Redécouvrir la Place Saint-Bruno. Analyse et projection selon la méthode d’analyse vidéo de William H. Whyte

Image à la une

Episode 1 : Formulation d’une problématique et mise en place d’une méthodologie durant 1 mois de stage au CRESSON

Dans le cadre de mon master 2 en Urbanisme et Projet Urbain (spécialité « design urbain ») à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble, il m’est demandé de réaliser un Projet de Fin d’Etudes (PFE) portant sur le sujet de mon choix. Parallèlement à ce travail, un stage est prévu dans la formation. J’ai alors choisi de mettre ces deux choses en lien. Pour cela j’ai réalisé une partie de mon stage au laboratoire de recherche CRESSON[1]. Durant ce stage j’ai pu préciser mon sujet de PFE et travailler la problématique et la méthodologie en lien avec les méthodes et acteurs travaillant dans ce laboratoire. Ce stage était alors co-encadré par Nicolas Tixier et Laure Brayer. Ce billet est l’épisode 1 de mon expérience de fin d’études. Il traite des objectifs, de la problématique et de la construction d’une méthodologie en lien avec le sujet et le lieu choisi qui est la Place Saint-Bruno de Grenoble.

L’épisode 2 paraîtra normalement au mois de juillet 2016. Il traitera alors des résultats, après les 5 mois de travail sur le sujet.

Le Lieu : découverte de la Place Saint-Bruno en tant qu’habitant

 

C’est en arrivant à Grenoble en septembre dernier que je découvre pour la première fois la place Saint-Bruno. J’habite au numéro 4 de cette même place et bénéficie d’une vue plongeante sur le marché depuis le 2e étage de mon immeuble. Je découvre pendant la première partie de l’année la vie et les rythmes de la place, notamment marqués par l’alternance marché/parking. Je découvre la forte identité attribuée à la place et au quartier Chorrier-Berriat en général : c’est un ancien faubourg industriel qui subit aujourd’hui une forte pression foncière, mais qui a conservé une image de quartier populaire et cosmopolite.

Au moment de choisir ce sujet en décembre, il m’est alors apparu naturel d’étudier cet espace au fort potentiel qui m’était déjà familier. Grâce à la position en surplomb offerte par mon logement qui me donne une vision globale de l’espace, il serait alors peut-être plus facile de mener une analyse des mouvements et rythmes globaux du lieu. Seulement la Place Saint-Bruno me semblait un espace relativement complexe à analyser étant donné la foultitude d’usages qui s’y déploient, leur relative complexité d’organisation et surtout leur étalement dans le temps. J’avais alors déjà pris conscience de certains rythmes : rythmes quotidiens de l’alternance entre le marché et le parking, rythmes hebdomadaires liés à la présence du grand ou du petit marché, et autres rythmes en lien avec la saison et les grands évènements qui se déroulent sur la place notamment en été (brocantes, fête de quartier, fête de la musique…). Il me fallait dès lors mettre en lien ce désir d’étude d’un espace avec une méthode d’analyse. C’est à cette même période que j’ai découvert alors la méthode d’analyse vidéo de William H. Whyte.

La méthode de William H. Whyte :

Couverture du livre William H. Whyte The Social Life of Small Urban Spaces, (édition 2001) William H. Whyte est un journaliste, urbaniste et sociologue américain de la deuxième moitié du XXe siècle. Né en 1917 et diplômé de l’université de Princeton il sortira son premier ouvrage The organisation man, en 1956. Il est alors employé par le magazine Fortune et travaille sur le sujet du management et de l’organisation au travail en interrogeant de nombreux Directeurs généraux de grands groupes (comme Ford ou General Electric). À la fin des années 1950 et tout au long des années 1960, il s’intéressera à l’étalement urbain et à la revitalisation des centres-villes. Il écrira notamment sur le sujet : The Exploding Metropolis (1957), Cluster Development (1964) et The Last Landscape (1968). Enfin, au début des années 1970, il entamera une étude portant sur la fréquentation et l’usage des espaces publics d’abord seulement à New York puis dans d’autres villes américaines et même à l’étranger (Tokyo notamment). C’est pour cette étude qu’il créera le groupe the Street Life Project. Les thèses de Whyte ont été soutenues par l’organisme Project For Public Spaces créé en 1975 qui s’attache toujours aujourd’hui à faire vivre son héritage et sa vision de l’urbanisme au travers de projets d’espaces publics et d’études variées.

C’est cette étude, the Street Life Project, portant sur la fréquentation et l’usage des espaces publics qui m’a particulièrement intéressé. Celle-ci débute en 1971, quand, depuis 10 ans, à New York, une charte est passée avec les promoteurs des grands projets immobiliers dans le centre-ville. Cette charte autorise à augmenter les surfaces de leurs bâtiments et donc leur hauteur si un espace public, d’une surface proportionelle à l’augmentation de surface bâti, est prévu[2]. Il s’en suit alors une augmentation du nombre de places dans le centre New-yorkais. William Whyte fait le constat que certaines places sont très fréquentées et qu’au contraire d’autres sont quasiment vides. Il posera alors la question suivante : Pourquoi certains espaces « fonctionnent-ils » et d’autres pas ? Dans l’introduction de son premier livre à propos de cette étude, il écrit :

“This book is about city spaces, why some work for people, and some do not,
and what the practical lessons may be. It is a by-product of first-hand observation. ”

 The Social Life of Small Urban Spaces, page 10. William H. Whyte (1980)

Pour répondre à cette question, il choisira 16 places[3] et des petits parcs urbains qu’il étudiera avec un groupe d’urbanistes en combinant des outils d’observations innovants et originaux pour cette époque.

Le premier de ces éléments, et peut-être le plus innovant de sa méthode, est l’utilisation de la vidéo en time-lapse[4] prise depuis un point haut. Grâce à cette méthode William Whyte pourra étudier sur de grands laps de temps les activités d’un espace couvert par le champ de vision de sa caméra. Il pourra alors observer différentes choses : où les gens s’assoient et pour combien de temps, où marchent-ils, où s’arrêtent-il pour discuter, où sont les principaux flux de piétons… Grâce aux films, l’équipe réalisera de nombreux comptages retranscrits ensuite sous forme de graphiques ou de cartes ou tout simplement une sélection de séquences filmées. Ces observations, objectivées par des graphiques et des comptages, donneront lieu ensuite à la formulation de « règles » sur le comportement des piétons (ou comment les personnes utilisent un espace et pourquoi), par exemple une de ses phrases les plus célèbres est « What attracts people most, is other people » (City : Redescovering the Center, William H. Whyte 1988)[5]

Les places assises dans la journée-model piano roll

Diagramme des places occupée à Seagram entre 11h00 et 15h00. (extrait du film de William H. Whyte The Social Life of Small Urban Places)

Time lapse

Time-Lapse à Seagram (extrait du film de William H. Whyte The Social Life of Small Urban Places)

 

Le graphique présenté ci-dessus en est un très bon exemple. Il représente le nombre de personnes assises (en ordonnée) selon l’heure de la journée et le temps qu’ils y restent (en abscisse). Il a été réalisé grâce à la vidéo en time-lapse prise à Seagram Plaza (New York). Le photogramme à côté présente la situation observée. La courbe tout en bas représente le cumul du nombre de personnes assises à un moment donné. Grâce à cela William Whyte analysera plusieurs choses : le moment où le plus de gens sont assis et les emplacements. Il se servira notamment de ce graphique pour prouver ce qu’il appelle « la capacité effective d’un lieu ». Au moment où il y a le plus de monde, à midi dans ce cas, il reste encore de nombreuses places où s’asseoir mais, où personne ne vient car selon lui ce qui est des motifs de son étude « people have a nice sense of what is the right for a place […] capacity tends to be self-leveling, and people determine it rather effectively » (The Social Life of Small Urban Space, pages 70-71. William H. Whyte (1980)).

Un autre élément de sa méthode est l’observation directe et le comptage au niveau du sol en temps réel. Cela vient en complément de la précédente observation. L’équipe se rend alors sur les lieux choisis pour l’étude durant des journées entières avec à la main un plan quadrillé de la place. Ils référenceront les activités observées et feront des comptages du même ordre que ceux réalisés précédemment grâce au time-lapse. Ils observeront aussi plus précisément les gestes et habitudes des usagers en étant plus près et à même hauteur : les façons de se dire au revoir et bonjour, les attitudes des personnes lorsqu’elles discutent, les façons de s’asseoir, d’utiliser le mobilier urbain…

Notes et études de terrain par l'équipe dirigée par Whyte. (extrait du film de William H. Whyte The Social Life of Small Urban Places)

Notes et études de terrain par l’équipe dirigée par Whyte. (extrait du film de William H. Whyte The Social Life of Small Urban Places)

"People move chairs !" (extrait du film de William H. Whyte The Social Life of Small Urban Places)

« People move chairs ! » (extrait du film de William H. Whyte The Social Life of Small Urban Places)

 

Ces deux photogrammes illustrent cette autre partie de la méthode, elles sont toutes deux tirées du film réalisé par Whyte pour présenter les résultats de ses recherches : The Social Life of Small Urban spaces. La première présente le travail de relevé de terrains sur des plans quadrillés. La seconde illustre l’étude des gestes et habitudes des usagers, notamment avec l’utilisation du mobilier urbain, l’exemple est ici celui des chaises déplaçables. Selon Whyte elles sont bien plus appréciées que les chaises boulonnées au sol simplement par ce qu’il est possible de les bouger et que cela offre plus de choix et possibilités : les usagers aiment déplacer les chaises de quelques centimètres même si cela ne change rien à leur situation par rapport au soleil, à leurs voisins… « Even if there is not any apparent functional reason of any kind, people move chairs ! » (extrait du commentaries du film The social life of small urban spaces, William Whyte 1979, 21:17).

Whyte utilisera alors pour décrire et illustrer ce type d’observation une autre manière de filmer : le film au niveau du sol, caméra à l’épaule. La différence et les finalités de ces deux différentes manières de filmer (point de vue en hauteur avec le time-lapse et caméra à l’épaule au niveau du sol) sont très bien décrites dans l’article de Laure Brayer[6], post-doctorante au CRESSON.

La recherche de Whyte durera 16 ans. Deux livres seront édités sur ce travail : The Social Life of Small Urban Spaces (1980, livre publié à mi-recherche) et City : Rediscovering the Center (1988).

Les résultats que présentent ces livres mettent en rapport les comportements des usagers en ville avec la forme des espaces publics étudiés. La forme étant ici entendue au sens large : forme générale de l’espace (longue, étroite, large, carré, etc.), mais aussi la forme de son mobilier urbain, sa relation avec les espaces environnants et notamment les rues… Les résultats sont classés par thématiques qui impactent l’usage et la fréquentation d’un lieu, présentées sous forme de chapitres dans les ouvrages. Voici quelques exemples aux titres évocateurs :The life of plazas, Sitting spaces, Sun, Wind, Trees, Water, Food, The “Undesirables”, Effective Capacity, Triangulation, etc. (William Whyte 1980)

La formation de journaliste de Whyte, la force de ses observations et la simplicité apparente des sujets traités amènent à un résultat clair et assez convaincant.

De plus, les observations de Whyte seront mises à l’épreuve de la construction et du design d’espaces publics, puisqu’en 1975 la Ville de New York adopte une liste de règles urbaines tenant compte directement de ses observations et recommandations. Ce document doit servir de guide pour la création des prochaines places, mais permet aussi d’améliorer les espaces existants. Cela donne au travail de Whyte une force considérable par ces applications projectuelles.

Cette méthode m’a semblé assez adaptée à la compréhension d’un espace et de ses usages tel que la Place Saint-Bruno sur un laps de temps relativement long (sur 12 ou 24 heures par exemple afin d’étudier pleinement l’alternance marché / parking). Le lien avec le projet, qui se singularise pour Whyte dans l’édiction des règles urbaines, et la forme originale et nouvelle que peut prendre l’analyse au travers de la vidéo sont deux points qui m’ont aussi poussé à essayer d’adapter et de reconduire cette méthode à Saint-Bruno.

La problématique et la méthode en trois points

Mettant en relation mon désir de travailler sur la place Saint-Bruno et de reconduire la méthode de Whyte sur ce lieu précis, je formule la problématique suivante :

La place Saint-Bruno est un espace de vie et de projet aux multiples dimensions déterminantes : techniques, temporelles, sociales, culturelles. Comment grâce à une méthode d’analyse vidéo des usages, empruntée à William Whyte, est-il possible de comprendre et de projeter sur cet espace ?

Les objectifs poursuivis et affinés tout au long de ce premier mois de stage, sont :

  • Dans une situation d’aménagement difficile, questionner les usages et les usagers en proposant un autre regard sur le lieu => production d’un document vidéo à la manière de William Whyte.
  • Questionner et proposer des perspectives d’évolutions pour la Place et ses usages : appliquer la méthode sur un espace, provoquer la réaction des usagers et acteurs => proposer un ensemble de petites évolutions pour la place et quelques règles urbaines générales dans la perspective de son évolution future.
  • Se questionner sur l’apport de la vidéo dans l’analyse d’un espace public urbain, questionner les outils et le discours de William H. Whyte => Comment appliquer cette méthode aujourd’hui ? Quelles leçons tirer sur cette méthode ? Comment faire du William Whyte aujourd’hui ?

Cette problématique et ces objectifs sont issus d’un aller-retour permanent entre la recherche d’une méthode de travail et les premières confrontations aux lieux (par des rencontres, des observations, des recherches bibliographiques). La méthode de travail se développe selon trois axes.

– Le premier axe est directement inspiré du travail de Whyte il s’agit d’un travail d’observation, de connaissance et d’analyse du lieu.

– Le deuxième axe est basé sur des rencontres d’acteurs et la connaissance d’études et d’ouvrages antérieurs en lien avec le quartier et la place Saint-Bruno.

– Le troisième axe est la rédaction d’un journal de projet retraçant la découverte du lieu (par les rencontres, observations quotidiennes en tant qu’habitant…) et allant jusqu’à sa mise en projet (questionnement sur le devenir, hypothèses d’actions, mises en débat d’actions possibles sur la place…)

La partie suivante présente la description de chacun des trois axes : les références utilisées pour construire ces axes, les raisons qui m’ont poussé à les développer et les premiers résultats sont issus du travail d’un mois au CRESSON.

 

  1. Travail d’observation d’un lieu

À la fin de l’ouvrage The Social Life of Small Urban Spaces, Whyte décrit la manière dont il s’y prend pour filmer. Il donne tout au long de ses ouvrages quelques conseils, mais ne publiera aucun article ou ouvrage entièrement dédié à la mise en place de ces outils d’analyse et de sa méthode, notamment sur la manière de débuter l’étude. La principale information qu’il donne est l’importance de l’observation directe :

“Let me emphasize again that you have to know what to look for or you will not see it. Direct observation is the prerequisite. If through direct observation you have gained a good idea of the usual routine at a place, you will see many more things in a time-lapse film of the place than you would otherwise.”

The Social Life of Small Urban Spaces, William H. Whyte (1980)

 C’est donc tout au long de la lecture des deux publications issues de cette recherche que j’ai pu trouver puis compiler quelques informations sur la méthode (données au fur et à mesure de l’exposition des résultats), constituant ainsi une « boîte à outils » relevant chaque élément de comptage, graphique exposé, conseils et directions donnés par Whyte à ses lecteurs. L’observation directe d’un lieu et la connaissance de ses rythmes et routines sont, selon Whyte, une première étape afin de repérer d’ores et déjà ce qu’il y a à observer et à compter sur les futurs films. Mais comment commencer ?

Pour aller plus loin dans l’observation de ces routines, et comme Whyte est assez laconique sur ses moyens « d’habituation » au lieu, j’ai choisi de m’appuyer sur les méthodes décrites par d’autres auteurs : la tentative d’épuisement de lieux décrite par Georges Perec et l’attention flottante formulée par Colette Petonnet.

George Perec s’installe dans un lieu parisien, par exemple, la place Saint-Sulpice, et note tout ce qu’il observe. Cela donnera lieu à un petit ouvrage d’une cinquantaine de pages. Ce qui est intéressant dans cet ouvrage c’est la façon clairement détachée et factuelle dont essaye de faire preuve Perec pour décrire au mieux ce qu’il observe. Je m’en inspirerai pour mes observations et ma prise de note lors de mes sorties sur la place Saint-Bruno.[7]

Colette Pétonnet fréquente le cimetière du Père-Lachaise pendant quelques jours afin de connaître les habitudes et rythmes propres au lieu.[8] Cette méthode insiste sur l’attitude à avoir pour appréhender un lieu. En se laissant guider par celui-ci et ceux qui le fréquentent, il s’agit de repérer une fois de plus des choses propres à cet endroit. Cette méthode insiste sur la dimension de la rencontre. Elle m’influencera pour la mise en place du deuxième axe : rencontres et lectures propres au lieu.

Suite à ces lectures, j’ai choisi de me rendre sur place à des moments de la journée autres que ceux auxquels j’étais habitué, et durant lesquels j’ai pu observer la place en tant qu’habitant (le week-end et le soir principalement). J’ai alors effectué quatre demi-journées d’observation. Lors de celles-ci j’ai pris en note un grand nombre de choses à la manière de Georges Perec, sur des sujets assez proches de ceux de Whyte – où les personnes s’assoient-elles et pour quelle durée ? Quels sont les principaux flux de piétons et pourquoi empruntent-ils ce chemin ? À la manière de Colette Petonnet j’ai aussi suivi différents types de personnes : des couples âgés, de jeunes couples, des personnes seules… Toutes ces observations me serviront dans les étapes suivantes de film. À cette étape je ne suis pas encore vraiment sûr de ce que je vais filmer et compter, mais je commence à avoir certaines pistes.

Le diagramme ci-dessous résume cette partie de ma méthode et les suites qui seront données dans les prochaines étapes de mon travail.

 

Premier axe de la méthode : Observer un lieu.

Premier axe de la méthode : Observer un lieu.

 

Le plan possible pour l'observation et la réalisation du film : les rythmes quotidiens de la place.

Le plan possible pour l’observation et la réalisation du film : les rythmes quotidiens de la place.

 

 

 

Le diagramme ci-contre présente un plan possible pour le film et les observations suivant le déroulé d’une journée à Saint-Bruno, permettant d’évoquer les nombreux sujets les uns après les autres tout en mobilisant des outils de William Whyte.

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Lectures et rencontres propres au lieu :
Deuxième axe de la méthode : rencontre et lecture sur le lieu

Deuxième axe de la méthode : rencontre et lecture sur le lieu

Pour mieux comprendre les enjeux liés à la place Saint-Bruno, j’ai choisi de rencontrer quelques acteurs et de me documenter sur la place et le quartier. Cela m’a permis de mieux fixer mes objectifs et d’affiner mes observations en fonction des informations glanées çà et là. J’ai commencé par rencontrer les acteurs « évidents » du lieu : les commerçants, les techniciens de nettoyage de la place, l’union de quartier, la Ville de Grenoble, des paroissiens, des usagers et habitants. Une rencontre en amenant une autre j’ai aussi rencontré le placier (en charge de l’organisation et du placement des forains sur le marché tous les matins), des associations, l’Agence d’Urbanisme de la Région Grenobloise, plusieurs services de la Ville de Grenoble.N’ayant pas de méthodologie précise pour les rencontres, il s’agissait surtout de discuter des pratiques des gens sur cet espace, de leur avis sur la place, de ce qu’ils en imaginaient pour le futur. Ces rencontres étaient en lien direct avec mes premières observations et questionnements, me donnant des pistes pour de nouvelles observations.

 

Voilà deux exemples qui illustrent bien ce que j’ai pu apprendre :

– Je suis allé à la rencontre d’un commerçant. Nous en venons à parler de l’installation du marché sur la place et donc des camions disposés autour de celle-ci, aux entrées du marché. Il m’explique qu’outre la facilité technique de déchargement, ces camions servent aussi de cabines d’essayage pour les forains qui vendent des vêtements. Mais ils servent surtout à filtrer l’entrée du marché : « Le marché, il doit avoir son enveloppe, son cocon pour le protéger » me dit-il. Par la suite j’observerai alors plus attentivement ces points d’entrées et remarquerai les usages décrits par mon interlocuteur (camion en cabine d’essayage). Je note alors que deux camions sont un peu plus écartés créant ainsi une entrée au marché.

– En rencontrant les services de la Ville de Grenoble j’ai appris la difficulté qu’il existait à aménager la place : multiplicité des acteurs parfois difficiles à faire se rencontrer, contraintes techniques et financières, changements de municipalité qui font que certains projets en cours sont abandonnés… Cela a permis que je recentre mes objectifs afin que mon travail puisse peut-être devenir utile à l’évolution du lieu. J’ai donc finalement choisi de me diriger plus fortement vers une analyse fouillée du lieu afin de mettre dans un premier temps en dialogue les acteurs. Pour la partie projet, elle sera assez prospective et visera sans doute à poser une série de questions à ces mêmes acteurs. Un projet urbain sans concertation, sans mise en confrontation des points de vue le plus exhaustivement possible (comme cela peut être le cas dans des projets de maîtrise d’œuvre urbaine plus classique) ne me semble pas adapté à l’évolution de cette place.

 

Les rencontres que j’ai pu faire avec les différents acteurs font état d’une diversité d’approches et de logiques de pensée par rapport au lieu. En voici quelques exemples :

– Services de la Ville (environnement et cadre de vie, projet urbain) : Un enjeu politique, un espace de projet en centre-ville qui mérite une vision à grande échelle mais qui ne pourra se faire sans les usagers et habitants

– Techniciens de la place (placier et technicien de nettoyage) : Un espace de travail où le relationnel avec les collègues (forains et clients) est très important, des contraintes techniques (notamment en terme d’accès et d’horaire)

– Union de quartier : La place et le marché symbolisent le quartier, une évolution de ces espaces doit conserver l’identité considérée comme populaire et mixte du quartier (contre la gentrification) et se faire avec ses habitants

– Commerçants forains : un espace de travail qui doit s’adapter aux nouvelles manières de consommer et à sa clientèle s’il veut survivre, tout en prenant en compte les nombreuses contraintes techniques

La principale conclusion de cette partie du travail est la suivante :

La Place cristallise de nombreux usages et images. Support d’un discours identitaire, elle est le symbole de l’état et de l’évolution du quartier. Elle est physiquement et commercialement rattachée à son histoire proche (immigration et gentrification) et plus lointaine (ancien quartier ouvrier). Les attentes en ce qui concerne son avenir sont tout aussi plurielles que ses images, usages et identités associés.

 

La liste des documents que j’ai pu lire pour mieux connaître le lieu est disponible dans la bibliographie en fin de texte sous la rubrique : corpus du 2e axe.

  1. Le journal Projet :
Troisième axe de la méthode : rendre compte de la découverte et de la projection d'un lieu par le journal de projet.

Troisième axe de la méthode : rendre compte de la découverte et de la projection d’un lieu par le journal de projet.

À la façon du journal de projet de thèse d’Alexis Pernet[9] je me suis intéressé à un outil qui pourrait rendre compte de ma découverte progressive du lieu, mais aussi de mes interrogations, de ce que j’ai pu apprendre d’important au cours de mes rencontres et de ce qui m’a marqué, de mes retours en arrière ou abandons au cours de la démarche. Raconter tout ce qui ne se voit pas dans un projet plus classiquement mené, mais qui participe à le construire.

Je tiens donc depuis début février un journal. Je le complète dès que j’ai une idée qui me semble importante à développer, à la suite d’une rencontre enrichissante, après un rendez-vous avec mes tuteurs de projet… À la manière d’Alexis Pernet, ou même de Georges Perec dans sa Tentative d’épuisement d’un lieu Parisien, j’y ajoute aussi des sujets récurrents pour moi en lien avec le lieu. Pour y retracer ma vision d’habitant, il s’agit souvent de mon retour chez moi après la journée de stage ou de rendez-vous. J’illustre alors toutes les choses que je peux remarquer, petits gestes et habitudes des usagers de la place, ou évènement plus exceptionnel : comment se passent un déménagement, une altercation et une bagarre entre deux jeunes sur la place…

 

En illustration, voici un extrait de ce journal.

Contexte de l’extrait : Retour d’un rendez-vous avec les services de la mairie.

Une petite discussion avec des habitués de la place, car je me gare près de leur voiture. Ils me reprochent de me garer trop près d’eux. Cela m’amène à réfléchir à leur utilisation de la place, aussi j’entretiens habituellement des relations plutôt sympathiques avec ces personnes.

Extrait du journal :

‘‘ Habituellement je trouve ces scènes plutôt heureuses : un usage simple de parking comme lieu de discussion, la voiture comme mobilier urbain (certains sont souvent assis sur le siège conducteur café en main et pieds hors de la voiture). Mais comprends ce soir quand même l’agacement de certains habitants qui se refusent alors à utiliser le parking ou l’espace de pied d’immeuble. Ces jeunes en l’occupant quotidiennement se sentent ici chez eux, quitte à donner des ordres ou remontrances aux personnes qui utiliseraient leur espace en contradiction avec leurs habitudes. Cette scène m’en rappelle une autre, observée quelques semaines plus tôt. Ils utilisent aussi la poubelle comme cache pour la revente de cigarettes importées. Une femme sans domicile fixe, qui est habituée de la place je le remarquerai plus tard, vient alors à fouiller la poubelle après le marché en début d’après-midi. Elle y trouve un paquet de cigarettes et le prend donc. Les jeunes, jamais très loin, se précipitent alors pour lui expliquer qu’il n’est pas possible de se servir dans cette poubelle. Interaction sociale originale, mais interaction tout de même… Pas de caméra ce jour-là seulement un appareil photo pour immortaliser la scène… Usage qui en prive d’autres. Comment réconcilier tout le monde ? Est-ce utopique ? ‘‘

(Maël Trémaudan le 23-02-2016)

 

 

Bilan :

Loin d’être totalement déconnectés, ces 3 axes méthodologiques se sont mutuellement enrichis et complétés tout au long de ce premier mois de travail au CRESSON. Je prévois encore de rencontrer d’autres usagers. Mon journal évolue et devient maintenant le support de l’écriture de mes premières idées sur l’évolution du lieu. J’y retranscris mes premières hypothèses de transformation de la Place qui n’ont pas obligatoirement vocation à former un projet global, mais à imaginer sa transformation par petites touches. Par exemple que se passerait-il si on enlevait toutes les barrières de la partie parc de la Place ? Lesquelles faudrait-il enlever si on doit en garder une partie ? Parallèlement je commence à réaliser les séquences filmées de la place (time-lapse et films des gestes et habitudes des usagers) que j’analyse ensuite selon la méthode de William H. Whyte (comptage, réalisation de graphiques…)

 

Pour esquisser un premier bilan de ce travail, je peux dire que cette partie m’a permis :

– De clarifier des objectifs au plus proche du lieu et des ambitions de ses acteurs

– De définir certaines limites, en lien avec la méthodologie choisie et le temps imparti :

  • je n’étudierai que le périmètre de la place et du square Saint-Bruno (aussi limité par l’angle de vue que j’ai avec la caméra comme outil d’analyse – quitte ensuite à discuter l’apport ou les limites de ce choix), l’espace ne sera étudié que pendant 3 mois (pas beaucoup d’effet de l’alternance des saisons visibles).
  • Les mouvements des voitures ne sont étudiés que dans leurs interactions avec la vie de la place (pas à plus grande échelle, ce qui nécessiterait de mobiliser alors d’autres outils)
  • Mon projet doit-il aller jusqu’au design d’espace ? Si oui dans quelle limite : propositions de transformations ponctuelles en lien avec les observations, règles urbaines, un projet dessiné pour toute la place et ses environs ?

 

Pour la suite j’envisage donc de débuter les enregistrements en Time-lapse et de rechercher des éléments à observer. Cependant j’entrevois aussi les premières difficultés liées à cet outil d’analyse : la méconnaissance des techniques filmiques, la nécessité de trouver de bons endroits d’où filmer, le temps long de l’analyse des images, la difficulté de filmer au niveau du sol à Saint-Bruno dans la perspective d’un documentaire. Mes ambitions vidéo seront peut-être revues à la baisse par la suite, mais cela sera aussi un élément d’analyse : qu’est-ce que cela dit d’un lieu public quand il est difficile de le filmer, d’en prendre des photos ?

Ayant commencé ce stage au CRESSON par l’école d’hiver du Cresson et ayant été en contact avec différents doctorants et professeurs, ce stage aura été pour moi une belle occasion de commencer ce travail de fin d’études dans les meilleures conditions. Je commence maintenant un stage à Lyon. J’aurai sans doute moins de temps à consacrer au projet et nous verrons les directions que celui-ci prendra par la suite, au prochain épisode.

 

Bibliographie :

Alexis Pernet, 2014 « Le Grand paysage en projet, critique et expériences ». Edition Metis Presse, 320 p.

Pétonnet Colette. « L’Observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien. ». L’Homme, 1982, tome 22 n°4. Etudes d’anthropologie urbaine. pp. 37-47. disponible en ligne

Georges Perec, 2008 « Tentative d’épuisement d’un lieu parisien ». Edition Christian Bourgois.

Laure Brayer, 2014 « Dispositifs filmiques et paysage urbain : la transformation ordinaire des lieux à travers le film ». Thèse en Architecture, aménagement de l’espace. Université de Grenoble. Disponible en ligne

Laure Brayer. Filmer l’ambiance urbaine : Les dispositifs vidéographiques à l’œuvre chez William H. Whyte dans La vie sociale des petits espaces urbains. Ambiances. Environnement sensible, architecture et espace urbain, UMR 1563 – Ambiances Architecturales et Urbaines, 2013, pp.1-12. Disponible en ligne

William H. Whyte, 1980 «The social life of small urban spaces». Edition Project for Public Spaces Inc,

William H. Whyte, 1989 «City: Rediscovering the center ».  Edition Doubleday

Corpus du 2e axe :

Étudiants de l’IUT de Grenoble, 2007« Quartier Saint-Bruno, Mémoire grenobloise d’hier et d’aujourd’hui ». Édition Beau Livre, 96 p.

Étudiant de master 1 et 2 Urbanisme et Projet urbain (Institu d’Urbanisme de Grenoble) Ateliers de Master 1 et Master 2, atelier pédagogique organisé par Natacha Seingeuret et soutenu par les services de la Ville de Grenoble, 2011-2013, « Le devenir de la place Saint-Bruno ».

Jacqueline LINDENFELD, 1984. « Place marchande en milieu urbain » pour le Ministère de la Culture et de la Communication.

Mathieu Giroud, 2007 « Résister en habitant ? Renouvellement urbain et continuités populaires en centre ancien (Berriat Saint-Bruno à Grenoble et Alcântara à Lisbonne) » thèse en géographie, Université de Poitiers.

Paulette DUARTE, Liliane ENSAHEL-PERRIN, Emmanuel MATTEUDI, Natacha SEIGNEURET et Fanny VUAILLAT  « Enquête qualitative bien être quartier Berriat/Saint-Bruno », date non référencée.

Recherches aux archives des documents réglementaires : arrêtés municipaux de création du marché, règlements des marchés…

Union de Quartier Chorier-Berriat «Journal de de l’Union de Quartier » N°56 (juin 2014), N°57 (février 2015) et 58 (avril 2015).

 

 

[1] La première partie, qui a duré 1 mois, vient de se clore. La seconde, de 5 mois, sera réalisée dans un bureau d’étude Lyonnais spécialisé en urbanisme et paysage.

[2] “ For each square foot of plaza, builders could add 10 square feet of commercial floor space over and above normally permitted by zoning. “ The Social Life of Small Urban Spaces, William H. Whyte, 1980.

[3] Dont Seagram Plaza, qui tient une place particulière dans son étude en tant qu’espace fréquenté qui fonctionne très bien (notamment grâce aux nombreux espaces disponibles pour s’asseoir et l’accessibilité de l’eau).

[4] Définition time-lapse : film réalisé à partir du montage d’images prisent à intervalles réguliers bien en-dessous du rythme de film habituel de 24 image par secondes. Il s’agit de rythmes variés selon l’objet de la vidéo, par exemple William Whyte utilise une fréquence d’une image toutes les 2 secondes pour étudier les mouvements des piétons sur une place. Cette technique est souvent utilisée pour filmer depuis un point de vue fixe sur des longues durées (de quelques heures, à plusieurs jours, voire plusieurs mois).

William Whyte décrit les principales caractéristiques techniques et de mise en place de cette méthode à la fin de son livre The Social Life of Small Urban Spaces.

[5] Whyte éccrit dans la préface de son livre The Social Life of Small Urban Spaces « What has fascinated us most is the behavior of ordinary people on city streets ».

[6] Disponible ici en ligne http://ambiances.revues.org/335 sous le titre « Filmer l’ambiance urbaine : Les dispositifs vidéographiques à l’œuvre chez William H. Whyte dans La vie sociale des petits espaces urbains. », 2013. Ainsi que sa thèse est (« Dispositifs filmiques et paysage urbain : la transformation ordinaire des lieux à travers le film. »,2014.)  et toutes ses autres publications : https://cv.archives-ouvertes.fr/laure-brayer

[7] Georges Perec, 2008 « Tentative d’épuisement d’un lieu parisien ». Edition Bourgois.

[8] La méthode et les résultats sont décrit dans cet article : Pétonnet Colette. « L’observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien. ». L’Homme, 1982, tome 22 n°4. Etudes d’anthropologie urbaine. pp. 37-47.

[9] Dans son livre Le grand paysage en projet.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Mille mercis Maël, et vivement la suite que tu annonces; ton billet est passionnant de bout en bout!
    Anthony

  2. Bonjour, bravo pour votre article très captivant! Je suis de marseille et je suis intrigué par ce sujet. Grâce à votre blog que je viens découvrir au hasard d’un surf, je vais en découvrir davantage. Amicalement.

  1. 1 avril 2016
  2. 10 janvier 2017

    […] Cet article fait suite à l’article Épisode 1 : Formulation d’une problématique et mise en place d’une méthodologie durant 1 mois de stage au … […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *