Patrick Geddes in India // Entre patrimoine et projet, relecture contemporaine de Patrick Geddes

Immergée dans la vie du laboratoire CRESSON depuis février, je partage ce billet comme l’aboutissement d’un travail de recherche – et la fin d’un stage de fin d’études en design urbain, dirigé par Nicolas Tixier – mené pendant quatre mois sur Patrick Geddes (1854-1932), chercheur écossais et précurseur dans de multiples domaines , dont le point de départ et fil conducteur fut l’ouvrage Patrick Geddes in India1, paru en 1947.

Inscrite dans le cadre de l’étude Bangalore : pour l’invention d’un tiers patrimoine,2, cette recherche démarre par un travail de traduction de l’ouvrage Patrick Geddes in India, menée avec Adrian Torres3 et Nicolas Tixier, avec une volonté de le rendre accessible en français d’une part, mais également d’entamer un travail de relecture contemporaine – partielle- des travaux de Patrick Geddes, par le tissage progressif d’un questionnement qui en émerge et qui devient la matrice de mon propre mémoire 4 de fin d’études.

Ainsi, à travers cette recherche , il s’agit de questionner et de définir l’articulation entre éléments de patrimoine et potentiels de projet, en réinterprétant à la fois ce qui fait patrimoine et ce qui fait projet, et en se ressaisissant des méthodes employées par Patrick Geddes.

Porté par ce questionnement, l’exercice de traduction qui permettait dans un premier temps de se ressaisir de la pensée de Patrick Geddes et d’ouvrir des possibilités de recherche, devient un outil précieux qui engage un aller-retour entre le texte à traduire et la problématique établie. De cette manière la traduction me permet d’enrichir et de requestionner les éléments de ma problématique, tout comme cette même problématique me permet de relire la traduction, à affiner aussi bien dans la tournure linguistique que dans le sens donné à lire. Traduire fait écho au processus minutieux et progressif engagé par Patrick Geddes, qui s’étend de la lecture profonde de la ville, à l’interprétation de son prolongement : le projet.

Plan du billet :

I – Patrick Geddes et l’ouvrage Patrick Geddes in India
II – Analogie biologique
III – Conservative surgery / Projet
IV – Outils et méthodologies Gedesiennes
V – Pour conclure

 

I – Patrick Geddes et l’ouvrage Patrick Geddes in India

 

To the town planner’s art, Geddes brought the rural virtues: not merely respect for the land and for agricultural processes; but the patience of the peasant, and the sense that orderly growth is more important than order at the expense of growth. Lewis Mumford – 1947 Patrick Geddes in India, introduction – p.11

 

Patrick Geddes

Fig. 1 – Patrick Geddes (1854 -1932)

/ Patrick Geddes en compagnie du Maharadja d’Indore - 1947, Patrick Geddes in India. Jaqueline Tyrwhitt, ed. London, Royaume-Uni: L. Humphries.

Fig. 2 – Patrick Geddes en compagnie du Maharadja d’Indore – 1947, Patrick Geddes in India. Jaqueline Tyrwhitt, ed. London, Royaume-Uni: L. Humphries.

Patrick Geddes, que l’on qualifie aujourd’hui de précurseur, reste pourtant encore majoritairement méconnu. Ses multiples travaux engagés il y a près d’un siècle, font écho à une actualité de pratiques et de questionnements, et sont aujourd’hui plus que jamais ressaisis, réinvestis et requestionnés. Inventeur des concepts de « civics », «  conurbation » ou encore de « diagnostic survey », il se mettait au service de ses propres réflexions – souvent complexes – en imaginant termes et protocoles capables de les concrétiser et de les expérimenter.

Né en 1854 à Ballater en Ecosse et décédé en 1932 à Montpellier, là même où il fonda en 1924 le Collège des Ecossais, Patrick Geddes en premier lieu biologiste et botaniste, grandit au contact de la nature par le biais de l’expérience et de l’observation. Saisi très tôt par l’interaction existante entre l’Homme et son environnement et fasciné par un questionnement du « vivant », il poursuivra des études en sciences naturelles à Londres auprès de Thomas Huxley, avant de s’intéresser également à la géographie, la sociologie ou encore l’urbanisme.

Son engagement pluridisciplinaire, constitutif à la fois de ses travaux et de sa pensée, n’est pour lui que le reflet d’un système vivant qui se construit et se maintient par l’interaction d’éléments divers et variés. Ainsi son travail ne peut s’envisager qu’au regard d’une transversalité disciplinaire, induite par une conception biologique du monde.

Par cette transdisciplinarité, Patrick Geddes glisse donc d’une discipline à l’autre, comme un moyen d’enrichir et d’apporter son savoir foisonnant , mais aussi et surtout d’en établir un dépassement. Ce qu’il vise avant tout , au-delà d’un échange et d’une réappropriation méthodologique, c’est bien une interrogation globale de la « vie » , par la compréhension, la préservation et l’accompagnement de ses processus de développement.

C’est pourquoi, lorsqu’il se penche sur des questions d’ordres urbanistiques – qui nous intéressent tout particulièrement ici – il mêle à la fois ses connaissances biologiques, géographiques, sociales ou encore économiques, tendant ainsi à répondre au mieux aux problématiques identifiées.

 This is a book, then, not alone for the planner but for the citizen. Lewis Mumford – 1947 Patrick Geddes in India, Introduction – p.12

C’est donc par le biais de l’ouvrage Patrick Geddes in India que nous entamons progressivement notre relecture des travaux de Patrick Geddes. Cet ouvrage paru en 1947, résulte de la sélection et de la recomposition d’extraits de rapports rédigés par Patrick Geddes en Inde entre 1914 et 1924, par le fils de Patrick Geddes et de H.V. Lanchester ( architecte anglais, 1863-1953 ) . Patrick Geddes in India, composé majoritairement d’écrits, se ponctue également par des photographies prises par Anthony Denney (photographe, 1913-1990), mais également par quelques schémas exécutés par Patrick Geddes.

Émergeant d’une sélection parmi 50 rapports, focalisés sur l’étude urbaine de villes indiennes et leur projet, l’ouvrage se veut comme la quintessence d’un travail de grande envergure mené pendant 10 ans et permet d’ordonner les grandes lignes de la démarche de Patrick Geddes. Ainsi l’ouvrage aborde le diagnostic survey , la conservative surgery (voir plus loin), l’approche sociologique, la santé publique, les espaces publics et la présence des arbres.

Pour m’immerger davantage dans les travaux indiens de Patrick Geddes et approfondir le questionnement engagé, je décide également d’étudier l’un des rapports présents dans Patrick Geddes in India : Patrick Geddes, 1918, Town planning towards city development, A report to the Durbar of Indore by Patrick Geddes, Holkar State Printing Press, Indore. ( part 1&2 ), qui démontre une réflexion à la fois technique, économique et locale, qui tend à améliorer des conditions de vie souvent difficiles.

Dans la première partie plus précisément, se mêlent à la fois retranscription cartographique – 8 cartes de survey et de projet, du détail architectural à la région- et écrits. C’est par l’aller-retour permanent entre ces deux moyens d’expression, en lisant la carte à travers le récit et le récit à travers la carte, que je tente de rendre lisible et de comprendre l’articulation entre éléments de patrimoine et potentiels de projet, comme un décorticage de la pensée labyrinthique de Patrick Geddes.

II – Analogie biologique

Just because Geddes respected the old roots of regional culture, he had no interest in limiting its expression to some historic moment of the past: if the roots were alive, they would keep on putting forth new shoots, and it was in these new shoots that he was interested. Lewis Mumford – 1947. Patrick Geddes in India, Introduction – p. 8

 

Fig. 3 -Action and reaction between organism and environnement, Patrick Geddes

Fig. 3 -Action and reaction between organism and environnement, Patrick Geddes / Source : Meller, Helen Elizabeth 1990 Patrick Geddes: social evolutionist and city planner. London, Royaume-Uni, Etats-Unis.

Les travaux de Patrick Geddes quels qu’ils soient se façonnent à travers sa vision biologique du monde. Ainsi, il considère les villes comme des écosystèmes, des organismes macroscopiques vivants qui se renouvellent par régénération cyclique et qu’il faut apprendre à lire en profondeur, avant d’en esquisser un devenir possible. Sa méthode « Diagnosis before treatment » fait ainsi de l’urbaniste, un médecin qui doit impérativement effectuer l’auscultation méticuleuse des lieux – le diagnostique – avant de pouvoir envisager et prescrire le « traitement » le plus adapté – le projet. Comprendre la constitution de la ville et sa relation au territoire qui l’a engendré est une étape essentielle, car elle permet de soulever des enjeux en lien direct avec l’évolution urbaine, et la perduration d’un macrocosme dans le temps.

Fig.4 - INTERPHASE Source = Cours de Biologie Moléculaire, PACES, Faculté de médecine et Pharmacie, UDA PR. Isabelle Creveaux

Fig.4 – INTERPHASE
Source = Cours de Biologie Moléculaire, PACES, Faculté de médecine et Pharmacie, UDA
PR. Isabelle Creveaux

Comme il envisagerait un phénomène cellulaire, Patrick Geddes pense alors la ville par ses pertes, ses renouveaux, ses traces, ses émergences ou encore ses reconductions, qu’il relève par un arpentage minutieux nommé « survey ». Ce protocole de lecture en profondeur de la stratification mémorielle et d’appréhension in-situ par l’arpentage, correspond à ce que nous nommions précédemment diagnostique. Ce processus, qui permet dès lors de relever des potentiels de projet, doit être un temps d’engagement pour le citoyen, où il peut partager sa connaissance des lieux, étoffer le diagnostique et favoriser un meilleur « traitement » pour son environnement de vie.

Fig.5 Machine à penser, Eva Chaudier 2015

Fig.5 Machine à penser, Eva Chaudier 2015

Face à cette réflexion calquée sur des mécanismes biologiques et une démarche qui tend à la connaissance intime des lieux par sa lecture in-situ en profondeur, je décide donc de me réapproprier cette ressource en soumettant une analogie entre patrimoine et patrimoine génétique, et plus particulièrement entre constitution urbaine et constitution biologique. Ce parallèle est une manière d’entrer dans mon sujet tout comme il me permet de donner une définition de ce qui fait patrimoine, en se fondant sur la dimension active du corpus patrimonial. En opposition à la conservation totale, il suit le même processus qu’un organisme vivant laissant des traces, des vides et de nouvelles émergences, et contenant les « clés d’accès » à la mémoire urbaine. Il devient dès lors une matière à modeler, nécessaire à chaque cycle régénérateur.

Ainsi se fonde une première hypothèse dans laquelle je soumets qu’à travers la lecture de la mémoire d’une ville nous pouvons y lire à la fois son passé et son avenir, le passé contenant l’avenir de manière latente, inscrit dès l’origine de la ville dans son «  gène ancestral ». Un devenir possible ferait donc patrimoine avant même son existence physique.

 

III – Conservative surgery / Projet

« Think global, act local »5

Fig.6- Madura : Uppukara Block: Part of the Municipal Council’s proposals ( gauche) & - Madura : Uppukara Block: The same corner as it would appear after the application of “conservative surgery”

Fig.6- Madura : Uppukara Block: Part of the Municipal Council’s proposals ( gauche) & – Madura : Uppukara Block: The same corner as it would appear after the application of “conservative surgery”

Imaginée par Patrick Geddes, la « conservative surgery » est une méthode qui vient en réponse à la nécessité d’une appréhension à la fois locale et globale des lieux. Les jeux d’échelles envisagés par Patrick Geddes répondent avant tout à une nécessité d’ordre biologique, où chaque système se constitue à travers l’association d’entités plus petites qui, par leur interaction permanente, forment un ensemble dont il faut maintenir l’équilibre vital. Ainsi, chaque élément relevé et étudié ne doit pas être considéré comme un objet isolé mais bien comme un élément qui participe à un système plus vaste, et dans lequel se mêlent à la fois échelles «  microscopique » et « macroscopique ».

 

Fig. 7- Eva Chaudier - 2015 LECTURE DU LABYRINTHE ( articulation passé / présent/ devenir ), à partir des cartes de survey et de projet de la ville d’Indore

Fig. 7- Eva Chaudier – 2015
LECTURE DU LABYRINTHE ( articulation passé / présent/ devenir ), à partir des cartes de survey et de projet de la ville d’Indore

De ce fait la « conservative surgery », que nous pourrions traduire littéralement par « chirurgie conservatrice », est un acte minutieux, un geste local précis qui s’affaire au cas par cas et qui n’intervient qu’après une réflexion menée globalement mais profondément, à l’échelle de la ville, et plus vastement à celui de son territoire. Loin d’être une méthode qui tend à la conservation au sens statique du terme, elle envisage à la fois l’ablation, la réparation, la reconstitution ou encore la création comme des solutions permettant de maintenir l’équilibre vital de l’écosystème urbain et sa perduration dans le temps. Ainsi, par cette volonté de « préserver pour maintenir en vie », cette chirurgie « conservatrice » voire réparatrice, devient un geste de transmission, qui par un ensemble d’actions localisées, concrétise et révèle des « possibles » relevés par le survey. Ensemble, elles constituent un projet global à l’échelle de la ville.

En permettant ce basculement dans le projet, nous émettons donc l’hypothèse que la conservative surgery est l’articulation même entre éléments de patrimoine et potentiels de projet.

Dans cette continuité, j’envisage également que ce même projet est une réplication de la mémoire, non pas en tant que simple dédoublement qui induirait une réactivation et un réinvestissement en circuit fermé de cette matière – matérielle et immatérielle – mais comme une phase spécifique d’un cycle plus vaste qui permet le prolongement génétique d’une mémoire et le renouveau d’une stratification. Le terme de réplication, que nous empruntons au vocabulaire biologique, et plus précisément à celui du cycle cellulaire, est à appréhender à la fois comme un mécanisme de prolongement d’une matrice originelle, et comme un processus de transmission, qui s’étoffe par de nouveaux apports cycliques, par une « fécondation » en amont du territoire.

 

IV – Outils et méthodologies Gedesiennes

He invented a series of diagrams which he described as “ thinking machines” : graphic methods for encouraging different ways of thinking. By using these thinking machines Geddes hoped to initiate and educate others to accept the need for educational reform end the need to pursue a synthesis of all knowledge. Helen Miller, 1990 Patrick Geddes: social evolutionist and city planner. London, Royaume-Uni, Etats-Unis. – p.45

Fig. 8 – The Valley Section, Patrick Geddes - 1909

Fig. 8 – The Valley Section, Patrick Geddes – 1909

Fig. 9 – Place, Work, Folk, Patrick Geddes / Source : Meller, Helen Elizabeth 1990 Patrick Geddes: social evolutionist and city planner. London, Royaume-Uni, Etats-Unis.

Fig. 9 – Place, Work, Folk, Patrick Geddes / Source : Meller, Helen Elizabeth 1990 Patrick Geddes: social evolutionist and city planner. London, Royaume-Uni, Etats-Unis.

Patrick Geddes prônait une culture et une éducation citoyenne, nécessaire à la compréhension et à l’engagement du citoyen dans le renouvellement possible de son environnement. Ainsi, il avait à cœur de rendre accessible un savoir parfois complexe, en créant ou se réappropriant des outils, qui lui permettaient dans un même temps de rendre lisible sa propre pensée et de constituer un support pédagogique.

Il se ressaisissait à la fois d’une pratique cartographique, diagrammatique – dont il nomme les diagrammes thinking machines – ou encore en coupe schématique, qui en dépassant une représentation dite « conventionnelle » rend possible le partage d’une ressource essentielle avec le citoyen. C’est notamment lors des ses expositions, pour la plupart itinérantes, que ces outils geddesiens participent à l’élaboration d’un temps d’apprentissage et d’une effervescence collective.

geddes10

Fig. 10 – Growth of Indore, Patrick Geddes – / Source : Geddes, Patrick. 1918. Town Planning towards city development. A report to the Durbar of Indore, Holkar State Printing Press. Part 1, p. 22

Ses diagrammes les plus connus sont sans nul doute la Valley Section, ou encore la « thinking machine » nommée Folk, work, place, qui toutes deux interrogent l’interaction existante entre l’Homme et son environnement.

Ici plus particulièrement, je m’intéresse à la complémentarité d’une narration à la fois carthographique et écrite, en m’appuyant sur le rapport Town planning towards city development, A report to the Durbar of Indore by Patrick Geddes – part 1, dans lequel figurent à la fois cartes et texte. Il s’agit pour moi de relire la carte à travers le récit de la ville et le récit à travers les différentes cartes urbaines – mêlant survey et projet – comme une lecture double nécessaire au déchiffrage de l’un et de l’autre.

La complexité sensible des cartes, qui laisse en suspens des questions quant à leur méthode de « production », m’appelle à plonger dans les plus petits détails d’un dessin labyrinthique, à la manière du survey engagé autrefois par Patrick Geddes. Cette complémentarité indispensable à la relecture des lieux, et à leur narration permet de m’immerger spatialement dans la retranscription cartographique, par un parcours mental à la fois mémoriel mais aussi et surtout projectuel.

De ce fait, je pose une dernière hypothèse dans laquelle je propose que la représentation graphique – ici plus particulièrement la carte – et la narration écrite ne peuvent être saisies que par la lecture de l’une à travers l’autre, comme deux objets indissociables. Ainsi se forme le support de projection d’un passé et d’un devenir, dans lequel se lit la mémoire des lieux.

 

V- Pour conclure

Patrimoine et projet, jusque là abordés séparément, s’envisagent finalement comme un seul et même processus, un cycle régénératif dont il faut sans cesse lire les traces et se réapproprier les « nouvelles pousses », et dans lequel le projet ne s’établit pas uniquement par le prolongement physique d’un renouvellement précédent, mais existe au préalable à travers l’arpentage des lieux – le « survey » – et leur retranscription à la fois graphique et/ou écrite – ici la carte et le récit.

Je ne peux donc que conclure ce billet en remerciant l’ensemble de l’équipe CRESSON, à la fois pour son accueil, sa bienveillance et sa bonne humeur, mais également pour mon intégration à la vie quotidienne du laboratoire. Une expérience riche en découvertes et en rencontres, qui plus est au sein de ce laboratoire sur les ambiances, qui je le pense emplit parfaitement ma curiosité de designer et ne peut que continuer à la susciter…

 

  1. Geddes, Patrick 1947, Patrick Geddes in India. Jaqueline Tyrwhitt, ed. London, Royaume-Uni: L. Humphries. []
  2. Bangalore : pour l’invention d’un tiers patrimoine, programme de recherche « Pratiques interculturelles dans les processus de patrimonialisation », ministère de la Culture et de la Communication, collaboration École Supérieure d’Art de l’Agglomération d’Annecy (dir.), Srishti School of Design – Bangalore, Cresson – ENSAG, 2014-2016, menée par Naïm ait Sidhoum ( dir.) , Adrian Torres et Nicolas Tixier []
  3. Adrian Torres, Mémoire naturelle, stratigraphie urbaine, réactivation par l’usage – Geddes in India in Valencia. Travail de DSRA, ESAAA, 2013-2015 []
  4. From old roots to new shoots, entre patrimoine et projet relecture contemporaine de Patrick Geddes, Eva Chaudier , 2015 – IUG []
  5. Stephen, Walter 2004, Think Global, Act Local : The Life and Legacy of Patrick Geddes. Edinburgh, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord: Luath Press. []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Pascaline dit :

    merci Eva pour ce travail passionnant et pour ta présence très agréable au labo.

  2. Anthony Pecqueux dit :

    Merci ce très joli billet Eva, qui nous apprend plein de choses nouvelles, et qui ouvre de belles pistes sur la question de l’in-situ et de la participation dans le projet!

  3. Merci pétillante Eva ! Si vous n’avez pas eu la chance de l’écouter, vous pouvez lire quelques tweets sur https://twitter.com/facquier (#DejCresson). A bientôt et bonne soutenance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *