Imaginer des espaces sensoriels. Barbara Erwine à l’ENSAG

Barbara Erwine, architecte et enseignante au département d’Architecture de l’Université de Washington à Seattle (USA), nous a rendu visite à l’ENSAG les 16 et 17 octobre 2018 pour donner une conférence et réaliser un workshop d’une journée. Ces deux évènements ont été co-organisés par l’équipe du laboratoire CRESSON (Rachel Thomas1, Théa Manola2, Anthony Pecqueux3 ), par l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble et par la Structure fédérative de recherche Création de l’Université Grenoble Alpes.

Conférence de Barbara Erwine dans l’amphithéâtre de l’ENSAG, photographie Magali Paris, le 16 octobre 2018.


Lors de sa conférence le mardi 16 octobre
, Barbara est venue nous faire part des thèses qu’elle déploie dans son ouvrage « Creating Sensory Spaces : The Architecture of the Invisible », publié chez Routledge en 2017.4 

Un pied dans le monde de l’architecture, un pied dans le monde des ingénieurs, Barbara propose un avenir où ces deux professions travailleraient en pleine collaboration pour la création d’espaces sensoriels. Elle passe en revue les différentes possibilités de travailler la création des espaces avec chaque sens et avec les différentes composantes qui affectent la sensorialité des lieux, comme la lumière, la chaleur, la sonorité, ou encore l’olfactif, pour aboutir à la proposition d’un design multisensoriel. Son livre se veut un outil disponible pour tous ceux qui voudraient se lancer dans cette création d’espaces sensoriels ou qui voudraient intégrer cette approche dans leurs démarches de conception.

Le lendemain, nous avons pu passer la journée en compagnie de Barbara pendant son workshop intitulé « A puddle of quiet » (une flaque de calme).

La matinée commence par un approfondissement des notions abordées lors de sa conférence de la veille. Barbara nous parle des qualités sensorielles des espaces, et des compétences que nous avons pour en faire l’expérience, pour décrire et contrôler les formes de ces espaces, par le biais de différentes modalités sensorielles. Démonstrations et exercices permettent d’aborder un peu plus concrètement ces espaces sensoriels, et les effets qu’ils peuvent avoir sur nous. Barbara partage sa vision du monde et ses connaissances avec bienveillance, les participants s’ouvrent sans retenue au dialogue.

Étudiants, doctorants et enseignants se prêtent au jeu des exercices donnés par Barbara.

Trouvez un souvenir qui vous paraît unique, lié à votre culture ou à votre famille, et faites-en part à votre voisin. Trouvez une expérience que vous et votre voisin n’avez pas du tout vécue de la même manière. Noha5 et Luciana6 viennent toutes les deux d’un pays chaud, et elles nous parlent de leur rapport aux fenêtres fermées en hiver. Quand elle est en France, Luciana adore le silence, la tranquillité et la sensation d’être isolée quand elle doit fermer les fenêtres de son appartement pour se protéger du froid. Une chose qui va, à l’inverse, angoisser Noha. Elle a besoin d’entendre la vie du dehors, elle préfère quand la température lui permet d’ouvrir sa fenêtre et de garder un contact avec son environnement proche, d’entendre les bruits de la nature, les oiseaux, la pluie…

Cette matinée s’est suivie d’une après-midi de travail, pendant laquelle les participants se sont livrés à un court exercice de conception. 

La consigne est d’imaginer, de créer, un espace sensoriel, à partir d’une métaphore.

Par exemple, la métaphore utilisée pour le titre du workshop, « A puddle of quiet » (une flaque de calme), serait un espace à l’abri des sons, qu’on rencontrerait de manière inattendue dans un environnement bruyant, un espace non pas délimité par des murs, mais par une différence de niveau sonore.

Les groupes s’attellent à l’imagination et à la conception d’un espace sensoriel.

  
 
  

 Les groupes en pleine réflexion, photographies Théa Manola, le 17 octobre 2018.


Les idées fusent, et les ambitions sont grandes.  Tout le monde se prend au jeu, et l’atelier est encore plus agréable que pressenti. Au bout de ces deux heures, chaque groupe estime ne pas avoir fini, puisque le travail de représentation n’a pas pu être développé. Mais les propositions sont arrivées à un stade correct de conception et sont bien communicables, au moins à l’oral. Nous passons alors à la présentation des travaux.


Un des groupes démarre sur l’idée de concevoir un espace qui pourrait accueillir une personnalité bipolaire ou schizophrénique.

L’idée du trouble comportemental est utilisée pour exagérer le côté multipolaire de chaque individu. Ce groupe veut concevoir un habitat comme un espace sensoriel qui pourrait répondre aux multiples besoins sensibles d’une personnalité changeante pour l’accueillir et favoriser son épanouissement dans ses différents états. Leur personnage fictif, Zigotto, possède trois personnalités majeures : l’hypersensible, le pragmatique, et l’excentrique (ces personnalités sont volontairement caricaturales). Pour l’hypersensible, fatigué par les stimulations du monde, ils prévoient un espace doux et chaleureux, un espace cocon où il pourrait venir se protéger, se ressourcer et se retrouver pour retourner affronter le monde. C’est un espace rond, en bois, bas de plafond, et pas très grand. Un espace enveloppant, qui ne se tourne pas vers le monde extérieur, mais qui recentre l’individu sur sa propre intériorité. Une banquette assez large pour s’asseoir, s’allonger ou se recroqueviller. Des matières douces et chaudes, un plaid. Un parfum de spa, le bruit de l’eau d’une fontaine qui coule. Une lumière dans un coin, chaude, jaune, tamisée. Pour le pragmatique, ils prévoient un espace qui lui laisse un grand contrôle sur la pièce : une mezzanine où il visualise toute la scène. Tout est blanc, froid, un espace épuré et dynamique, où chaque chose est à sa place, bien rangé dans d’énormes bibliothèques le long du mur. L’espace se veut fonctionnel, basé sur des formes rationnelles avec peu d’informations au niveau des couleurs, pour une lecture claire de l’espace, presque rigide, dans lequel le pragmatique pourra confortablement agir de manière méthodique. Un quadrillage de LED au plafond lui offre une luminosité optimale pour être éveillé, travailler, ranger, classer, organiser. Pour l’excentrique, ils prévoient un espace d’expression, de partage, de fête. Les lumières de la mezzanine s’éteignent, différentes lampes s’allument dans l’espace du dessous créant différents points et différentes intensités lumineuses. Les invités arrivent. La musique s’allume, d’un niveau sonore permettant de s’entendre parler, mais sans entendre les conversations des groupes éloignés. Considérant l’importance qu’un habitat, qu’un lieu du quotidien, puisse ressembler à ceux qui l’habitent, cet espace est imaginé comme une extension du corps et de la pensée, en pensant donc également son évolutivité pour les changements d’état.

Charlotte Amirante7, Lou Dupraz8, Maïlys Toussaint9.

Barbara Erwine, Rachel Thomas, et les participants écoutent les présentations des groupes, photographie Théa Manola, 17 octobre 2018.

Un autre groupe a travaillé sur la métaphore « brume de pierre ».

Dans l’espace qu’ils proposent, c’est le son de l’eau qui vient créer une ambiance. Ils veulent reproduire le bruit de la pluie, le bruit de l’eau en hiver ou en automne. Mais ce bruit, que l’on n’est pas toujours content d’entendre dans les saisons pluvieuses, c’est un bruit qu’on désire en été. Cette structure permet donc de ressentir et de vivre la pluie, sa fraîcheur et son humidité, dans une autre saison où elle nous manquerait. Dans cette optique, ils ont dessiné un dispositif, comme une structure dans laquelle les personnes peuvent venir s’y déplacer pour y vivre une ambiance particulière. Le dispositif se compose de deux murs en forme de demi-cercle (« c ») qui se font face et s’imbriquent presque l’un dans l’autre. Ces deux murs sont recouverts de pierres, proposant différentes textures, en fonction de la forme et de la position des pierres. Au-dessus des murs, un dispositif permet de faire s’écouler de l’eau, depuis le haut, qui vient alors glisser le long du mur pour s’écouler sur chaque pierre le constituant, et cela produit une première sonorité. Enfin, au centre de cette structure qui est sans plafond, ils prévoient d’accrocher des tuyaux transparents qui laissent passer la lumière à hauteur des murs, par lequel s’échapperait une multitude de gouttes d’eau. Ces gouttes tombent, dans l’espace d’un cylindre, jusqu’au sol où se trouve une plaque métallique qui nous renvoie le bruit de l’eau. C’est en quelque sorte, un voyage vers d’autres saisons, initié par le bruit de l’eau, porteuse de l’ambiance. 

Noha Said Gamal, Mélanie Mottier10, Kotchian Dzovag11, Alicia Rouze-Riviere12.

Le dernier groupe propose « Le Ma à l’épreuve du rythme »

Ils partent du concept japonais du Ma, défini comme un intervalle entre deux éléments. Cet interstice est considéré non pas comme une séparation, mais comme une relation entre deux espaces. Le Ma donnerait alors le rythme dans le temps et dans l’espace, orchestrant la vie quotidienne. À travers ce concept, ils abordent différentes thématiques : les espaces intérieurs et extérieurs, les espaces privés et publics, les espaces imperméables et perméables. Ils veulent penser un espace qui représenterait ce Ma et qui permettrait d’en faire l’expérience. Ils choisissent pour cela un espace qui est l’interface entre un espace intérieur et un espace extérieur : la porte d’entrée qui sépare l’espace public de la vie intime de l’intérieur du logement. Cette porte représente la transition d’un espace à un autre, avec différents niveaux de perméabilité selon le sens convoqué lors du passage. Pour représenter cet entre-deux, à la fois perméable et imperméable selon les sens convoqués, ils choisissent un dispositif de rideau fluide, accroché sur la façade extérieure, au niveau de la porte d’entrée du logement. Le franchissement de la porte se ferait alors graduellement, en traversant l’épaisseur entre le cadre en bois de la porte et le rideau, une épaisseur dans laquelle une personne peut se tenir. Mais aussi, la transition entre la partie publique et la partie intime est pensé par une variation du niveau du sol : l’espace intérieur de la maison est surélevé d’environ 40 centimètres. Pour nous présenter la traversée de cet espace de transition, ils représentent la scène de franchissement de la porte d’entrée sur une coupe et y inscrivent des onomatopées anglophones, de chaque côté de la porte, qui expriment les sons de la vie quotidienne des deux espaces. Les onomatopées associées au milieu urbain sont fortes et intenses : crash, hustle and bustle, barck, tumb, click, clatter, humming, tandis que celles associées à l’espace intérieur du logement sont plus douces et discrètes :tssss, pshhh, mmmm, chhhhh.

Ryma Hadbi13, Fatma M’Rad14, Luciana Roça, Credo Bakoyene15.


Toutes et tous, nous remercions Barbara Erwine d’être venue partager avec nous son travail, et son enthousiasme.

Citer ce billet : “Imaginer des espaces sensoriels. Barbara Erwine à l’ENSAG”, par Mailys Toussaint. Publié sur Le Cresson veille et recherche… le 6 décembre 2018. Lien : https://lcv.hypotheses.org/13346.


  1. Rachel Thomas, chercheure CNRS au laboratoire CRESSON []
  2. Théa Manola, maître de conférence à l’ENSAG, chercheure au laboratoire CRESSON []
  3. Anthony Pequeux, chercheur CNRS au laboratoire CRESSON []
  4. Ouvrage de Barbara Erwine disponible à la bibliothèque du laboratoire CRESSON. []
  5. Noha Gamal Said, chercheure au laboratoire Cresson, MCF au Département d’architecture et d’urbanisme à l’université d’Ain shams, Le Caire (Égypte) []
  6. Luciana Roça, doctorante au laboratoire Nomads.usp, à l’université de Sao Paulo (Brésil) []
  7. Charlotte Amirante, étudiante en architecture à l’ENSAG, en année de césure M1/M2 []
  8. Lou Dupraz, étudiante en architecture à l’ENSAG, en année de césure M1/M2 []
  9. Maïlys Toussaint, doctorante au laboratoire Cresson []
  10. Mélanie Mottier, étudiante en architecture à l’ENSAG, Master 1 Architecture Villes Ressources []
  11. Kotchian Dzovag, étudiant en architecture à l’ENSAG, DPEA design []
  12. Alicia Rouze-Riviere, étudiante en architecture à l’ENSAG, Master 1 []
  13. Ryma Hadbi, doctorante au laboratoire Cresson []
  14. Fatma M’Rad, doctorante au laboratoire Cresson []
  15. Credo Bakoyene, étudiant en architecture à l’ENSAG, Master 1 Ambiances et cultures numériques []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.