Voluptés rajpoutes – le fort d’Amber

Je voudrais faire part ici de la révélation d’une conception maximale des ambiances comme je n’en n’ai jamais vu, ou rencontré auparavant. Je la dois à la découverte du fort d’Amber au Rajasthan, et plus particulièrement aux espaces de vie privés du Raja et de sa famille. On y rencontre des espaces où les sens ne sont pas seulement pris en compte, mais où ils sont stimulés et magnifiés de manière assez unique. Le fort d’Amber, situé à une dizaine de km de Jaipur (Inde), se présente en 4 plateaux légèrement étagés : une première cour, de presqu’un hectare, servant aux parades, regroupe les étables pour chevaux et éléphants ainsi que des casernes, la deuxième cour, présente le grand hall des audiences publiques et un plus petit pour les fonctionnaires, une troisième: l’espace privé du Raja, une dernière partie, le Zenana, le domaine réservée aux femmes.

C’est le 3ème espace qui est l’objet de ce texte : il a été réalisé durant le règne de Mirza Raja Jai Singh (1621-1667).

Photographie de la Porte Ganesh du fort d'Amber
Photo 1 – Porte Ganesh

En entrant par la monumentale « porte de Ganesh », entourée de niches, d’alcôves et de bretèches d’une très riche décoration aux tons rose et crème (photo 1), on découvre d’abord une grande cour lumineuse, avec à droite un jardin et un bâtiment en marbre couleur ivoire, et à gauche, un pavillon sur deux étages, d’un même marbre et surmonté de trois dômes (photo 2). La vue de ce jardin, de cette bouffée végétale unique, déjà tient du rêve, parce qu’avec l’eau, elles symbolisent ce qui donne vie dans cette région sèche et aride où se situe le fort.

Photographie du jardin et de la façade du Diwan-i-Khas
Photo 2 – Jardin et façade du Diwan-i-Khas

Commençons par le pavillon de gauche.

Celui-ci, ouvert sur 3 côtés par ses arcades polylobées et adossé à un mur est celui des audiences privées, appelé Diwan-i-Khas. Le bâtiment, calme et symétrique, entièrement réalisé en marbre de couleur ivoire, est d’une rare élégance.  A l’intérieur, les parois sont décorées de magnifiques volutes de feuilles, de vases et de fleurs peintes. Le haut des murs, les corniches et les plafonds sont tapissés de motifs floraux et de centaines de petits miroirs convexes noyés dans un réseau de fins entrelacs géométriques (photo 3). Si une lumière unique ne se réfléchit qu’une seule fois sur un miroir plat, sur des convexes, elle se reproduit des dizaines de fois. L’effet de scintillement de petites lumières est magique. Pour cette raison, il s’appelle Jai Mandir ou Sheesh Mahal (palais des lumières). Mircea Eliade, qui y passa dans les années 30 écrivait :

« Une pièce tapissée d’une mosaïque de petits miroirs: où que l’on regarde, on rencontre son visage, arrondi ou ovale, et, si l’on gratte une allumette, on voit briller dans des milliers de mains la même lumière tremblante »1

Photographie du plafond aux miroir du Diwan-i-Khas
Photo 3 – Plafond aux miroirs du Diwan-i-Khas

Cette magnificence visuelle est rendue des plus agréable par des courants d’air frais bienvenus dans cette région très chaude. Pour rafraîchir l’intérieur et tenir le palais frais en été, plusieurs systèmes sont mis en œuvre : d’abord, en créant des courants d’air horizontalement en tous sens, comme c’est d’ailleurs le cas dans tout le fort. Ces courants d’air sont provoqués grâce à des plaques de pierre ajourée aux dessins géométriques comme des nids d’abeilles (appelées jali) remplaçant les fenêtres (photo 4). Ensuite, devant les baies, sont suspendus des stores auxquels s’ajoute une dimension olfactive : y étaient tissées des racines de plantes aromatiques de vétiver. Ces écrans étaient humidifiés périodiquement avec de l’eau. L’air passant au travers de ces écrans rafraîchissaient et apportaient aussi la fragrance de ces herbes dans les pièces.  

Photographie de jalis
Photo 4 – Jalis

Enfin, au plafond même des pièces, on faisait balancer des plans de tissus suspendus, tels de grands éventails, pour ventiler encore mieux l’espace. Sur la façade, sous les auvents, apparaissent encore des trous dans les consoles et des anneaux métalliques permettant l’accrochage de longues bannes horizontales en tissus colorés prodiguant encore plus d’ombre au pied des baies (photo 5). Le fin bruit des jets d’eau des fontaines du bassin se tenant devant, comme de ceux provenant du jardin complétaient l’atmosphère.

Illustration d'un exemple de bannes devant un pavillon (ici au Red Fort de New Delhi)
Photo 5 – Exemple de bannes devant un pavillon (ici au Red Fort de New Delhi)

Juste au-dessus du Jai Mandir s’élève le Jas Mandir, la « salle de Gloire », un plus petit pavillon ouvert aussi sur 3 côtés par des arcades et dont le 4 ème côté donne vue sur toute la vallée à l’entour et sur le lac Maota en contre-bas. Situé au point le plus haut du fort, le panorama visuel est évidemment le plus large sur tout le paysage et la silhouette des collines environnantes. Les personnes se tenaient derrière une série de jali, ces treillis de marbre très finement travaillés de dessins géométriques variés servant à la fois d’écran et captant la brise pour rafraîchir les salles en y faisant circuler l’air. Depuis les deux tourelles d’angle ajourées, les occupants, assis sur des matelas et accoudés sur des coussins, pouvaient contempler longuement les gorges d’Amber, les forts, … Côté cour, au-dessus des baies d’entrée, par des canalisations en plomb percées de petits trous, de l’eau s’écoulait goute à goute et humidifiait les tentures qui fermaient la salle2. Les pièces sont plus colorées qu’à l’étage du bas, beaucoup de tons rouges, des filets d’or montent le long des arêtes des colonnes et des murs, et les plafonds sont aussi constellés de verres colorés, de coquillages et de petits miroirs convexes.

« Les murs sont tapissés de mosaïques de morceaux de verre de couleur et de miroirs ainsi que des fresques représentant des scènes mythologiques. Des pierres de couleurs et des coquillages sont sertis dans le plâtre des murs percés de niches (tak) remplies de fleurs, d’images pieuses ou de bougies dont les flammes font scintiller de mille éclats tous ces ornements. »3

C’était le lieux de détente du roi et de la reine. La légende prétend qu’une reine du fort aimait dormir sous les étoiles. Il était dit qu’une ancienne coutume interdisait aux femmes de dormir en plein air. Le roi appela les meilleurs architectes de la région pour solutionner le problème. Ainsi, fut créé ce plafond constellé de miroirs. On dit qui si deux chandelles sont allumées dans le palais, le plafond aurait l’air comme scintillant des milliers d’étoiles. Une large terrasse en marbre devance ce pavillon et donne sur le jardin situé en contre-bas. A ce même niveau, la reine pouvait accéder par un couloir à un hammam où les bains chauds et froids étaient prodigués dans des baignoires en marbre. Par un autre couloir, elle pouvait se diriger vers un pavillon situé au-dessus de la porte d’entrée (que l’on aperçoit sur la première photo et vu de l’intérieur sur la photo 4). De là, derrière des jalis finement travaillés, considérés comme les plus beaux d’Inde, la reine pouvait sans être vue, observer les activités se tenant en contre-bas, autant sur la cour des audiences publiques, que celle plus bas encore, là où arrivent les éléphants et les chevaux.

Revenons à notre espace privé. Entouré de bâtiments et de murs d’une même couleur beige clair, se présente telle une bouffée verte, le jardin d’inspiration perse, entouré de garde-corps bas en marbre ajouré aux dessins géométriques tout aussi variés. Le jardin lui-même est divisé en 4 parties, lesquelles ne sont qu’un entrelacs, tels des arabesques de « sentiers » en marbre blanc, doux et frais aux pieds qui les foulent et que délimitent des dizaines de petits parterres plantés. Un voyageur français y passant en 1865 et Pierre Loti en 1903, écrivent qu’il y était planté de grenadiers et d’orangers4,5. Leurs fleurs devaient rendre alentour des senteurs suaves mêlées aux glou glou des 4 jets d’eau retombant dans le bassin central étoilé à 8 pointes.

De l’autre côté, se présente le Sukh Niwas, ou palais des plaisirs, où la famille royale venait se rafraîchir durant les heures chaudes de l’été grâce à d’astucieux systèmes de ventilation. Ici, senteurs et sons se mêlent au rafraîchissement et à l’humification des pièces. Le mur du fond, tout blanc, est tapissé de petites niches pouvant recevoir des lumières. En son milieu se dresse un arc en ogive entourant une alcôve laquelle contient un haut plan incliné strié horizontalement (photo 6). De l’eau parfumée à la rose s’y écoulait dans une cascade bruissante dont les ondulations imitaient les vagues6, elle tombait poétiquement sur des bouteilles en reproduisant le son des tambours, et s’écoulait sur le sol dans un caniveau rayé vert et blanc avant de se jeter dans le  jardin avec un bruit de sitar, pour alimenter une fontaine7.

[dans le guide du Routard édition 1990-1991, il est écrit:] « l’eau tombant sur des bouteilles de vin reproduisait le son des tambours, et la petite rivière s’écoulant au milieu, celui de la cithare » (p. 231)

Cette même alcôve est bordée sur toute sa hauteur et de chaque côté d’un bandeau en dentelle de pierre. La brise des montagnes captée, y descendait, s’humidifiait au contact de l’eau et par les perforations, se rependait dans la pièce.

Photographie du mur du fond au Sukh Niwas avec son plan incliné sur lequel coulait l'eau parfumée et les perforations d'où sortait l'air des montagnes humidifié
Photo 6 – Mur du fond au Sukh Niwas avec son plan incliné sur lequel coulait l’eau parfumée et les perforations d’où sortait l’air des montagnes humidifié.

Dans le passage longitudinal situé à l’arrière des baies d’entrée, on remarque collés au plafond de petits miroirs ronds. Le soleil se reflétant sur l’eau traversant au sol ce passage, va frapper les miroirs et créer ainsi de nouveaux jeux de lumière. Enfin, deux portes en bois de santal odorant, marquetés d’ivoire, fermaient la pièce. Par la gauche, un couloir permet de rejoindre la chambre à coucher du Raja et le Zenana, la partie réservée aux femmes. Ce couloir a les murs recouvert d’un enduit lisse et brillant, qui présente au toucher la fraîcheur du marbre et est d’une douceur incomparable (les guides ne cessent de le souligner). Cet enduit très sophistiqué, appelé Araish,  a une première base de chaux et de poudre de marbre. Il est ensuite poli, puis recouvert à 3 reprises d’une crème faite de yaourt, sel, chaux, sucre candi, et lavée à l’eau à plusieurs reprises. La dernière couche est, avec une variété d’agate, polie jusqu’à briller comme du verre. En ultime finition, un tissu de mousseline imprégné de chair blanche de noix de coco broyé est frotté vigoureusement. Après séchage d’une journée, le même mélange est appliqué à pleine pression.8

Signalons, un dernier raffinement: au centre de l’enceinte du Zenana, se dresse un élégant kiosque à 12 colonnes. Des conduits souterrains alimentaient en eau froide cet espace afin de rafraîchir le sol où les personnes se tenaient lors des concerts, spectacles de danse, etc…

Peu de lieux rassemblent autant d’intentions en vue de créer des ambiances les plus stimulantes et où les plaisirs du corps sont autant pris en compte. Fantaisie visuelle de tous côtés, élégance des arcs, préciosité du marbre d’une si belle couleur ivoire, on passe d’un espace scintillant de lumière, embaumé du parfum de vétiver tout en captant le son des jets d’eaux qui susurrent, pour entrer dans une nouvelle zone olfactive des fleurs d’orangers baignée de soleil, et se rendre en face, là où le ruissellement de l’eau de rose dévalant en ondulations un plan incliné, crée le fond de tableau sonore dans un nouveau rafraîchissement bienvenu. Les paysages olfactifs, thermiques, sonores, éoliens se superposant de manières fluctuantes pour le plaisir du corps et de l’esprit, pour une farniente orientale.

Si aujourd’hui le palais n’est plus habité, les systèmes de ventilation ne fonctionnant plus, les dispositifs créateur d’ombres disparus, ceux destinés et conçus pour humidifier et parfumer les locaux asséchés, les moyens pour embaumer l’air oubliés depuis longtemps, leur potentialité reste néanmoins bien présente. Demeure aujourd’hui ce qui est visuel et en dur: les espaces, la couleur des marbres, les séquences spatiales, les plafonds aux multiples miroirs, la décoration florale, les bas-reliefs en marbre et les jalis : panneaux ajourés aux motifs géométriques, …

Pour reconstituer l’atmosphère de ces lieux conçus au XVIIè siècle, je me suis basé sur les cartels vus in situ, les informations données sur place par les guides, et diverses descriptions trouvées dans des ouvrages de voyages.

Marc Crunelle

Citer ce billet : “Voluptés rajpoutes – le fort d’Amber”, par marccrunelle. Publié sur Le Cresson veille et recherche… le 13 décembre 2018. Lien : https://lcv.hypotheses.org/13953.

Aussi :

Crédits photos :

  • Photo 1: porte Ganesh © BudgetYatri.com
  • Photo 2 : Façade du Diwan-i-Khas, Amber Fort, sharadshah23, 2016. Pttps://pixabay.com/en/service/terms/#usage. CC0 Creative Commons Free for commercial use No attribution required.
  • Photo 3 : Plafond du Sheesh Mahal, Marc Crunelle, libre de droit d’usage et de distribution.
  • Photo 4 : Jalis, de Vssun, https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Amber_Fort_-_Marble_Screens_above_Ganesh_Pol.jpg, libre de droit d’usage et de distribution
  • Photo 5 : By Ghulam ‘Ali Khan (fl.1817-1852) – British Library On line Gallery http://www.bl.uk/onlinegallery/onlineex/apac/addorimss/t/019addor0004694u00000000.html, domaine public
  • Photo 6: Sukh Niwas, libre de droit d’usage et de distribution


  1. Mircea Eliade: « L’Inde », trad Alain Paruit, Ed. de l’Herne, Paris, 2013, p. 204. []
  2. « Rajasthan et Gujarat », Guides Bleus, Paris, 2014, p. 195. []
  3. Le Grand guide du Rajasthan », Gallimard, la bibliothèque du voyageur, 1990, pp. 125-126 []
  4. Louis Rousselet, « L’Inde des Radjahs, voyage dans l’Inde centrale et dans les présidences de Bombey et de Bengale », Hachette, Paris, 1875, pp. 279 et suiv. []
  5. Pierre Loti, « L’Inde (sans les anglais) », Calmann-Lévy, Paris, 1903, p. 324. []
  6. Annie Sorrel, « Rajasthan », éditions Olizane, Paris, 2014, p. 272 []
  7. Guide du Routard,  » l’Inde du Nord », ed. 2017, p. 245 []
  8. Alain Borie, Françoise Catalaa, Rémi Papillault, « Jaipur ville nouvelle du XVIIIè siècle au Rajasthan », Thalia, Paris, 2007, pp. 219-220 []

marccrunelle

architecte, sculpteur, docteur en psychologie de l'espace ex professeur à la faculté d'architecture de l'ULB vit et travaille à Bruxelles

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.