Retours du colloque à Cerisy « L’usage des ambiances. Une épreuve sensible des situations. »

Au château de Cerisy-la-Salle, pendant la semaine du 4 au 11 septembre 2018, a eu lieu le colloque international « L’usage des ambiances. Une épreuve sensible des situations ».

Ce colloque, sous la direction de Didier Tallagrand1, Jean-Paul Thibaud2 et Nicolas Tixier3, a été soutenu par l’École Supérieure d’Art Annecy Alpes, l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, le Laboratoire Ambiances Architectures Urbanités (UMR CNRS 1563), la Direction Générale de la Création Artistique, la Direction Générale du Patrimoine / BRAUP et le Réseau International Ambiances.

Château de Cerisy-la-Salle, photographie Maïlys Toussaint, le 4 septembre 2018.

Pendant une semaine, les participants ont pu faire l’expérience d’un colloque particulier, dans un lieu qui laisse son empreinte dans les mémoires.

Un savoureux mélange d’artistes et de chercheurs en sciences sociales. Philosophes, cinéastes, architectes, écrivains, urbanistes, designers, etc. Ding dong, ding dong, la cloche du château les réveille au petit matin. Chaque journée commence par un petit déjeuner sur de longues tablées où les premiers breuvages revigorants font office d’échauffement. À 9h15, un doctorant en sciences sociales ouvre la journée et réveille les méninges en partageant l’expérience d’un moment de terrain par la lecture d’un récit, ce sont les virgules matinales. Les journées se remplissent de présentations, de communications, de tables rondes et de débats. Ding dong, ding dong, il est midi, ils sont sommés de se mettre à table, ce qui n’arrête pas pour autant les débats. Café en terrasse et c’est reparti pour les échanges de l’après-midi. À chaque fin de matinée, et fin d’après-midi, ils prennent une bouffée d’oxygène autour des travaux inspirants de jeunes artistes, ce sont les moments sensibles. Puis, après avoir partagé le dîner sur ces mêmes longues tablées qui rythment les journées, ils repartent se réunir dans une salle, dans une bibliothèque ou dans un grenier pour faire l’expérience d’une performance, avant d’aller se reposer ou se fatiguer dans les caves du château. Une semaine plus que collective, plus que partagée, une semaine éprouvée, où ensemble, ils ont écouté, partagé, réfléchi, vécu, pensé, mangé, ri, cherché, et peut-être trouvé.

Plongez dans l’ambiance
en écoutant le son des cloches de Cerisy,
revisité par le compositeur Guiseppe Gavazza.

    
   

Édith Heurgon4 fait visiter le château aux participants, photographie Maïlys Toussaint, le 5 septembre 2018.


Mais que cherchaient-ils tous ensemble ?

« Les ambiances et les atmosphères sensibles se prêtent à une grande diversité d’usages, que ce soit dans le domaine de l’art, de l’urbain ou des sciences sociales. Comment les ambiances contribuent-elles à mettre les situations ordinaires à l’épreuve du sensible ? En quoi ouvrent-elles de nouvelles pistes en matière de pratique artistique, d’expérimentation méthodologique ou d’exploration théorique ? Qu’en est-il d’une socio-esthétique située, attentive aux percepts et aux affects qui imprègnent nos milieux de vie et infusent les sensibilités contemporaines ? De telles questions traverseront le colloque selon une triple exigence: d’une part, une attention particulière sera portée aux échanges, apports réciproques et questionnements communs entre le monde de l’art et celui des sciences sociales; d’autre part, il s’agira d’initier une rencontre, d’ouvrir un dialogue inédit avec la pensée anglo-saxonne en la matière, mettant en résonance et en discussion l’approche des ambiances et celle des atmosphères; enfin, l’usage des ambiances sera passé aussi bien au filtre des enquêtes et des théories qu’à celui des pratiques effectives et des expériences situées. Les journées seront organisées de manière à alterner activité réflexive et expérimentations concrètes, à mettre en partage des expériences autant qu’à mettre en débat des arguments. D’une certaine manière, l’usage des ambiances conduit à expérimenter une nouvelle forme de colloque, entre discussion scientifique et expérimentation artistique. »

Extrait du programme du colloque.

Et qu’en pensent-t-ils à la fin ?

« Il était temps que le ciel de courges de la bibliothèque de Cerisy s’épanche sur les questions des ambiances, que l’atmosphère de l’espace bruisse et résonne, sous cette voûte jardinière, au rythme du sensible. Les arguments du colloque : « L’usage des ambiances » qui a rassemblé plus de 90 participants toutes générations confondues, se voulaient d’ouvrir de nouvelles pistes de réflexion en convoquant ici une communauté de chercheurs, écrivains, artistes et autres spécialistes de la question dans l’exigence de leurs explorations singulières. Tout en confrontant points de vue et idées, débats et disputes des concepts, capacité à affecter et à être affecter…, il s’agissait ici et dans ce cadre de faire avancer la pensée. Ce qui fût fait.

Mais l’étonnement commun qui a surgi au terme de ces multiples moments de mise en partage a été embrayé par le sous-titre de cette rencontre : « L’ épreuve sensible des situations » qui ici nous a jouée un joyeux tour. L’expérience commune des différentes situations déployées au fil des journées est venue frapper la voix des idées, a réveiller une attention particulière à l’autre, et soulever une conscience attentive à l’expansion de l’espace. L’addition des différents formats de pensées : celles structurées et théoriques des chercheurs, celles imaginées des écrivains et celles expérimentales, sonores, visuelles des propositions artistiques à inventée un déplacement brouillé qui nous a interpellés au-delà du propos initial. Questionnant notre présence à l’espace, au lieu : Où nous trouvons-nous ? Sommes-nous bien au présent, à ce qui arrive ? Ou à l’avenir ?… Et a révélé des trouées, des éclats de lumières dans l’autorité formelle et la vigilance des sujets percevants de notre petite communauté, comme des moments de vie.

Ce fût alors le temps où le ciel de courges s’est émancipé comme une fabrique de signes du temps. Du temps ensoleillé qui a traversé ce colloque. Des temps rythmés au fil de journées denses. Du temps des cloches et celui des repas. Le temps du cinéma et le brouillard des voix. Les chuintements des radios et les champs sonores. Le temps des espacements et l’échelle des situations. Le temps de l’histoire et la durée de la conscience… En fait, le temps de se rendre compte que l’on a pas tout compris à ce qui nous est arrivé là, mais qui nous a fait penser comme courges au vent. »

Didier Tallagrand, à propos du colloque à Cerisy.

Bibliothèque éphémère partagée, les participants déposent leurs livres et publications  le temps du colloque, photographie Maïlys Toussaint, le 5 septembre 2018.


À écouter dès aujourd’hui :

En attendant de pouvoir se pencher sur les actes du colloque, prévus pour 2019, pour savoir ce qu’ils ont bien pu se dire, nous avons le plaisir de pouvoir écouter deux communications du colloque qui ont été mises en ligne par France culture :

Philippe SIMAY: La ville-pharmakon: vers une thérapeutique des ambiances urbaines (donnée le 5 septembre 2018). France Culture

Pierre-Damien HUYGHE: Des formes secondes. Conversation avec Naïm AÏT-SIDHOUM (donnée le 10 septembre 2018). France Culture



Un grand merci à Nicolas Tixier, Didier Tallagrand et Jean-Paul Thibaud pour l’organisation de ce colloque, ainsi qu’à Édith Heurgon et toute l’équipe du château de Cerisy-la-Salle.

Jean-Paul Thibaud, Didier Tallagrand, Nicolas Tixier et Édith Heurgon pendant le rituel de la séance photo des participants au colloque de Cerisy, photographie Maïlys Toussaint, le 6 septembre 2018.

Crédit photographique : Image à la une : Photographie de Didier Tallagrand prise en 2017, issue du programme du colloque, sept. 2018. ; Photos du billet prises par Maïlys Toussaint, Centre International de Cerisy-La-Salle (France), sept. 2018 CC-by-nc-nd (Attribution / Pas d’Utilisation Commerciale / Pas de Modification)

Citer ce billet : “Retours du colloque à Cerisy « L’usage des ambiances. Une épreuve sensible des situations. »”, par Mailys Toussaint. Publié sur Le Cresson veille et recherche… le 30 octobre 2018. Lien : https://lcv.hypotheses.org/13188.

  1. Didier Tallagrand, artiste, unité de recherche de l’ESAAA (Design & espace) []
  2. Jean-Paul Thibaud, sociologue, chercheur CNRS, équipe CRESSON (UMR AAU) []
  3. Nicolas Tixier, architecte, Professeur à l’ENSAG, directeur de l’équipe CRESSON (UMR AAU) []
  4. Édith Heurgon, directrice du Centre culturel international de Cerisy-la-Salle []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.