Redécouvrir la Place Saint-Bruno. Analyse et projection selon la méthode d’analyse vidéo de William H. Whyte (Episode 2)

image-une-billet-cresson-2 

Épisode 2 : Mise en place de la méthode et réalisation du film.

Cet article fait suite à l’article Épisode 1 : Formulation d’une problématique et mise en place d’une méthodologie durant 1 mois de stage au CRESSON.

L’épisode 1 présentait la mise en place de ma méthode d’observation de la place Saint-Bruno et mes attentes par rapport à ce travail. Ce deuxième épisode se propose d’exposer les principaux résultats, présentés ici brièvement en 2 axes : le travail d’analyse de site par la vidéo et la question du projet issue de cette méthode. Le retour et l’analyse de la méthode ne seront pas exposés ici, elle est traitée dans un mémoire qui retrace l’ensemble de la démarche. Il est disponible en ligne (partie IV, page 52).

Il convient de rappeler brièvement que mon travail est celui d’un diplôme de fin d’études réalisé dans le cadre du Master 2 urbanisme et projet urbain option « Design urbain » de l’Institut d’Urbanisme de Grenoble sous la direction de Nicolas Tixier et de Laure Brayer. Quant à ma méthode d’analyse, elle s’inspire du travail mené sur les places de New-York par William H. Whyte dans les années 1970-1980. Ce journaliste-urbaniste et sociologue américain filmait alors les espaces publics afin de comprendre la fréquentation, les habitudes et interactions sociales s’y jouant. Pour simplifier on peut dire que les principales questions qu’il souhaitait poser grâce à sa recherche étaient : qu’est-ce qui fait qu’un espace public est plus pratiqué qu’un autre ? Quel est l’impact de la configuration d’un espace sur son usage ? Comment rendre un espace attirant pour les usagers ?

L’épisode numéro 1 revient plus en détails sur la démarche de cet auteur, mon interprétation et application de celle-ci.

La vidéo

Analyser un espace grâce à la vidéo, tel que j’ai pu l’expérimenter ou que William Whyte le présente, possède plusieurs avantages.

La vidéo permet d’analyser, grâce à la technique du time-laps notamment, sur un temps long et de voir donc les évolutions de fréquentation et d’usage sur plusieurs échelles de temps (en fonction de l’heure de la journée, du jour de la semaine, voire de la saison). Cela était d’autant plus important pour moi qui analysais une place fortement rythmée par un évènement quotidien : un marché  transformé en parking l’après-midi.

La vidéo permet aussi de faire participer les usagers sans les interroger et donc permet d’éviter les difficultés liées à l’interprétation de questionnaires, d’interviews et entretiens qui nécessitent un savoir-faire très particulier. C’était un point essentiel pour moi qui suis issu d’une formation de paysagiste-urbaniste et qui ai donc plus l’habitude d’analyser des espaces et leur fonctionnement que des discours et entretiens.

Un des objectifs de mon travail était aussi de réinterroger la place Saint-Bruno pour ceux qui l’habitent, la pratiquent et la font évoluer (habitants, commerçants, services municipaux…). La vidéo présente alors l’avantage d’être un média facile à communiquer et à comprendre, s’affranchissant de toute vue technique et parfois peu évidente de la lecture en plan, en coupe ou en diagramme.

Voici pour mieux comprendre mon travail, le film que j’ai construit. Il en existe 2 versions (une version courte durant 14min et une version longue durant elle 30min) :

 

Note : Je vous invite à regarder aussi le film expliquant le travail de William H Whyte.

Ce film m’a beaucoup inspiré pour mon travail : The social life of small urban spaces de William H. Whyte datant de 1979.

La question du projet et de son évolution

Filmer était un projet en soi, mais tout au long de ce travail vidéographique se pose directement la question du futur de la place. Quelles questions posent les usages et usagers par leur façon de pratiquer le lieu ? Quelles évolutions imaginer alors ?

Parallèlement au tournage j’ai été à la rencontre d’usagers de la Place Saint-Bruno. En effet, de manière informelle et au fur et à mesure d’interrogations posées par le film et d’observations je suis allé questionner les habitants, les techniciens des services municipaux, les commerçants, les associations, les élus… Je les interrogeais sur leurs habitudes puis sur leur vision actuelle et future de la place Saint-Bruno. L’observation et les rencontres se répondaient en permanence. Rencontrer les gens me permettait d’affiner l’objet du film et le film me faisait identifier des usages surprenants qui nécessitaient l’éclairage des usagers. C’est le cas par exemple de l’utilisation de l’eau pour le nettoyage du marché : pourquoi inonder la place ? Et bien c’est pour ne pas boucher les machines de nettoyage.

L’ensemble de ce cheminement et de ces allers-retours entre observations, film et questions méthodologiques est présenté dans un carnet de terrain (disponible en ligne). Construit au départ comme un outil d’auto-analyse et de prise de notes de mon travail, j’ai finalement décidé d’en exposer une partie pour mon rendu final. En effet ce carnet de terrain permet de suivre l’évolution de mon projet. Il permet aussi d’illustrer l’évolution de mon regard sur le lieu. Enfin il s’agit de la trace la plus fidèle des personnes entretenues.

Puis après 4 mois d’observations et de rencontres, j’ai ressenti le besoin de faire évoluer ce carnet de terrain, d’une forme écrite vers une forme dessinée. Étant issu d’une formation où la question du projet sur site, dessiné, est assez centrale (Formation d’ingénieur paysagiste à l’Agrocampus Ouest d’Angers) je n’ai en quelque sorte pas pu m’empêcher d’imaginer ce lieu tel qu’il pourrait être demain. Or il m’était difficile d’exprimer par écrit les idées de projets spatialisés que je commençais à accumuler.

Aussi la méthode d’observation avait engendré un questionnement que je pourrais qualifier de « protéiforme », un sujet après l’autre. Je ne cherchais pas forcement à trouver une logique de fonctionnement d’ensemble ou à avoir une compréhension systémique du lieu, mais plutôt à en faire une lecture la plus large possible, usage par usage, micro-lieu par micro-lieu.

Les questions de projets spatialisés que je me posais, directement issues de cette méthode, étaient de la même manière « protéiformes ». Je développais sur des feuilles de dessin, parallèlement à mon récit écrit de carnet de terrain, des idées concernant plusieurs éléments de Saint-Bruno, les lieux et sujets mis en évidence dans le film (les barrières, les jeux, la façade commerciale exposée sud…). Comme pour l’observation, l’objectif n’était alors pas de faire un projet d’ensemble, mais bien de réfléchir à plusieurs petits sujets, lieux sur la place. Les rencontres et questionnements des usagers m’ont pour cela beaucoup aidé. En effet j’ai parfois repris des idées vaguement soulevées par mes interlocuteurs en essayant de les questionner et de les pousser le plus loin possible.

Le résultat de cette approche se présente alors comme une carte des potentiels de projets. La carte désigne ici un objet qui, à la différence d’un schéma d’intention, expose un certain nombre d’éléments sans organisation hiérarchique particulière et qui vise à laisser une certaine liberté de lecture (pas de sens imposé ni d’éléments mis en avant). C’était du moins l’objectif. Je poursuivais aussi le but, dans la continuité du film, de représenter autant des potentiels de modifications physiques de la place que des évolutions de rythme, d’animation. J’ai donc essayé de faire apparaître la vie et l’ambiance présente ou possiblement présente sur la place Saint-Bruno (d’où le choix d’un dessin en axonométrie, en plus des raisons de simplification de lecture et du choix d’un langage ne passant pas par le plan pour pouvoir être lisible par tous).

 

Carte des potentiels de projets (source : Maël TRémaudan)

Carte des potentiels de projets aussi disponible en livret explicatif (source : Maël Trémaudan)

 

Pour conclure sur cette expérience et ce qu’elle m’a apporté, je souhaite partager une citation de Lewis Mumford, historien américain de l’urbanisme du milieu du XXe siècle. Il exprime l’idée forte que le projet urbain pour être réussi, s’il doit répondre aux demandes et objectifs de son époque, ne doit pas perdre son attachement au contexte social. Je trouve cette affirmation particulièrement vraie pour Saint-Bruno.

« Il faut commencer avec le noyau de la communauté comme une chose à préserver à tout prix et ensuite trouver la forme moderne équivalente d’une façon suffisamment efficace économiquement pour être accessible aux commerçants et à tous les autres. »

Lewis Mumford lors de la conférence de Harvard sur le Design urbain, 1959

Citer ce billet : “Redécouvrir la Place Saint-Bruno. Analyse et projection selon la méthode d’analyse vidéo de William H. Whyte (Episode 2)”, par Maël Trémaudan. Publié sur Le Cresson veille et recherche… le 10 janvier 2017. Lien : https://lcv.hypotheses.org/11562.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *