Traverser l’angoisse : étude sur l’agoraphobie en milieu urbain

La ville regorge de situations phobogènes : rue bondée ou désertes, transports en commun, galeries commerciales…

La ville regorge de situations phobogènes : rues bondées ou désertes, transports en commun, galeries commerciales… Esther Chevalier, 2018

Ce billet de blog fait suite au travail de mémoire et au stage que j’ai menés au sein du laboratoire CRESSON de février à juin 2018. Dans le cadre d’un master 2 Urbanisme et Aménagement, parcours « Design Urbain », j’ai réalisé un mémoire de fin d’études portant sur le rapport des personnes agoraphobes à la ville.

Agoraphobie : enjeu d’une notion polymorphe

L’agoraphobie se définit comme la peur de ne pas pouvoir s’enfuir ou trouver du secours dans une situation donnée. Elle touche environ 2 à 4% de la population et concernerait davantage les femmes que les hommes. Elle survient généralement au début de la vie adulte, à la suite d’une première crise d’angoisse inexpliquée. Le mécanisme d’installation de la peur est assez troublant, tant cette dernière s’immisce progressivement dans la vie quotidienne des personnes qui en sont touchées. Une première crise d’angoisse est souvent le point déclencheur de l’agoraphobie ; elle se manifeste dans un lieu particulier, sous la forme de symptômes physiques assez violents. Les jambes tremblent, la vision se trouble, les extrémités du corps picotent et des troubles nauséeux ou des maux de tête peuvent apparaître soudainement. Ces symptômes physiques ne sont pas accompagnés, la plupart du temps, d’un sentiment de peur, laissant d’abord penser à un malaise bénin ou à une hypoglycémie. Ce n’est qu’à la répétition de ces symptômes que la peur va s’installer, laissant les personnes dans l’incompréhension. La peur de faire à nouveau un malaise s’accompagne d’une crainte féroce de mourir et/ou perdre la tête. Elle s’installe plus particulièrement dans des endroits ou des situations sans secours ou qui enferment, lorsque la fuite et le refuge sont impossibles. Dès lors, l’agoraphobie va se manifester sous différentes formes de peur : peur de s’éloigner du domicile qui est un refuge, peur de prendre les transports en commun, de se trouver dans des lieux publics fréquentés, d’être enfermé ou de traverser des lieux déserts.

Plus qu’une peur de l’espace, une peur situationnelle ?

Au fur et à mesure de notre exploration de ces multiples peurs désignées, nous avons cherché dans un premier temps le dénominateur commun de celles-ci et leur lien avec l’espace urbain dans lequel elles prenaient place. L’agoraphobie est un terme employé pour la première fois par le psychiatre allemand Carl Westphal et désigne « l’incapacité à traverser des places désertes et des rues » (Westphal, 1872, p.15). Lui-même, en désignant cette « incapacité » par le terme d’agoraphobie, convient qu’elle concerne, par delà les places et les rues vides, l’ensemble des espaces ouverts considérés comme trop grands par ses patients. La description des cas cliniques auxquels il a été confronté permet de mettre en relief quelques questionnements intéressants : outre l’espace physique de la ville, la largeur de ses rues, la dimension de ses places, nous avons constaté que d’autres facteurs étaient à prendre en compte. La seule dimension spatiale ne permet pas d’expliquer de telles craintes chez les personnes agoraphobes. En effet, les cas cliniques présentés montrent que la présence d’un ami ou d’un inconnu peut suffire à atténuer la peine ressentie tout comme l’absence d’autrui est particulièrement redoutée. Si la personne dispose d’une canne sur laquelle s’appuyer par exemple, la peur peut être atténuée. Nous avons alors remarqué que les facteurs angoissants étaient multiples et relevaient de différentes dimensions de l’espace urbain. Partant, nous avons convoqué la notion d’ambiance comme clé d’entrée dans la compréhension de l’expérience singulière des personnes agoraphobes en milieu urbain. Les dimensions spatiales, temporelles, sociales et sensibles participent d’une ambiance particulière qui façonnent l’expérience singulière de l’espace urbain : l’agoraphobie tient de celles-ci. Aussi, c’est moins une configuration spatiale qu’une situation qui est angoissante. À titre d’exemple, l’enfermement redouté par les personnes agoraphobes ne tient pas que de l’enfermement physique par l’agencement d’un lieu ; il s’agit d’un sentiment qui peut aussi tenir d’une situation sociale (une file d’attente) ou sensible (la chaleur d’un lieu, ou l’absence de lumière naturelle). Nous comprenons alors que la peur n’émerge qu’en une situation donnée.

Comment enquêter sur l’agoraphobie ?

Dans le but de mettre à jour ces situations et de sortir des cas cliniques proposés dans les premiers écrits sur l’agoraphobie, nous souhaitions mettre en place un protocole méthodologique visant à interroger les personnes sur leur expérience de l’espace urbain. Or, enquêter sur l’agoraphobie pose de fait un certain nombre de difficultés : la première concerne l’accès au corpus d’enquête, la seconde est de faire parler sur la peur, la dernière est d’envisager une enquête mobilisant des méthodes in situ, qui exposerait de fait les personnes aux situations angoissantes. Nous avons résolu partiellement la première difficulté en contactant les personnes par un site internet qui met en relation les personnes touchées de près ou de loin par l’agoraphobie. Sur une vingtaine de personnes se proposant de répondre à nos questions, seul 8 ont accepté de réaliser tout ou partie de notre protocole. Ce dernier se présentait en trois parties : un entretien ouvert visant à retracer l’histoire de la personne, la chronologie de son agoraphobie et interroger son rapport à la ville par le récit ; la seconde partie était une carte mentale qui avait pour objectif d’aborder la représentation mentale de l’espace quotidien de la personne, ses barrières, ses limites et ses points de repère ; la troisième partie était un parcours commenté guidé, sur un itinéraire choisi par la personne, où l’on cherchait à questionner le rapport perceptif et les conduites adoptées in situ, en convoquant la capacité réflexive de la personne à s’observer en situation de déplacement.

Outre les résultats qui ont constitué la base de notre analyse, le déroulement de l’enquête nous a beaucoup appris sur l’objet même de notre recherche. Derrière ce que nous nommons « les personnes agoraphobes »,  nous avons rencontré des profils assez divers qui traduisaient des manières différentes de s’accommoder de cette peur au quotidien. Certains sont au tout début des crises de ce qu’ils nomment un handicap, d’autres se voient en train de « guérir » de ce qu’ils appellent une maladie ; certaines personnes vivent recluses chez elles, dans l’incapacité totale de sortir seules, d’autres tentent de se confronter jour après jour au métro, au RER, à la traversée d’une rue bondée, bref, l’agoraphobie se manifeste dans des situations variables. On ne peut donc pas conclure à un profil type de personne agoraphobe, en étudiant les situations d’angoisse en milieu urbain.

Analyse croisée des corpus : facteurs ambiants et attitudes perceptives en situation d’angoisse

Notre analyse s’est appuyée principalement sur le corpus d’entretiens, le plus conséquent. L’analyse a permis de mettre en évidence différents facteurs ambiants ayant un rôle dans la perception de l’espace urbain. On peut souligner ainsi une sensibilité particulière des personnes à la qualité de la lumière (artificielle ou naturelle) qui module le sentiment d’enfermement, l’intensité sonore, la fréquentation du lieu ou encore la chaleur perçue. Dans le même temps, les éléments végétaux ou aquatiques sont perçus comme rassurants et apportant de l’apaisement. La lisibilité d’un espace et les possibilités de contrôle offertes par celui-ci sont déterminantes également. Nous avons identifié trois éléments types à partir desquels nous pouvons envisager une réflexion programmatique pour le projet : la porte, la borne et le seuil. Outre le fait que le porte matérialise la sortie ou l’entrée d’un lieu, elle symbolise la possibilité d’une fuite et donc d’une forme de contrôle de l’espace. Dans cette perspective, le seuil instaure une possibilité de retrait temporaire, un temps et un lieu suspendu, à l’écart en même temps qu’à l’interface. Il ménage une possibilité de choix, d’aller ou de se retirer d’un lieu ou plus précisément d’une situation.  La borne enfin, dont le terme a été donné par une des personnes que nous avons interrogées, opère comme un lieu de « réassurance », de repos temporaire dans la la traversée d’une situation. Elle peut être matérielle (un banc sous un arbre, qui offre un lieu de répit à celui qui est en situation d’angoisse) ou immatérielle (l’arrivée d’un ami à proximité qui rassure soudainement).

L’analyse nous a aussi permis de mettre en relief des attitudes perceptives particulières, comme autant de stratégies pour traverser l’angoisse. Nous avons ainsi tenté de mettre en évidence des configurations sensibles (Thomas, 2005) spécifiques à l’expérience de l’angoisse. L’évitement est la première réponse à l’angoisse suscitée par certaines situations. Lorsque les situations angoissantes sont relativement restreintes (si elles ne touchent que les transports en commun par exemple), l’agoraphobie est relativement peu handicapante et il suffit aux personnes d’éviter ces quelques situations pour ne pas avoir à modifier grandement leur quotidien. Outre l’évitement (et lorsque celui-ci n’est pas possible), la maîtrise de la situation passe par une maîtrise de la perception : l’attention portée à l’environnement sensible se focalise sur un point précis (une musique, un arbre au milieu d’une place, une conversation avec ami). Le corps et la perception font ainsi l’objet d’un conditionnement particulier afin de ne pas laisser l’angoisse monter. L’expérience de l’angoisse en milieu urbain n’est donc pas uniforme et donne lieu à des adaptations de l’individu, à une relation dialectique entre un environnement sensible et des ressources singulières que chacun mobilise dans une situation donnée.

Du patient agoraphobe à l’expertise d’une situation d’angoisse

Ce travail a donné lieu à quelques interrogations nouvelles, et espère avoir ouvert d’autres pistes de réflexion. Nous en présenterons ici deux. La première est scientifique et fait suite à cette première expérience de recherche qui a été la nôtre pendant quatre mois. La seconde est plus programmatique puisque nous nous inscrivons dans un cycle d’études en urbanisme.

Si au début, afin de constituer une définition de première main, les écrits de la psychiatrie nous ont fortement aidée, nous avons constaté, l’intérêt de s’en détacher pour sortir de la logique médicale qui distingue le malade du non-malade. La complexité de la définition d’agoraphobie est à l’image de sa complexité « empirique », et de la manière dont elle s’insère dans la vie quotidienne de nombreuses personnes. C’est pourquoi nous avons dans un premier temps cherché à circonscrire l’agoraphobie, à comprendre le dénominateur commun de ces multiples peurs et expériences ; passage nécessaire, nous avons néanmoins compris dans un second temps, la nécessité d’embrasser la multitude des expériences par delà la définition uniforme, les contradictions et les contrastes par delà les ressemblances. Ce dernier moment de la recherche, celui où nous commencions à entrapercevoir la richesse des différences, des dissonances, est peut-être arrivé un peu tard, mais c’est celui qui nous a amenés à envisager non pas une expérience agoraphobe de l’espace urbain, mais des situations d’agoraphobie. On peut ainsi envisager qu’un travail d’enquête plus approfondi et plus long permettrait d’entrer plus dans la complexité des situations et de proposer un travail de conceptualisation de la notion de situation, qui fait déjà l’objet de travaux scientifiques.

En étudiant des configurations sensibles, nous avons montré que les personnes mobilisaient les ressources offertes par l’environnement, à commencer par leur corps et la maîtrise de leur perception, propre à chacune d’entre elles. Dès lors, nous posons la question suivante : au lieu de chercher des solutions de conception qui pallient l’agoraphobie, ne faut-il pas s’interroger d’abord sur la pensée qui sous-tend la conception urbaine ?

Concevoir l’espace urbain, c’est peut-être moins proposer un design palliatif à un problème circonscrit, que penser le rapport permanent entre les ressources d’un espace et l’individu qui le vit. C’est passer d’une ville adaptée à une ville adaptable.

Citer ce billet : “Traverser l’angoisse : étude sur l’agoraphobie en milieu urbain”, par estherchevalier. Publié sur Le Cresson veille et recherche… le 20 juillet 2018. Lien : https://lcv.hypotheses.org/12649.

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.