Le son de l’ambiance des langues

Un petit billet de publicité pour vous annoncer qu’est mis en ligne, sur le site du Réseau International Ambiances, « The Sound of the Ambiance of Languages/Le son de l’ambiance des langues », le film d’un projet audiovisuel que nous avons réalisé avec Valerio Signorelli (architecte, docteur en « Territorial Design and Government » (Politecnico di Milano Dept. Architecture and Urban Studies), chercheur associé au Crenau – UMR CNRS 1563 « Ambiances Architecturales et Urbaines », école nationale supérieure d’architecture de Nantes).

En répondant à l’invitation de Jean-Paul Thibaud et Daniel Siret lors du 1er séminaire du GDRI Ambiances en traduction (Nantes, 9-12 sept. 2014), nous nous sommes engagés dans une exploration audiovisuelle de la traduction au détour de la poésie, celle de Rainer Maria Rilke, et de la vocalisation multilingue d’une lecture dans l’ambiance urbaine.

« Que ce soit le chant d’une lampe ou bien la voix de la tempête, que ce soit le souffle du soir ou le gémissement de la mer, qui t’environne – toujours veille derrière toi une ample mélodie, tissée de mille voix, dans laquelle ton solo n’a sa place que de temps à autre. Savoir à quel moment c’est à toi d’attaquer, voilà le secret de ta solitude : tout comme l’art du vrai commerce c’est : de la hauteur des mots se laisser choir dans la mélodie une et commune. » Rainer Maria Rilke, Notes sur la mélodie des choses (XVI). Paris, Éditions Allia, 2014.

Ce film articule trois modes du processus de sa réalisation. Dans un premier temps il donne à entendre la sonorité des langues (allemand, anglais, arabe (Égypte), danois, espagnol, italien, français, grec, portugais (Brésil)). Ensuite, il cultive une attention toute particulière à la mise en corps déployée pour prêter sa voix à l’ambiance, cette fragilité et force à la fois de la présence. Enfin, en proposant des variations autour de l’image et du son, il tente l’expérience du jeu des liens entre visuel et sonore.

Ce projet – réalisé en 48h et entrainant avec nous 9 chercheurs membres du Réseau International Ambiances (encore merci à eux) – a été l’occasion d’une collaboration inédite qui se poursuit aujourd’hui et donnera lieu à la présentation d’un nouveau projet, en mai 2015, lors de l’exposition autour de la recherche « Péri-ville invisible ? Enjeux et outils d’un urbanisme descriptif » (LAUA, 2014, dans le cadre : Les grandes actions du PUCA : Du périurbain à l’urbain) à l’ENSA Paris-Malaquais. À suivre!


Aurore Bonnet et Françoise Acquier

Aurore Bonnet est chercheuse associée au Crenau - UMR CNRS 1563 "Ambiances Architectures et Urbanités", à l'école nationale supérieure d'architecture de Nantes. Françoise Acquier est documentaliste au Cresson - UMR CNRS 1563 "Ambiances Architectures et Urbanités", à l'école nationale supérieure d'architecture de Grenoble.

More Posts

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Merci Aurore, et Valerio
    Coïncidence amusante: Corinna Coulmas, philosophe que j’ai découverte récemment (cf. http://sco.lt/98fO1B), s’appuie beaucoup sur le Rilke de la Mélodie des choses dans son bouquin sur le son
    bonnes suites à tous les 2
    Anthony

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *