Une infinité de nuances de bruits colorés

Je me place pour une fois du point de vue de l’acousticien (ou, plus précisément, de la phénoménologie acoustique), davantage habitué à écouter & étudier les phénomènes sonores dans leurs dimensions architecturales (de quelques cm à quelques m), voire urbaines (jusqu’à quelques centaines de m) & qui se retrouve soudain confronté à la dimension d’une vallée de montagne (pas loin de 30km de longueur…).

Des premières écoutes exploratoires jusqu’aux ultimes réactivations, impossible d’échapper à cette évidence : le son du Vénéon ne correspond pas à l’imaginaire qu’on pourrait s’en faire a priori. Loin de l’image délicate & bucolique qu’on attendrait d’une petite rivière de montagne, on a ici, du haut en bas de la vallée, un grondement puissant & continu.


illustration 1 :  au lieu-dit le pont romain, confluence du Vénéon & de la Muene, son mesuré à 80dBA

A l’écoute des enregistrements, les gens interrogés évoquent « le son d’une autoroute », « d’une turbine », « du Crrrrrshhh de télé », « le bruit d’un chalumeau, d’une machine à laver » ou « une pluie battante sur une route »…
En acoustique, pour décrire ce genre de sons, on dispose des notions de bruit « blanc », « rose » ou « coloré » : des sons composés de la totalité des fréquences audibles, de plus ou moins égale intensité1. Or, ces évocations à connotation industrielle ou urbaine, & le fait même de parler de bruit (le bruit étant, dans le langage commun, la perception négative d’un phénomène sonore), créent une sorte de dissonance cognitive avec la perception pastorale & hédonique qu’on a globalement de cette vallée.
C’est autour de cette apparente contradiction que j’aimerais ici esquisser quelques pistes de réflexion : une première d’ordre local & une autre plus exo-disciplinaire (de la psychophysiologie à l’ethnomusicologie).

Le piège dans lequel on peut tomber assez aisément, lorsqu’on arpente la vallée pour y prélever des échantillons sonores de la rivière Vénéon, & qu’on a constaté la permanence de ce bruit, c’est d’en conclure un peu rapidement que « c’est partout pareil ». Or l’analyse comparative de ces échantillons montre qu’au contraire, il n’y en a pas deux identiques. Certes on a partout affaire à ce même bruit coloré, mais on constate alors l’infinie variété de ces colorations2.


illustration 2 : montage de 17 enregistrements du Vénéon pris depuis le glacier jusqu’à sa confluence avec la romanche

Je rappelle ici que, en acoustique des salles, on utilise le bruit blanc pour « mesurer » la « couleur » d’un espace, c’est-à-dire : on émet la totalité des fréquences audibles à une égale intensité & on enregistre le retour de chacune, plus ou moins réverbérée, atténuée, déformée, retardée, différenciée… par l’espace de propagation.
Là, tout au long de la vallée, non seulement la source (l’émission — le son de la rivière elle-même) n’est pas un bruit uniformément blanc, mais elle est, de plus, à chaque endroit, à chaque pas, à chaque instant modulée par un espace dont la complexité topométrique excède l’entendement humain. & donc le mesurage scientifique. C’est pourtant à partir de cette incommensurabilité des bruits colorés in situ que peuvent s’ébaucher des questionnements qui, au-delà de l’acoustique physique, nous entrainent vers les méandres de la psycho-perception, tant culturelle que neuronale.

Notons pour commencer que, si on ne se cantonne plus à prélever des échantillons sonores à certains points fixes, mais qu’on se met à cheminer dans la vallée, cette variabilité de propagation des différentes longueurs d’ondes qui constituent le son de la rivière, devient immédiatement perceptible : qu’on s’en éloigne ou s’en rapproche, qu’on passe derrière une butte ou un rocher, qu’on traverse un bosquet ou un village, ou simplement qu’on se tourne face ou dos au torrent, le filtrage de ces fréquences change & évolue sans cesse, de manière subtile, infinitésimale, mais néanmoins sensible dès lors qu’on y prête attention.
C’est d’ailleurs un phénomène si commun, base de notre faculté auditive d’orientation dans l’espace, que, justement, on y prête rarement attention.
Cette inattention de l’écoute est par ailleurs assez bien étudiée, que ce soit à travers la dimension de l' »ouïr » schaefferien, celle de l' »écoute flottante » psychanalytique ou plus prosaïquement celle de l’effet de « gommage » ou de « synecdoque » du Répertoire des effets sonores.
Sur place, la plupart des habitants interrogés le reconnaissent : ce son omniprésent, permanent & puissant ne constitue ni une gène ni un plaisir, on en prend conscience seulement dans les situations exceptionnelles de forte crue ou à l’inverse lorsque l’hiver la glace vient le faire taire. Est-ce à dire qu’il n’aurait aucun effet sur nos comportements ? Peut-être pas.

Une petite remarque, plusieurs fois incidemment itérée par diverses personnes lors des enquêtes : « on y dort bien », « ça me berce », « j’y ai fait des rêves »… a orienté ma curiosité vers des domaines où on s’intéresse aussi à ces bruits colorés.
En psychophysiologie, quelques expérimentations cliniques ont été menées, tendant à montrer l’influence de cette sorte de bruits sur la qualité du sommeil et/ou la faculté de concentration et/ou l’apaisement post-traumatique3.
Je n’en sais guère plus, si ce n’est que ces recherches semblent suggérer des corrélations entre les ondes (sonores) qui nous parviennent de l’extérieur et les ondes (cérébrales) qu’émettent nos neurones & synapses au cours des différents cycles d’activité de notre cerveau (veille, concentration, endormissement, sommeil, rêves…)4.


illustration 3 : exemples d’ondes alpha entre 300 et 309/312 Hz

Le fait que les bruits utilisés dans ces expériences soient souvent référencés comme « bruit de la mer » laisse entendre qu’il y aurait peut être aussi une dimension psycho-culturelle à ces effets mais la dimension proprement psycho-acoustique constitue elle-même tout un champ de recherche à explorer…

L’autre domaine vers lequel cette petite remarque récurrente sur l’apaisement que cela procure d’être baigné dans un flot brownien d’ondes sonores a entrainé ma curiosité, est plus délicat à aborder. J’ai retrouvé très peu de références précises & me base principalement sur quelques souvenirs, quelques anecdotes pour suggérer quelques hypothèses & ouvertures :
En musique & musicologie on s’intéresse assez peu à ces bruits blancs / roses / colorés, on est plutôt préoccupé à organiser ou étudier des ensembles de sons « pré-découpés » (en notes, en fréquences de résonnance de tel ou tel instrument, lui-même savamment mis au point par parfois des siècles de cultures, de pratiques & d’ajustements). Il existe pourtant un instrument qui produit ce type de son, communément utilisé aussi bien dans les orchestres classiques que dans la musique pop/rock/jazz & en musique traditionnelle (qu’on pense au pipe-band celtique ou aux fanfares provençales). Il s’agit bien sûr de la caisse-claire. tchk !

Mais c’est plutôt vers d’autres contrées, aux confins de pratiques musicales & sociales, voire spirituelles que j’aimerais tendre l’oreille :
Le bâton de pluie est un tube de bois rempli de coquillages qui, lorsqu’on le renverse, produit un bruit analogue à la pluie. Il est utilisé aussi bien en Amérique qu’en Afrique qu’en Mélanésie, à la fois comme instrument de musique que comme régulateur du tour de parole. chhhhhhh…


illustration 4 : bâton de pluie

Pour rester dans notre sujet, notons qu’au Chili on l’appelle « cascades ».

Passons ensuite sur tous les idiophones de type maraca, basés sur le même principe, pour évoquer un étrange petit instrument, très commun, même si « chez nous » il est plutôt considéré comme un outil à calmer les bébés que comme un instrument de musique :
La plupart des cérémonies chamaniques commencent par le son du hochet, dit-on, pour « purifier l’atmosphère ».  » Le cliquetis qu’émet le hochet détend l’esprit en douceur et diminue l’activité cérébrale, abaissant ainsi la barrière qui se trouve entre la perception du monde matériel et les domaines des réalités spirituelles. En clair il sert de pont entre les mondes (c’est pour cela que le son du hochet est si agréable aux bébés)5.

On le voit, l’étude des sciences occultes nous amène vers des considérations pas très éloignées de celles des sciences neuronales… tch-tch-tch-tch-tch…

Revenons maintenant vers notre rivière de montagne en faisant un petit détour : plusieurs amis sud-américains m’ont fait part d’une pratique chez certains peuples andins & amazoniens consistant à aller passer du temps près d’une rivière & de l’écouter jusqu’à être capable d’en entendre un nouveau chant. Et ce n’est que lorsque qu’on a mémorisé ce chant qu’on peut revenir au sein de la communauté pour le chanter. Cela peut paraitre anecdotique mais si on se souvient qu’on parle ici du son d’une rivière qui, acoustiquement, est formé de toutes les fréquences perceptibles, il me semble tout à fait crédible que l’esprit puisse y entendre & y discriminer certaines pour en former une combinaison sous forme de chant. chhhhhhhhhhhh…


illustration 5 — tirée d’une autre recherche (arch/art Bardonecchia-2004) : un artiste sonore, avec d’autres références, pratique ce même exercice près d’une rivière de montagne.

Pour terminer je voudrais évoquer sous forme de devinette une dernière occurrence de ce bruit coloré, encore plus commune que toutes celles mentionnées jusque là : savez-vous quel son produit l’onomatopée qu’on utilise pour intimer l’ordre à quelqu’un de se taire &/ou de se calmer (parfois accompagné du geste de poser son index sur la bouche) ?

Pour citer ce billet : McOisans, juL, « Une infinité de nuances de bruits colorés », Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 25 mars 2015. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/9554

 

  1. voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Bruits_colorés pour leurs définitions précises []
  2. Pour un approfondissement de cet effet de coloration, ainsi que, infra, ceux de filtrage, de gommage, synecdoque… etc. je renvoie au Répertoire des effets sonores publié par le CRESSON []
  3. Citons entre autres Spencer JA, Moran DJ, Lee A, Talbert D. White noise and sleep induction. Arch Dis Child 1990. ou Williamson JW. The effects of ocean sounds on sleep after coronary artery bypass graft surgery ; Am J Crit Care 1992 []
  4. Un bon résumé dans : 
Forgeot Brigitte. Les sons binauraux, effets cliniques et neuropsychologiques; perspectives d’applications. 
Université Paris 8 – Master 2 Recherche en psychologie clinique 2006 []
  5. http://www.paganguild.org/aubeseptiemelune/grimoire-chamanisme/chamanisme/outilscham.htm []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Merci pour cet excellent billet juL!
    Tu ouvres de multiples pistes… Celle qui m’est la plus familière est la piste anthropologique et le lien entre rivière et chant. Il y a des éléments à ce propos dans le livre de David Abram que Laure citait. Il y a d’autres éléments, en Mongolie cette fois, dans les travaux de Laurent Legrain, déjà dans cet article, et surtout dans son tout récent et très beau livre, dont je vais essayer de faire un compte-rendu bientôt dans LCVR
    A suivre!

  2. Laure Brayer dit :

    De la vallée du Vénéon à la Corée du Sud, le bruit coloré fait des adeptes ! C’est en tout cas l’objet de la deuxième partie de l’émission « Partout ailleurs » (chronique d’Eric Valmir sur France Inter), qui présentait ce soir les principaux résultats d’une étude coréenne montrant l’impact du bruit blanc sur la concentration des étudiants et l’apaisement des nourrissons.

  3. Anthony Pecqueux dit :

    Mince, je croyais que tu nous annonçais la fin de la grève à France Inter!! Merci pour l’info, et vive le service public de la radio!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *