La fête est (in)finie

Préparez une fête qui aura lieu le Jour du Dépassement – en anglais Earth Overshoot Day – jour de l’année où l’humanité a consommé l’ensemble des ressources que la planète est capable de régénérer en un an. La date pour 2018 n’est pas encore connue. Juillet ? Août ? Suspens. Que faire de spécial ce jour là ? Prendre un vol low cost pour se jeter dans l’Isère ? Organiser une disco-soupe party avec des légumes de récup ? Ou simplement faire un câlin à son voisin ? Entre ces idées et la méga-micro teuf qu’on peut inventer toutes et tous ensemble ce jour là, il y a de la marge.

La recherche-création « La fête est (in)finie » planche sur cette question. Se soucier du sens et de la fabrique d’une telle fête permet en effet d’évoquer, voire de dévoiler, des potentiels de résilience ; car bien que les pratiques festives puissent paraître anecdotiques, voire futiles, elles n’en sont pas moins révélatrices de nouvelles cosmogonies.

Le Jour du Dépassement de la Terre est calculé chaque année par l’ONG américaine Global Footprint Network. Passée cette date, l’humanité puiserait donc de manière irréversible dans les réserves naturelles de la Terre. En 2017, l’ONG a estimé cette date au 2 août. Nous ne connaissons pas à ce jour quelle sera la date pour 2018.

Organiser une fête pour ce jour permet d’expérimenter ensemble un autre rapport aux lieux, aux autres et au temps. Les multiples activités qui se dérouleront lors de cette fête, les objectifs des participant-e-s, les divers obstacles sur le chemin de son organisation, ses réussites, ses échecs et les joies qu’elle offrira sont autant de caractéristiques inattendues façonnant ce moment voué au dépassement. Mais la poésie du dépassement n’est pas simplement une fête, c’est aussi une lutte, celle pour qu’aucun futur, qu’aucun territoire, ne soit irrémédiablement considéré comme désespéré. En d’autres termes, la fête est pour nous expression voire projet de territoire.

La fête n’est pas un sujet aussi frivole qu’il n’y paraît. C’est en effet à l’aspect idéologique de la fête que nous touchons ici. Le rapport au vivant, aux autres, aux lieux est potentiellement refondu lors de fêtes. La fête est ici la célébration de l’avènement d’un projet de territoire, d’une cosmogonie, qui est tout autant fondation que disparition, appropriation comme réappropriation.

L’idée avec cette fête n’est pas tant de parler d’anarchie, de trêve, de repos, de débauche que d’optimisme, cet état d’esprit où le monde est perçu de manière positive. Les fêtes permettraient-elles de donner à voir « le bon côté des choses », à considérer que des événements, même fâcheux, prendront quoi qu’il arrive une tournure positive ? L’optimisme, moteur de l’initiative, annoncerait ici le changement. Cependant l’esprit critique est tout autant indispensable à l’organisation d’une telle fête. C’est donc que la fête est un laboratoire, un lieu qui s’invente, un temps qui se recompose. Une des qualités de la fête doit justement résider dans le dépassement de l’expression d’une révolte, dans son détournement et dans la production d’énergie créatives. C’est ici que poétique de la fête et politique de la fête se rejoignent.

Pour préparer cette fête, rien ne sert de cogiter tout seul, un petit groupe s’est formé. Une dizaine de personnes (étudiant-e-s, habitant-e-s, engagé-e-s en tout genre…) imagine cette future fête et ce, dans des conditions de travail peu habituelles.

Le premier rendez-vous a eu lieu le mercredi 7 mars 2018 dans la yourte du Jardin de la Poterne. Nous avons cuisiné, dîné, parlé, chanté autour d’un fest-infini. Festin ? Repas de fête caractérisé par l’abondance et la qualité des mets. Fest-Infini ? Repas de pré-post-fête caractérisé par l’assemblage improvisé de mets disparates apportés par les convives.

Le deuxième rendez-vous, Bal à la voix, auquel vous êtes chaleureusement invité, aura lieu le mercredi 28 mars 11h > 13h à la Terrasse du Café Littéraire, 1361 rue des résidences / Campus. Venez retrouver la chanteuse Catherine Perrier, fondatrice du premier folk-club français, à l’occasion d’un bal sur le campus pour dérouiller nos corps, révéler nos voix. Cet atelier nous apprendra à mener un bal, un savoir-faire nécessaire pour que l’Earth Overshoot Party soit une fête pleine de sens.

Pour suivre l’évènement : https://www.facebook.com/events/147521079396454/

Nous ne manquerons pas vous tenir informé de la date du Jour D, Jour du Dépassement, et des festivités qui y seront associées.

Contact Jennifer Buyck jennifer.buyck@univ-grenoble-alpes.fr
Financement Projet financé par le Service Culture et Initiatives étudiantes de la Communauté Université Grenoble Alpes

 

Pour citer ce billet : Jennifer Buyck, «La fête est (in)finie», Le Cresson veille et recherche (Hypothèses.org), Le 16 mars 2018. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/12334

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.