Rencontre avec Marion Froger, Mardi 7 octobre 2014 au Cresson

A l’occasion de sa venue pour le jury de la thèse de Laure Brayer1 , Marion Froger a prolongé son séjour et nous a honorés d’une présentation de ses travaux.

Marion Froger est professeure agrégée au Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal. Ses travaux et son enseignement croisent le cinéma et les sciences humaines et cherchent à comprendre ce que le cinéma dévoile de la formation du lien social, comme scène imaginaire du lien qui permet au spectateur de se lier aux personnes filmées et aux filmeurs, et comme pratique collective mettant en jeu des imaginaires sociaux. Elle dirige la revue Intermédialités : histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques depuis le 1er juillet 20132 . Elle a récemment publié Le cinéma à l’épreuve de la communauté, PUM, 2010 (Prix du Canada en sciences sociales 2011), et co-dirigé avec Djemaa Maazouzi « Inclure (le tiers)« , Intermédialités, numéro 21, printemps 2013.

revue

Pour préparer cette rencontre, un article de l’auteure avait circulé « Mitoyenneté dans le cinéma urbain de Johan van der Keuken »3

Qu’est-ce qu’un espace de mitoyenneté ? Ce n’est pas tout à fait un espace public, au sens où on l’entend habituellement ; c’est plutôt le lieu d’une expérience de sociabilité à la fois continuelle et précaire. Ce moment où le contact s’éprouve dans la perspective de sa rupture, cette distance entre nous qui nous fait pourtant tenir ensemble. C’est l’espace fondamental de la socialisation, pour un Isaac Joseph dont nous reprendrons les analyses afin de décrire le cinéma dit cosmopolite de Johan van der Keuken. D’Amsterdam à Groszny, Johan van der Keuken est l’un des rares cinéastes à filmer les villes en paix comme les villes en guerre, et à pouvoir ainsi montrer le coeur fragile de nos expériences sociales. Un des rares cinéastes à faire des films pour préserver l’attention au lien et promouvoir le souci de sa perte.

Son intervention a porté sur « Les dynamiques d’attachement au prisme des socialités imaginées du cinéma marseillais ».

Depuis, le terme « Intermédialité » me semble très présent dans les flux de veille !

Appel à communication : Colloque international « Intermédialité et transmédialité dans les pratiques artistiques contemporaines » Université de Gênes, 13-14 novembre 2015. Les propositions de communication (max. 300 mots), accompagnées d’une notice bio-bibliografique (max. 100 mots), sont à envoyer par courriel à : convegnointermedialità15@gmail.com, avant le 15 février 2015. Le comité scientifique fournira une réponse d’ici le 15 mars 2015.

Billet de blog : Donner à voir des écarts d’usages: l’exemple de l’intermédialité.

Journée d’études : Design, Art et Narration : l’intermédialité dans les dispositifs narratifs, 9 avril 2015

  1. Brillamment soutenue le 6 Octobre 2014 à l’ENSAG sur le thème des « Dispositifs filmiques & paysage urbain : la transformation ordinaire des lieux à travers le film » []
  2. Revue disponible en ligne en texte intégral sur la plateforme québécoise de périodiques électroniques jusqu’au Numéro 22, automne 2013 http://www.erudit.org/revue/im/2013/v/n22/index.html []
  3. Intermédialités : histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques, Numéro 14, automne 2009, p. 127-141. http://id.erudit.org/iderudit/044413ar []

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble. Veille également sur Scoop-it : http://www.scoop.it/t/le-cresson-veille-et-recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *