Jean-Yves

« Emmène-moi ! » L’expérience des itinéraires : suivre celui qui nous guide par le corps et la parole sur un territoire qu’il invente et construit par la mise en scène de son récit.

Notre ami Jean-Yves Petiteau est décédé jeudi 12 février 2015. Il comptait beaucoup pour nous, pour nos étudiants.

Le ponton, petit bout du Monde à Saint-Jean de Boiseau, où tout pouvait se reconstruire. (Photographie de Dorian Degoutte, alors étudiant à l’Ecole d’Art d’Annecy, dont l’itinéraire en mobylette à travers la France l’avait conduit jusqu’à faire une halte chez Jean-Yves.)

Le ponton, petit bout du Monde à Saint-Jean de Boiseau, où tout pouvait se reconstruire.
(Photographie de Dorian Degoutte, alors étudiant à l’Ecole d’Art d’Annecy, dont l’itinéraire en mobylette à travers la France l’avait conduit jusqu’à faire une halte chez Jean-Yves.)

 Jean-Yves Petiteau était sociologue. Depuis plus de 30 ans, il réalisait des itinéraires. Cette méthode, il la définissait comme étant :

Une démarche centrée sur l’écoute sensible de ceux qui interrogent dans leur culture et expérience quotidienne le territoire réel et imaginaire qu’ils habitent. Leur récit déstabilise tout travail d’enquête savante ou journalistique fondé sur le recueil d’un témoignage ou d’une opinion. Leur prise de parole inaugure par l’énonciation de références et contextes d’ordinaire négligés ou invisibles « un passage à l’acte » qui agence dans l’espace/temps des rapports qui construisent et ménagent un territoire.

Jean-Yves a été membre du LAUA à l’ENSA de Nantes puis du CRESSON. Il comptait beaucoup pour nous. Non seulement pour ses apports méthodologiques et théoriques, sur la marche, l’écoute et la parole, que nous mobilisions dans nos travaux dès que nous en avions l’occasion, mais surtout comme compagnon de route et ami fidèle.

Il menait depuis quelques années un travail pédagogique formidable avec Cherif Hanna et Saweta Clouet à l’ENSA de Nantes sur le territoire de l’Estuaire de Loire, entre Nantes et Saint-Nazaire.

Nous pensons beaucoup à sa fille, son fils. A tous ses amis et étudiants qu’il a tant écoutés.

* Pour un aperçu plus complet de la méthode des itinéraires, voir le chapitre de Jean-Yves Petiteau et d’Elisabeth Pasquier, « La méthode des itinéraires : récits et parcours » paru dans l’ouvrage collectif dirigé par Michèle Grosjean et Jean-Paul Thibaud, L’espace urbain en méthodes, Marseille, Éd. Parenthèses, 2001, pp. 63-77.

* Pour un aperçu du travail pédagogique récent, voir l’article de Cherif Hanna et Jean-Yves Petiteau, « Le projet n’est plus là où il était ! Projets participatifs et déplacement du rôle de l’architecte » in Lieux communs, les cahiers du LAUA, n° 17, « Les mondes de l’architecture », janvier 2015, pp. 258-262.

* Très récemment, le Master « Design urbain » de l’Institut d’Urbanisme de Grenoble a appliqué la méthode des itinéraires avec les habitants de la Villeneuve d’Échirolles

 

 

Pour citer ce billet : Nicolas Tixier, « Jean-Yves », Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 16 février 2015. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/9336

Nicolas Tixier

Nicolas Tixier est chercheur au laboratoire Cresson. Il enseigne à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble et à l’École Supérieure d’Art de l’Agglomération d’Annecy. Au sein du collectif BazarUrbain, il expérimente, dans le cadre de projets urbains, différentes formes de récits du lieu et de traversées du territoire. Depuis 2009, il est président de la Cinémathèque de Grenoble.

More Posts

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Acquier dit :

    Cette semaine, l’IUG a déposé le mémoire de Maïlys Toussaint, encadré par toi Nicolas, sur Dumas. http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01113266

    Jean-Yves Petiteau et l’expérience des itinéraires : itinéraires de dockers à Nantes, entre récits personnels et ambiance partagée. Humanities and Social Sciences. 2014.

    La méthode des itinéraires de Jean-Yves Petiteau est une méthode qui consiste à suivre une personne dans l’espace urbain et à le laisser nous guider pendant qu’il nous raconte son territoire. Suite à ce parcours, chercheur et photographe construisent ensemble un itinéraire : sorte de roman-photo qui témoigne du récit de la personne. Dans ce mémoire, nous nous questionnons sur la portée possible de cette méthode d’étude urbaine et de ses itinéraires : la méthode des itinéraires nous dévoile-t-elle des ambiances partagées et partageables ? Dans ce mémoire, nous tenterons de comprendre comment un individu peut devenir un décodeur du territoire, et comment la méthode pourrait permettre d’accéder aux informations qu’il a à nous livrer. Nous questionnerons également la possibilité de partager une ambiance, et de la transmettre à d’autres individus.

  2. Anthony Pecqueux dit :

    Merci pour cette référence précieuse Françoise, précieuse car c’est une pierre de plus à l’édifice de Jean-Yves et car elle nous rappelle également le stage de Maïlys en nos murs. & surtout un grand merci à Nicolas pour ces quelques mots et images à propos de Jean-Yves, essentiels en ce début de semaine, et en ce début d’année 2015 décidément bien noire… Anthony

  3. Nicolas Tixier dit :

    Maïlys a beaucoup travaillé durant son stage sur le livre en cours de Jean-Yves et de son ami photographe Bernard Renoud. Il est bien avancé. Nous devrions le finir cette année.

  4. Quentin Darcq dit :

    Je ne connaissais pas M. Petiteau mais je me joins à vous dans le souvenir de votre collègue et ami.

  5. Maïlys Toussaint dit :

    Triste nouvelle…
    Ce travail sur cette référence et sa méthode fut pour moi passionnant, inspirant, et continuera à l’être…
    Merci à Jean-Yves pour son travail, et merci à Nicolas de m’avoir mise sur cet itinéraire.

  6. Anthony Pecqueux dit :

    Je viens de lire le très beau texte de JYP avec Chérif Hanna dans le dernier n° de Lieux communs, que Nicolas conseillait en fin de billet. On trouve une trace plus longue de ce travail ici: http://issuu.com/estuaire2029/docs/livret_commun
    Il y est question d’une démarche pédagogique très intéressante, entre projet (architectural) et participation (habitante); d’un déplacement du rôle de l’architecte, à partir de la célèbre citation de Félix Guattari (l’architecte comme « artisan du vécu sensible et relationnel »), redéfini comme « intercesseur » ou « écoutant ».
    Quelques lignes glanées: « Participer, décrire, écouter, tenter d’expliciter une aventure participative est toujours une démarche expérimentale capable de problématiser l’inachèvement et l’unicité d’un processus. (…) Cette expérience met en dialogue deux aventures: celle de l’écoute et celle de l’habiter sur laquelle se négocie un projet. (…) Cette pédagogie situe le projet à la rencontre de trois plateaux: le lieu, les habitants et l’architecte. Chaque plateau produit des récits qui s’entremêlent ». & j’en passe

  7. Nicolas Tixier dit :

    Merci Anthony, leur association était très forte.
    Cherif a écrit aussi ce texte disponible sur le site de l’ENSA Nantes suite au décès de Jean-Yves. Beaucoup d’étudiants et d’ex-étudiants étaient là pour lui dire adieu jeudi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *