramétrer l’embargo souhaité pour un ensemble de publications déposées.3
  • La création de page de garde pour chaque fichier déposé reprenant les métadonnées importantes et notamment la mention de la licence Creative Common qui est désormais proposée.
  • Une fois le dépôt effectué, le partage de sa propriété est permis. Ainsi plusieurs chercheurs peuvent en suivre les statistiques de consultation ou en enrichir les métadonnées engageant ainsi une travail plus collaboratif autour de l’archive.
  • Une des grandes avancées de cette version est la possibilité offerte aux déposants de créer un identifiant numérique rassemblant plusieurs formes auteurs souvent existantes : l’IDHal ! L’auteur choisit une forme « Nom, prénom » qui sera associée à tous ses dépôts ainsi qu’à son CV de publications généré à partir de HAL et disposant d’une URL simple.

Ces avancées ont de quoi dynamiser les dépôts dans le portail UGA, qui offre déjà plus de 24600 dépôts en texte intégral (oct. 2014). Joanna Janick en a présenté l’historique et l’essor actuel dont il faut soutenir la dynamique… à vos dépôts !

UNE VOIE HYBRIDE DU LIBRE ACCÈS

Le libre accès aux publications via les revues à comité de lecture a été abordé à travers les présentations de nouveaux types de journaux dans les disciplines des mathématiques et de l’informatique appliquée. G Riverieux, INRIA, a présenté l’expérience étonnante des « épi-journaux ». Né en 1996 par le lancement d’une revue en physique aux Etats-Unis, ce projet a été lancé en France par Institut Fourrier de Grenoble, puis par l’INRIA à travers le comité Epi-sciences IAM qui mobilise environ 2 personnes spécialistes de l’IST et un chercheur. Trois revues sont actuellement en cours de structuration.

L’Epi-journal, littéralement un journal au-dessus de quelque chose, est une revue composée d’articles déjà présents en ligne sur HAL, ArXiv ou CWI. Ces « pré-prints » sont dits « non qualifiés », « non certifiés » bien que présents sur des archives ouvertes. La soumission à un épi-journal équivaut à une labellisation. Si l’article est refusé, l’article demeure dans l’archive ouverte.

EPILa plateforme d’épi-journaux présentée est celle développée par le CCSD. Elle offre toutes les fonctionnalités pour mettre en place un workflow éditorial classique : comité de rédaction, soumission, relecteur, webmaster. L’épi-journal sélectionne donc des articles existants, les met en valeur par une page de garde spécifique. Les projets actuels prospectent pour proposer des services supplémentaires : lier les articles à des données de la recherche4 et susciter des commentaires scientifiques en articulant publication et réseaux sociaux.

IAMAinsi le Journal of Data Mining and Digital Humanities est la première revue en ligne selon ce modèle. Pour chaque article, des services sont proposés : export bibtex de la notice, partage via les réseaux sociaux, accès à des statistiques de consultation. Cette plus-value fait penser à la démarche du portail d’Open edition qui propose aux abonnés de l’offre Freemium des services autour du libre accès.

Cette pratique serait-elle transposable dans les disciplines de lettres et sciences humaines ? Eric Verdeil a émis des doutes dans la mesure où les articles déposés dans Hal sont le plus souvent déjà publiés et qu’il n’est pas possible de soumettre le même article à deux revues.5.

LIBRE ACCES ET CULTURES DISCIPLINAIRES

Les interventions des chercheurs P Wirtz- vice président Recherche, Lyon 3 et de Frédéric Chapoton-CNRS MATH Inst. Camille Jordan –Lyon 1, ont permis de comprendre que l’appropriation du libre accès est fortement liée aux cultures disciplinaires et à leur mode d’évaluation. Les chercheurs en lettres et en droit sont moins engagés dans le libre accès tandis que les économistes ont l’habitude de déposer leurs publications dans des archives ouvertes.6

Le cas particulier des thèses a été abordé. En lettres, l’archive TEL est peu appropriée dans la mesure où le docteur recherche avant tout à faire publier sa thèse par un éditeur. Or une thèse est souvent longuement retravaillée avant d’être soumise à un éditeur. Le refus de mettre à disposition le fichier numérique d’une thèse (y compris en Intranet) par un docteur bloque l’accès aux résultats de sa recherche. Les versions papiers des thèses pouvaient circuler via le PEB, mais les fichiers numériques ne peuvent se prêter si l’étudiant n’est pas consentant. Ainsi seulement 40% des thèses de Lyon 3-SHS sont disponibles sur TEL alors que 70% sont déposés pour l’Université Lyon 1-Sciences. Finalement le numérique crée aussi des restrictions d’accès aux résultats de la recherche au nom du droit d’auteur.

En mathématique que se passe-t-il en matière de libre accès ? Frédéric Chapoton nous a décrit le matheux comme un chercheur frondeur, individualiste, n’ayant besoin que de peu de matériel pour effectuer ses recherches, usant LATEX pour mettre en forme ses articles et ainsi n’ayant pas non plus besoin de professionnels de l’édition!!!

CEDRAMLes pré-publications sont déposées de façon systématique dans Arxiv, Hal étant diversement approprié bien que les tutelles incitent fortement à sa généralisation. Les revues en maths ayant un facteur d’impact très faible, on observe chaque année la naissance de nouvelles initiatives éditoriales qui bénéficient de l’appui du centre de diffusion des revues académiques de mathématiques, CEDRAM. Il s’agit d’un portail d’accès commun à un ensemble de revues académiques de mathématiques porté par la Cellule MathDoc.7

Cette communauté œuvre à une plus grande maîtrise des modes de publications par les chercheurs. Le consensus autour de l’Open Access est assez large mais demeure la question de l’évaluation par les institutions. Pour Frédéric Chapoton « si les revues migrent vers l’Open Access, alors les institutions reconnaîtront ces publications« . Dans la même idée P. Wirtz avait signalé que le passage en libre accès de la revue Finance Contrôle Stratégie sur la plateforme Revues.org n’avait pas diminué « le ranking » de celle-ci.

VERS UNE OPEN EVALUATION ?

L’intervention rapide et volontairement provocatrice de Pablo Jensen, chercheur en physique, souhaitait ouvrir le débat vers un modèle d’évaluation de la recherche, à inventer, mettant le libre accès au cœur des pratiques. Les chercheurs font tout (écriture, évaluation) et doivent pourtant payer pour accéder aux articles via les abonnements aux revues. Peut-on imaginer un monde où les revues n’existeraient plus tout comme le système d’évaluation anonyme par les pairs ? Pablo Jensen proposait par exemple que les rapports d’expertise des articles soient connus de tous et pourquoi pas publiés directement dans Hal. Ainsi une discussion collective pourrait s’engager dont l’évaluation des articles découlerait. Une belle utopie!

Cette matinée n’était donc sous le signe des SHS mais il est bon parfois de regarder à côté pour éprouver vos choix et s’enrichir des pratiques des autres !

Avec l’aimable relecture d’Eric Verdeil et Anthony Pecqueux

  1. Chargé de recherche – CNRS, membre du laboratoire Environnement Ville et Société (Lyon) et responsable du Carnet Rumor []
  2. La documentation en ligne a été entièrement refondue. Elle est extrêmement complète : https://hal.archives-ouvertes.fr/page/documentation-generale []
  3. Il est d’usage de le limiter à 1 an pour les publications SHS []
  4. Par exemple avec le journal de données Algorythmes IPOL []
  5. Le Site COPE consacré aux règles éthiques pour la publication scientifique explicite clairement qu’il est impossible de soumettre un article déjà publié : http://publicationethics.org []
  6. Lien entre HAL et REPEC http://www.ccsd.cnrs.fr/support/content/HAL/repec.html []
  7. UMS CNRS et de l’Université Joseph Fourier []

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson – UMR Ambiances Architectures Urbanités – Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble.
Veille également sur Scoop-it : http://www.scoop.it/t/le-cresson-veille-et-recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Merci beaucoup Françoise pour ce nouveau billet très riche!
    Il apporte de belles nouvelles (la nouvelle version de HAL!), et pose plein de questions passionnantes (notamment cette question tout à la fois épineuse et séduisante d’une « open évaluation »)
    Il est plus que jamais nécessaire de ne pas uniformiser les différentes sciences et leurs cultures spécifiques, mais il est aussi plus que jamais nécessaire de connaître les pratiques de nos voisins et collègues!
    Anthony

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *