Compte-rendu de la Journée Recherche et Accessibilité, 7 octobre 2015, Paris

Le 7 octobre dernier, la Délégation Ministérielle à l’Accessibilité (Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie ; Ministère du Logement, de l’Egalite des territoires et de la Ruralité) organisait à La Défense une journée de rencontre entre le monde professionnel et le monde de la recherche autour des  solutions, services et problématiques innovantes dans le secteur de l’accessibilité. Le premier tome des actes de cette journée sont disponibles sur le site du Ministère.

rachelQuatre sessions thématiques ont permis à divers acteurs (membres d’association, représentants d’institutions publiques ou privées, chercheurs et enseignants-chercheurs) d’échanger sur des sujets aussi divers que : le cadre bâti et la réalité virtuelle ; le partenariat entreprises privées, collectivités territoriales et universités ; les technologies de l’information et de la communication ; la mobilité. Malgré ce panorama thématique large, et un format d’intervention laissant davantage la place à l’interconnaissance des travaux plutôt qu’à un débat de fond sur l’accessibilité, que retenir de cette journée ?

D’abord, une évolution notable du vocabulaire autour de l’accessibilité qui semble témoigner à la fois d’une évolution des représentations sociales du handicap et d’un changement de paradigme dans les problématiques de recherche. Ainsi, au couplage traditionnel accessibilité-handicap qui marque non seulement les travaux de recherche et la législation sur l’accessibilité jusqu’au début des années 2000 se substitue désormais le couple accessibilité-autonomie. La promulgation de la loi de 2005 qui fait de cette autonomie un objectif de l’accessibilité et la prise en compte du vieillissement de la population ne sont probablement pas sans incidence sur ce glissement sémantique. Mais outre un effet de langage (que l’on retrouve aussi bien dans les recherches en sciences cognitives, en réalité virtuelle, en sciences humaines et sociales que dans les travaux appliqués), ce glissement tend également à déplacer les perspectives théoriques à l’œuvre. Plus que le handicap et la manière dont il contraint la marche, l’accès aux sites touristiques, aux infrastructures de transport ou aux commerces, il s’agit désormais de réfléchir en termes de capacités, voire de « capabilités »1 de la personne handicapée ou vieillissante. Comment faire / quels outils ou dispositifs proposer pour permettre à ces personnes d’user de leurs capacités et ainsi agir en toute autonomie ?

Dans cette tentative de construction d’une approche écologique de l’accessibilité – toutefois jamais explicitement formulée comme telle par les divers intervenants – l’environnement est par ailleurs directement interrogé en termes de ressources potentielles plutôt qu’en termes de barrières architecturales. Se substituant à ce dernier terme qui a pourtant traversé des décennies de travaux sur l’accessibilité, ceux de « prises » ou d’ « affordances » – sans références directes aux travaux d’I.Joseph et de J.J. Gibson2 – ont été largement déployés par les chercheurs travaillant en particulier sur les questions de mobilité urbaine. Parmi eux, on remarquera le travail de Joël Meissonier du CEREMA3 sur « les mobilités urbaines et les situations de handicap psychique, cognitif et mental » qui – à partir de divers parcours commentés à Paris et à Amiens avec des focus groupes (passant « ordinaire », famille de personnes handicapées, étrangers, personnes déficientes mentales, cognitives ou psychiques) – révèlent en quoi « les discontinuités informationnelles » et ce que j’appellerai librement « la pollution informationnelle » contraint la marche et l’orientation d’un tel public. Des résultats qui font écho aux débats que je peux avoir fréquemment avec les étudiants des Masters « Urbanisme et Projet Urbain » et « Urbanisme, Habitat et Coopération Internationale » à l’IUG lorsque nous appréhendons ensemble la question de la « sursignalisation » des villes aujourd’hui.

Autre enseignement de la journée : le développement croissant de travaux de recherche appliquée autour des nouvelles technologies de l’information et de la communication et le maintien de controverses sur leur adéquation aux besoins des personnes handicapées et/ou vieillissantes. Si ces échanges n’ont pas réellement permis de replacer la question de l’aide humaine au centre d’un débat sur l’accessibilité sclérosé par la question de l’autonomisation de la personne, il a toutefois fait émerger deux travaux particulièrement intéressants.

  • Le premier est porté par Simon Houriez, fondateur de l’association Signes de sens, qui œuvre dans le domaine de la médiation culturelle. A travers la présentation du projet Muséo+ – application sur tablette numérique visant à faciliter le parcours éducatif d’enfant (handicapés ou pas) au sein d’un musée – Simon Houriez propose de renverser l’approche traditionnelle du Design for All. Plus qu’une conception particulière de l’accessibilité ou un objectif à atteindre « rendre accessible à tous un espace, des informations, la culture… », le Design for All pourrait/doit s’appréhender comme une méthode de médiation culturelle permettant l’ouverture du public à l’expérience de la différence, en mettant en question les manières communes de percevoir et de sentir le monde. Bien des proximités avec certaines des thématiques développées au sein de notre équipe.
  • La seconde approche innovante est celle d’un jeune doctorant en sociologie – Clément Marquet (Télécom ParisTech) – qui aborde  » l’accessibilité par le numérique ». A travers l’observation d’un Hackaton (événement où des développeurs se réunissent pour faire de la programmation informatique collaborative sur plusieurs jours) organisé en 2013 par la SNCF – le Hackcess Transilien – Clément Marquet pose une question centrale à l’heure des mobilités connectées : que devient l’accessibilité dès lors qu’elle n’est plus envisagée dans sa dimension physique et du point de vue de l’aménageur, mais qu’elle l’est dans sa dimension virtuelle et du point de vue des développeurs ?

Cette question neuve dans le champ de l’accessibilité pourrait nourrir de nouveaux débats sur l’instabilité informationnelle de l’espace contemporain et ses effets sur le parcours urbain et remettre ainsi en question la définition même de ce qu’est une ressource /une « prise »/ une « affordance » stable pour le piéton. À suivre donc, avec attention…

  1. Fanny Le Morellec, https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01153195/ []
  2. Joseph, I. (dir.)(1995). Gare du Nord, mode d’emploi. Paris, Ed. Recherches, En coédition avec le Plan Urbain, la RATP et la SNCF ; Gibson, J.J (1986). The ecological approach to visual perception. London, LEA []
  3. Centre d’études et d’expertises sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement http://www.nord-picardie.cerema.fr/joel-meissonnier-r79.html []

Rachel Thomas

Chargée de Recherche CNRS UMR CNRS/MCC/ECN 1563 Ambiances, Architectures, Urbanités Equipe CRESSON

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Merci Rachel pour ton retour riche sur ce séminaire, qui vient dans le droit fil d’un précédent déjeuner CRESSON, et évidemment de tes travaux sur la question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.