Les ambiances à l’AAG « Association of American Geographer Annual Meeting » 2016, San Francisco

AAG_photo1

Photo n°1 : Logo de l’AAG 2016

Depuis 1904 aux États-Unis, l’arrivée du printemps marque aussi l’avènement d’un rituel parfaitement huilé : la conférence annuelle des géographes américains – The Association of American Geographer Annual Meeting – plus connu dans le milieu sous le sigle AAG. Cette année, la vieille American Association of Geographers tenait sa grande messe en terre californienne dans la ville de San Francisco. Après Chicago en 2015 et avant Boston en 2017, le monde de la géographie humaine et physique anglophone s’est donc retrouvé, comme de coutume, pour une semaine complète de rencontres et de débats. Plus de 9000 participants – venus en grande majorité des quatre coins des États-Unis et du continent asiatique, du Royaume Uni, de Suisse, d’Allemagne et de France pour la vieille Europe – ont ainsi circulé entre les quatre grands hôtels (réservés pour l’occasion – cf. photo 2) du quartier central de Union Square. Tous ont contribué et assisté à cet événement scientifique, dont le programme proposait jusqu’à 70 sessions parallèles journalières (poster sessions, panel sessions, conférences plénières, author meets critics, featured sessions…). Dans chaque hall, au pied de chaque escalator et à chaque étage, ils étaient aidés par une cohorte de volunteers en gilet jaune, prompts à distribuer plans et recommandations pour faciliter l’orientation et le séjour de chacun.

AAG_photo2

Photo n° 2 : Hall d’entrée et point de rencontre principal de la conférence

Car si AAG est à bien des égards gigantesque (par son échelle, par la concentration de chercheurs de nationalités différentes en un même lieu, par le nombre de présentations scientifiques, par ses milliers de connexions, mais aussi par la consommation et les déchets qu’elle génère, par les diverses party organisées en marge du congrès…), elle laisse aussi la place à des formats de rencontres intimistes et met en visibilité des thématiques de recherche que l’on pourrait considérer comme « marginales » au regard du peu de travaux qu’elles suscitent. Elle est par ailleurs largement ouverte à d’autres champs disciplinaires que la géographie et à tous travaux, macrologiques et micrologiques, quantitatifs et qualitatifs, menés autour des questions de spatialité. C’est bien là tout son intérêt. Outre qu’elle offre l’opportunité en une semaine de prendre connaissance de la recherche anglophone « en train de se faire » et des multiples angles problématiques à l’œuvre, AAG favorise la rencontre entre chercheurs travaillant sur les mêmes thèmes1.

.

 Photo n°3 : Installation d’une « paper session »


Photo n°3 : Installation d’une « paper session »

Le format des papers sessions est à ce titre intéressant. Coordonné par un ou plusieurs organisateurs ou groupes de travail thématiques (par exemple le Cultural and Political Ecology Speciality Group, le Urban Geography Speciality Group ou encore le Mobility Speciality Group), ces sessions d’1H40 – qui peuvent se répéter dans la même journée et atteindre pour certaines 4 à 5 séances consécutives – permettent à des spécialistes d’une même question d’exposer leurs travaux et de discuter. Après vingt minutes d’oral, et le traditionnel tour des questions, s’ensuit un débat généralement nourri avec un public dont la taille excède rarement 20 à 25 personnes (cf. photo 3).

On y apprend aussi l’art anglophone de la discussion, très différent du milieu francophone. L’ambiance des paper session est en effet, sinon décontractée, moins formelle et moins acerbe que dans nos séminaires. Le respect strict des consignes et des temps de présentation s’avère être la moindre des politesses requises. Et si la bienveillance et la recherche d’un accord sont de mises dans les questions adressées aux orateurs comme dans les échanges – nonobstant bien sûr les subtilités de la langue parfois difficiles à saisir – elles n’empêchent ni l’expression de controverses ni le débat contradictoire. Reste qu’il fait froid dans ces salles, que toutes sont imprégnées de l’odeur des désinfectants pour mains qui fleurissent à chaque étage, la climatisation et le maintien d’un air sain étant probablement un des critères de distinction des hôtels de luxe ! (cf. photo 4)

AAG_photo4

Photo n°4 L’exigence de maintien d’un environnement sain !

AAG_photo5

Photo n°5 « L’eau purifiée au logo de l’AAG ! »

 

Munis donc de nos écharpes et de nos badges verts imprimés à nos prénoms – un trait culturel aux États-Unis ? – nous avons donc pris part à cette grande conférence, communiquant chacun au sein de paper session différentes et écoutant avec attention les conversations centrées sur les ambiances. En voici un compte-rendu à deux voix :

Urban Atmospheres

Commençons par une session phare qui traitait des ambiances : la conférence « Urban Atmospheres » de Matthew Gandy à laquelle assistait un public d’environ 100 personnes. Notons d’ailleurs dès à présent que ce terme d’« atmosphere » ou l’expression « affective atmosphere » est communément utilisée dans le milieu anglophone pour parler des ambiances. Cette session faisait partie des conférences du congrès sponsorisées par la revue « Cultural Geographies ». Le fait que cette thématique des « urban atmospheres » soit choisie par cette revue comme sujet de leur conférence annuelle montre son importance au sein de la géographie culturelle. Pourtant le choix de Matthew Gandy peut paraître surprenant. Professeur de géographie culturelle et historique au département de géographie de l’Université de Cambridge, spécialiste des questions de paysage, d’infrastructures et de biodiversité, il n’est pas ancré dans le champ des ambiances et des atmosphères. Sa communication a donc pris la forme d’un regard extérieur, sur un champ en plein essor au sein de la géographie anglophone.

Gandy a structuré sa présentation en cinq temps. Après une partie introductive consacrée à la notion d’« atmosphere », il a successivement traité de l’air, de la lumière et du son – tels que ces éléments sensibles peuvent être empiriquement appréhendés – avant de revenir dans son cinquième point intitulé « Critical Phenomenologies » à un niveau d’argumentation plus conceptuel.

Son premier point était consacré à l’étymologie du terme « atmosphere » et au développement de travaux conceptuels en sciences humaines et sociales. Dans son analyse étymologique, il a montré la spécificité du terme « atmosphere », utilisé en géographie humaine et en sciences humaines et sociales pour désigner le fait que l’état intérieur d’une personne puisse être affecté par le monde extérieur qui l’entoure. Dans la présentation du développement du champ de recherche des « atmospheres », il a clairement explicité l’existence de deux traditions de réflexion différentes qui, chacune, ont contribué à son développement : d’une part, la tradition anglophone tournée autour de la question des affects, avec notamment les travaux de Kathleen Stuart et de Teresa Brennan ; d’autre part, la tradition germanophone, autour de la « Neue Phenomenologie », avec les travaux de Hermann Schmitz, Jürgen Hasse puis Gernot Böhme, ce dernier développant une conception singulière des atmosphères à partir d’une relecture des travaux de Schmitz. Gandy se montra assez critique par rapport à la séparation des notions d’affect et d’émotion dans la recherche anglophone et à sa conséquence immédiate, le développement d’une géographie des affects et d’une géographie des émotions, alors même que cette séparation n’existe pas dans la pensée germanophone.

Ses propos sur l’air, la lumière et le son lui ont ensuite servi à illustrer le champ de la recherche sur les ambiances urbaines. Les exemples donnés étaient assez disparates et s’appuyaient avant tout sur les travaux d’autres chercheurs, approchant moins directement la question des ambiances urbaines que celle de la dimension sensible de l’urbain. Gandy a utilisé dans cette partie de sa présentation beaucoup d’illustrations mais n’a finalement que très peu démontré la manière dont des personnes sont affectées en étant plongées dans une ambiance urbaine spécifique.

La dernière partie de sa présentation – intitulée « Critical Phenomenologies » – développait une réflexion critique quant au concept et à la recherche sur les « atmospheres ». Comme premier point, il mentionna la difficulté de faire d’un vocable ancré dans le langage quotidien – tel que c’est le cas avec « atmosphere » – un vocable scientifique. Ce constat nous semble contestable car un grand nombre de termes en sciences sociales relèvent du langage ordinaire sans que cela pose forcement un problème pour le travail scientifique. Toujours sur un plan terminologique, Gandy pointa la sélectivité des textes de références germanophones traduits en anglais et la relative simplification des concepts initiaux développés par les auteurs germanophones. Un deuxième argument critique concernait la séparation entre affect et émotion, répandue dans la recherche anglophone sur les ambiances. Sur un plan plutôt conceptuel, il aborda ensuite la nécessité de réfléchir sur le lien entre l’expérience individuelle et l’expérience collective d’une ambiance. Il critiqua également l’idée souvent sous-entendue dans la recherche sur les ambiances d’un sujet passif qui se laisse « manipuler » par l’ambiance d’un lieu ou d’une situation. Ses réflexions critiques touchaient également la dimension méthodologique, en soulevant la question des instruments de saisie d’une ambiance, de leur transformation éventuelle par l’ambiance, de leur capacité alors à produire des résultats de qualité. Gandy aborda finalement l’utilité politique et pratique de la recherche sur les ambiances en évoquant son potentiel pour l’analyse de la dimension sensible des transformations de l’espace urbain par des innovations technologiques. Il donna alors l’exemple de la lumière urbaine.

De notre point de vue, l’apport de la conférence de Gandy pour la recherche sur les ambiances se situe avant tout dans ses remarques critiques. Son accès aux textes germanophones lui permettait de saisir la réception très simplifiée de la littérature germanophone sur les « atmospheres », liée à des traductions sélectives et de pointer un problème non négligeable de ce champ de recherche. Et sa distance par rapport à la recherche sur les « atmospheres » lui permettait d’évoquer des problématiques conceptuelles importantes qui auraient sûrement été moins clairement et directement prononcées par un conférencier ancré dans ce champ de recherche.

Art and Atmosphere

La deuxième session faisant explicitement référence aux ambiances était consacrée à l’articulation entre « art and atmosphere ». Elle visait à explorer les possibilités de représentation et de transmission des ambiances à travers l’art (compris dans un sens très large) et à poser la question de l’émergence possible d’ambiances nouvelles du fait même de l’usage des nouvelles techniques et pratiques artistiques. Avec ce questionnement, la session s’inscrivait dans la problématique plus large de la représentation et de la traduction des ambiances.

Les cinq orateurs de la session étaient des jeunes géographes états-uniens au début de leur carrière universitaire. Leurs présentations étaient toutes basées sur un exemple empirique ou un champ de pratique artistique. La première présentation, réalisée par une géographe et artiste, abordait la thématique de la représentation des aéroports par des pratiques artistiques visuelles et littéraires. Elle était suivie par une communication sur les possibilités de sensibiliser le public à la problématique du changement climatique, à partir de collages d’images plutôt abstraites. Le troisième papier analysait les affects générés par l’architecture à travers l’exemple du Hirshhorn Museum à Washington. La quatrième intervention se focalisait sur un dispositif olfactif et les affects que celui-ci pouvait provoquer sur ses utilisateurs. La dernière présentation analysait une œuvre importante de la littérature chinoise du douzième siècle et cherchait à comprendre comment les ambiances urbaines décrites dans ce livre sont véhiculées par une syntaxe et une sémiotique spécifique.

Le point commun des cinq présentations était leur caractère très descriptif et leur manque de positionnement quant aux travaux existants sur les ambiances. Pour cette raison, l’apport des cinq présentations quant à l’objectif de la session, à savoir questionner les possibilités de représentation et de transmission des ambiances à travers l’art, est resté très limité. Cette caractéristique globale de la session se refléta dans la discussion peu animée qui se limita à de simples questions sur les exemples empiriques.

 Affect, politics and embodied practices

Samedi 1er avril, entre 14H et 17H, la session « affect, politics and embodied practices » sponsorisée par le Political Geography Speciality Group, le Cultural Geography Speciality Group et le Sexuality and Space Speciality Group prit place dans un des salons du Hilton. Malgré sa programmation tardive – l’après-midi du dernier jour de la conférence – la salle compte près de 25 personnes qui resteront jusqu’au débat final. Autour de son organisateur, Nathan L. Clough, du département Geography, Environment and Society de l’université du Minnesota, prennent place 8 orateurs. Trois sont américains, trois sont anglais, les deux autres sont Suisse et Français. Cinq sont géographes et trois sont sociologues.

La session est organisée autour d’une approche très foulcadienne des relations entre pouvoir et corps. Concrètement, il s’agit de prolonger l’hypothèse de Michel Foucault, redéployée par Giorgo Agamben, de l’existence d’un « bio-pouvoir » ou, pour le dire autrement, de stratégies politiques plus ou moins explicites de contrôle des vies individuelles, des affects et des pratiques sociales. La session propose quatre axes de réflexion qui, sans jamais utiliser le terme « atmosphere » ou « ambiance » ne sont pas sans résonance avec nos préoccupations de laboratoire :

  • la possibilité d’une théorisation des affects et des processus d’incarnation,
  • la mise à jour du rôle des affects et des processus d’incarnation dans les mouvements identitaires contemporains,
  • des études de cas révélant les effets sur les corps et les affects de certaines politiques publiques à l’œuvre dans le monde contemporain : Rachel Thomas intervient précisément sur ce thème avec une communication intitulée « Embodying pacification processes. The case of the Brazilian urban public spaces »2,
  • la possibilité de lier une réflexion sur les affects à une réflexion en termes de race, de classe, de genre et/ou d’ethnicité.

Si le premier axe de recherche en est resté au stade d’un programme annoncé, les trois autres ont été largement nourris par des interventions toutefois très hétérogènes dans leur objet. Ainsi, des travaux sur les discours de la précarité des femmes immigrées en Grèce et en Autriche (Nefeli Stournara, Middlesex University), sur les effets du colonialisme sur les modes de vie des membres de la tribu Ojibwé (Deondre Smiles, University of Minnesota), sur l’organisation des espaces et des rythmes de vie des femmes iraniennes homosexuelles (Tahereh Aghdasifar, Emory University) ou encore sur l’évolution de la pratique du HEMA (un art martial d’autodéfense) et la manière dont elle colore les relations interethniques (Nathan L. Clough, University of Minnesota) ont clairement articulé la question des affects à celle des identités culturelles. Dans chacune de ces interventions, l’affect, s’il n’est pas toujours défini, est toutefois largement lié à la conception deleuzienne et transcrit la puissance d’affirmation de soi de chaque individu. C’est alors le pan de la violence des échanges inter-classe, inter-race ou inter-ethnie et la reconduction dans le temps de formes de domination qui sont dénoncées.

Trois autres interventions ont davantage insisté sur l’articulation entre affect et politique. Que ce soit à travers l’étude de l’évolution des émotions en public lors des révoltes de 2014 contre le régime politique ukrainien sur la place Maidan à Kiev (Suncana Laketa, University of Zurich), la saisie de l’évolution des affects de jeunes volontaires du parti du Labour lors de la dernière campagne électorale (Sam Page, University College of London) ou encore des travaux sur la pacification des espaces publics urbains brésiliens (Rachel Thomas, Cresson, UMR 1563), tous cherchent à dépasser une approche individualiste des processus d’incorporation des ambiances urbaines. Il s’agit de comprendre et de décrire – à travers une attention aux gestes, aux mots, aux émotions vécues – en quoi et comment l’expérience prolongée de situations mettant en jeu un public particulier et l’équilibre ordinaire des relations deviennent collectivement incorporées et transforment les rapports intersubjectifs. Dans ce type de travaux, y compris pour ceux qui se préoccupent de régimes gouvernementaux ou d’idéologies politiques, le politique est appréhendé comme des formes de coexistence au sein de la cité qui relèveraient de formes sensibles. Il est à noter également que ces trois dernières interventions – probablement parce qu’elles sont les seules issues d’un travail empirique – ont mis en avant la difficulté de la saisie des affects in situ et de leur description.

Enfin, l’intervention de Jason Dittmer (University College London), peut-être un peu plus éloignées de nos centres d’intérêts, s’est davantage centrée sur la manière dont la diplomatie britannique a incorporé, au fil de l’histoire, les différentes manières à travers lesquels ses partenaires échangent, en fonction de leur culture d’origine ou professionnelle, l’information nécessaire à la mise en place d’une politique étrangère. C’est donc là une lecture des cultures professionnelles qui pourrait être également mise en œuvre dans nos champs de recherche.

La présence de la thématique des ambiances à la AAG ne se limitait pas à ces trois sessions. Mais compte tenu du grand nombre de sessions parallèles, il nous était impossible d’assister à chacune des présentations en lien avec cette thématique. Nous nous contenterons donc ici de donner deux impressions synthétiques de cette conférence pour le champ des ambiances.

La première nous ramène à la remarque de Gandy : le terme « atmosphere », si présent dans le langage ordinaire, manque parfois d’une définition claire dans le champ scientifique. Nous avons eu l’impression, dans quelques papiers ou sessions, que le terme « atmosphere » était insuffisamment discuté au regard de travaux explicites en sciences humaines et sociales autour de cette notion et de celle d’ambiances ou seulement utilisé pour indiquer que la session aborde la dimension sensible de la thématique traitée. En revanche, un nombre non négligeable de présentations et de sessions a abordé la thématique des affects, du sensible ou de l’ordinaire – faisant d’elles qui faisaient des contributions à la problématique des ambiances – sans qu’elles soient explicitement placées dans ce champ de recherche. Peut-être pouvons-nous lire cet écart comme le signe d’un statut de champ de recherche propre à gagner encore au sein de la géographie humaine anglophone ?

Nous finissons avec le constat que dans ce monde de la géographie anglophone, la prise en considération de la recherche francophone sur les ambiances, bien qu’ancrée dans une longue tradition est quasi inexistante, sauf par des chercheurs francophones qui présentaient leurs propres travaux. Mais soyons positifs : ce constat doit inviter la communauté de recherche francophone sur les ambiances à contribuer davantage à faire connaître ses travaux et ses positionnements, hors de ses mondes linguistiques et disciplinaires !

Pour citer ce billet : Rainer Kazig et Rachel Thomas « Les ambiances à l’AAG « Association of American Geographer Annual Meeting » 2016, San Francisco», Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 02 juin 2016. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/11113
  1. Pour compléter cette « vision » du monde de l’AAG, lire également : Marianne Blidon, « L’AAG pour les nuls », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], E-Topiques, mis en ligne le 13 mai 2015, http://cybergeo.revues.org/26977 ; DOI : 10.4000/cybergeo.26977 []
  2. Cette communication valorisait un travail collectif mené dans le cadre de la coordination d’une ANR sur les « énigmes sensibles des mobilités urbaines contemporaines », dont les questionnements et les matériaux de travail sont disponible à cette adresse : http://anr-muse.fr []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Merci beaucoup à tous les deux pour ce partage, avec humour! Il faudra qu’on songe à mettre notre logo sur notre magnifique essuie-main…

  1. 27 juin 2017

    […] stages de recherche effectués par des étudiants (M2, doctorants en accueil, chercheur de passage), les compte-rendus de congrès, de journée d’études, ou des déjeuners mensuel du Cresson, avec des billets mettant en valeur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *