Imaginaires de la lenteur et « calme » décéléré

Collage à partir des documents de planification de la lutte contre le bruit routier en Région de Bruxelles Capitale. 

Le séjour de deux mois au CRESSON a été pour moi l’occasion, dans le cadre de ma thèse en « Art de bâtir et Urbanisme » réalisée à l’Université libre de Bruxelles, de me familiariser davantage avec le corpus théorique et méthodologique original des ambiances tout en avançant dans l’analyse de la dynamique post-moderne de resserrement urbain qui constitue la deuxième partie de ma recherche. Sur les conseils d’Anthony Pecqueux, j’ai en effet investigué l’évolution de la perception sonore de l’automobilité dans le cadre du déploiement de la Région de Bruxelles-Capitale. J’y décèle une dépréciation de l’automobilité et les figures imaginaires de la ville liées à cette évolution que j’ai eu l’occasion de présenter lors du déjeuner Cresson du 9 juillet « De l’animation urbaine à la pollution sonore ».

A partir d’une documentation stratégique et opérationnelle relative à la gestion du bruit dans le développement urbain depuis les années 1990 à Bruxelles, je fais la description de cette ambiance urbaine « apaisée » implicitement visée, en précisant aussi les liens qui sont faits entre la question du paysage et de la matérialité urbains et les bruits de la ville (principalement la pollution sonore automobile). Ce travail décrit la montée d’une pensée des sons automobiles comme nuisance ambiantale, mais aussi les dispositifs dans lesquelles elle s’incarne : dispositifs d’assourdissement de l’automobilité et ceux qui permettent un enrichissement (en termes de plaisirs sonores) de l’expérience urbaine et qui se rapportent à une sociabilité urbaine retrouvée ou un retour à une certaine « nature » idéalisée. L’évolution de la perception sonore de l’automobilité vient ainsi préciser les logiques de ralentissement de la vitesse automobile et d’accélération des mobilités lentes de cette période en induisant une nouvelle hiérarchisation des dispositifs selon leur potentiel contraignant et leur efficacité en termes de réduction du bruit. Cette lecture par le son des politiques de réduction du trafic permet aussi de mettre en évidence la thématisation des comportements plus que celle des objets techniques dans la lutte contre le bruit, induisant un cadre normatif pesant qui définit la « civilité » en opposition aux pratiques et « tactiques » bruyantes de rodéo et courses sportives etc. A travers la lutte contre le bruit routier, se cristallise aussi une critique de la ville moderne américanisée – « déshumanisée » – et une demande sociale pour un retour à une sociabilité du proche.

Ces deux mois de recherche m’ont également permis d’investiguer différentes pistes pour davantage articuler la méthodologie déployée dans ma thèse autour de la notion d’ambiance(s) urbaine(s). Cette riche notion développée au CRESSON depuis 40 ans permet d’articuler plus finement les dimensions phénoménologique (expérience sensible de la ville, récit) et structurelle (dispositifs matériels d’encouragement et de dissuasion, politiques publiques) en investiguant dans leur dimension multi-scalaire les aménagements urbains à partir de corpus mixtes. Pour ce développement, j’ai pu profiter des ressources pointues du centre de documentation du laboratoire, sélectionnées avec l’aide précieuse de Françoise Acquier. Les dispositifs de « mises en vue » ou les méthodes d’analyse des ambiances filmiques ont beaucoup retenus mon attention. Le CRESSON est précisément connu pour manifester une culture de recherche fondée sur une approche sensible et située des espaces habités, et mettre en place des méthodes d’analyse pluridisciplinaires et originales mêlant architecture, sciences humaines et sociales et ingénierie. Ce séjour a confirmé la pertinence de cette culture de recherche pour une thèse sur la « Tension entre un imaginaire de la vitesse et un imaginaire de la lenteur dans l’évolution des infrastructures de mobilité » à Bruxelles depuis le milieu du XXe siècle.

Je remercie chaleureusement tous les membres du laboratoire pour leur accueil !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.