Déjeuner du Cresson : Matières animées par Romain Anger et Laetitia Fontaine, mardi 10 janvier 2017

Boue d'argile

En séparant deux plaques collées par une boue d’argile, des doigts d’air apparaissent et forment une surprenante figure arborescente. Le pouvoir collant de la boue est lié à l’énergie dissipée par l’écoulement visqueux de l’argile pendant le décollement. Crédit : amàco – films du lierre

Pour le déjeuner du Cresson du mardi 10 janvier 20017, entre 12h15 et 14h, l’équipe a eu le plaisir d’écouter une intervention préparée par Romain Anger et Laetitia Fontaine (CRAterre / AE&CC / AMACO)

« Matières animées »

Résumé : Comment révéler la beauté des choses qui nous entourent ? Comment lever le voile qui recouvre le réel pour percevoir et éprouver, au-delà des apparences premières, le « cœur caché des choses » ? Pourquoi une telle révélation contient les germes d’une écologie politique des choses ? Qu’avons-nous encore à apprendre d’une goutte d’eau, d’une boue d’argile, d’un tas de sable, d’une feuille de papier, d’un brin d’herbe, d’une tranche de bois ou d’une simple pomme de pin ? Chacune à leur manière, ces matières ordinaires s’expriment avec un langage qui leur est propre. Elles n’utilisent pas de mots. Elles utilisent le langage du corps, des sens et des émotions. Elles nous touchent, elles captent notre attention et, se faisant, elles nourrissent nos intuitions et notre créativité. De nombreux artistes contemporains nous encouragent à changer de regard sur ces matières déconsidérées. Parmi eux, Giuseppe Penone nous dit ceci : « ce que je cherche vraiment, c’est de comprendre la matière. De découvrir et de révéler la pensée de la matière. La volonté d’un rapport d’égalité entre moi-même et les choses est à l’origine de mon travail ». Par un curieux hasard (?), la science développe des outils théoriques essentiels pour mieux comprendre ces mêmes matières ordinaires. Les comportements étranges du sable, de l’argile, des fibres et de l’eau font partie de terrains d’investigation scientifiques particulièrement prometteurs à l’heure actuelle. Comme l’art, la science contemporaine nous invite à prêter une attention nouvelle à des phénomènes auxquels, ordinairement, personne ne fait attention. Elle contribue à changer notre rapport à la matière et au monde. La matière inerte et déconsidérée se révèle étonnamment « vibrante » et animée.

La présentation très visuelle nous a permis d’entrer dans la matière sensible. Quelques photos prises in situ.

img_20170110_122710img_20170110_122927img_20170110_122649img_20170110_123519

 

 

 

 

img_20170110_123521img_20170110_124246img_20170110_124657img_20170110_124701

 

 

 

 

img_20170110_124742img_20170110_125522

 

 

 

 

Notes prises sur le vif lors de l’intervention assurée par Romain Anger.

 


Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble. Veille également sur Scoop-it : http://www.scoop.it/t/le-cresson-veille-et-recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *