Psychologie, éducation et ambiances – pistes d’une rencontre

Après un stage de six mois au CRESSON, le moment de mon départ est arrivé. J’ai eu la chance de pouvoir présenter une partie de mon travail dans un Déjeuner CRESSON le 02 avril 2015, ce qui m’a donné la possibilité de partager des idées avec le laboratoire. En tant que psychologue dans une école d’architecture, je suis entré en contact avec divers champs de connaissance, savoir-faire et pratiques, qui m’ont permis de changer mon regard sur la relation entre le sujet et son milieu et, en particulier, en mettant davantage l’accent sur le milieu, l’environnement, les ambiances. Au bout de ces 6 mois, qui sont passés assez vite, j’essaie de parler de ce qui me semble le plus important à partir du stage, en particulier un dialogue théorique, qui doit encore être développé.

Je suis arrivé le 14 Octobre 2014, à Grenoble, sans connaître l’Europe et ne parlant que peu le français. Dès le lendemain, j’ai rencontré  Jean-Paul Thibaud, pour un premier rendez-vous, qui m’a accompagné durant ce stage. Le but de ce dernier : étudier la théorie des ambiances et discuter des méthodes de recherche, celles liées en particulier à l’idée de parcours commenté, de l’ethnographie et de l’espace, aux méthodes de recherche in situ.

Ribeirão Preto

Ribeirão Preto

 

Présentation générale

Je suis psychologue et je fais une thèse de doctorat à l’Université de São Paulo (Brésil) sous la direction de la professeure Ana Paula Soares da Silva, lié au groupe SEITERRA (Subjectivité, Éducation et Enfance dans les Territoires de Reforme Agraire)1. Le titre de ma recherche est « Constitution du sujet professeur en milieu rural et appropriation de l’espace rural », et je suis inscrit en doctorat depuis Mai 2014. Pendant la planification de la recherche, l’intérêt initial était d’étudier des pratiques d’éducation significatives pour les étudiants – liée à leurs intérêts, leurs volontés et leurs vies. En discutant de ces thématiques, on a parlé du rôle que l’espace pourrait jouer pour l’éducation. Ces discussions nous ont amené à travailler ensemble les contextes et les thèmes avec lesquels Ana travaille – la pratique enseignante et le rapport avec l’espace. On a construit le projet de thèse, qui a pour objectif d’enquêter sur la relation entre la constitution du sujet professeur d’école rurale, à travers sa pratique d’enseignant, et l’appropriation de l’espace dans lequel il évolue : le milieu rural.

La perspective théorique qui guide la compréhension de la constitution du sujet est d’ordre historique-culturel, en particulier les contributions de Vygotski (1998, 2000a, 2000b), en articulation avec d’autres concepts de la psychologie, notamment celui d’appropriation de l’espace, plus particulièrement développé et utilisé en psychologie environnementale (Valera, 1996 ; Vidal, Pol, 2005). Nous partons de la thèse que la constitution du professeur d’école rurale est conditionnée, par le biais de son activité d’enseignement et parmi d’autres éléments, par la manière dont il signifie et s’approprie l’espace rural.

Cette logique de la recherche nous a posé des défis méthodologiques – comment étudier les rapports entre l’appropriation de l’espace et la pratique du professeur ? Comment saisir ses relations à partir d’un point de vue processuel (de la constitution de la subjectivité du professeur) ? En essayant d’étudier le processus de constitution du professeur et son rapport à l’espace, nous avons développé une méthode constituée par :

  • Un entretien individuel avec chaque professeur, ayant pour objectif d’examiner certains aspects de sa trajectoire personnelle et sa relation avec le milieu rural ;
  • Des parcours commentés, inspirés de la proposition de Jean-Paul Thibaud (2001), et des itinéraires inspirés de la proposition de Jean-Yves Petiteau et Elisabeth Pasquier (2001), au cours desquels le chercheur et le participant cheminent ensemble dans le milieu ambiant tandis qu’est conduit un entretien et que les éléments importants sont photographiés. Deux parcours différents seront réalisés avec chaque professeur, au début et en fin d’année scolaire : le premier de chez lui jusqu’à son école ; le second en prenant l’école comme point de départ ;
  • Le suivi d’un module d’activités par semestre de chaque professeur, ayant pour objectif d’observer si et comment le lieu apparaît dans la pratique d’enseignement.

Le travail de terrain aura lieu pendant une année scolaire (2015), qui, au Brésil, va de février jusqu’à Décembre, avec des congés en juillet. Comme je n’ai pas pu commencer le terrain en 2014, j’ai essayé de faire une bonne préparation en amont, et c’est ce qui m’a amené au CRESSON.

Une école

École rurale au Brésil

Perspective théorique

Lev Vygotski

Lev Vygotski

Nous nous appuyons sur la perspective historique-culturelle en Psychologie, et spécialement sur l’œuvre de l’auteur russe Lev Vygotski (1896-1934) (Vygotski, 1998, 2000a, 2000b). Vygotski est un auteur de base marxienne et il a développé une compréhension de l’être humain comme intrinsèquement lié à la culture, au moment historique où il vit. Selon lui, le sujet est compris de façon située, contextuelle, comme participant d’un groupe social, et le développement humain se passe à travers l’interaction avec les autres et la culture. Dans le processus de développement, il y aurait un mouvement d’appropriation, d’internalisation de l’univers culturel – on comprend que les fonctions psychologiques du sujet suivent un chemin qui va de l’externe (social) vers l’interne (individuel). Selon Vygotski (2000b, p. 33), l’être humain est « l’ensemble des relations sociales incarné dans l’individu ». Donc sa conception de l’être humain est avant tout sociale : le sujet se constitue dans des contextes sociaux qui sont eux-mêmes des résultats des actions concrètes des êtres humains, qui construisent ses façons de vivre. Comme Zanella (2004) le souligne, ce procès reconnait un monde matériel dont l’existence précède l’homme et, en même temps, à travers l’action humaine, la nature n’est plus « nature en soi », elle est signifiée, connaissable.

Et dans les processus d’internalisation de l’univers culturel, le sujet transforme, à travers ses activités, cet univers et, en même temps, constitue sa subjectivité (Molon, 2011 ; Zanella, 2004). Le sujet est en même temps un produit et un producteur de culture. L’internalisation n’est pas passive ; le sujet peut être en désaccord, accepter, aller au-delà des significations déjà présentes dans son milieu (Zanella, 2004). Il s’agit d’une relation dialectique dans laquelle le sujet, quand il agit dans le monde, transforme ce monde, constitue aussi sa subjectivité, ce qui se reflète dans ses formes d’être et d’agir.

Cette reconstruction interne d’aspects du monde social a lieu, en grande partie, à travers la médiation sémiotique, c’est-à-dire l’internalisation d’outils et de signes présents au milieu social (Vygotski, 1998, 2000a). D’après Vygotski (1998, 2000a), nos relations avec le monde ne sont pas directes, mais médiées par des signes, qui ont des significations sociales et orientent nos façons de voir le monde.

Donc Vygotski conçoit l’individu comme participant de situations sociales et en contact avec un univers culturel. Il décrit l’expérience (le vécu) comme l’unité d’analyse de la relation interne entre la conscience/personnalité et le milieu (Toassa, 2009). L’expérience est décrite comme l’unité de la conscience, qui fait la médiation des influences du milieu sur le développement individuel.

Cependant, Vygotski n’a pas travaillé les notions d’espace ou de milieu; or le milieu a des influences sur le sujet, et c’est un aspect que le stage m’a permis de commencer à approfondir dans mes études, en particulier avec la notion d’ambiance.

Pistes de relations entre ambiances & psychologie

Pendant mon stage, j’ai pu étudier les bases théoriques de la notion d’ambiance, diverses œuvres et travaux développés surtout au sein du CRESSON. Je trouve qu’il s’agit d’un premier pas pour établir des relations avec les théories et pratiques que nous étudions dans mon équipe de recherche au Brésil. Si là-bas notre focus est le sujet et ses rapports avec l’espace et la culture, ici j’ai pu orienter mon regard plus fortement vers l’espace habité, construit, chargé émotionnellement, déployant une ambiance. Donc ce processus rend possible de poser quelques questions, pistes possibles, sans donner des réponses…

Un premier point qui pourrait être intéressant est la culture qui, pour Vygotski, est centrale: il est impossible selon lui de comprendre les actions comme détachées de la culture. Dans la notion d’ambiance on donne une grande importance au senti – compris comme immédiat, préconscient (Thibaud, 2004). Comment peut-on alors établir des relations entre ces points de vue, pensées sur le culturel et le ressenti ?

En même temps, je pense que la notion d’ambiance peut offrir de bonnes pistes pour remplir la notion d’espace dans une compréhension historique-culturelle. Spécialement, je pense que la compréhension de l’émotion à partir des petites variations (Gil, 2000 ; Thibaud, 2004) et de la qualité diffuse, enveloppante des ambiances, qui sont partagées, nous influencent, non d’une manière déterministe, mais plutôt située.

Donc je pose la question de comment comprendre les rapports entre l’expérience vécue par le sujet et le milieu, en les considérant comme intrinsèquement sociaux. Je n’ai pas de réponse à cette question, mais je pense qu’il faut avoir diverses recherches et regards sur le sujet, le milieu et, surtout, les échanges présents. Et, à partir du stage, je valorise encore plus les échanges interdisciplinaires qui m’ont, par exemple, attiré l’attention vers l’aménagement, l’espace construit, les intentions présentes lorsqu’on planifie un lieu, et ses usages quotidiens.

Pour conclure

Après mon parcours au CRESSON, je peux voir un processus de développement plein de courbes, allers et retours, différentes possibilités de travail et compréhension du monde. C’est difficile à décrire, mais j’ai pu voir un ensemble de recherches qui, bien que très différentes, ont des points en commun et permettent divers regards vers le monde, ses usages et possibilités. Je pars en pensant que six mois est trop peu de temps pour construire des rapports théoriques consistants – et, bien sûr, ce n’est pas un parcours terminé. Je voudrais remercier vivement toutes les personnes qui m’ont accueilli au CRESSON, pour la possibilité de partager des expériences et connaissances, en voulant continuer ces relations et échanges. Donc… à bientôt !

Bibliographie :

MOLON, S. I. Subjetividade e constituição do sujeito em Vygotsky. 2ª ed. Petrópolis: Vozes, 2009.

PETITEAU, J. Y. & PASQUIER, E. La méthode des itinéraires. In: M. GROSJEAN; J. P. THIBAUD (eds.), L’espace urbain en méthodes. Marseille: Parenthèses, 2001.

THIBAUD, J. P. (2004). De la qualité diffuse aux ambiances situées. La croyance et l’enquête. Paris, Éditions de l’EHESS.

THIBAUD, J. P. “Petite Archéologie de la Notion d’Ambiance” (2012). Communication, 90.

THIBAUD, J. P. La méthode des parcours commentés. In: M. GROSJEAN; J. P. THIBAUD (eds.), L’espace urbain en méthodes. Marseille: Parenthèses, 2001.

TOASSA, G. Emoções e vivências em Vigotski: investigação para uma perspectiva histórico-cultural (Thèse – doctorat). Universidade de São Paulo, São Paulo, 2009.

VIGOTSKI, L. S. A construção do pensamento e da linguagem. São Paulo: Martins Fontes, 2000a.

VIGOTSKI, L. S. Manuscrito de 1929. Educação & Sociedade, ano XXI, nº 71, 2000b.

VYGOTSKY, L. S. A formação social da mente. 6ª ed. São Paulo: Martins Fontes, 1998.

ZANELLA, A. V. Atividade, significação e constituição do sujeito: considerações à luz da Psicologia Histórico-Cultural. Psicol. estud., Maringá, v. 9, n. 1, 2004.

 

Pour citer ce billet : Pinheiro, Ricardo Lana, « Psychologie, éducation et ambiances – pistes d’une rencontre », Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 30 avril 2015. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/9689

 

  1. Je remercie à la FAPESP (Fondation de Soutien à la Recherche de l’État de São Paulo) pour le financement de la recherche et du stage []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Un grand merci pour ce beau billet Ricardo! et surtout bon vent sur ton terrain désormais!
    J’espère que tu reviendras poster un billet ici dans un an, avec cette expérience de terrain, et j’espère également la lecture des écrits de John Dewey sur l’éducation comme expérience, qui devraient t’aider à poursuivre ce dialogue
    Anthony

    • Ricardo Lana Pinheiro dit :

      Merci beaucoup, Anthony! Je suis en train de faire le travail de terrain, et il est sans doute plus riche après mon expérience au CRESSON. Je garde avec moi tes mots et j’espère continuer le dialogue avec vous.
      Ricardo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *