Suoni di Venezia : A l’écoute de Venise en marchant, en écoutant, en repérant

suoni

Dernière publication CRESSOUND dans le catalogue de la doc & sur cartophonies :

Cette ville est un phénomène acoustique unique dans le monde. Quiconque l’a au moins une fois, très vite, expériencé, le sait : Une ville où non seulement aucune automobile ne circule mais aussi où l’eau est, à chaque pas, présente. Deux conditions majeures qui offrent à exister (afford) des écoutes et des sociabilités disparues de la plupart des autres villes modernes.

Une ville où Stéfania Giametta s’est installée pour poursuivre ses études d’architecture sous l’aile de Bernardo Secci & Paola Vigano, essayant d’y ouvrir leurs oreilles.
En 2001, pour son DEA « Ambiances Architecturales et Urbaines » à Cresson, elle a exploré les espaces sonores de Venise au prisme de méthodologies in situ.

Parmi les différentes méthodes d’observation utilisées, aux côtés des cartes, entretiens et mesures acoustiques, ces enregistrements sonores illustrent les rapports de la ville avec l’eau, la pratique des espaces publics, l’artisanat, le tourisme, la présence des églises, la configuration des espaces et une multiplicités de micro-phénomènes de la vie ordinaire de Venise.

Ces 40 enregistrements témoignent de l’écoute de Venise au rythme de la marche. Les 31 premiers fragments explorent différents quartiers, certains très touristiques comme San Marco, d’autres plus discrets comme Dorsoduro ou Cannaregio. Les 8 suivants se concentrent autour de la petite place de San Trovaso et ont servi de base à des Entretiens sur Ecoute Réactivée.

Le dernier présente un phénomène à la fois exceptionnel et récurrent qui met en relief la qualité de l’écoute dans un tel contexte : un de ces jours de novembre où un brouillard intense recouvre la ville.


Giorno di nebbia (jour de brouillard) – Grenoble : CRESSON, novembre 2000.
9min 18s

Montage de 4 séquences enregistrées dans le quartier autour de San Trovaso un jour où le brouillard recouvre la ville.
– La première séquence débute sur la fondamenta des Zattere, avec les sirènes des bateaux qui croisent sur le canal de la Giudecca, se signalant et se répondant de loin en loin, et se réverbérant à grande échelle. On entend aussi la preneuse de son étalonner ses appareils de mesure (70dBA) ; un petit chien et une mouette contrepointent l’émergence des sirènes, sur fond de basse continue des moteurs.
– Dans la deuxième séquence on se retrouve sur le campo San Trovaso, les sirènes en fond, mais on est frappé par la densité et la proximité des échanges verbaux.
– Troisième séquence juste à côté sur le « près » (prato), les voix un peu plus distantes mais toujours très présentes, l’eau plus proche et tout au loin la cloche d’une église ; les sirènes éparses comme fond sonore.
– Dans la quatrième séquence, les cloches de différents clochers prennent le relai comme fond sonore prégnant, on passe du campo à des ruelles plus étroites avec des interactions de proximité.

SG

Suoni di Venezia : A l’écoute de Venise en marchant, en écoutant, en repérant [Enregistrement sonore] / Giametta, Stéfania, Auteur; Giametta, Stéfania, Preneur de son; Augoyard, Jean-François, Directeur de thèse. – Grenoble : CRESSON, 2001. – 1h 10min: 40 fichiers numériques; Cassette DAT. – (Cressound)
URL de la collection sur le catalogue de la bibliothèque
Les enregistrements sont aussi présents sur Cartophonies.

 

Citer ce billet : “Suoni di Venezia : A l’écoute de Venise en marchant, en écoutant, en repérant”, par Françoise Acquier & juL McOisans. Publié sur Le Cresson veille et recherche… le 7 juillet 2016. Lien : https://lcv.hypotheses.org/11222.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Merci à tous les deux pour faire remonter à la surface (de l’eau!) ces enregistrements! Je viens de trouver ma prochaine destination estivo-scientifico-sonore!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *