Ausculter l’environnement

NB: Ce billet est le premier d’une série à venir, intitulée Enquêtes dans la vallée du Vénéon : sons et rapports à l’environnement, autour de cette thématique générale d’auscultation de l’environnement, et plus précisément autour des enquêtes menées en 2014 dans la vallée du Vénéon par une équipe pluridisciplinaire.

Les problématiques à l’origine de ce PEPS1 sont somme toute assez banales, comme le constat d’un contexte de questionnement vif sur les relations entre sociétés et environnement. En effet, les frontières nature/culture apparaissent de plus en plus poreuses, et la prise en compte de l’environnement – dans toutes ses composantes : écologique, sociale, urbaine, construite, naturelle… – devient cruciale dans de nombreux domaines : l’aménagement du territoire, la gestion des risques, les activités de loisirs, etc. Les conséquences à tirer de ce constat peuvent commencer à dessiner des pistes plus originales. Notamment : la situation où une expertise isolée serait à même de dire le « tout » d’un phénomène, d’en tracer les limites et d’assurer sa prise en charge n’est plus possible. Comment prêter une attention resserrée aux phénomènes sans les catégoriser trop précocement, c’est-à-dire en optimisant le temps consacré à l’exploration collective, à l’intelligence mutuelle, à la définition de solutions innovantes et partagées?

 

Une attention resserrée aux phénomènes

C’est dans ce cadre que nous avons cherché, à partir de méthodes différentes et surtout en croisant les disciplines (architecture, anthropologie, hydrologie, sciences de la terre, sociologie, urbanisme, etc.), à examiner les différentes manières d’ausculter l’environnement – que ce soit pour agir sur l’environnement urbain ou se fondre dans un environnement familier. Sans donner a priori plus d’importance à l’une ou l’autre de ces activités : toutes participent de l’auscultation et par là sont susceptibles de donner consistance à des êtres dignes d’existence, dont il resterait à tracer les contours.

Extrait de Buzz a Buzz or The Bees, selon l'édition du Project Gutenberg (http://www.gutenberg.org/files/38902/38902-h/38902-h.htm)

L’auscultation, vue par Wilhelm Busch.                               Extrait de Buzz a Buzz or The Bees, selon l’édition du Project Gutenberg

En reprenant la métaphore issue de la clinique médicale (l’auscultation), nous avons voulu mettre l’accent sur ce moment antérieur à l’identification des causes et destiné à une exploration volontairement élargie des phénomènes. S’intéresser à de telles pratiques revient à revisiter, depuis l’angle de l’écoute et à partir des apports croisés des sciences humaines et sociales et des sciences de la terre, un long débat philosophique : la question des liens entre perception et action, au-delà d’une simple (et donc insuffisante) succession temporelle (il y aurait d’abord la perception, puis seulement l’action – selon le schéma behavioriste un peu caricatural, stimulus / réponse). Au-delà également d’une seule superposition entre ces deux dimensions, tout aussi problématique, où une perception serait forcément une action.

Ce projet s’intéresse ainsi à différentes pratiques d’auscultation de l’environnement, conduites de manière privilégiée à partir de la dimension sonore de l’environnement, pour au moins deux raisons. D’une part, différents travaux (et tout spécialement au sein du CRESSON) ont montré depuis une trentaine d’années l’intérêt de la dimension sensible/sonore pour explorer le rapport des sociétés à l’espace et à l’environnement. Dans ce cadre, certaines propositions récentes ont ouvert la question de la place de la dimension sonore de l’environnement dans la conduite de l’action, en tant qu’affordance des événements. D’autre part, les approches acoustiques de l’environnement se développent aussi au sein des sciences de la terre, comme la mesure des flux de charriage par acoustique passive dans les cours d’eau, technique développée au sein du LTHE.

 

Partager des perceptions

Dans ce cadre général, trois enjeux partagés, transversaux ont rapidement émergé. Le premier a trait au statut de la dimension sonore par rapport aux autres sens dans le cours du diagnostic sensible : si chacun a des arguments pour justifier de son intérêt pour le son, sa place relative par rapport à la vue, à l’odorat, au toucher, par exemple, reste peu explorée précisément. Dans un contexte nécessairement intersensoriel d’auscultation de l’environnement, la clarification de cette place – lui accorder ou non une spécificité, etc. – demeure de première importance.

Ensuite, la question du langage (du langage ordinaire aux catégories d’analyse) renvoie aux procédures employées pour faire d’un phénomène acoustique perçu un élément signifiant, partageable avec d’autres. Cela représente un enjeu déterminant tant pour l’ethnographe soucieux de rendre compte des activités des acteurs que pour l’hydrologue susceptible de rendre publiques certaines des émissions sonores de la rivière. Cela questionne la difficile corrélation entre l’évidence d’une perception et sa traduction dans le langage ordinaire, son partage avec d’autres (c’est toute la problématique de l’école d’Oxford et ses successeurs, de Wittgenstein à Cavell, en passant par Austin et Ryle).

Comment passer de l’écoute experte (qu’elle soit le fait de professionnels ou d’amateurs) qui reconnaît d’oreille la signature sonore d’un phénomène, à sa caractérisation partageable ? L’importance des métaphores dans l’auscultation clinique (tel un bruit abdominal « râpeux » ou « mat » selon les médecins) illustre cette difficulté et l’enjeu de trouver le langage qui permettrait, sinon de saisir, au moins de rendre compte de manière satisfaisante de la diversité du sensible2.

Enfin, en conséquence à cela, un troisième enjeu transverse concerne l’hypothèse que le langage qui sous-tend l’auscultation peut favoriser de nouvelles modalités d’action dès lors qu’il est moins admis dans sa dimension normative (i.e. élaboré par et pour les experts) et davantage adossé à des processus collectifs d’élaboration. Un langage en prise avec l’auscultation de l’environnement, ménageant une plus grande proximité avec un phénomène observé en situation, ouvre la possibilité d’un pilotage selon des valeurs émergentes et favorise la formulation de réponses innovantes ; c’est notamment le pari à l’œuvre du côté des hydrologues pour la session in vitro (voir ci-dessous).

 

Un dispositif de recherche interdisciplinaire

Si le sensible reste matière difficile à exprimer par le langage, il contribue à occasionner une forme d’égalisation des conditions, qui permet de mettre (relativement) en suspens l’opposition savoirs experts / profanes. Sur ces bases, nous avons expérimenté deux dispositifs méthodologiques complémentaires, pour une enquête autour du Vénéon, torrent de montagne situé dans l’Oisans (38). Nous avons choisi ce site dans la mesure d’une part où un hydrologue du projet y menait déjà des mesures subaquatiques pour ERDF, qui dispose de nombreuses installations hydrauliques dans cette vallée ; et d’autre part où cette dernière permettait de poser toutes les questions de recherche listées ci-dessus.

Le Vénéon depuis la Bérarde, fin de la route, début de la montagne (Photo: A. Pecqueux)

Le Vénéon depuis la Bérarde, fin de la route, début de la montagne (Photo: A. Pecqueux)

Le premier dispositif méthodologique, « Ausculter in vivo », consiste en une ethnographie sensible dans la vallée du Vénéon, spécialement auprès d’individus qui ont un rapport de pratique(s), régulier, au torrent : pratiquants de loisirs d’eau vive, pêcheurs, gardes du Parc National des Ecrins qui sillonnent la vallée et ses glaciers, gestionnaires d’ouvrages… Cette enquête vise à explorer de quelles manières ils « écoutent » voire « entendent » le torrent ; dans quelle mesure cela participe de l’orientation de leurs pratiques et activités ; ainsi que les façons dont ils partagent (ou non) ce rapport sensible à la rivière. Elle interroge aussi les autres dimensions sensorielles, afin d’éclairer comment l’écoute s’en distingue et/ou s’articule avec elles : on écoute sans doute en même temps qu’on observe la couleur de l’eau, la texture de l’écume occasionnée par le débit, qu’on respire certaines odeurs (humidité, terre, vase…), etc. Il s’agit, dans la lignée des parcours commentés (Thibaud, 2001), des go along (Kusenbach, 2003), voire de la méthode des itinéraires (E. Pasquier, J-Y Petiteau, 2001), d’accompagner les pratiques par des entretiens réalisés in situ avec les acteurs. Parallèlement et de façon complémentaire à ces entretiens, nous avons également procédé à des enregistrements sonores réguliers tout au long du Vénéon, ce dont rend compte la carte ci-dessous.

Carte des enregistrements sonores le long du Vénéon (crédits: juL McOisans)

Carte des enregistrements sonores le long du Vénéon (crédits: juL McOisans)

Cette perspective revient à chercher à approfondir ce que le sociologue Eric Doidy désigne comme le « sens de l’eau », à savoir un régime de familiarité avec l’eau, qui ne dépend pas de savoirs formalisés mais de gestes, de pratiques, de tâtonnements successifs, qui permettent d’« éprouver son environnement par l’exploration, la plus étroite proximité » (Doidy, 2003, « L’espace public en contexte : concertation et médiation en milieu rural », in Claudia Barril, Marion Carrel, Juan Carlos Guerrero et Alicia Marquez (dir.), Le public en action. Usages et limites de la notion d’espace public en sciences sociales, Paris, L’Harmattan, p. 206). Le but est alors de saisir l’attention à la rivière sous ses différentes dimensions : l’attention perceptive bien sûr, mais aussi l’attention au sens de préoccupation pour la rivière, à travers la question du travail du care à l’œuvre ici (Marie Garrau, Care et attention, Paris, PUF, 2014).

Le second dispositif méthodologique, « Ausculter in vitro », vise à questionner les modalités de partage de la dimension sonore de l’environnement, et celles du(des) langage(s) ad-hoc et/ou disponibles pour les acteurs. Pour cela, nous avons testé un dispositif expérimental basé sur l’écoute réactivée (Augoyard, 2001), et qui consiste à soumettre à la discussion en focus-groupe un ensemble d’éléments audiovisuels enregistrés sur le terrain. Nous avons mobilisé pour cela des enregistrements sonores et vidéographiques réalisés in situ, des enregistrements subaquatiques, ainsi que d’autres captés dans d’autres contextes (urbains, etc.) voire créés ad-hoc. Les personnes rassemblées pour s’exprimer sur ces auditions étaient des habitants ou professionnels de la vallée, souvent issus de l’enquête in vivo. Ce laboratoire de l’écoute et de son explicitation langagière a été piloté par Thomas Geay, l’hydrologue du projet réalisant des mesures subaquatiques dans le Vénéon et utilisant les outils de traitement du signal, dans la mesure où ce laboratoire (nous en faisions l’hypothèse) devait lui servir à comparer ses propres procédures de compte-rendu d’analyses auditives de la rivière avec celles déployées par les acteurs soucieux de la rivière. Entendent-ils les mêmes choses que lui ? Sont-ils capables de « s’entendre collectivement sur ce qu’ils entendent », et de le rendre partageable pour des tiers ? Mais encore : cette enquête collective pouvait-elle faire émerger de nouveaux critères pour guider ses propres mesures, toujours tâtonnantes ? Il y répondra dans un prochain billet.

Un laboratoire de l'écoute in situ: chercheurs en SHS et en Sciences de l'Univers à l'écoute des sons des cailloux (Photo: A. Pecqueux)

Un laboratoire de l’écoute in situ: chercheurs en SHS et en Sciences de la Terre à l’écoute des sons des cailloux du Vénéon (Photo: A. Pecqueux)

Pour conclure

Dans l’immédiat, pour clore la présentation de ce projet qui se pense avant tout comme un chantier de recherche, c’est à dessein que j’ai employé les termes de « laboratoire de l’écoute » ou d’« enquête collective » pour désigner cette dernière expérimentation. En effet, cela rejoint l’idée de Michel Callon d’un « site de problématisation et d’investigation » (2012), suscité par les sciences à partir du constat d’une inadéquation entre leur prétention et la réalité de leur opération. Ou, pour reprendre ces magnifiques termes « récents » d’Isaac Joseph quand il lie l’observation comme méthode et la réalisation d’une communauté d’enquêteurs (l’extension de l’enquête à des « non-scientifiques », ce qu’il appelait à la fin de sa vie « l’ethnographie coopérative ») :

L’observation est une arme pour une critique politique de l’activité scientifique, une arme dont les performances sont jugées publiquement, qui reproduit la communauté scientifique et y englobe constamment de nouveaux acteurs : indigènes, informateurs, collègues, commanditaires, journalistes, etc. C’est parce qu’elle présuppose un travail de coopération dans l’exploration, l’exposition et l’interprétation des résultats que l’observation est une arme contre les délices du corporatisme disciplinaire et académique. (Joseph, 2015)3

Un des objectifs d’une expérimentation comme celle que nous avons mené dans le Vénéon serait donc de réussir non seulement à écouter le torrent et les cailloux (comme le font les collègues hydrologues), mais aussi de les faire parler, ainsi que de faire parler l’écoute elle-même.

Pour citer ce billet : Pecqueux, Anthony, « Ausculter l’environnement», Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 3 mars 2015. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/9423
  1. Projet Exploratoire Premier Soutien, financé en 2014 par le CNRS (Mission à l’interdisciplinarité) et l’Université de Grenoble Alpes. []
  2. Dans un contexte général de « plurivers », au sein duquel chaque intervention / prélèvement / tentative de représentation ne peut constituer qu’un appauvrissement, qu’il s’agit d’assumer ; voir William James, Philosophie de l’expérience. Un univers pluraliste, Paris, Les empêcheurs de tourner en rond, 2007 : « Le terme ‘et’ traîne à la suite de chaque phrase. Quelque chose s’échappe toujours. ‘Jamais complètement’ doit être rappelé aux meilleures tentatives pour atteindre la globalité. Ainsi, le monde pluraliste ressemble plutôt à une république qu’à un empire ou un royaume », p. 212. []
  3. « Enquêter avec la main et par la vue, enquêter au cœur des transactions corps-milieu. (…) Nous explorons la ville avec nos mains, nos pieds, nos oreilles et nos yeux, dans un ordre de rencontres et d’événements pratiques et sensibles. En enquêtant sur notre environnement, nous le transformons et nous nous transformons nous-mêmes. Nous créons des postes d’observation, au sens où nous secouons la confiance naturelle sur laquelle repose notre rapport corporel aux choses et où nous perturbons l’engrenage de nos habitudes, ces schèmes incorporés qui assurent l’unité de l’organisme et de l’environnement ; mais en allant plus loin dans cette pratique réflexive, nous montons des équipes collectives d’enquêteurs, coopérant au sein d’observatoires-laboratoires ». []

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au CRESSON (UMR 1563 / Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble) Mail: anthony.pecqueux@grenoble.archi.fr Page personnelle: http://www.cresson.archi.fr/EQ/EQanthony.htm Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

More Posts

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Balay dit :

    Anthony
    As-tu prévu une histoire sonore de l’eau dans ton travail… ?
    Peut-on mettre un doctorant sur ce sujet ?

    PS: J’ai réussi à intéresser Jean-François en 1978 à partir d’un travail sur le son de l’eau à Claix, sud de Grenoble… J’ai aussi emmené Pascal sur ce terrain pour lui démontrer sonorité sociabilité urbanité.

    Olivier

  2. Anthony Pecqueux dit :

    Merci pour ton commentaire Olivier!
    Tu as mille fois raison, cette dimension serait essentielle… Parmi tant d’autres: nous avons soulevé tant un objet qu’un angle d’analyse qui nous ont passionné, mais qui mériteraient une (des) enquête(s) approfondie(s). Cette investigation historique fait partie des dimensions manquantes qui me semblent déterminantes…

  1. 7 avril 2015

    […] thématique générale d’auscultation de l’environnement, et plus précisément autour des ENQUÊTESmenées en 2014 dans la vallée du Vénéon par une équipe […]

  2. 20 avril 2015

    […] les temps du torrent : contextualisation de l’écoute », un article écrit par Laure Brayer, du laboratoire Cresson (plus d’informations en fin […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *