Ephemeral library : 4 Presentations on Wednesday 21 of september 2016 from 3 to 5 p.m

A short report of the first afternoon at the librarys’ stand !

img_20160921_154929 img_20160921_155049 Céline Drozd

A 15h30 Céline Drozd (Maitre assistante Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg) a ouvert la session de rencontre auteur/participant, chaleureusement accueillie par ses collègues de Strasbourg ! Elle a présenté la publication qui a fait suite à la journée d’étude sur la construction du chez soi organisée en 2015 à l’ENSA Nantes par 4 chercheurs du CRENAU : C Drozd, I. Requena Ruiz, K Mahé et D Siret. Cette journée cherchait à faire le lien entre la question de la performance énergétique de l’habitat et celle de la notion de chez soi qui couvre un large panel de pratiques (auto-construction, décoration…) en lien bien souvent avec l’évolution de la famille et d’accidents de parcours (changement de revenu, problème de santé, vieillissement…). Entre deux passages de chariots de livraison de la fac (!), Céline nous a exposé rapidement les différents éléments de réflexions regroupés dans la publication autour de l’énergie, reliant pratiques habitantes et savoirs professionnels et a développé la recherche menée par son équipe sur les projets d’auto-réhabilitation réalisés par l’intermédiaire de magasin de bricolage (Leroy Merlin). Sylvie Laroche l’a interrogé sur les enjeux et la nature des liens établis avec l’équipe Leroy Merlin Source. Cette petite structure (4 pers.) n’est pas forcément directement liée aux magasins eux-mêmes et souhaite développer des recherches concernant l’habitat. Certains résultats sont cependant repris pour améliorer les produits et services proposés dans les boutiques. Ainsi les enquêtes menées dans le cadre de leur recherche nous explique Céline, dans le but de comprendre les échanges entre conseillers de vente et bricoleurs ont montré que le découpage en différents secteurs des magasins peut être un frein pour l’amélioration de la qualité énergétique. En effet il y a parfois un manque de concordance entre les différents conseillers.

img_20160921_160723

photo3

photo1

Laure Brayer

Laure Brayer (chercheure contractuelle au Cresson) nous a ensuite présenté sa thèse soutenue en 2014 sur les « Dispositifs filmiques et paysages urbains. La transformation ordinaire des lieux à travers le film » pour lequel elle a obtenu le Prix de la thèse de l’Université de Grenoble en 2015Cette thèse pose la question de la portée du film dans la fabrication de la ville et son caractère opérant pour appréhender les caractéristiques d’un lieu. La thèse est construite en deux parties « l’appréhension de la transformation ordinaire des lieux à travers le film » qui pose la problématique, les hypothèses et donne le cadre d’un protocole méthodologique à travers 5 corpus. La 2ème partie fait appel au sensible, au perceptif et au partage des regards. Que perçoit et interprète le spectateur ? L’approche filmique amène à penser différemment la question du projet et à préciser la nécessité d’une conception collective et impliquée de l’architecture, attentive à l’esthétique. De la même manière que le film qui n’est pas une « simple représentation », le projet ne peut être envisagé comme un acte isolé : « par la pratique filmique et dans sa réception a lieu un « en-projet » collectif qui se fait avec l’existant et ceux qui le peuplent ». Céline Drozd a demandé une précision sur la définition du terme « dispositif filmique » et si celui-ci couvrait les films documentaires ou de narration… et si ces paramètres différents étaient pris en compte. Laure a donc explicité la définition de dispositif comme choix spatial entrainant le tournage (angle de tournage, déplacement de caméra…), comme choix temporel (vitesse d’enregistrement..) et choix d’énonciation (expérience vécue, résultat…). Ainsi dans son article publié dans « Paysage en partage. Sensibilités et mobilisations paysagères dans la conduite de projet urbain ou du territoire« , 3 vidéos ont servi d’exemple à l’hypothèse du dispositif filmique comme révélant le lieu en transformation. Céline Bonnico a demandé comment tester cette hypothèse ? Laure a répondu qu’il faudrait en effet un projet concret en lien avec une agence d’urbanisme. Une piste à creuser !

photo4

Sylvie Laroche

Sylvie Laroche nous a parlé ensuite de sa contribution à l’ouvrage issu d’un colloque tenu à Brest en 2014 sur la mutation d’un espace marchand. La première partie de l’ouvrage est consacrée aux liens entre nouvelles technologies et commerce (e-commerce) susceptibles de faire apparaitre de nouveaux espaces marchands. La 2ème partie partie met l’accent sur le retour des consommateurs à la proximité commerciale, aux nouvelles formes de commerce local (AMAP). La 3ème partie est consacrée à la réorganisation de l’espace urbain à l’aune des transformations des lieux de commerce, avant de réinterroger ces nouvelles transformations du commerce local dans les pays émergents. Sylvie a ainsi analysé les ambiances créées par la rénovation du centre commercial Beaulieu à Nantes (France). Une double approche, critique et immersive a permis d’identifier l’inscription du centre commercial dans le territoire de l’Ile. L’approche sensible in situ suivait 3 critères : étendue/fragmentation ; route / centre/ périphérie ; assise / flux.
Cette étude a permis de définir une méthode exploratoire pour analyser des projets en cours, des projets de vacances commerciale. Céline Bonnico s’interroge sur le rôle de la commission départementale d’expertise des projets de construction de centres commerciaux. Sylvie y est expert développement durable pour superviser les projets et participer à la délivrance des permis de construire aux côtés d’élus.

Céline Bonnico

img_20160923_123425 img_20160923_123401img_20160923_123409

Céline Bonnico a conclu ces 1ères rencontres, en présentant « Une archéologie de l’interaction, de David Hume à Erving Goffman« , ouvrage sorti en août 2016 et issu de sa thèse de philosophie soutenue en 2008. Son intervention parle ainsi du travail de réécriture entre sa thèse et son ouvrage et le changement de perspective induit par ses discussions avec les membres du Cresson. Son travail porte sur le thème de la sympathie et comment ce concept mis en évidence par David Hume au 18ème siècle irrigue-t-il les sciences humaines ? Son « traité de la nature humaine » constitue un des fondements de l’interaction, élaborée au 20ème siècle par l’Ecole de Chicago et plus particulièrement par Erving Goffman. Le basculement de la sympathie philosophique vers l’interaction sociologique puis l’usage de l’interaction dans le champ des sciences humaines nous est expliqué par C Bonnico dans un discours clair malgré une ambiance sonore méditerranéenne due au Coffee Breack !!!
Pour compléter ce CR, lire le live-tweet !
 Photos prises avec l’aimable autorisation des auteurs par les Françoise Acquier et David Argoud, septembre 2016 à l’Université de Volos
Pour citer ce billet : Laurence Bizien et Françoise Acquier, « Ephemeral library : 4 Presentations on Wednesday 21 of september 2016 from 3 to 5 p.m», Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 23 septembre 2016. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/10892

Laurence Bizien

Documentaliste au Centre de Recherche Nantais Architectures Urbanités (CRENAU) ,équipe nantaise du laboratoire AAU (UMR Ambiances, Architectures, Urbanités)

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Merci Laurence, Françoise & les différentes contributrices de l’après-midi! C’est très clair & les éléments « d’ambiance » nous donnent l’impression d’y être…
    Vivement les prochains billets, pour ce colloque quasi en direct!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *