Peter Sloterdijk et les ambiances

Le 30 novembre 2017, à l’ENSA de Grenoble, la journée d’étude sur Peter Sloterdijk et les ambiances fut l’occasion d’un échange enrichissant grâce à des intervenants de qualité. Ils ont apporté des éclairages sur les travaux de l’auteur de façon à permettre aux personnes présentes de faire le lien avec leurs propres travaux de recherche en cours.

L’organisation de la journée d’étude autour de Peter Sloterdijk et les ambiances est survenue dans le cadre de ma thèse en cotutelle, « Du ressenti généré par un vêtement à l’ambiance d’un espace de commerce : vers une rationalisation des stratégies de mise en ambiance« , que je réalise au centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain (CRESSON) sous la direction de Marc Breviglieri et au sein de l’équipe de recherche sur les ambiances (ERA) sous la direction de Jean-Pierre Péneau et Olfa Meziou.

Souhaitant participer à la vie du laboratoire, l’idée de départ était d’organiser un déjeuner Cresson avec Olfa Meziou comme invitée pour nous présenter son travail basé sur les textes du philosophe contemporain Peter Sloterdijk. Ce dernier est connu notamment grâce à sa célèbre trilogie des sphères qui s’est intéressé au lien ambiance – être au monde à travers l’idée de l’immersion permanente de l’être humain dans des atmosphères durant toute son existence y compris fœtale.

Anthony Pecqueux, trouvant les travaux de Peter Sloterdijk d’un grand intérêt pour les chercheurs sur l’ambiance, me propose alors d’organiser une journée d’étude avec plusieurs intervenants. C’est donc grâce à l’équipe du Cresson (Anthony, David, Jul et les 3 Françoise!) et aux différents intervenants et personnes présentes que cette journée d’étude a eu lieu.

Introduction (0min42s)

Le programme a commencé par la présentation d’Olfa Meziou1, maître-assistante à l’Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis où elle est membre de l’équipe de recherche sur les ambiances (ERA).

Son intervention, intitulée « Analyse atmosphérique et conditionnement d’air. L’anthropotope comme fil d’Ariane » avait pour objectif de montrer comment la formalisation que construit Peter Sloterdijk de l’être-au-monde à travers les notions d’atmotope et d’anthropotope peut être une voie, un chemin, peut-être un canevas, pour décrire l’ambiance (analyse atmosphérique) et faire une ambiance (conditionnement d’air). 
L’intérêt était de confronter cette approche résolument portée par la notion heideggerienne d’être-au-monde à celles développées par la communauté des ambiances et d’examiner les possibilités d’une complémentarité.
 Il s’agissait donc d’une volonté de confronter des formalisations de l’ambiance et d’examiner si Sloterdijk est un penseur de l’ambiance.

Olfa Meziou & débat (1h 38min)

La deuxième intervention, « A l’écoute des sphères », a été présentée par Jean-Paul Thibaud et s’est articulée autour de cinq questions :

– Où est le « là » ou comment l’être humain est nécessairement immergé quelque part ?
– L’être vulnérable ou comment faire pour se protéger ?
– Comment penser l’être humain comme un designer ?
– Sphères et atmosphères ou comment la question de l’air devient explicite ?
– Renversement de l’environnement ou comment on en arrive aux ambiances ?

Jean-Paul Thibaud & débat (42min42s)

Suite à ces deux présentations, Pascaline Thiollière, maître-assistante à l’ENSA de Grenoble, avait abordé la question de « l’effet de bulle dans les cimetières« .

Dans son intervention, l’objectif était de mettre en rapport l’approche de Sloterdijk avec des entretiens effectués dans le cadre de sa thèse réalisée au CRESSON : L’urbain et la mort, ambiances d’une relation, 2016, sous la direction de Grégoire Chelkoff, UGA, ED SHPT, UMR CNRS/ENSAG Ambiances Architectures Urbanités.

Pascaline Thiollière & débat (1h 07min)

Pour clôturer la journée, une discussion générale a eu lieu. Cette discussion a porté notamment sur deux textes de Sloterdijk proposés par Jean-Paul Thibaud et Anthony Pecqueux2Architecture as an art of immersion (2006)3 et Atmospheric politics (2005)4

 

Photo prise par Ichraf Aroua, ENSAG, Grenoble, 30 novembre 2017

Photo prise par Ichraf Aroua, ENSAG, Grenoble, 30 novembre 2017

 

  1. Olfa Meziou. Les insulations de Sloterdijk. Quelles portées ambiantales et urbaines ? in: Nicolas Rémy (dir.) ; Nicolas Tixier (dir.). Ambiances, tomorrow. Proceedings of 3rd International Congress on Ambiances. Septembre 2016, Volos, Greece, Sep 2016, Volos, Grèce. International Network Ambiances ; University of Thessaly, vol. 2, p. 665 – 670, 2016 []
  2. Brouillards toxiques : Vallée de la Meuse, 1930, contre-enquête. Zimmer, Alexis, Auteur. – Zones sensibles ; Le Kremlin-Bicêtre : diffusion les Belles lettres, 2016. 263 p. []
  3. Peter Sloterdijk (2006). Architecture As an Art of Immersion. Translated by A.-Chr. Engels-Schwarzpaul. Interstices, n°12. Unsettled Containers: Aspects of Interiority [En ligne]. Edited by A.-Chr. Engels-Schwarzpaul and Andrew Douglas. p. 105-109. Disponible sur : https://interstices.aut.ac.nz/ijara/index.php/ijara/article/viewFile/133/201. Consulté le 09/02/2018. []
  4. Peter Sloterdijk (2005). Atmospheric politics. In : Bruno Latour & Peter Weibel (eds.), Making Things Public. MIT Press. pp. 944-951. []

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Nicolas Tixier dit :

    Merci pour ce compte-rendu texte et audio. Je vais pouvoir écouter la partie de ce séminaire que j’ai manqué sur sa fin, car l’ensemble était passionnant.

  2. Anthony Pecqueux dit :

    Super, merci beaucoup Inès! Avec l’ensemble des fichiers audio, c’est impressionnant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.