Déjeuner du Cresson du 5 octobre 2017 : Temps dé-pliés et espaces architecturés. Expériences de la ville et appropriations de l’espace en parcours par Julien Thiburce

Nous avons eu le plaisir d’écouter Julien Thiburce, doctorant en Sciences du langage au laboratoire ICAR (Interactions, Corpus, Apprentissage, Représentations), Ecole Normale Supérieure, Lyon.

Résumé :

À partir d’enregistrements vidéo de visites guidées à Lyon, on s’intéresse au processus d’appropriation et aux transformations (Bakhtine, 1978) qui peuvent se déployer dans l’espace public urbain. En tension entre des usages normés, tacitement partagés et des praxis langagières situées, cette appropriation de la ville est appréhendée en parcours (Boudon, 2013 ; Basso Fossali 2017). La polysémie de la notion d’appropriation a ceci de fécond qu’elle est constituée par une dialectique de l’expérience en interaction, à la fois comme pratique située et comme pratique situante.

En effet, d’un côté on enquête sur une conduite d’actions des participants qui rendent l’espace approprié à une situation de visite guidée, conduite programmée en amont (Bossé, 2012 : 124) ou immédiate : les acteurs se rendent propres à un environnement de pratiques tout autant qu’ils rendent cet environnement propre à la pratique projetée et en cours. De l’autre côté, on s’intéresse aux modalités par lesquelles l’espace est fait sien : des traces d’espaces vécus émergent et une empreinte sur l’espace se sculpte par la mise en regard des expériences en situation.

Ainsi, la négociation d’un itinéraire en parcours permet d’appréhender à la fois l’espace d’une appropriation en cours par la négociation collaborative de la situation et une mise en intrigue (Ricœur, 1984 : 24) de l’appropriation de l’espace par une perception socialisée et une expérience (re)médiée.

Dans une démarche et une perspective ethnométhodologiques, l’observation, l’attestation et l’analyse d’une expérience in situ et in vivo de la ville sont au cœur de cette recherche. L’expérience est appréciée pour sa dynamique, en ce qu’elle est constituée par l’interaction et l’intersubjectivité selon une (non) rencontre de parcours individuels. Dès lors, l’attention portée à la parole-en-interaction (Mondada, 2005 : 76 ; Traverso et Ravazzolo, 2016) et à la constitution de données vidéographiques participe d’une réflexion sur la place du corps dans la ville et les liens étroits entre perception et énonciation de l’espace aux niveaux esthétique, éthique et passionnel.

Ce déjeuner du CRESSON sera ainsi l’occasion d’avoir un échantillon des modalités langagières par lesquelles l’espace est architecturé et la chair du social (Thibaud, 2002) (re)modelée en situation de visite guidée. Nous présenterons la méthodologie développée pour appréhender la multimodalité de l’interaction selon une vue, une texture et un goût renégociés.

Bibliographie :

Bakthine, Mikhaïl. Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, 1978.

Basso fossali, Pierluigi. « La dialectique entre parcours et passage : la configuration engageante du sens », in P. Ceccarini (éd.), La notion de lieu. A partir des travaux de Pierre Boudon. Montréal, Potential Architecture Book, en cours d’impression, 2017.

Bossé, Anne. La visite. Une expérience spatiale. Rennes, PUR, Espace et territoires, 2012.

Boudon, Pierre. L’architecture des lieux, Sémantique de l’édification et du territoire. Montréal, Infolio, 2013.

Mondada, Lorenza. « La constitution de l’origo déictique comme travail interactionnel des participants : une approche praxéologique de la spatialité ». Intellectica 41-42, 2005, pp. 75-100.

Thibaud, Jean-Paul. Visions pratiques en milieu urbain. In : Regards en action : vers une ethnométhodologie de l’espace public. Textes choisis et présentés par Jean-Paul Thibaud. Grenoble, Éditions À la Croisée, 2002, pp. 21-54.

Ricœur, Paul. Temps et récit 2. La configuration du temps dans le récit de fiction, Paris, Seuil, 1984.

Traverso, Véronique et RAVAZZOLO, Elisa. « Définitions ostensives co-construites. Le cas de la visite guidée ». Langages, n. 204, 2016, pp. 43-66.

Compte-rendu :

A partir de l’intervention de J Thiburce, nous avons pris quelques notes que vous pouvez consulter sur ce PDF, compilation des tweets relue et corrigée par Julien Thiburce. Les photos suivantes illustrent son propos.

1-"Trace" d'un bâtiment détruit - signalisation ou non ? (19.03.15)

1-« Trace » d’un bâtiment détruit – signalisation ou non ? (19.03.15)

Balade.Urbaine.Gadagne-Esprit_Skate-Participants(31.05.16)

Balade.Urbaine.Gadagne-Esprit_Skate-Participants(31.05.16)

 

2-"Soit-disant un skatepark"(31.05.16)

2-« Soit-disant un skatepark »(31.05.16)

3-Le sol, une "râpe-à-fromage"- perception, énonciation et modalisation de l'espace(31.05.16)

3-Le sol, une « râpe-à-fromage »- perception, énonciation et modalisation de l’espace(31.05.16)

 

4-"Tout ça c'est un spot, pour certains"-Limites des pratiques et limites de l'espace(31.05.16)

4-« Tout ça c’est un spot, pour certains »-Limites des pratiques et limites de l’espace(31.05.16)

5-"Grinder" sur un banc et le transformer en spot - éthique et modalisation(31.05.16)

5-« Grinder » sur un banc et le transformer en spot – éthique et modalisation(31.05.16)

 

6-"Lui/ il est dangereux là/ derrière\"- tensions entre flux discursifs et flux passionnels(31.05.16)

6-« Lui/ il est dangereux là/ derrière\ »- tensions entre flux discursifs et flux passionnels(31.05.16)

 

 

 


Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble. Veille également sur Scoop-it : http://www.scoop.it/t/le-cresson-veille-et-recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *