Cheminant la 900

Texte rédigé par Patrick Romieu à l’occasion du Déjeuner du Laboratoire Cresson du mardi 5 mai 2015, remanié en févier 2016.

Je m’attacherai à montrer lors de cet échange informel que je souhaite décontracté comment l’observation récurrente ou obstinée d’un trajet quotidien m’a permis de remettre en perspective certaines de mes préoccupations théoriques et méthodologiques du moment. Je présente ici les grands traits de ce que je souhaite évoquer. Ceci n’est donc pas un article mais un simple billet d’atmosphère. J’aimerais qu’il soit ainsi lu.

1 Ethnographie de soi et quotidien

1.1 La Départementale 900

Depuis le mois de juillet 2014 j’ai volontairement et totalement délaissé le mode automobile de déplacement entre mon domicile et la ville près de laquelle j’habite, à savoir Digne les Bains. Ce sont près de 9 kilomètres aller/retour que j’effectue presque quotidiennement sur une route départementale distribuant les accès à des villages dont le plus éloigné se trouve à 15 kilomètres. La route propose également la direction de la petite ville de Barcelonnette, de la touristique Vallée de l’Ubaye, comme des stations de ski et de la frontière italienne. Mon espace habité peut s’assimiler à une frange urbaine. Ma demeure, de type ancienne grande ferme de Haute Provence est dressée dans une forêt de pins noirs d’Autriche plantés au tout début du XX° siècle et le sentiment d’immersion naturelle pourrait être parfait si la résidence ne se situait en bordure de la route départementale 900.

1.2 Conditions d’expérience

Un piéton jeté sur une route départementale se trouve plongé dans un milieu immédiatement hostile où la peur de l’accident et la vigilance accrue représentent les données premières de l’expérience. J’ai choisi d’augmenter d’un relevé continu d’expérience spatiale et ambiantale fondé sur le quotidien, ce parcours nécessaire d’habitant d’une observation de longue durée. La variabilité des modes d’écoute allant de la simple vigilance au sentiment esthétique, mais aussi les variations saisonnières, les horaires et leur contexte diffus en constituent l’essentiel. Les rapports à l’automobile très souvent croisée deviennent dés lors déterminants. Ils sont les garants de mon intégrité physique mais révèlent également de nombreux sous-espaces sonores, des effets parfois incongrus, des stratégies appropriées de cheminement, des accélérations déambulatoires, des anticipations allant avec des instants purement esthétiques. Ces derniers sont volontiers nocturnes pour l’écoute de la chouette ou du grognement des sangliers. Le parcours se réalise en solitaire ou en mode accompagné d’une personne, pour des raisons évidentes de sécurité. L’attention portée à l’environnement varie fortement en fonction de l’imposition ou du choix modal. Le cheminement propose peu de rencontres. Ce n’est pas le lieu. Il s’agit foncièrement d’un espace automobile avec des bas-côtés possibles bien que non prévus pour la marche. J’en suis aujourd’hui à près de 900 kilomètres de souliers domicile/ville. Depuis le 10 juillet 2014 trois véhicules en tout et pour tout se sont arrêtés ; leurs conducteurs m’ont proposé une prise en charge. J’ai refusé à chaque fois. Je refuse plus difficilement l’invitation proposée par des connaissances ou des amis, surtout lorsque l’état de fatigue, les conditions météo ou d’autres obligations l’exigent. A chaque fois, le fait de quitter l’asphalte, d’intégrer un intérieur automobile, d’engager immédiatement une conversation représentent de fortes ruptures d’ambiance, des déconnections sensorielles et cognitives tranchées. Je prends soin de noter à mon arrivée les sentiments éprouvés, les évocations qui s’imposent facilement à l’esprit. Je soigne ma phrase, me montrant attentif aux cristallisations sémantiques, aux impositions discursives, en un mot au prêt à dire qui s’impose si facilement. Je tente d’être créatif a minima. Je vise en effet la relation la plus immédiate possible à l’expérience vive. Il va de soi que ce n’est pas toujours aisé et l’exercice n’est heureusement pas systématique. La simple fatigue peut l’emporter.

1.3 Variations

Au fil du temps – cela fait aujourd’hui dix mois l’expérience paraît plus riche. L’espace liminaire de la ville en sa sortie nord, traversé par la 900, présente le plus vaste et plus ancien cimetière de la ville. Pour accéder ou sortir de l’espace urbain on doit soit traverser ce cimetière dans une de ses parties, soit conserver le cheminement sur la route. A l’écoute, les murs des deux fragments/cimetières grossissent énormément l’image sonore et induisent un sentiment d’oppression tenace éprouvé en raison de la configuration étroite où seul un petit trottoir de cinquante centimètres de large assure le passage piéton. La pluie, la neige, le froid proposent des chants tout à fait singuliers, très éprouvants.

J’ai nommé ce passage le Goulot de la Mort, ce qui n’a franchement rien d’original mais semble faire consensus auprès des usagers et des habitants. C’est l’évidence même. L’expérience me semble plus intense dans le sens ville/domicile. A hauteur d’un petit espace-­parking aménagé pour l’accessibilité au cimetière, le dégagement élargit soudain pour le piéton l’espace auditif et permet de saisir finement les variations minimes de la réverbération, les effets d’échelle coextensifs du rétrécissement de la vallée à cet endroit, la faible densité de l’habitat vivant et la variabilité des sources sonores : circulation automobile en proximité, aboiements de chiens plutôt perceptibles en vespéral ou en nocturne, oiseaux du printemps, grillons estivaux. La lutte ferme engagée entre l’effet urbain automobile et l’offre paysagère naturelle, laquelle va qualifier l’ensemble du parcours, s’inaugure fortement de ce décrochage.

Départementale 900 . Le Goulot de la Mort, ainsi baptisé par ce début de recherche, anciennement Montée de l’Octroie, sens domicile/ville, instant peu circulé de début d’après midi, aux alentours de 15 h. Janvier 2015

Départementale 900 . Le Goulot de la Mort, ainsi baptisé par ce début de recherche, anciennement Montée de l’Octroie, sens domicile/ville, instant peu circulé de début d’après midi, aux alentours de 15 h. Janvier 2015

Pour mon cheminement deux possibilités s’offrent à moi : soit augmenter sérieusement le risque d’accident en demeurant sur la voie de circulation, bien peu agrémentée de son petit trottoir et où le risque de chute semble important – ne pas oublier que je suis souvent assez chargé ‐ soit choisir la traversée du cimetière qui m’offre alors une voie piétonne possible en parallèle, alors rêveuse et douce. Toutefois les portes ferment à 17 h l’hiver, ce qui est peu pratique et parfois anxiogène, il faut l’admettre. Depuis le mois de décembre 2014 je suis obligé de passer devant la tombe d’une très bonne amie qui inhumée en ce lieu. Elle savait de son vivant que je parcourais ce trajet, connaissait mes préoccupations de chercheur aux aguets, mon goût de la blague et de l’humour, et m’a demandé avant sa mort d’avoir une petite pensée pour elle en traversant le lieu. Lorsque j’opte pour ce choix de traversée j’assume par fidélité amicale posthume quelques décrochages cognitifs nostalgiques. J’ai souvent mis en balance l’option dangereuse de la route avec risque de renversement suivi d’une arrivée anticipée au caveau familial, lui même distant de 70 mètres environ, et l’option d’une petite conversation avec l’au-delà, certainement moins dangereuse.

Je m’arrête donc assez souvent, j’arrange un peu la tombe de mon amie, je m’assois parfois quelques instants selon l’air du temps. J’ai mes paniers à provision ou une sacoche. Je le dépose. Quelques dizaines de mètres plus haut c’est le caveau de famille précédemment cité. Aux alentours quelques amis sont déjà là sous le béton. Il faut parfois reprendre son souffle en s’efforçant de dégager de belles pensées car les ambiances nocturnes de novembre et leurs attaques sur l’intégrité psychique ne doivent pas être sous estimées ! C’est un peu l’instant rock’n roll de la traversée ! Pour le trajet routier le piéton est bien sûr infiniment plus fragile que l’automobiliste dont l’expérience se spatialisera d’une toute autre manière, comme je ne manque pas de le remarquer lorsque l’occasion se présente. Je dois d’ailleurs comparer de beaucoup plus près ces deux types de traversée et un protocole méthodologique sera bientôt prêt, je l’espère. En voiture donc !

Un questionnement plutôt banal sur la traversée automobile de mon trajet m’a déjà beaucoup apporté en termes de compréhension globale des deux modes de déplacement. C’est dans ce type de situation que l’on entrevoit clairement les effets anxiolytiques de la réflexion théorique, que l’on éprouve physiquement les rendements psycho-­dynamiques d’une problématique fortement investie selon la modalité un peu sauvage que j’attache scrupuleusement à toutes mes recherches. Le cadre choisi s’énonce sans grande difficulté : c’est celui d’une anthropologie souvent domiciliaire mais toujours viscérale en ses premiers contacts, toujours de pleine vie comme on dit de plein vent, relativement autonome des enjeux académiques immédiats tout en restant sous le contrôle et la vigilance des pairs, sans lesquels, comme nous le savons tous, il n’y a pas de scientificité possible. Ce type de rumination, ou de mauvaise foi, m’est souvent utile pour le chemin.

Et puis ça change subitement. La route est en effet celle qui conduit aux Trois Évêchés, au massif de l’Estrop et le mardi 24 mars au matin il fait beau, je suis sur ma terrasse, je corrige des travaux écrits. Vers 11h j’entends, en provenance de Digne, une belle sirène de police. Je pense immédiatement à la réverbération et au traçage sonore exemplaire, lequel se dessine soudain dans un espace acoustique sensiblement élargi. J’attends et pré-entends presque la belle émergence qui devrait se réaliser devant chez moi. Je ne suis en effet éloigné que de 150 mètres environ de la route. La voiture de police passe comme prévu, à belle allure, un peu vite cependant. Cela recommence cinq minutes plus tard : un gros accident de circulation certainement, car ce type de fondu -enchainé – fondu-déchainé en l’occurrence – est ici très rare. Les voitures-­sirènes se font soudain plus nombreuses, il y a une excitation palpable dans l’air. Je suis aux anges, tout à l’écoute. Un hélicoptère passe au-dessus de la maison. Je pense alors que l’on a déclaré la guerre aux loups et je m’en attriste. Qui est sauvage ?

2. Géographicités

Je pense dès lors et très vite attentat – comment l’éviter ? – mais tout bien réfléchi il apparaît évident qu’il n’y a que des montagnes en direction de l’Italie, une petite ville, des villages plus ou moins importants. Que faire sauter, qu’attaquer, si ce n’est la forêt et les rochers ? Je guette les informations de 13 heures à la radio, j’apprends l’accident de l’A320 de la Germanwings. Les déchirures acoustiques s’expliquent. Et la bande-média se mettra dés lors en route et pour longtemps, concurrente éprouvante de l’expérience directe à laquelle je suis convié, la doublant, la dépassant, la contredisant de mille manières. Malgré l’évidence du drame, ma problématique engagée depuis des mois prend inévitablement une autre tonalité. Une forme de destin théorique. L’espace thanatologique se diffuse au nord-­est en élaborant de drôles d’anastomoses spatiales. A n’en pas douter je suis bien dedans, cela me concerne, et ma petite 900 que j’ai presque considérée comme mienne s’agite dans tous les sens, devenant soudain tout autre, presque étrangère. Il semble que les chevreuils n’aient plus leur place, qu’ils n’aient même jamais été entrevus de personne aux abords de de la rivière, elle même toute proche de la 900. Une verticalité sombre vient de rogner l’horizontalité des déplacements habituels, jusqu’à l’effacer. Les altitudes – c’est en effet par là que quelques avions sont déjà tombés dans les années d’après guerre, c’est par là que les extraterrestres en provenance de la planète Ummo auraient établi leur base en mars 1950, le 28 mars précisément si l’on en croit certains, épris de poésie spatiale et fort nombreux sur la Toile, c’est par là l’Italie, les cendres de Gramsci, Roma de Fellini, le tombeau de Cesare Pavese, mes amis de Pise. Voici que j’appréhende sérieusement de marcher sur cette 900 et c’est pourtant ce que j’ai fait sans hésiter, en pleine nuit, le soir du mercredi de janvier, pour rejoindre le rassemblement spontané de la stupeur faisant suie à l’attentat parisien. Et Paris n’est pas Rome, encore moins à cette heure.

A trente kilomètres de chez moi le petit village du Vernet, fort d’une centaine d’habitants à cette saison, s’autoproclame Centre du Monde, s’apprête à recevoir le président de la République et les responsables politiques des pays concernés par la catastrophe aérienne. Le rassemblement se fera à Seyne les Alpes. Ma 900 voit passer ­‐ et laisse passer ‐ des centaines de véhicules de secours, rouges. Les jours suivants ce seront des corbillards, noirs, que personne n’a encore jamais vus, et qui sont plus noirs que le noir. Plus tard encore, mais n’était-ce pas avant, des convois lumineux et solennels, en bleu sombre, faisant cortège aux bus des familles, distribuent sur leur passage un silence brumeux dans les gyrophares glacés des motards de la Gendarmerie. Les vitres des cars sont teintées de sombre et l’intérieur semble plus vide que la mort elle-même. Dans le même temps les patrons de bar et les consommateurs, à Seyne-les-Alpes principalement, se posent des questions simples et déterminées sur la vérité télévisuelle. Ils ne croient plus tout à fait leurs yeux. On ne peut suivre l’événement en direct que par télévision interposée et le direct du sur place a un ton à nul autre pareil. Ces habitants opposent immédiatement un certain concret – l’agitation du village, essentiellement cinétique et sonore que redouble une foule de journalistes en provenance de nombreux coins du monde – aux flux électroniques déversés sur l’écran redevenu pour l’occasion presque communautaire. Quelques jours plus tard tout le monde d’ici tombera d’accord pour affirmer que la relation au paysage est désormais modifiée. Même les lieux seraient différents. On entend parler de montagne maudite, de zone interdite. On évoquera plus tard d’armée allemande, soi disant présente sur les lieux du crash, des souvenirs lourds referont surface pour les plus anciens. Mais cela ne dure pas, s’évapore sous le soleil de printemps. La pesanteur participe d’un autre ordre, bien plus contemporain.

Certains disent avoir entrevu l’avion quelques secondes avant la chute mais personne n’a rien entendu alors que les boites noires hurlent, dit on dans les journaux, des derniers cris de terreur des passagers voyant arriver la mort des Trois Évêchés. Les loups ont-ils entendu quelque chose, eux qui sont si craintifs ? La rumeur désormais se fait aussi entendre : certains auraient refusé beaucoup d’argent liquide de la part de journalistes voulant accéder au site. Des connaissances et des intérêts divergents se croisent, se considèrent. Les autochtones auraient fait preuve d’un mépris total de l’argent. La dignité drapée de l’ombre toponymique de Digne aurait-elle diffusé en altitude ? Au final beaucoup de monde vient d’envahir mon petit terrain d’observation, que je voulais surtout sans histoires, banal à souhait, prêt à des hypothèses faciles et pas du tout casse tête. C’est déjà assez compliqué comme cela. Me voici servi ! En arrivant près de la cathédrale du Bourg, qui marque la fin du Goulot de la Mort dans le sens de la descente, je me sens observé, moi l’observateur. Une femme derrière une caméra est semble-t-il en train de m’évaluer à la va vite – je marche – et de se demander si j’ai la tête d’un « vu à la télé ». L’évidence la surprend, dirait on. Et puis c’est pour la messe en hommage pour les victimes que le dispositif est en place. Non, je n’ai pas la gueule de l’emploi ! Et visiblement aussi je n’ai pas la gueule de la messe. Est-ce ainsi que je flaire les informateurs ? Je me pose un instant la question, mais pas longtemps, car la route tourne. C’est quoi l’ethnographie ?

3. Une conclusion apéritive ?

Alors, que dire ? Comment une observation ethnographique de longue durée, en phase avec le quotidien du chercheur, peut-elle contribuer à élargir l’outillage méthodologique et l’espace théorique de ce dernier ? De plus qu’en est il dans le cadre d’une anthropologie des ambiances ? Comment l’événement, porteur de sa radicalité spécifique advenue une fois pour toutes, peut-il modifier soudain le champ d’une problématique engagée sur des bases qui lui sont étrangères ? Comment l’ethnographie peut-elle enrichir – ne serait ce que d’un chapitre ou d’une page – l’écriture en cours d’un texte relatif à l’Anthropologie Sonore dont un des objectifs revendiqué est celui du questionnement des liens complexes entre perception auditive et imaginaires de la Mort ? Dix ans de travail de terrain, des centaines d’entretiens et la soutenance d’une thèse ont contribué à m’approcher au plus prés de la puissance exponentielle des événements, des plus infimes aux plus massifs, et de la puissance anthropologique incontestable d’un son plus volontiers ombré que de pleine lumière. Comment infléchir une écriture qui prenne en trace l’expérience vague et ses subtiles retombées ? Par exemple, parler d’ombre so, est-­ce se complaire dans un vaguement poétique se dégonflant comme un soufflet au fromage ou tenter d’approcher en écriture ce qui n’a de cesse de se dérober dans l’écrit des atmosphères éprouvées ? Les nombreuses expériences pédagogiques en lien avec les ambiances acoustiques ­‐ à condition de les pousser plus avant que le simple bilan formatif ou le diagnostic spatial ­‐ rendent compte à leur manière du fond intrinsèquement inquiet de certains instants d’ambiance furtifs, soudain surgis d’un dispositif banal. Dès lors l’ambiance en apparence maîtrisée et sereine, pleine, celle du confort pour faire vite, cette sorte d’ambiance ad hoc doit elle être considérée comme cerise sur le gâteau de l’expérience ordinaire, douceur rapidement passée au four pour urbain post-moderne, pour cet individu volontiers sous projecteur, mobile à souhait et bien propre sur lui, déjà en partie post-­humain ou pré-­robotique ? La notion d’ambiance d’inquiétude ou ambiance de traîne ‐ l’ambiance inquiète est semble-t-il bien différente – n’est pour l’heure qu’un descripteur en proposition, peut être trop immergé dans l’air du moment par ailleurs parfois difficilement respirable. Au final, et pour conclure un billet déjà bien trop long, qu’est-ce je fais de ma 900 avant de passer pour de bon sous une voiture ou d’être enlevé par un OVNI ? Comment écrire tout cela et même, comment en parler problématiquement ? Il est bien sûr trop tôt pour en décider. Le chantier fait la route. Mais je pose la question. Toutefois, si nous approchons un peu la chose tous ensemble ce mardi midi, ce sera déjà une bonne étape pour le piéton ambiancé de la 900 ! En bref : bon appétit à tous et ne parlons pas la bouche pleine ! Par avance, merci de votre présence et de vos critiques !

 

Pour citer ce billet : Romieu, Patrick « Cheminant la 900», Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 15 mars 2016. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/

 


Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble. Veille également sur Scoop-it : http://www.scoop.it/t/le-cresson-veille-et-recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *